Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Huawei travaille bel et bien sur une batterie au graphène

On savait déjà que Samsung travaillait sur de nouvelles batteries utilisant le graphène. C'est également le cas du groupe Huawei comme nous l'a affirmé cette semaine James Zou, responsable des ventes internationales de Honor.

Ce mardi, nous avons eu l'occasion de discuter longuement avec James Zou, directeur des ventes internationales et des services de Honor. Ce fut l'occasion d'échanger notamment sur le nouveau Honor Magic 2, que nous avons pu prendre en main, mais aussi d'échanger autour des nouveautés à venir au sein du groupe Honor. Outre les ambitions du groupe autour des processeurs gravés en 5 nm, nous avons pu discuter également des batteries au graphène.

Bientôt la fin d'une arlésienne ?

Cela fait bien une dizaine d'années que l'on entend régulièrement parler du graphène comme d'un nouveau matériau utilisé dans les batteries en plus du Lithium-ion. Cependant, depuis les premières recherches, rien de nouveau. Aucun smartphone commercialisé ne propose encore ce matériau au sein de sa batterie. On sait depuis quelques semaines que Samsung serait dans les starting blocks pour intégrer cette nouvelle technologie et il semble également que ce soit le cas de Huawei.

« On travaille sur des batteries au graphène », nous a ainsi confirmé James Zou. Mieux encore, le groupe Huawei semble particulièrement friand du graphène puisqu'il est déjà présent dans un smartphone de Honor : « On utilise déjà le graphène pour le refroidissement du Honor Magic 2 ».

Un coût encore trop élevé pour des produits grand public

Est-ce qu'il faudra encore patienter dix ans supplémentaires pour pouvoir bénéficier de ces nouvelles technologies de batteries sur des appareils grand public ? Probablement pas. Selon le responsable de Honor, la technologie serait déjà aboutie, performante et déjà convaincante. « Le principal souci du graphène, c'est son coût », nous a cependant affirmé James Zou. Selon lui, le prix du matériau et de la conception des batteries seraient encore trop élevés, raison pour laquelle aucun constructeur ne le propose pour l'instant, mais cela viendra nécessairement à moyen terme avec une rationalisation des coûts.

Pour rappel, le principal intérêt des batteries au graphène réside dans leur meilleure gestion de la recharge rapide grâce à une moindre chauffe. Néanmoins, les batteries ne permettraient pas pour autant de quadrupler l'autonomie des appareils à capacité égale.