Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Quick Apps : Huawei remplace les fonctions du Google Play Store

L'année 2019 a été un véritable challenge pour Huawei qui doit désormais composer sans ses partenariats d'antan avec les entreprises américaines. Le plus difficile est bien sûr de se passer de Google sur le marché international, mais la firme de Shenzhen met tout en œuvre pour remplacer tous les services de l'entreprise américaine.

Ainsi, le Google Play Store a été remplacé par l'App Gallery et les GMS (Google Mobile Services) par les HMS (Huawei Mobile Services). En septembre, Huawei annonçait également les Quick Apps, équivalents des Google Instant Apps, ces applications qui peuvent être lancées sans être installées sur le téléphone.

On en sait désormais plus sur ces Quick Apps, qui sont complètement détaillées sur la page dédiée aux développeurs.

Des apps plus légères

Dans l'idée, comme pour les Instant Apps, les Quick Apps permettent d'accéder à certaines fonctionnalités d'une application sans avoir à l'installer. Cela peut être utile pour essayer rapidement la démo d'un jeu ou proposer des fonctions simplifiées via une simple page web par exemple.

L'une des principales différences pour les développeurs étant que les Instant Apps sont codées en Java et nécessitent la même quantité de code pour une fonctionnalité donnée, tandis que les Quick Apps sont codées en JavaScript, HTML 5 et CSS et permettent de réduire de 80 % la quantité de code nécessaire. Pour l'utilisateur, elles restent tout aussi pratiques et peuvent même être ajoutées sur le bureau comme une application normale pour un accès rapide.

Selon Huawei, les Quick Apps sont aussi performantes que les applications Android traditionnelles, pour seulement une fraction de la mémoire utilisée. Cela devrait être particulièrement utile pour les personnes ayant des téléphones d'entrée de gamme, avec peu de stockage disponible.

À la conquête du marché asiatique

Après le coup dur qui touche Huawei sur le marché européen, la marque semble se reconcentrer sur le marché asiatique. Le constructeur affirme en effet que plus de 12 constructeurs chinois supportent les Quick Apps, ce qui permettrait de toucher plus de 85 % du marché chinois.

Pour le moment, une vingtaine de smartphones de la marque ont été cités comme compatibles après leur passage à Android 10.

En proposant ainsi ses services à d'autres constructeurs, Huawei ne se contente pas de remplacer les services de Google sur ses appareils, mais tente également de devenir le Google asiatique. Cela pourrait lui permettre à long terme de séduire un grand nombre de développeurs et de constructeurs et ainsi de proposer une alternative viable à Android et iOS, tout du moins en Asie.

Reste à savoir maintenant si cela suffira à redorer le blason de la marque en Occident afin qu'elle puisse revenir plus forte que jamais chez nous. Rappelons que le Huawei Mate 30 Pro est un excellent smartphone, mais difficilement utilisable par chez nous en raison de l'absence des services Google, faisant qu'un certain nombre d'applications très populaire est inutilisable.