Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du HTC One Mini 2, le crève-cœur

Avant même d'avoir le HTC One Mini 2 entre les mains, il était assez facile de juger ce qu'allait être ce terminal : un sosie, ou presque, de son grand frère, mais en moins puissant. Bingo ! Cette version mini n'est rabotée que de 0,5 pouces dans ses dimensions, mais perd aussi quelques-unes de ses cartes maîtresses. Tout cela pour mieux se faire aimer de nous autres, consommateurs ? C'est bien possible.

Caractéristiques du HTC One Mini 2

Digne héritier du One M8, plusieurs questions se posent concernant ce nouveau terminal. Que vaut-il par rapport au One M8 ? Est-il un bon compromis pour des portefeuilles moins épais ? Sans prétendre à trouver une réponse claire, on peut au moins tenter de le faire.

Comme toute version mini qui se respecte, il n'y a pas que la taille qui est revue à la baisse. Les composants de l'appareil sont également choisis pour en faire une version moins chère à la vente, mais du coup moins performante aussi. Comme souvent, c'est le processeur qui subit le plus gros coup de serpe en passant d'un Snapdragon 801 à un Snapdragon 400. Ses principaux accompagnants que sont la puce graphique - passant d'une Adreno 330 à une 305 - et la mémoire RAM - de 2 Go à 1 Go - subissent le même sort.

L'appareil photo du One Mini passe à du 13 mégapixels, mais difficile de dire si HTC abandonne les UltraPixel pour simplement les proposer à ses flagship ou si c'est un aveu de faiblesse. Les dimensions du terminal sont en toute logique également revues à la baisse, et le poids passe de 160 à 137 grammes. La batterie perd quant à elle 600 mAh pour plafonner à 2000 mAh sur ce Mini 2.

On ne peut évidemment pas s'empêcher de faire le rapprochement entre les 5% de rabot au niveau de l'écran contre une perte de 50% au niveau des composants principaux. Il nous semble y avoir quelque chose de disproportionné là-dedans. À moins que le prix ne subisse également cette baisse ? C'est presque le cas avec, mine de rien, un tarif près de 30 % moins cher (679 à 449 euros).

 

Design : l'excellence

Difficile de trouver des choses à redire sur le design de ce One Mini 2. Et on ira même jusqu'à penser à haute voix que cette "petite" version surpasse le One M8 sur l'aspect général, de par sa sobriété due à l'ajout d'un contour noir plastifié.

S'il y a toutefois un reproche qu'on peut lui faire, au même titre que son aîné d'ailleurs, c'est encore la présence de la barre noire estampillée HTC et qui ne comporte aucun intérêt à part celui de faire perdre de la place à l'écran. Lorsqu'on visionne des vidéos, le fait que l'image soit décentrée à cause de cela nous énerve un tantinet.

Le contour de plastique noir, en plus de donner un côté un peu plus sombre au téléphone, ajoute de l'adhérence lors de la prise en main. Ce qui peut sembler être un détail banal ne l'est pas pour tous, et peut éviter quelques accidents. Ce plastique donne d'ailleurs une continuité avec les barres latérales noires - antennes réseau - présentes sur le dos de l'appareil. Les touches de volume sont d'un plastique brillant un peu plus clair que le reste du mobile, ce qui permet de lui donner du relief.

Le bouton d'allumage est fait du même plastique noir que le contour de coque, s'y fondant ainsi très bien. On trouve également le port Jack 3,5 mm sur la tranche supérieure du terminal.

Décalé sur la droite de la tranche inférieure, on trouve le port micro USB dont l'emplacement se trouve être idéal lorsque l'on joue aux jeux vidéos tout en ayant le mobile en charge. Est-ce un détail pensé à cet effet ? Difficile de le dire.

Comme sur le One M8, la coque du One Mini 2 est unibody et faite d'un aluminium brossé qui a fière allure. Ce qui ne lui a valu que des compliments pendant la période de test.

