Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de la Huawei MatePad Pro : un matériel irréprochable, un logiciel amputé

Le marché de la tablette Android continue d'exister principalement grâce à trois marques : Amazon, Samsung et Huawei. Parmi les alternatives, il n'y a que l'iPad. C'est vrai, il existe des modèles sous Windows 10 comme la Surface Go 2 et sous Chrome OS, la Lenovo IdeaPad Duet par exemple, mais ce sont des alternatives pour le moment peu établies.

Du côté d'Android, nous avons donc trois marques, dont deux qui n'utilisent pas les services Google. Amazon a son propre écosystème avec Fire OS (basé sur Android) et Huawei ne peut plus utiliser les services Google. C'est un triste constat. Et pourtant, il y a encore de l'espoir. Huawei a dévoilé plus tôt dans l'année une alternative à l'iPad Pro, certes sans Google, mais équipée d'Android. C'est un produit haut de gamme dans le marché des tablettes tactiles.

L'exemplaire MatePad Pro testé nous a été prêté par Huawei

Caractéristiques de la Huawei MatePad Pro

Des allures d'iPad Pro

La première chose que vous remarquerez probablement sur la MatePad Pro est son apparence : la tablette de Huawei est légère et élégante, arborant un cadre en alliage de magnésium aux finitions mattes avec des bords micro-incurvés. La MatePad Pro est donc une tablette tactile réussie sur le plan esthétique : conception, dimensions, répartition de son poids... Les bordures d'écran sont fines, mais la tablette est malgré tout agréable à tenir en main.

Aux extrémités, vous trouverez quatre (deux de chaque côté) haut-parleurs de Harman Kardon. Le son est puissant et le rendu sonore est équilibré et précis. En termes de connectivité, la MatePad Pro prend en charge le Wi-Fi 802.11 ac (Wi-Fi 5) avec Bluetooth 5.1 et un port USB-C 3.1.

Elle est très semblable visuellement à l'iPad Pro, excepté pour le trou dans l'écran de 10,8 pouces pour la caméra avant. Ce trou permet à Huawei d'avoir un écran qui couvre 90 % de la surface avant.

Huawei a vraiment soigné l'ensemble, y compris les accessoires : elle prend en charge le stylet M-Pencil compatible Bluetooth et on retrouve le clavier sous la forme d'un étui. Ce clavier protège le recto et le verso de la tablette, et c'est un clavier complet AZERTY (QWERTY sur le modèle de test) avec une course de frappe de 1,3 mm. Ce clavier est plus large que celui de l'iPad car l'écran est au format d'affichage 16:9. Ce n'est pas spécialement confortable pour en faire votre machine principale de productivité, mais c'est un clavier agréable pour prendre des notes pendant vos réunions ou à l'extérieur.

Notez qu'il existe une version cellulaire (4G et 5G) avec 22 antennes intégrées, mais elles sont toutes logées dans le cadre, on ne voit donc pas de différences visuelles entre la version seulement Wi-Fi et la version cellulaire.

Affichage

La Huawei MatePad Pro possède un écran de 10,8 pouces de diagonale en définition 2560 par 1600 pixels. C'est un écran IPS LCD très correct, avec un bon contraste (1251:1) et une bonne luminosité (473 cd/m²) pour une tablette, il est réglé par défaut sur des couleurs vives (7976 K) avec un large espace colorimétrique (156 % du sRGB, 105 % du DCI-P3 et un Delta E sur DCI-P3 de 6,07).

Globalement, l'écran tire sur le bleu. Il faut passer manuellement en mode couleurs normales pour avoir des tons plus naturels. Par contre, c'est le mode vif qui permet d'avoir une bonne couverture des espaces colorimétriques. Le plus équilibré est sans doute de rester sur le mode couleurs vives et d'ajuster la palette sur des tons un peu plus rouges.

Le format 16:9 (format large du cinéma) est très agréable pour regarder des vidéos, moins pour consulter du contenu en mode portrait. C'est vrai que je reste habitué à l'iPad (4:3) dont le ratio d'affichage est plus polyvalent.

