Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Intel va bien lancer ses premiers GPU Arc à la fin du mois... mais pas ceux qu'on espérait

Les choses avancent du côté des fameuses cartes graphiques d'Intel. Le géant américain a enfin pu faire une annonce précise, et elle concerne le lancement des premiers GPU Intel Arc. Il aura lieu par le biais d'un webcast diffusé le mercredi 30 mars à 16 heures, heure de France métropolitaine.

Intel respecte ainsi ses engagements juste à temps, puisque la compagnie avait annoncé que les premiers GPU Arc sortiraient au premier trimestre 2022.

Les GPU mobiles passent en premier

Cela faisait des mois qu'Intel ne cachait plus ses ambitions d'entrer sur le marché des GPU et venir ainsi titiller les deux acteurs qui règnent en maitres absolus sur le secteur, à savoir Nvidia et AMD. Cette ambition avait été annoncée dès l'été dernier, avant d'être un peu plus détaillée au CES 2022.

Intel a ainsi présenté sa première génération de puces graphiques, nommée Alchemist, qui sera suivie, selon un calendrier déjà prévu, par Battlemage et Celestial. Contrairement à ce que l'on pensait, ce ne sont pas des GPU de bureau qui seront présentés en mars, mais des GPU destinés aux PC portables. Les cartes graphiques Intel ARC de bureau seraient quant à elles attendues pour le deuxième trimestre.

Lisa Pearce, vice-présidente d'Intel, a en tout cas bien confirmé la présentation de la gamme des GPU mobiles Arc le 30 mars, aux côtés de plusieurs technologies telles que le Intel Deep Link et le XeSS. Elle a notamment évoqué plus précisément la puce A370M, qui permettrait d'après elle de doubler les performances graphiques par rapport à une carte graphique intégrée Iris Xe.

Les nouveaux GPU d'Intel pourraient aider, au moins partiellement, à atténuer la crise de la demande des cartes graphiques, qui dure depuis 2020. L'annonce de l'arrivée d'un troisième acteur est dans tous les cas une bonne nouvelle pour les consommateurs qui profiteront de davantage de choix.