Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du LG G3, quand le Coréen transforme l'essai

Moins d'un an après le G2, son successeur est désormais entre nos mains. Avec le LG G3, LG propose une montée en gamme marquée par un élément central : le smartphone est l'un des tout premiers à être équipé d'un écran QHD, et certainement le premier appelé à être accessible au grand public à l'international. Plus grand, plus beau, un peu plus cher : le G3 a-t-il suffisamment d'arguments pour tenir la dragée haute aux cadors du milieu, soit Samsung, Sony et HTC ? Nous avons passé l'appareil au crible dans ce test.

LG G3

Une fois n'est pas coutume, mentionnons le boîtier dans lequel est livré notre G3 mérite le détour. Avec son aspect métal, il s'accorde parfaitement avec le look du smartphone qui, rappelons-le, n'est malheureusement pas fourni avec sa coque Quick Circle. On trouve cependant en pack un cordon USB avec un adaptateur secteur, ainsi qu'une paire d'écouteurs intra-auriculaires là aussi habillés d'une finition d'aspect métal.

 

Caractéristiques du LG G3

Prenez un G2, augmentez la taille de son écran de 0,3 pouce, ajoutez une grosse dose de pixels ainsi qu'un processeur un peu plus puissant : vous obtenez un G3. L'appareil bénéficie d'une finition également plus agréable, avec une coque faite d'une matière semi-métallique agréable au toucher. Nous y reviendrons plus bas.

 

Le G3, plus grand et plus beau

Les boutons placés au dos du G2 faisaient le charme du flagship 2013 de LG. Le Coréen ne s'y est pas trompé et en a repris les bases, les peaufinant joyeusement en l'espace de six mois. Et l'on n'est pas déçu du voyage... pour peu que le format phablette ne nous dérange pas. Car qu'on se le dise, si le G2 rentrait à peu près dans la poche de mon pantalon, le G3 ne trouvera sa place que dans mon sac à main, écran de 5,5 pouces oblige.

D'apparence, le G3 « fait » plus élégant que son prédécesseur. Sa coque d'aspect métallique y est pour beaucoup, apportant un aspect classieux manquant au G2. Mais le plastique, c'est la légèreté, un point forcément appréciable. On retrouve une allure métal brossé et une matière plastique agrémentée d'une toute petite parcelle de métal. On ne sait pas si c'est vraiment ce point qui confère un si joli aspect à l'appareil, mais il faut constater que l'ensemble est réussi. Le bonus de l'affaire, et certainement le plus appréciable, c'est la possibilité d'ôter cette coque pour accéder à l'emplacement micro-SIM, au slot micro-SD (alléluia) et à la batterie, elle-même amovible. Un excellent point qui satisfera ceux qui regrettaient l'absence de mémoire extensible chez le G2.

LG G3

Si l'on fait le tour de l'appareil, on remarquera que la bande située sous l'écran est plus mince que chez le G2. Au-dessus, on retrouve la batterie de capteurs habituelle, avec une LED de notifications (capitale) tout à gauche. La grille du haut-parleur n'est plus argentée mais noire, et n'est plus enfoncée dans la coque : elle attrape moins la poussière.

On constate avec satisfaction le travail apporté par LG concernant la surface du smartphone consacrée à l'écran, et la finesse des bordures noires qui l'entourent. Du tout bon. Si l'on retourne le smartphone, on constatera l'intérêt d'avoir opté pour cette coque effet métal. Tandis que le G2, au plastique brillant, est constellé de traces de doigts, son successeur est mat. Le haut-parleur a d'ailleurs émigré au bas de cette coque, une idée discutable quand on veut écouter de la musique lorsque l'appareil est posé sur le dos. En haut, on retrouve un capteur photo de 13 mégapixels entouré d'un laser dédié à la mise au point des photos, et un double flash LED.

LG G3

Et bien sûr, le fameux bouton power est toujours sous le capteur photo, entouré des touches de réglage du volume. LG a modifié la forme de la touche centrale, ronde et agréable au doigt, tandis que les réglages du volume sont légèrement enfoncés dans la coque. Rien ne dépasse de la coque, quand le bouton power du G2 était légèrement protubérant : à la main, c'est agréable. Et avec la taille du smartphone, l'emplacement de la touche est d'autant plus pertinent que l'on n'a plus tendance à poser l'index sur l'appareil photo.

Pour le reste, les tranches sont inoccupées, et cerclées de métal. En haut, on remarquera simplement la présence d'un micro et d'un capteur infrarouge, pour se servir de l'appareil comme d'une télécommande universelle. En bas, LG a positionné la prise jack 3,5mm et un port micro-USB 2.0. Seule différence, les haut-parleurs ont disparu du bas de la coque.

