Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Honor 7A : le tout petit prix qui va à l'essentiel

Après un 6A au positionnement tarifaire très agressif, Honor revient avec son second smartphone entrée de gamme en occident, encore moins cher que son prédécesseur, le 7A. Proposé autour de 139 euros à sa sortie, a-t-il les arguments pour séduire les (tout) petits budgets ?

Remplaçant du Honor 6A sorti dans le courant de l’été 2017, le 7A se présente comme un smartphone d’entrée de gamme. Plus petit que le 7C et que le 7X, il est le smartphone le moins cher jamais proposé par Honor dans nos contrées. À partir de là, il y a de quoi se demander s’il est capable de tenir le coup niveau performances, photo ou encore autonomie, notamment face à son principal concurrent : Xiaomi dont le Redmi 5 est proposé à un prix inférieur aujourd’hui (mais semblable à sa sortie). Le Redmi 5 Plus peut également être proposé à moins de 150 euros aujourd’hui. Éléments de réponse dans ce test.

La fiche technique, de l’entrée de gamme

Le smartphone nous a été prêté par la marque.

Le design, du neuf avec du vieux

Le design du Honor 7A reprend celui de la dernière gamme bon marché du constructeur chinois, à l’instar du 7X et du 7C. C’est d’ailleurs à ce dernier qu’il ressemble le plus, avec un design à l’identique, mais plus petit.

On retrouve donc un écran au ratio 18:9 de 5,7 pouces (contre 5,99 pour le 7C) couvant la majeure partie de la face avant. La bande supérieure regroupe capteurs, voyant de notifications et haut-parleur quand l’inférieure, très légèrement plus épaisse, affiche simplement le logo Honor. Les bordures latérales, bien que visibles, sont cependant suffisamment fines pour donner une impression borderless.

Un design également assez semblable au concurrent Xiaomi Redmi 5, surtout de face.

La face arrière de l’appareil est également classique à souhait. Comme le 7C, il se distingue du 7X au niveau de l’appareil photo avec non pas deux capteurs très protubérants, mais une courte bande noire en haut à gauche. Celle-ci regroupe le simple capteur photo, le flash et la notion « 13 MP 5P PDAF » en référence aux 13 mégapixels du capteur. L’ensemble dépasse également légèrement en relief, mais on reste bien loin de ce qu’on avait sur le 7X.

Le lecteur d’empreinte à l’arrière du Honor 7A se situe une fois de plus au centre de la partie supérieure du téléphone. À noter qu’il parait légèrement plus large que sur le 7X. Autre différence avec ce dernier, l’aluminium est remplacé par un plastique effet métal. Le résultat, étant donné le prix de l’appareil, reste tout à fait honorable (en même temps, c'est un Honor...).

Sur la tranche, métallique, on retrouve les traditionnels boutons de déverrouillage et de réglage du son sur la tranche droite, qui sont facilement accessibles avec le pouce (pour un droitier) ou avec l’index ou le majeur (pour un gaucher). Comme sur la plupart des smartphones, la tranche gauche n’est pas exploitée au quotidien puisqu’elle n’accueille que le tiroir à microSD et nano-SIM.

Le port jack, toujours au rendez-vous, se trouve maintenant sur le dessus du 7A quand la tranche inférieure voit deux grilles haut-parleurs (seul celle de droite émet du son) encadrer le port micro USB. C’est dommage de ne pas avoir choisi l’USB-C alors que la norme s’installe depuis maintenant plusieurs mois, mais cela peut se justifier pour cette gamme de prix, le micro USB étant moins cher.

Même s’il est assez épais, le Honor 7A offre une prise en main agréable et reste plutôt léger.

Un écran qui fait bien son travail

L’écran 5,7 pouces du Honor 7A offre une définition de 1440x720, soit un ratio 18:9. Sur le papier, il est tout à fait convaincant pour cette gamme de prix, avec un bon contraste et une luminosité satisfaisante qui n’affichera ses limites qu’en cas de forte exposition au soleil.

D’un point de vue des couleurs, le 7A est assez fidèle avec néanmoins un vert peu fidèle. L’écran du 7A tire aussi légèrement sur le bleu, comme beaucoup d’appareils Huawei. Cela ne devrait pas déranger 90 % des utilisateurs. Pour les autres, il est possible de calibrer les couleurs de l’écran dans les paramètres du téléphone.

Néanmoins, en utilisation au quotidien, il présente deux défauts majeurs. Le premier, c'est celui d'être très salissant. Avec ce Honor 7C, vous aurez l'impression d'avoir les doigts gras en permanence. Les petites poussières et saletés adhèrent également.

Son second défaut réside dans les angles de vision. En effet, si vous n'êtes pas pile de face de l'écran, la luminosité est largement diminuée et on peut observer l'écart entre l'écran et sa vitre.