La plus puissante des tablettes Android

La MatePad Pro utilise un processeur de smartphones haut de gamme, c'est la même solution que le Mate 30 Pro et le P40 : le SoC HiSilicon Kirin 990 associé à 6 Go de RAM. Pas de surprises concernant les performances, en termes de fluidité, cette tablette est certainement la tablette Android la plus fluide du marché. Que cela soit chez Samsung ou d'autres fabricants, il n'y a pas de tablette Android plus puissante.

Nous lui avons fait passer plusieurs benchmarks, y compris GeekBench 5 où nous avons obtenu un score de 753 points en Single-Core et 2891 points en Multi-Core. La MatePad Pro peut donc se targuer d'une puissance équivalente à 70 % des performances d'un iPad Pro. La tablette d'Apple qui coûte... près de deux fois le tarif de la MatePad Pro.

Pour tous les usages que l'on peut avoir avec une tablette Android, la MatePad Pro aura donc suffisamment de puissance.

10 heures d'autonomie

La Huawei MatePad Pro embarque une batterie dont la capacité annoncée est de 7250 mAh. On retrouve de la charge rapide de 40 W, de la charge sans fil de 15 W ainsi qu'une charge sans fil inversée de 7,5 W. À l'usage, elle tient facilement plus de 10 heures en usage continu. La charge prend environ 1 heure et 40 minutes.

Avec la charge sans fil inversée, elle pourra donner un coup de fouet à votre smartphone, cela peut être utile même si ça reste globalement une fonction gadget. C'est le cas aussi de la charge sans fil, peu de supports sont capables d'accueillir une tablette de 10,8 pouces. Dans tous les cas, la MatePad Pro propose une charge relativement rapide et une bonne autonomie, on apprécie la mise en veille qui est peu consommatrice d'énergie.

Le problème est que la tablette est livrée avec un chargeur de 20 W -- la moitié de la puissance maximale -- donc la charge est plus lente si vous n'achetez pas un autre chargeur.

Android à poil ou presque

La Huawei MatePad Pro est une tablette Android 10 équipée de l'interface EMUI 10.1. Comme vous le savez certainement, en tant que produit de 2020... elle ne peut pas bénéficier des services Google à cause de l'embargo américain.

Nous avons un proverbe en Bretagne, « An heni na avantur netra nà koll nà gounid ne ra » que l'on peut en français par « Celui qui ne risque rien ne perd ni ne gagne ». Cette expression ne fonctionne pas dans la situation actuelle de Huawei. Force est de constater que Huawei est obligé de prendre des risques pour ne pas tout perdre. Et Huawei a beaucoup à perdre.

Prendre des risques pour Huawei signifie vendre des appareils mobiles Android sans Google -- nous avons testé le P40 Lite, le P40 ou encore le Mate 30 Pro. Le constat est toujours le même : le hardware est quasiment irréprochable sur ces appareils, le software est handicapé par l'absence de Google. Avec la Huawei MatePad Pro, le scénario est écrit d'avance.

Se passer de Google est possible. Néanmoins, Android a été construit de telle sorte que développer une version d'Android alternative est une tâche hasardeuse. Android est open source (AOSP), vous pouvez le télécharger, le compiler et l'installer sur votre appareil. Néanmoins, les Google Play Services fournissent un accès aux applications Android et des services essentiels au système (notifications, géolocalisation, sécurité...).

Le travail de Huawei est donc de construire et développer ses propres services, les Huawei Mobile Services (HMS) et son magasin d'applications nommé AppGallery. Il y a près de 3 millions d'applications disponibles sur le Play Store, le travail est donc très fastidieux. Il faut contacter les éditeurs, les convaincre, leur fournir les outils nécessaires pour adapter leurs applications et entretenir une relation régulière avec les développeurs. Depuis 2019, l'AppGallery progresse de jour en jour, mais il faudra du temps pour en faire une alternative viable au Play Store.

En attendant, Huawei fournit tout l'accompagnement possible pour ses utilisateurs. En plus de l'AppGallery, on retrouve donc une application nommée Petal Search qui permet de récupérer des applications au format .APK via des sources comme APKPure. Cette application filtre les sources, heureusement, et permet de retrouver l'essentiel des applications populaires y compris Netflix. Malheureusement, ce n'est qu'un accès aux fichiers .APK, vous n'avez aucune gestion des mises à jour des applications que vous aurez téléchargées par ce biais.