Globalement, le G3 est très agréable à tenir en main, si l'on fait exception de son format, pas adapté à tous les usages. Il est un peu plus grand que le G2 (8 millimètres de plus en longueur, 4 de plus en largeur) mais pas plus épais. Il est mécaniquement plus lourd, mais à peine (149 grammes contre 143g). Il ne rentre plus dans une poche. Quand il s'agit d'utiliser la fonctionnalité LG Health, ça compte... La finition est quant à elle irréprochable, et l'impression générale excellente.

Un écran pour yeux de lynx

Le G3 est équipé du fameux écran QHD qui fait tant parler de lui. QHD, c'est en fait une définition de 1440 x 2560 pixels, soit une résolution de 534 ppp : ce smartphone fait partie des recordmen du genre, avec par exemple l'Oppo Find 7, lui aussi doté d'un écran QHD de 5,5 pouces. On passe à un format phablette qui nous éloigne de l'esprit du G2, conçu pour ne pas dépasser la taille optimale d'un smartphone utilisable à une main. LG a toutefois dû faire une concession, les dalles QHD n'étant vraisemblablement produite à grande échelle que dans cette diagonale.

Nous avons ici affaire à une dalle LCD True HD IPS+ dont l'un des avantages flagrants tient à sa luminosité. Il est en effet très agréable d'utiliser un appareil de ce genre, même si en plein soleil, aucun miracle n'est encore de mise (mais LG minimise les reflets). Le reste du temps, on apprécie cette finesse d'affichage, et l'on oublierait presque tenir entre les mains un écran tactile, le confondant avec une feuille de papier. Pour taper des messages, regarder des films et évidemment pour jouer, c'est un véritable plaisir que l'on ne boudera pas. De ce point de vue, c'est certainement le meilleur écran du moment.

Du côté des couleurs, le G3 propose un affichage un peu flashy, pas au point de l'AMOLED bien sûr, mais certainement un peu plus que chez d'autres appareils.

Nous nous sommes lancés dans une comparaison de choix avec les compétiteurs de notre G3. De gauche à droite, nous avons sur la photo de famille : le LG G3, l'Oppo Find 7 (écran QHD lui aussi), le OnePlus One et le LG G2, prédécesseur du smarphone. L'impression qui ressort de l'ensemble est la suivante : le G3 est certainement l'appareil aux couleurs les plus vives et lumineuses. Le Find 7 propose des blancs qui ont tendance à tirer vers le rose, et le OnePlus One souffre d'une petite jaunisse. En matière de blancs, le G2 reste vainqueur, le G3 paraissant très légèrement plus jaune (beaucoup moins que le OnePlus One). Globalement, le G3 offre des couleurs un chouia plus chaudes que ses concurrents, et à l'œil, c'est tout simplement parfait.

 

LG passe enfin à une interface épurée

Enfin du flat, peut-on désormais souffler. Les détracteurs du G2 avaient souligné sa LG UI chargée, voire surchargée d'éléments visuellement encombrants. Chez le G3, les différences sont notables à tous points de vue, et la légèreté est de mise. Prenons l'exemple de l'application Message, souffrant d'arrière-plans photo assez fatigants à l'œil : on passe à un fond blanc par défaut, avec des bulles blanches et jaunes. Si vous fouillez dans les paramètres de ladite app, vous retrouverez du kawaï à tout va, si vraiment vous souhaitez passer à des bulles en forme de lapins roses ou de poules (les goûts et les couleurs...) !

Style flat

Malheureusement pour lui (et pour les autres), l'interface du G3 ressemble à toutes ses concurrentes. Les icônes sont désormais présentées sous forme de bulles, du moins pour le cas des toggles dans la barre de notifications. Cette barre, parlons-en : c'était certainement la pierre d'achoppement du G2, qui affichait les commandes rapides, les QSlide Apps (applications pop-up transparentes), le réglage de la luminosité et celui du volume. Un trop-plein d'informations qui obligeait l'utilisateur à scroller pour accéder à toutes ses notifications ! Chez le G3, les QSlide Apps ont disparu et la clarté est de mise.

Notifications

En page d'accueil, même combat. Au lieu d'une animation météo (plutôt agréable d'ailleurs), le widget météo/horloge du G3 affiche des informations en blanc sur un fond coloré. L'icône renvoyant vers le menu d'applications est ronde, les contacts également. Par défaut, LG propose trois panneaux d'accueil, et il vous faudra passer par les Paramètres > écran d'accueil pour activer le défilement des pages en boucle.

