Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Huawei Matebook D16 AMD (2021) : un feeling d'ultraportable dans un corps de 16 pouces

Huawei s'est lancé dans le marché du PC portable depuis 2018. La marque de téléphone chinoise n'a eu de cesse de proposer des laptops au look sobre, naviguant entre le haut de gamme et le milieu de gamme. Avec ce Matebook D16, Huawei veut jouer sur deux tableaux. D'une part, la firme promet un 16 pouces léger et facilement transportable d'une part, et d'autre part, elle l'équipe de la première génération de puces AMD efficace depuis longtemps sur laptop, un 4000 series.

Fiche technique du Huawei Matebook D 16 (2021)

Un design au chausse-pied

Depuis le lancement de Huawei, le design sobre et efficace de ses PC n'a presque pas bougé. Pour une fois, avec ce Matebook D 16 2021, Huawei tente une petite touche d'originalité en intégrant deux haut-parleurs de chaque côté du clavier, un peu à l'instar de ce qui se pratique chez Apple avec son Macbook Pro 16. À noter qu'un design similaire avait déjà été proposé par le MagicBook Pro de Honor, sous-marque de Huawei. Bon à ceci près que la finition est grossière : les haut-parleurs sont ici extrêmement visibles. Ce n'est d'ailleurs pas forcément un défaut : on sait précisément d'où vient le son, et on peut donc placer le PC en conséquence.

Autre originalité de design, l'écran de 16,1 pouces est accueilli dans un gabarit habituellement utilisé pour les 15,6 pouces selon Huawei. Bon dans les faits, il mesure 369 mm, soit quelques 10 mm de plus en moyenne qu'un 15 pouces. Mais à l'usage, on n’a clairement pas l'impression de manipuler un 16 pouces. Avec cette petite pirouette sur le châssis, on gagne évidemment beaucoup en mobilité. Lors de mon test, il rentrait sans peine dans mon sac en bandoulière, là où un 16 pouces ou un 17 pouces classique n'y parvient qu'avec grande peine.

Le Huawei Matebook D16 pèse 1,74 kg. À l'usage, j'ai trouvé ce poids très adapté. Dans mon deux pièces, je me trimballais aisément d'une pièce à l'autre, en le tenant sans peine d'une main, et sans ressentir la moindre gêne lors de ma transhumance. De même, posé sur soit pour travailler dans un canapé ou un lit, son poids est à peine perceptible.

Pour parvenir à cette petite pirouette sur son châssis, les bordures ont été réduites : elles ne mesurent que 4,9 mm, offrant un ratio châssis/écran très confortable de 90 %. En séance ciné avec le PC posé sur les genoux, on est plus aisément happé par l'écran, ce qui est vraiment un très bon point pour un PC pensé pour un usage multimédia. D'autant qu'avec sa diagonale de 16 pouces, pas loin des 17 pouces qui font figure de maximum en laptop, on voit sans peine tous les détails à l'écran.

Pour le reste du PC, on est sur un châssis en plastique doté de finitions en aluminium, qui donne, une fois n'est pas coutume, un aspect très sobre à l'ensemble. Les finitions ne sont pas non plus « laser » comme on dirait dans Top Chef, mais le résultat reste très propre.

Mention spéciale à la charnière, qui parvient à ne demander aucune force pour être actionnée, mais qui reste précise et fluide. Le bouton d'alimentation prend place en haut du haut-parleur droit. Il joue aussi le role de capteur d'empreintes.

Clavier et touchpad

Le clavier est vraisemblablement le même que d'habitude chez Huawei. Même s'il n'atteint pas les bords, il n'y avait pas forcément besoin de l'agrandir puisqu'à l'usage, il s'avère suffisamment large. Dommage cependant de ne pas avoir profité de cet espace pour insérer un clavier numérique.

Le confort de frappe est moyen selon nous. Les touches sont presque trop espacées, ce qui oblige à quelques extensions pour aller chercher des caractères spéciaux. Le rebond est vif et la course est plutôt bonne, mais la matière choisie, proche d'une gomme, ne nous convainc pas totalement.

Une touche permet d'accéder à deux niveaux de rétroéclairage, même si seul le deuxième niveau, plus fort, nous a paru utilisable. Dans une semi-obscurité, le rétroéclairage manque un peu de puissance. En revanche, la nuit, il offre une partition impeccable en éclairant les touches juste suffisamment pour s'y retrouver sans éblouir. Le clavier s'éteint également tout seul si on le laisse tranquille, ce qui évite de devoir le désactiver et le réactiver de manière intempestive.

À noter la présence de quelques raccourcis bien pratique, avec notamment la touche « partage d'écran » ou encore une touche dédiée au lancement du PC Manager, un logiciel fourni avec tous les PC Huawei. On apprécie également ne pas avoir besoin de passer par la touche FN en paramètres d'usine pour baisser le son ou augmenter la luminosité. Cela apporte une petite touche de confort en plus.