Evidemment, on retrouve sur cette face arrière l'appareil photo numérique de 13 mégapixels avec le flash LED (simple) à l'arrière. Et évidemment, le logo de la marque trône au milieu de la coque.

 

Écran

L'écran 720p (IPS LCD) du One Mini 2 est, à première vue, excellent. Il possède de très belles couleurs, une bonne fluidité, un toucher excellent, et les traces de doigts s'en vont d'un coup de chiffon.

Comparons le tout de même à un Moto G (IPS LCD) à sa gauche, et à un Moto X (AMOLED) à sa droite. Les trois mobiles affichent du 720p.

Globalement, le One Mini 2 s'en sort très bien. Le blanc est largement supérieur à ce qui se fait sur le Moto G et le Moto X. Le noir, par contre, est nettement moins intense que sur le Moto X, et c'est tout à fait normal puisque l'AMOLED rend un noir pratiquement parfait. Sur les couleurs en général, on s'aperçoit sur la dernière photographie que le rendu est bon, bien que quelques couleurs paraissent un poil ternes. C'est notamment le cas du vert, du jaune et du cyan.

La luminosité de l'écran est très bonne, contrairement à ce qu'on a connu sur un Desire 601. Et heureusement, me direz-vous.

 

Performances : le One mini 2 au banc d'essai

Avec son Snapdragon 400 quadruple-cœur, le HTC One Mini 2 joue soit le rabais, soit la sécurité. Dans tous les cas, deux choses sont à noter : ce processeur a fait ses preuves depuis longtemps, mais ne fait pas non plus de miracles. Rien ne sert de s'attendre à des performances excellentes, même s'il s'agit de la déclinaison à quatre cœurs de la puce, cantonnée à deux cœurs sur des appareils de milieu de gamme.

AnTuTu nous délivre donc un score oscillant entre 16600 et 17800, le plaçant presque au niveau d'un Galaxy S3. Il faut savoir qu'une option peut être activée dans les "options développeurs" afin d'optimiser les performances du terminal en gardant toujours la fréquence du processeur à son maximum.

Il est intéressant de comparer les performances du One Mini 2 à d'autres mobiles. Tout d'abord, le One Mini premier du nom afin d'observer l'évolution. Ensuite, le One M8 pour constater l'abaissement des performances. Et enfin, le LG G2 Mini qui embarque le même processeur ainsi qu'un giga de RAM également.

Le double-coeur du One Mini ne tient pas la comparaison, avec de moins bons scores partout sauf sur Benchmark Pi. L'évolution est donc bien marquée. Quant au LG G2 Mini, ses performances sont pratiquement équivalentes, même si ce dernier possède l'avantage sur Epic Citadel.

Très franchement, en utilisation réelle et sur des jeux gourmands comme Asphalt 8 (en graphismes élevés), le jeu est fluide. En qualité moyenne, il roule comme un char. Toutefois, il a tendance à chauffer et l'on sait pourtant que le métal dissipe mieux la chaleur que le plastique.

Et malgré sa bonne tenue, on n'occulte pas le fait que HTC aurait pu - à moins qu'il ne s'agisse d'un problème de timing - opter pour un processeur de plus haute performance. Ne serait-ce que pour le principe.

 

Logiciel

Comme on le savait déjà, le terminal reprend la partie logicielle du HTC One M8 avec la collaboration de Android 4.4 et Sense 6.0, certainement la plus réussie de l'année. Un bonheur de fluidité et de légèreté, et la douce impression que l'alliance parfaite a été trouvée. Enfin ça, c'était avant le drame.

"Pourquoi mon écran ne se déverrouille-t-il pas lorsque que je le tapote deux fois ?", dis-je. Et après quelques minutes de fouilles, la vérité n'arrive plus à se cacher : HTC a supprimé Gestes Motion Launch, application qui permettait de définir des raccourcis tactiles. Une véritable hérésie. C'est pire que de retirer le doudou d'un enfant.

