Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de la JBL Flip 6 : une enceinte Bluetooth au superbe équilibre tonal

Toujours aussi compacte, l’enceinte Bluetooth JBL Flip 6 est de celles que l’on emmène partout avec soi pour écouter de la musique ou profiter d’un son de qualité en regardant une série sur un smartphone ou une tablette. Solide, étanche, elle ne craint pas d’être bousculée, plongée dans l’eau ou posée dans le sable. Pour ce sixième millésime, JBL n’a opéré que de menus changements esthétiques, mais doublé le nombre de transducteurs et d’amplificateurs pour mieux séparer les registres de fréquences. La Flip 6 est donc un modèle à 2 voies et c’est un progrès considérable.

Fiche technique de la JBL Flip 6

Ce test a été réalisé avec une enceinte prêtée par le fabricant.

Design de la JBL Flip 6

La JBL Flip 6 évolue assez peu en comparaison de la Flip 5, si ce n’est au niveau du logo de la marque, qui passe du petit carré rouge aux grandes lettres JBL en relief et du même coloris que la robe de l’enceinte. La Flip 6 se présente présente donc sous la forme d’un cylindre de 18 cm de longueur environ sur 8 cm de diamètre, très largement recouvert de tissu Kvadrat. La teinte grise de notre exemplaire est obtenue par un tressage de mailles noires, anthracites et gris clair, qui lui confèrent des reflets discrètement sophistiqués. Le tissu est galbé au niveau de la zone de contact avec les renforts latéraux de l’enceinte, qu’il recouvre sur la partie avant.

Le piètement en silicone de l’enceinte lui permet de ne pas basculer ni rouler lorsqu’elle est posée, et l’oriente légèrement vers le haut pour une diffusion plus directe vers l’auditeur. Sur la partie supérieure, on trouve les boutons de commande en silicone, tandis que la face arrière loge les boutons rétroéclairés de mise sous tension et d’appairage Bluetooth, ainsi que le port USB-C de charge et une barre de LED indiquant l’état de la batterie. Enfin, l’enceinte JBL Flip 6 dispose d’une dragonne pour être suspendue ou transportée.

La JBL Flip 6 respire la solidité, est totalement étanche à l’eau et à la poussière avec une certification IP67, et impressionne par sa qualité de conception et de fabrication.

Usage et application de la JBL 6

La JBL Flip 6 a vocation à être utilisée dans l’intimité d’une chambre à quelques dizaines centimètres de soi, posée sur un lit ou un chevet, tout autant que sur une nappe de pique-nique, un bord de piscine ou à même le sable d’une plage. Tout au long des multiples semaines qu’a duré ce test, elle s’est toujours montrée à son aise : facile à transporter, facile à positionner et même à suspendre ou attacher grâce à sa dragonne. On lui trouve toujours une place, pendue à l’accoudoir d’un siège de camping-car ou arrimée au porte-bagage d’un vélo.

Les boutons de contrôle sont simples à actionner et leur relief permet de les identifier sans mal, même les yeux fermés. Les incréments de volume sont assez nombreux et autorisent d’ajuster assez finement le volume, plus d’ailleurs que par le biais des boutons d’un smartphone. Le bouton de lecture/pause permet de passer à la piste suivante moyennant une double pression. Pas de possibilité de revenir à la piste précédente cependant.

Par défaut, l’enceinte émet une tonalité à l’allumage et lorsqu’elle se connecte à une source Bluetooth. Cependant, il est possible de désactiver tous les sons d’interaction.

Une app avec égaliseur

JBL propose toujours la même application basique pour gérer ses enceintes Bluetooth. JBL Portable donne accès à quelques fonctionnalités utiles, outre la mise à jour du firmware, comme un égaliseur à trois bandes (grave/médium/aigu) ou le mode Party Boost. Ce dernier peut associer plusieurs enceintes JBL entre elles (jusqu’à 100 en théorie) pour diffuser un son plus immersif et puissant.

Ce mode n’oblige pas à disposer des mêmes enceintes et j’ai pu écouter simultanément la Flip 6, la JBL Charge 5 et l’Extreme 3.

Bluetooth multipoint

Le contrôleur Bluetooth 5.2 embarqué est compatible avec la connexion multipoint, ce qui laisse utiliser la JBL Flip 6 avec deux sources Bluetooth simultanément. La connexion est très stable et les 10 mètres de portée annoncés sont respectés, même au travers d’un plancher en bois. Lors de sa mise sous tension, l’enceinte se reconnecte au dernier périphérique associé, et ce très rapidement.