Le touchpad manque un peu de confort. Il essaye d'imiter le feeling vitre, mais globalement, les doigts ont tendance à traîner et si vous avez une souris qui traîne quelque part, vous devriez vite ne plus l'utiliser qu'en cas d'extrême nécessité.

Ports

Au niveau connectique, il y a largement de quoi faire. À droite, deux ports USB classiques 3.2 Gen 1 accompagnent une entrée jack 3,5 mm. À gauche, deux ports USB-C permettent de charger le PC et une sortie HDMI pouvant aller jusqu'à de la 4 K en 60 Hz est fournie. Précisons aussi que comme il s'agit d'une architecture AMD, la connexion via Thunderbolt n'est pas disponible.

Webcam, haut-parleurs et micro

C'est une des marques de fabrique de Huawei. La webcam est incrustée entre les touches F6 et F7. L'avantage, c'est que cela offre un plus en matière de protection de la vie privée. Le problème, c'est que l'angle choisi est vraiment peu flatteur. De plus, cela amène nos interlocuteurs à voir nos doigts dès qu'on tape la moindre chose sur le clavier. En dehors de ça, la qualité de la caméra laisse à désirer, comme souvent, et elle ne permet pas, par ailleurs, d'utiliser la reconnaissance faciale.

Sur la partie haut-parleurs, le PC offre une partition plutôt bonne, avec un penchant du côté des aigus (pas toujours bien définis) et des medium. De très discrètes basses s'invitent parfois au mix, qui reste assez peu doté de ce côté là. Le volume est suffisant pour une écoute en musique de fond, par exemple en travaillant, mais pas de quoi non plus s'en servir d'enceinte. Pour regarder une série, le son peut venir à manquer s'il y a le moindre bruit parasite. Et si on est un peu dur de la feuille, on risque d'être vite à fond et de manquer un peu de puissance. Pour ce qui est du microphone, il offre un son très correct et audible sans plus. La spatialisation est correcte.

Un écran large, bien calibré, mais peu éclairé

Au-delà des 15 pouces, on peut considérer qu'on entre dans le territoire des grands écrans de pc portable. Avec ses 16,1 pouces, ce laptop offre une dalle large et agréable d'utilisation rien que par sa taille. En bureautique, cela s'avère très confortable. On travaille aisément avec deux fenêtres ouvertes en même temps. Lorsqu'on visionne des séries ou des films, on prend plaisir à s'immerger dans les scènes davantage qu'avec un 15 pouces.

Lors de nos tests avec notre sonde, nous pouvons vous assurer que vous ne risquez pas de vous bruler la rétine, car la luminosité est plutôt faible avec 291 cd/m². Si l'on ajoute à cela un contraste relativement faible de 1379:1, on a un rendu assez grisâtre des blancs qui manque parfois de peps.

Heureusement, la partie couleur est plutôt très bonne pour cette gamme de prix. La température des couleurs mesurée indique une valeur autour des 6472 K, soit légèrement en dessous des 6500 K conseillés. Là-dessus, aucun souci, les couleurs sont fidèles, ni trop criard, ni trop terne.  Enfin, la dalle possède une couverture du spectre sRGB de 99 %, pour 67 % DCIP3. De même, la calibration des couleurs est excellente, puisque le DeltaE2000 mesuré se situe en moyenne à 3,3 lorsqu'on considère qu'une différence de 3 est invisible à l'oeil nu.

Windows 10 et surcouche Huawei

Huawei livre une version de Windows 10 impeccable, sans aucun bloatware. En fouillant un peu, on trouve tout de même le peu envahissant AMD Radeon Software, nécéssaire pour les pilotes graphiques. La barre de raccourcis en bas à droite est immaculée. Il n'y a même pas besoin de la configurer au premier lancement.

Huawei ajoute une très fine surcouche logicielle. Il y a par exemple un mode performances qu'on peut lancer en appuyant simultanément sur Fn et P. En bas à droite, une icône ouvre un onglet sur la droite plutôt lisible qui donne accès à quelques raccourcis comme un outil de capture d'écran fixe et vidéo, la calculatrice ou le bloc-notes. On peut aussi y retrouver rapidement ses derniers documents ouverts ainsi que ses derniers copier coller sauvegardés dans le presse papier. En cherchant un peu, lorsqu'on ouvre le menu clic droit sur l'écran d'accueil, on accède à un menu dédié au confort des yeux plutôt bien fichu.

En appuyant sur la touche Huawei de raccourci — en F10 —, on accède à un petit logiciel de mise à jour des pilotes et d'entretien de la machine. C'est aussi là qu'on peut lancer la collaboration multiscreen avec un téléphone Huawei.

Le Ryzen 5 4600H n'a pas dit son dernier mot

A priori, le Ryzen 5 4600H (6 cœurs/12 Threads), basé sur l'architecture Zen 2, peut sembler un peu faiblard comparé aux plus récents Ryzen de series 5000, basé sur Zen 3. Mais en plus de contenir quelque peu le prix par rapport à un processeur dernier crie, il affiche de très honnêtes performances et suffira amplement à une utilisation en bureautique classique.

