Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Intel fait le plein d'annonces : Rocket Lake-S, Tiger Lake-H, PCIe 4.0, Alder Lake pour le futur

Après de nombreuses années à être une référence incontestée du marché des processeurs, Intel connait des temps compliqués. La firme fait en effet face au retour d'AMD qui propose désormais des processeurs Ryzen très compétitifs dans l'univers Windows, mais aussi à une montée en force d'ARM sur le segment mobile et chez Apple. De plus, Intel a connu des difficultés au cours des dernières années à mener ses projets à bien et trouver des relais de croissance pertinents. La marque a été pendant longtemps en déroute sur le 10 nm et a revendu son activité modem 5G, notamment.

Au CES 2021, Intel avait donc un gros chantier devant elle, et elle a donc multiplié les annonces pour sa conférence. L'une d'elles vise particulièrement Apple et ARM.

Rocket Lake-S : la 11e génération arrive sur les PC de bureau

La première annonce importante, elle était attendue, est celle de l'arrivée des processeurs 11e génération sur PC de bureau. Les processeurs Rocket Lake-S continuent là où Tiger Lake a commencé à la fin de l'année 2020, et misent notamment sur de meilleures performances sur les algorithmes d'intelligence artificielle, mais aussi un gain d'IPC allant jusqu'à 19% (instructions par cycle). Attention, contrairement à leurs cousins sur PC portables, les processeurs Rocket Lake-S utilisent encore et toujours le process 14 nm.

Les processeurs Rocket-Lake S utilisent l'architecture Cypress Cove, un travail effectué par Intel pour ramener des nouveautés de Sunny Cove (l'architecture des processeurs mobile) vers un process 14 nm, en augmentant la taille des cœurs et la consommation d'énergie.

Sans annoncer en détail la gamme de processeurs qui débarquera bientôt sur les PC de bureau, Intel a présenté le premier d'entre eux : l’Intel Core i9-11900K.

Ce nouveau processeur intègre 8 coeurs et 16 threads, contre 10 cœurs pour son prédécesseur Intel Core 10900K, en raison de l'agrandissement de la taille des coeurs. La fréquence est assez élevée, de 4,8 à 5,3 GHz. Surtout, c'est avec ce processeur que Intel va enfin prendre en charge le PCI Express 4.0 avec 20 lignes, ce qui devrait augmenter l'intérêt des SSD NVMe utilisant ces niveaux de débits. On aura donc 16 lignes pour le GPU, et 4 lignes pour un SSD. Il ne faudra pas compter sur deux ports M.2 PCI Express 4.0 sur les cartes mères Intel 500 les plus accessibles avec cette génération.

Pour s'équiper de ces nouveaux processeurs, il faudra l'une des nouvelles cartes mères Intel 500 (Z590, B560 ou H510), ou certaines cartes de la génération 400 (Z490, Q470, H470).

Tiger Lake-H : les PC portables performants passent aussi à la 11e génération

Intel avait aussi quelques nouveautés en stock pour les PC portables. On ne parle cette fois pas des ultraportables, qui sont équipés de processeurs série U, mais plutôt des PC performants avec leurs série H. Cette dernière passe à la 11e génération et Intel veut en faire la solution idéale pour les PC de jeu face à AMD. Pour cela, Intel mise d'abord sur son passage au PCI Express 4.0 pour donner accès à un stockage plus rapide et de meilleures puces graphiques, mais aussi au Wi-Fi 6E propulsé par ses cartes Intel Killer. Le Wi-Fi 6E promet grâce à sa bande fréquence 6 GHz d'offrir des débits plus élevés, et une latence plus faible.

Comme pour les Tiger Lake-U, le Thunderbolt 4 sera désormais de la partie. Il devrait permettre de continuer le travail sur les solutions graphiques externes plus véloces. C'est à ce jour la meilleure connectique possible sur PC, et un vrai atout d'Intel face à AMD en attendant l'arrivée de l'USB4.

Ces processeurs seront bien produits en utilisant le process 10 nm SuperFin d'Intel, et devraient commencer leur production durant le premier trimestre, pour débarquer dans des PC portables à partir du deuxième trimestre. Parmi les nouveautés intéressantes, on peut mentionner la gestion du Resizable BAR de la norme  PCI Express, que l'on connait chez AMD sous le terme « Smart Access Memory ». Pour faire simple, elle permet d'augmenter les performances grâce à une meilleure communication entre le processeur et la puce graphique. Intel annonce avoir travaillé avec Nvidia pour cette intégration. L'ennemie de mon ennemie est mon ami comme on dit.

Intel Alder Lake : la réponse à ARM et Apple

Intel a terminé sa conférence du CES 2021 avec un petit teasing de son avenir. D'après la firme, il se matérialisera avant la fin de l'année 2021 et répondra au nom d'Alder Lake. Cette nouvelle génération est d'après Intel « une percée significative pour le x86 », car il combine pour la première fois des cœurs tournés vers plus de performances, avec des cœurs tournés vers l'économie d'énergie. C'est une solution que le monde ARM connait justement par cœur, et qui aujourd'hui utilisé dans les smartphones, les tablettes, mais aussi les MacBook dans le cas d'Apple.

Intel s'est voulu confiant sur cette annonce, et a présenté un premier PC de bureau équipé de processeur et capable de faire tourner Windows 10. Un premier prototype encourageant pour une sortie prévue cette année.