Toujours sur notre première page d'accueil, LG a ajouté une petite indication texte située sous le widget météo. Sur la page de gauche, vous retrouverez des "smart tips", soit des conseils intelligents en fonction de votre localisation (principalement des indications météo) mais aussi votre bilan G Health. G Health, vous dites ? Pour découvrir le service, il faudra vous rendre en page d'accueil de gauche, matérialisée par un petit G.

Remarquez d'ailleurs l'animation "page pliée" lorsque vous swipez vers la gauche. Et cette app santé se chargera de jouer les podomètres connectés, vous demandant au préalable votre sexe, votre âge, votre poids et votre taille. Elle détermine alors votre IMC ainsi que des objectifs appropriés, et vous propose des comptes-rendus quotidiens. L'application prend en compte la marche, la course, le vélo, la randonnée et le roller. Sur la même page, des Smart Tips (désactivables dans les paramètres) forment une série de tutoriels dédiés aux différentes fonctionnalités du G3.

Si vous faites un tour dans les menus, vous constaterez que LG l'a jouée simple. La marque a réuni sur l'accueil comme dans la liste d'apps toutes les applications Google. On retrouve en outre un dictaphone, un gestionnaire de fichiers similaire à celui du G2, bien que plus flat, une app Horloge, une app Météo basée sur AccuWeather, un outil de rappel de tâches ("Tâches" avec fonction de rappels).

QuickRemote vous permettra d'utiliser le smartphone comme télécommande infrarouge, QuickMemo+, de prendre des notes, et l'application Musique arbore l'interface flat du reste de l'UI. Finalement, on ne peut pas faire plus simple. Pari réussi !

Le G3, pour finir, s'adapte à son format phablette. On trouve notamment, caché au fond des menus, de quoi déporter clavier et pavé d'appels sur la droite ou la gauche de l'appareil, pour un usage à une main. Et pour le multitâche, un mode double-fenêtre fait son apparition sur cet appareil : d'un appui long sur la touche Retour (il faut le deviner), vous accéderez à une sélection d'applications compatibles avec la séparation de l'écran. Vous pourrez alors faire glisser une application vers le haut puis une autre vers le bas, et modifier l'espace attribué à chacune. Du déjà vu chez d'autres fabricants, mais toujours utile chez cet appareil.

On n'y reviendra pas, mais les atouts du G2 et autres G Pro 2 sont bien présents chez le G3. Pensons notamment à la fonction KnockON, qui permet de réveiller l'écran d'un double-clic (et de l'éteindre de la même manière) ainsi qu'au Knock Code, ce système de schéma de déverrouillage secret sur l'écran éteint. Ceux qui investiront dans la coque dédiée au G3 profiteront d'un Quick Circle enrichi permettant d'accéder à de plus nombreuses applications qu'avec le G2.

 

Performances du LG G3

Le G3 est globalement très performant. Il associe un CPU Snapdragon 801 de série AC et un GPU Adreno 330, soit le meilleur des technologies disponibles actuellement. Et à l'usage, on ne constate pas de ralentissement particulier. Du moins, pour les applications que l'on peut installer, puisque l'on a constaté que des apps de type Real Racing, très gourmandes, n'étaient pas disponibles sur notre appareil (de même que sur l'Oppo Find 7, lui aussi équipé d'un écran QHD).

À l'usage, le G3 ne rame pas, ce qui est évidemment le minimum attendu. Toutefois, on peut légitimement s'interroger sur sa capacité à assurer une puissance de calcul suffisante pour arriver au niveau de ses concurrents directs. Et les résultats obtenus dans des tests de type Epic Citadel le montent : en termes d'images par seconde, le nombre de pixels à calculer aidant, le G3 est à la traîne par rapport à un Galaxy S5 ou un HTC One M8, qui frôlent les 60 fps. Le G3, lui, reste plutôt autour des 40 fps, tout comme son comparse Find 7 chez Oppo. C'est finalement la limite que l'on peut trouver à ce G3, qui du reste ne laisse pas percevoir ses "faiblesses". On remarquera tout de même sa tendance à chauffer (sur sa partie haute).

 

Photo et vidéo

LG G3 dispose d'un capteur photo de 13 mégapixels. Mais pas que : il est accompagné d'un double flash LED ainsi que d'un autofocus laser censé apporter une mise au point de meilleure qualité pour des sujets proches. Il est capable de filmer en 4K - d'où d'ailleurs l'extension de la mémoire en micro-SD, vu la taille des fichiers obtenus - et propose divers effets inédits. On remarque également quelques changements dans l'application photo en soi.