EMUI 8.0 et Android Oreo, comme prévu

Niveau interface, pas de surprise puisque le Honor 7A est proposé avec EMUI 8.0 basé sur Android 8.0 Oreo. Le 7A s’inscrit donc dans la lignée des Honor 7X, 7C, 9 ou encore 8 Pro ayant déjà profité de la mise à jour. On peut donc choisir une interface à la manière d’iOS, avec toutes les icônes dans le menu principal, ou préférer profiter d’un tiroir d’applications et n'en garder que certaines dans le menu principal, comme sur du Android classique.

EMUI permet également un large choix de personnalisations (taille de la grille de l'écran d'accueil, transition entre les volets...). On retrouve enfin les autres fonctionnalités phares de EMUI telles que le menu flottant ou encore les boutons de navigation interchangeables.

On regrettera cependant l'impossibilité de changer les icônes des applications, ainsi que les trop nombreuses applications inutiles préinstallées nativement sur EMUI.

 

De photos trop justes

Côté photo, ce Honor 7A est équipé d’un capteur 13 mégapixels à l’arrière et d’un capteur frontal de 8 mégapixels.

Qu’on soit bien d’accord, un téléphone d’entrée de gamme ne peut pas être un monstre en photo. Le 7A parvient-il tout de même à prendre des photos convenables ? Dans des conditions optimales, le résultat est juste moyen. Le piqué montre rapidement ses limites virant à la soupe de pixels dès que l'on zoom un peu.

 

Quand ces mêmes conditions ne sont plus idéales, l'appareil photo du 7A est très rapidement mis en difficulté. Au fur et à mesure que la luminosité diminue, l’appareil photo peine à faire la mise au point et on voit nettement l’apparition de bruit dans les parties les plus sombres.

Sur des photos à forte dynamique de lumière, avec une partie sombre et une partie lumineuse, l'une ou l'autre est ratée avec souvent des blancs cramés ou des zones sombres qui ne ressemblent plus à grand chose.

Ces différents défauts sont, sans surprise, accrus avec la caméra frontale de 8 mégapixels.

Des performances suffisantes, mais qui montrent vite leurs limites

Les performances du Honor 7A sont dignes de son positionnement en entrée de gamme. Avec un Snapdragon 430 cadencé à 1,5 GHz, 2 Go de RAM, soit 1 de moins que son prédécesseur le 6A, et toujours un Adreno 505 pour la partie graphique, on peut se demander si c’est suffisant pour les jeux 3D ou encore le multitâche.

Sur Arena of Valor, un MOBA 3D gourmand mais bien optimisé pour les configurations modestes, le jeu a automatiquement été mis en élevé pour les niveaux de détails et de particules. Paramètres un peu trop optimistes puisque les limites de l’appareil se sont vite fait ressentir, avec un framerate oscillant entre 25 à 30 FPS en rythme de croisière à 20 voire 15 FPS lors de phases de combat avec beaucoup d’effets. En réglages moyens par contre, on est sur du 30 FPS quasi constant.

Le multitâche, quant à lui, est permis jusqu’à un certain point. Au bout d’une petite dizaine d’applications ouvertes, ou de quelques applications prenant beaucoup de ressources comme les jeux 3D, le smartphone commence à ralentir, avec plusieurs secondes nécessaires pour passer d’une application à l’autre ou même pour régler le son à partir des boutons de la tranche.

À noter sur le modèle testé à la rédaction, de petits moments de gel arrivent de temps en temps, sans raison apparente.

En somme, les performances de ce 7A suffiront à la majorité des usages. Il est possible de jouer à la plupart des jeux mobiles du moment, à condition de baisser la qualité visuelle pour les plus gourmands d’entre eux et d’éviter de surcharger le téléphone avec trop d’applications ouvertes.

Autonomie

Avec sa batterie de 3000 mAh, le 7A parvient à tenir une journée complète sans trop de problèmes, à condition de ne pas abuser d'usages trop gourmands. Comptez par exemple 10 % de batterie pour 1 heure de YouTube (test réalisé en connexion Wi-Fi, sans carte SIM), ce qui est dans la moyenne haute de l'entrée de gamme mais assez loin des appareils de Xiaomi, référence en la matière.

Plusieurs paramètres sont proposés pour allonger l'autonomie, comme les classiques modes économie et ultra économie, mais aussi le mode résolution intelligente, permettant de réduire la résolution de l'écran pour gagner quelques minutes de batterie.

On regrettera juste l'absence de recharge rapide sur l'appareil, mais à ce tarif ce n'est vraiment rien de choquant.

Galerie photo

Prix et disponibilité

Le Honor 7A est d'ores et déjà disponible au prix conseillé de 139 euros.