Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Huawei : le fondateur sort de son mutisme pour rassurer le gouvernement américain

Le fondateur et CEO de Huawei a donné une conférence exceptionnelle afin de rassurer les consommateurs et le gouvernement américain face aux nombreuses accusations que son entreprise affronte.

Huawei a connu une excellente année 2018. Le constructeur chinois a sorti coup sur coup des smartphones très populaires, du Huawei P Smart en début d'année au Huawei P20 Pro haut de gamme, jusqu'à finir en beauté par le Huawei Mate 20 Pro. De quoi ravir la place d'Apple pour devenir le numéro 2 du marché.

Pourtant, tout ne va pas si bien. Le gouvernement américain lui a interdit de vendre ses appareils sur le territoire, et s'est ensuite attaqué à son segment d'équipementier réseau en convainquant toujours plus d'alliés de le rejoindre dans cette bataille. La cause de tout cela : le gouvernement chinois, qui pourrait utiliser Huawei pour espionner ses pairs.

Huawei ne cesse de se répandre en déclarations rassurantes depuis lors, en vain. Une situation qui dure depuis assez longtemps pour que Ren Zhengfei, fondateur historique de Huawei et CEO de l'entreprise qui ne s'exprime que très rarement en public, décide d'organiser une conférence de presse spéciale à laquelle CNBC a pu participer.

Huawei ne pliera pas face au gouvernement chinois

Notons que la crainte d'espionnage du gouvernement chinois par le biais de Huawei est aussi liée au fait que Ren Zhengfei, ancien soldat de l'Armée populaire de libération, est un sympathisant notoire du régime communiste en place et membre de son parti. Alors qu'une nouvelle loi force les entreprises et le peuple chinois à coopérer avec le pays en tout temps, l'homme d'affaires se veut rassurant :

« Lorsqu'il s'agit de cybersécurité et de protection de la vie privée, nous nous sommes engagés à être du côté de nos consommateurs. Nous ne ferions jamais de mal à aucune nation ou aucune personne. Le ministre des affaires étrangères chinois a officiellement clarifié qu'aucune loi en Chine ne requiert des entreprises l'installation de portes dérobées. Huawei et moi-même n'avons jamais reçu de demande d'aucun gouvernement pour la divulgation d'informations sensibles ».

Selon lui, ses liens avec le gouvernement chinois ne le forceront jamais à aller contre cette philosophie. Pour une raison simple : les valeurs d'entreprise priment.

« Les valeurs d'une entreprise sont que le consommateur prime, qu'il est à son centre. Nous sommes une entreprise donc nous devons suivre les règles du marché. Et dans ce contexte, je ne vois pas de connexion proche entre mes orientations politiques personnelles et les actions que nous prenons en tant qu'entreprise. Et je pense m'être fait bien comprendre ici même, nous refuserions définitivement ce genre de demandes [du gouvernement] ».

Une pensée pour Donald Trump

Alors que Donald Trump, l'actuel président américain, s'est lancé dans une vendetta politique contre l'acteur chinois, l'inverse ne se vérifie pas. Bien au contraire : Ren Zhengfei a complimenté le président.

« Concernant le président Trump en tant que personne, je continue de penser qu'il est un excellent président dans le sens où il a été courageux de couper les taxes. Et je pense que cela contribue au développement des entreprises aux États-Unis ».

Pourtant, c'est face aux craintes du président américain que l'arrestation de Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, a été lancée au Canada. Face à la détention de sa propre fille, l'homme d'affaires indique sa « confiance » envers les autorités canadiennes et américaines.

https://www.frandroid.com/marques/huawei/559696_autour-de-huawei-la-guerre-froide-entre-les-etats-unis-et-la-chine-se-met-a-bruler