LG n'a pas misé sur un capteur photo frontal démesuré, puisqu'il se contente de 2,1 mégapixels. Il est cependant assorti de quelques fonctions logicielles qui nous laissent pour le moins dubitatifs. Comme ce mouvement destiné à déclencher la capture sans avoir les deux bras tendus vers l'appareil : vous tendez la main devant vous, paume face à l'écran, attendez qu'un rectangle apparaisse puis fermez le poing. Quelques instants plus tard, l'appareil photo capture votre minois. Certes, certes. Et vous pourrez régler un mode beauté qui lissera votre visage, quitte à vous donner des airs d'étrange bébé.

Application Photo

Les possibilités d'édition avec l'appareil photo.

Dans l'application photo en soi, un détail saute aux yeux : au lieu de multiplier les effets a priori, l'application photo est on ne peut plus épurée. Les modes photo ont disparu au profit d'un mode automatique simple, accompagné par un mode HDR automatique, un mode Panorama et le fameux Magic-focus de la marque. Il s'agit là de son système d'arrière-plan flou automatique, pas forcément évident à utiliser au demeurant. Pour les modifications ultérieures, il faudra passer par les options d'éditions fournies avec l'appareil, à vrai dire convaincantes. Notamment les filtres, classiques, mais aussi l'effet HDR qui pourra sauver quelques contre-jour, pour peu que l'on accepte des cieux d'un bleu particulièrement pétant.

Comparatif G2 G3

LG G3

Le mode HDR s'active à bon escient chez le G3, qui nous gratifie toutefois de couleurs légèrement plus froides que l'Oppo Find 7 ou même le G2. Mais le niveau de détail est là.

Un fait à retirer de l'expérience photographie fournie par un G3 : la stabilisation de l'image permet d'éviter de nombreux flous de bougé, la mise au point et le déclenchement sont rapides, le HDR se déclenche à bon escient quand la lumière manque, et le post-traitement est efficace. On restera plus dubitatif face au mode Magic Focus, pas évident à prendre en main. Pour le reste, c'est un véritable plaisir à utiliser. Seuls les amateurs de selfies seront déçus, puisque les 5 ou 8 mégapixels des capteurs frontaux choisis par la concurrence font défaut à notre G3 ! En vidéo, c'est du tout bon. La 4K est de la partie pour ceux qui souhaiteront se lancer dans des vidéos (très) encombrantes sur une carte mémoire.

 

Communications et GPS

Le G3 a le bonheur d'être 4G à 150 Mb/s (LTE catégorie 4), comme évidemment ses concurrents haut de gamme du moment. Aucune surprise de ce côté, et le son est clair (en haut-parleur comme en musique, le choix du haut-parleur au dos nous semble peu judicieux toutefois) et l'accroche réseau satisfaisante (test avec SFR RED pour notre cas). Pas de double-SIM certes, mais un port micro-SIM facile d'accès, bien que l'on remarque la nécessité d'ôter la batterie du smartphone pour y accéder ; il ne faut donc pas compter sur un changement de SIM "à chaud". Côté GPS, très bonne nouvelle : le G3 s'en sort avec les honneurs. Aucun problème à signaler dans les rues de Paris pour s'orienter, et dans le cadre de tests plus théoriques, en mode avion et à froid, l'appareil a réalisé son premier fix en 6 secondes avec une précision de 16 mètres. C'est sans nul doute un excellent résultat.

GPS

Autonomie

La principale crainte que l'on pouvait avoir à la présentation du G3, c'était bien celle de l'autonomie. De fait, notre G3 dispose d'une batterie de 3000 mAh, comme le G2, mais avec un écran plus grand et à la définition nettement plus élevée. Autant dire que malgré l'opération séduction de la marque, qui indique jouer sur le taux de rafraîchissement de l'image en fonction des usages, nous étions en droit de nous méfier. Au final, l'autonomie du G3 ne pâtit pas de son écran, du moins pas au point de faire chuter ses performances. Contrairement au G2 dont l'autonomie était l'un des points forts, l'appareil ne sera peut-être pas à placer parmi les meilleurs élèves du moment, du moins si l'on se fie à notre ressenti.

Batterie

En veille, il consomme très peu, mais dès lors que l'on utilise son écran pour naviguer sur Internet ou regarder des vidéos, la consommation s'accroît rapidement. Et été oblige, on a tendance à pousser la luminosité au maximum, ce qui n'est pas franchement pour plaire à ce smartphone. Dans les faits, avec un test classique (un peu plus d'une heure de vidéo avec luminosité et volume à fond, en WiFi avec les réseaux mobiles activés), le G3 a perdu 20 % de batterie. C'est à peu près ce que proposent les autres smartphones en moyenne. Et les statistiques d'usage le confirment : dès lors que l'on baissera la luminosité, on gagnera en autonomie.