Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

L'UE autorise Microsoft à acheter Nuance, ponte de la reconnaissance vocale

Plusieurs mois après avoir sorti le chéquier… Microsoft s’apprête à sabrer le champagne. En avril dernier, le géant de Redmond annonçait vouloir faire l’acquisition de Nuance, spécialiste en reconnaissance vocale et en IA, pour un montant de 19,7 milliards de dollars. Ce projet nécessitait néanmoins un accord des autorités américaines, australiennes, britanniques et européennes.

La semaine dernière, c’était au tour des régulateurs de l’Union européenne de donner leur accord. Une étape supplémentaire franchie… pour un rachat qui est désormais en bon chemin pour se concrétiser : il ne reste plus que les autorités britanniques à convaincre.

Comme le rappelle Windows Central, il s’agit de la seconde plus grosse acquisition de l’histoire de Microsoft, qui avait posé pas moins de 26,2 milliards de dollars pour croquer LinkedIn en 2016.

Microsoft fait main basse sur un ponte de la reconnaissance vocale

Si Microsoft allonge les billets sans trembler pour s’acheter les services de Nuance, ce n’est pas par hasard. Basé dans la région de Boston, le groupe est notamment à l’origine du logiciel de reconnaissance vocale Dragon NaturallySpeaking, plébiscité pour sa technologie. Les technologies de Nuance sont également très appréciées dans le secteur médical.

Elles sont ainsi employées par 77 % des hôpitaux américains, indique la firme. Par le passé, Nuance avait également travaillé avec Apple pour la création de Siri, son assistant personnel. Un pedigree qui explique le montant de l’investissement consenti par Microsoft.

En pourparlers avec les régulateurs anglais

Windows Central rapporte que Microsoft serait actuellement en pourparlers avec les régulateurs anglais pour enfin entériner l’acquisition de Nuance. Notons que Microsoft avait déposé en novembre sa demande d’autorisation auprès de l’UE, qui devait donner son accord courant décembre… ou lancer une enquête approfondie sur le projet de rachat.

Selon toute logique, la réponse des autorités britanniques devrait elle aussi se matérialiser rapidement. Microsoft pourra alors légitimement mettre la main sur Nuance en absorbant son savoir-faire, mais aussi ses dettes. Sur les 19,7 milliards de dollars annoncés pour ce rachat, 3 milliards ont vocation à remettre au cordeau les comptes du groupe basé dans le Massachusetts.