Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Confrontés à la décroissance, les RH de Facebook misent sur l'austérité

Publiés il y a quelques jours, les derniers résultats financiers du groupe Meta sont assez ternes. Ils conduisent la marque à des prévisions plus que prudentes pour son prochain trimestre d'activité, qui pourrait être frappé par une baisse de revenus par rapport à l'an passé. Ces prévisions s'inscrivent dans un cadre bien particulier : celui d'une amorce de décroissance pour le groupe, confronté depuis près d'un an à une baisse du nombre d'utilisateurs de Facebook. Une situation délicate à laquelle s'ajoutent la nouvelle politique d'Apple sur le respect de la vie privée (notamment au travers des fonctionnalités introduites avec iOS 14.5 et par la suite), mais aussi un contexte mondial défavorable marqué par une forte inflation et la guerre en Ukraine.

Face à ces nombreux écueils, Meta veut réduire la voilure en matière de recrutements, rapporte le média américain CNBC. Cette décision, qui impacterait en premier lieu les recrutements de cadres moyens et supérieurs, pourrait mener les différents services du groupe à progresser moins vite sur certains projets en cours... et donc conduire à une certaine stagnation.

Les ressources humaines de Meta au ralenti

« Nous réévaluons régulièrement notre réserve de talents en fonction de nos besoins commerciaux et, à la lumière des prévisions de dépenses données pour cette période de résultats, nous ralentissons sa croissance en conséquence », a commenté un porte-parole de Meta contacté par CNBC. « Nous continuerons toutefois à accroître nos effectifs afin de nous concentrer sur le long terme ». Les recrutements de profils de moindre envergure et de « petites mains » devraient donc, dans une certaine mesure, continuer d'être menés à bien. D'après les informations de CNBC, les recruteurs de Meta auraient néanmoins bel et bien stoppé leurs recherches de candidats pour certains postes.

La décroissance, Meta pourrait être contraint de s'y habituer. En février, la firme admettait qu'en dépit d'un rebond au premier trimestre 2022, le nombre d'utilisateurs actifs sur Facebook avait diminué pour la première fois au cours du quatrième trimestre. Meta subit également de plein fouet les conséquences du conflit russo-ukrainien sur l'économie mondiale... et sur le marché de la publicité en ligne, principal pourvoyeur de revenus pour le groupe et ses filiales.

« Nous avons connu un nouveau ralentissement de la croissance après le début de la guerre en Ukraine, en raison de la perte de revenus en Russie et d'une réduction de la demande publicitaire en Europe et en dehors de la région », a ainsi commenté David Wehner, directeur financier de Meta. « Nous pensons que la guerre a introduit une volatilité supplémentaire dans un paysage macroéconomique déjà incertain pour les annonceurs ».