Doté de 6 cœurs cadencés à 3 GHz, il est par ailleurs accompagné d'un processeur graphique AMD Radeon (6 cœurs). À cela s'ajoute 16 Go de RAM DDR4 3200 MHz et 512 Go de stockage en SSD NVMe PCIe, partitionné en 119 Go et 337 Go sur notre machine de test. Il est en outre possible d'ajouter jusqu'à 2 To de mémoire.

Performances du Matebook D16 AMD 2021

Le Huawei Matebook D16 AMD offre d'excellentes performances pour les tâches de bureautique classiques. Afin de mesurer plus précisément ses performances, nous l'avons testé sur PC Mark 10.

Il obtient un excellent score de 5102. C'est un score qui pourrait le placer aux portes des performances des PC gaming, qui vont généralement chercher au-delà des 5500. Toutes les applications se lancent avec une belle aisance et une fluidité débordante.

Nous le lançons ensuite sur Cinebench, un outil dédié au processeur afin de connaître ses performances spécifiques.

Comme souvent avec les Zen 2, le test sur un seul cœur est un peu faible puisqu'il obtient 1146 points. Il se place tout de même au-dessus d'un processeur Intel de 10e génération comme le Core i5-1035G1 du Surface Laptop Go qui avait obtenu 1027. Il n'est cependant pas loin d'un Ryzen 7 5800H — un Zen 3 donc —, comme celui que nous avons testé sur le TUF Gaming A15.

En multicœurs, il s'en sort beaucoup mieux avec 7966 points. Il se place loin devant l'i5 1035G1 et son 2699, mais aussi juste quelques points plus haut que le M1 du Macbook Pro, et son 7448.

Grâce à CrystalDiskMark, nous mesurons les performances du SSD. Pour rappel, nous testons la version 512 Go partitionnée en deux disques, qui se montre très performante, bien devant les résultats du Dell XPS 13 2-en-1 ou même légèrement plus rapides que le SSD du Razer Book 13.

Performances graphiques

Le Ryzen 5 4600H est accompagné du processeur graphique intégré AMD Radeon. Osons le dire, ses performances sont tout simplement bluffantes... pour une puce graphique intégrée. On peut s'amuser à lancer toute une galerie de petits jeux en 3D simple ou en 2D un peu fine les yeux fermés.

Son score sur 3DMark Night Raid via confirmer cette première impression, puisqu'il affiche un score impressionnant de 12 134. Sur un test qui est prévu pour les ultraportables et tablettes sans puces graphiques dédiées, cela reste très bon.

En jeu

Fortnite nous propose comme réglages de base une résolution 3D à 66 %, avec le curseur des graphismes réglé sur moyen et une définition de 1080 p. En 30 images par seconde, le jeu est très stable. Si on pousse un peu et qu'on lui permet d'aller jusqu'à 60 images par seconde, le taux varie entre 30 et 50 images par secondes, ce qui reste très praticable. Avec les options graphiques sur élevé, le jeu n'est pas jouable puisqu'il passe en dessous des 25 FPS.

Globalement, pour la 2D et la 3D low-poly, le processeur graphique s'en sort très bien. Par exemple, Fall Guys tourne autour des 45 FPS stable. En revanche, un jeu un peu plus complexe à afficher comme Valheim n'est tout simplement pas assez fluide pour être agréable.

Pour la partie refroidissement, il n'y a simplement rien à dire tant elle est efficace. Le PC n'émet aucun bruit, et nous n'avons jamais eu aucun souci de chauffe.

Autonomie et charge

L'autonomie du Huawei Mateview D16 le place dans la fourchette haute. Il tire notamment parti de sa batterie de 56 Wh. En mêlant navigation web, bureautique, écoute de musique, j'ai obtenu autour de 8 heures d'utilisation. Lancé sur le test de batterie de PC Mark, il est parvenu à tenir 9 heures, ce qui le place là encore tout en haut du milieu de tableau, au-dessus d'un Zenbook Duo de chez Asus et ses 8 h 22, et sous le tout récent Rog Strix G15 et ses 10 h 30 — et accessoirement son Ryzen 9 5900HX beaucoup plus efficient sur le plan énergétique.

La recharge prend un peu plus d'1 h 10 grâce à chargeur 65W fourni avec lui dans la boîte. Et si vous veniez à l'oublier à la maison, pas de panique, un chargeur en USB-C compatible Power Delivery pourra prendre sa place pour la journée.

Prix et disponibilité du Huawei Matebook D16

Huawei commercialise son Matebook D16 AMD 2021 en France contre la somme de 899 euros. Sur le site, il est indiqué qu'une configuration avec un Ryzen 7 4800H existe, mais impossible de l'acheter. Un seul coloris est également de mise. Précisons par ailleurs que Huawei offre des Huawei Freebuds 4i blanc d'une valeur de 79,99 euros (et notés 8/10 chez Frandroid) pour l'achat d'un Matebook D16 AMD 2021.