Même chose pour Fitbit, aux abonnés absents, alors que l'application avait fait son apparition nativement sur le grand frère du Mini 2. Cela ne change franchement pas grand chose puisque l'application est téléchargeable à part. De son côté, Zoe a encore découché et il faudra attendre pour pouvoir la tester. On retrouve par contre le mode Economie Extreme d'Energie, présent sur le One M8.

Pour les nouveaux venus sur HTC et Android, la firme a pensé à tout avec un didacticiel toujours utile.

Dans le test de son grand frère, Gaël avait noté le fait que la touche espace du clavier se trouvait juste au-dessus du bouton home, et provoquait des accidents. Nouvelle théorie après quelques utilisations : le calibrage tactile n'est peut-être pas idéal à cet endroit précis. Explication : dans l'exemple que je vais vous donner, il s'agit du problème inverse de celui rencontré auparavant. Quand mon doigt tape au dessus du bouton home, il attrape le bouton d'applications. Et si je tape sur le logo HTC en bas de l'écran, le bouton Home se déclenche.

 

Communications & GPS

Appels et 4G

Comme toujours chez HTC, la qualité des appels téléphoniques est remarquable, surtout avec les haut-parleurs dont le mobile est affublé. L'accroche réseau ne souffre, justement, d'aucun accroc.

GPS

On peut dire que l'accroche GPS du One Mini 2 est excellente. Sur un premier essai, et simplement avec la localisation GPS - donc sans appui du WiFi - le terminal met 8 secondes à obtenir son premier fixe. D'ailleurs, 10 satellites sur 19 repérés sont fixés en à peine 30 secondes.

 

Multimédia

Photographie

L'appareil photo du One Mini 2 est bon. Il ne fait cependant pas de miracles. Et ce n'est pas un photophone. Avec tout de même 13 millions de pixels dans l'escarcelle, il a de quoi offrir des clichés tout à fait convenables, comme vous le constaterez ci-dessous. On lui reprochera un effet parfois terne, comme pour certaines couleurs de l'écran.

Les photos macroscopiques sont particulièrement simples à faire, et nettes. Le mode HDR fonctionne également à merveille en faible luminosité, comme en témoigne la dernière photographie.

Mais le capteur dorsal n'est pas sans petits défauts. On pensera notamment à la difficulté, parfois, de faire une mise au point précise, et ce même si la cible ne bouge que peu.

Un ciel nuageux rend également une photographie en extérieur un poil brûlée. Une donne qui changera en même temps qu'un changement d'angle ou de cible mise au point, comme pour tous les appareils photos. On suppose qu'avec un peu d'habitude, photographier avec ce terminal devient plus simple.

 

Son

Le terminal est équipé de deux haut-parleurs Boomsound qui, comme pour le One M8, envoient le pâté, et permettent de visionner des vidéos ou écouter de la musique comme avec une micro-enceinte. Toujours très impressionnant.

Pour écouter de la musique sans déranger les personnes alentours, une paire d'écouteurs intra-oriculaires est fournie avec le mobile. Le fil est d'ailleurs plat, pour un meilleur confort.

 

Autonomie

Test d'endurance

Pour finir, l'autonomie du HTC One Mini 2 est plutôt moyenne. Ou en tout cas, elle possède des défauts. Sur notre test d'endurance habituel, qui correspond à une heure de vidéo sur YouTube avec luminosité maximale et mode avion activé, le terminal perd quand même 21 % de batterie, et l'effort multimédia le fait chauffer un peu.

Utilisation quotidienne

Cependant, en utilisation quotidienne, le One Mini 2 s'en sort plutôt bien. Il sera très difficile de le faire tenir deux journées consécutives mais on arrive facilement au bout d'une journée d'usage. Il n'y vraiment pas de quoi s'inquiéter en allant travailler le matin.

 

Disponibilité du One Mini 2

Le HTC One Mini 2 sera mis sur le marché dans le courant du mois de juin. Les intéressés pourront le trouver à 449 euros nu, ou à des tarifs "avantageux" chez les opérateurs. Sachez que ce terminal se vendra en trois coloris : gris, argent, et or.