Audio de la JBL Flip 6

La JBL Flip 6 marque une évolution importante dans la gamme Flip, puisque, contrairement à la Flip 5 qui n’embarquait qu’un haut-parleur large bande, la Flip 6 hérite d’un tweeter à dôme souple, comme les JBL Charge 5 et JBL Extreme 3. Nécessairement, l’adjonction d’un transducteur de 16 mm, exclusivement dédié aux hautes fréquences, modifie le comportement de la Flip 6 dans le haut du spectre et rend les sons aigus plus audibles à mi-distance. Mais ce n’est théoriquement pas tout, puisque le haut-parleur de grave-médium de 8 x 4,5 cm, travaillant désormais sur une plage de fréquences plus étroite, devrait gagner en efficacité et en précision.

Ce haut-parleur est associé à deux radiateurs passifs, qui permettent d’amplifier mécaniquement les fréquences basses sous 80 Hz et de réduire l’excursion de la membrane du transducteur principal. Après vérification, l’enceinte produit du grave en abondance jusqu’à 55 Hz et coupe nettement en dessous. C’est une belle performance pour une enceinte d’un si petit gabarit et une bonne nouvelle, puisqu’une reproduction efficace des sons graves aux environs de 60 Hz donne une impression de plénitude à l’écoute.

L’amplification évolue également avec désormais deux amplificateurs au lieu d’un : le premier de 20 W, pour le haut-parleur de grave-médium, et le second de 10 W, dédié au tweeter. On peut ainsi légitimement espérer un meilleur régime transitoire pour chaque haut-parleur et globalement un meilleur son. Enfin, seul le codec SBC est supporté, ce qui n’est nullement un problème tant la qualité de l’amplification et des transducteurs prime sur la méthode de transmission sans fil du son.

Configuration de test

J’ai écouté l’enceinte JBL Flip 6 avec un iPhone 13 Pro Max depuis Apple Music, dans des conditions variées : en intérieur, de 50 cm de distance à plusieurs mètres, ainsi qu’en extérieur, au calme dans la nature comme au bord de la mer, avec le ressac de l’océan en bruit de fond. Dans tous les cas, l’enceinte s’est comportée à merveille, offrant un son toujours agréable et équilibré. Notez qu’à l’instar de bien des enceintes Bluetooth, la petite JBL Flip 6 réduit le volume de basses fréquences au-delà de 40 % de son volume, afin de préserver son amplification et la membrane de ses haut-parleurs.

C’est un peu moins qu’une Charge 5 qui réduit la voilure au-delà de 60 %, mais dans l’absolu pas bien gênant, car la Flip 6 joue très fort à 40 % et s’entend sans difficulté à plusieurs mètres.

Signature sonore

La JBL Flip 6 est tout bonnement excellente à mes oreilles, clairement supérieure à la version 5. Elle délivre un son généreux dans le grave, doux et analytique dans le médium, fin et lumineux dans l’aigu. Le dosage entre les différents registres est savant et la recette totalement réussie. Malgré son petit volume, elle réussit à cogner assez fort et plutôt bas (55 Hz) et ne laisse pas l’auditeur sur sa faim.

La Flip 5 ne donnait pas l’impression de descendre si bas, son médium était plus rugueux et son aigu moins fluide. Bref, cette sixième itération est très plaisante.

Comportement dynamique et scène sonore

C’est un point fort de la JBL Flip 6 : sa capacité macro-dynamique est bonne et l’enceinte se montre également capable d’importants écarts dynamiques, sans pour autant céder à l’agressivité. Le son est donc très maîtrisé, peu importe ce qu’on lui donne à jouer. La restitution des voix donne entière satisfaction et, à ce jeu, la Flip 6 fait aussi bien, sinon mieux, que la Charge 5. Il faut prêter ses oreilles à l’Extreme 3 pour goûter à plus de détails et de raffinement. La petite JBL Flip 6 s’en sort haut la main avec les films et séries lus depuis un ordinateur portable, un smartphone ou un téléviseur.

Monophonie oblige, la scène sonore ne peut être large, mais elle surprend par sa profondeur. Le bon comportement dynamique permet un étagement plaisant des plans sonores, sans tassement gênant. En pratique, le son diffusé est bien articulé et les voix se détachent bien. À ce jeu, elle fait mieux que la JBL Flip 5 et que la JBL Charge 5.

Micro de la JBL Flip 6

Pas de microphone sur le JBL Flip 6, ce qui était déjà le cas du précédent modèle. On ne peut donc pas passer d’appels avec elle.

Autonomie de la JBL Flip 6

JBL annonce jusqu’à 12 heures d’autonomie et j’ai mesuré 13 heures après avoir utilisé l’enceinte entre 10 et 30 % de son volume environ, en écoutant mes playlists habituelles. C’est un peu moins qu’une Flip 5, mais logique puisque deux amplificateurs sont désormais intégrés. Quant à la batterie, celle-ci se recharge en 2h30 environ.

Prix et date de sortie de la JBL Flip 6

L’enceinte JBL Flip 6 est proposée dans les coloris noir, blanc, gris, rouge et bleu, au prix de 139 € TTC. Ce n’est pas la moins onéreuse des petites enceintes nomades, mais l’une des meilleures de sa catégorie.