Enfin, vous avez la possibilité d'installer les Google Play Services, y compris le Play Store, Google Maps, Gmail, Chrome... je m'y suis essayé et c'est possible. Néanmoins, la méthode n'est pas simple. Elle nécessite de télécharger des fichiers d'une source douteuse, d'utiliser un PC avec un programme précis... Bref, ce n'est pas à la portée de tout le monde. Personnellement, au vu de la méthode d'installation, il me semble plus logique de considérer l'achat de la MatePad Pro en se passant totalement des services Google.

Concrètement, la MatePad Pro vous demandera donc d'apprendre à installer des fichiers .APK, de faire attention à la source de ces fichiers... Bref, soit vous avez les compétences et la patience pour le faire, soit vous avez quelqu'un de proche pour vous épauler. Finalement, si on compare à Windows, cela revient à installer des .EXE. Sauf que sur Windows 10, les éditeurs de programmes distribuent directement leurs fichiers. Sur Android, c'est rarement le cas, il faut donc se méfier de la source des fichiers que vous récupérez.

Pour illustrer ce risque... je n'ai pas eu besoin de plus de 30 minutes pour vous trouver le parfait exemple. Je cherchais un fichier APK fonctionnel de l'application Netflix... jusqu'au moment où je suis tombé sur une version fonctionnelle qui me demandait des droits d'accès système douteux et qui sans doute sert à récupérer des accès Netflix pour les revendre. Il va falloir donc être prudent, très prudent.

Après de nombreux tests, nous constatons que de nombreuses applications, dont Disney+, ne fonctionnent pas. Une fois connecté à Disney+, par exemple, l'application charge les profils, mais plante systématiquement lorsque l'on souhaite accéder au catalogue de vidéos. D'autres applications de streaming comme Wakanim, ADN... fonctionnent, mais dans une qualité basse. J'en ai profité pour vérifier l'état des DRM préembarqués, le niveau de sécurité Widevine est L3. Cela signifie que la qualité du contenu sur de nombreuses plateformes, comme Netflix ou myCanal, sera limitée à une définition 540p. Vous n'aurez pas accès à du contenu HD sur ces services de streaming.

D'un point de vue logiciel, la MatePad Pro embarque de nombreuses applications basiques : bloc-notes, gestionnaire de fichiers, dictaphone, calculatrice, éditeur de documents (WPS Office), agenda, e-mail et évidemment un navigateur web. L'ensemble de l'expérience est fluide, les performances sont au rendez-vous. Le multitâche est relativement bien géré, vous pouvez ouvrir beaucoup d'applications en même temps et en afficher plusieurs grâce à une fonction qui permet d'ouvrir une app en premier plan dans une fenêtre réduite.

Si vous avez un smartphone Huawei, la fonctionnalité Share permet de partager l'écran de votre smartphone sur la MatePad Pro. Pratique. Il y a également un mode PC qui exploite la fonction EMUI Desktop pour afficher les applications avec une interface qui reprend le comportement de Windows 10, macOS... étant donné que le clavier n'a pas de pavé tactile, ça reste surprenant. Il faudra brancher un pavé tactile ou une souris en Bluetooth pour vraiment exploiter cette interface qui reste assez limitée dans tous les cas.

Des caméras efficaces (pour une tablette)

Sur la MatePad Pro, on retrouve une caméra de 13 mégapixels (ouverture de f/1,8) à l'arrière et une caméra avant de 8 mégapixels (ouverture de f/2,0). On apprécie la présence d'un flash LED à l'arrière avec la possibilité de filmer en 4K à 30 ips. D'ailleurs, l'application appareil photo de base possède les mêmes fonctions que celle d'un smartphone, dont le mode nuit.

Bref, c'est plus que suffisant pour une tablette.

Prix et disponibilité de la Huawei MatePad Pro

Il existe plusieurs variantes de la MatePad Pro avec 6 Go de mémoire RAM si vous optez pour le modèle 128 Go, mais 8 Go si vous optez pour 256 ou 512 Go de stockage interne. Il y a également une version cellulaire. En France, vous trouverez uniquement la version 6 Go / 128 Go en Wi-Fi seulement, son prix est de 549,99 euros sans clavier et 599,99 euros avec le clavier.

Parmi les alternatives, vous trouverez principalement trois solutions. Samsung n'a pas encore annoncé la Galaxy Tab S 7, mais cela ne devrait plus trop tarder.