Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Microsoft Surface Laptop Studio : une machine à contre temps

La gamme Surface de Microsoft est née pour relancer l'intérêt du PC et créer de nouvelles idées de machines. En 2022, il est clair que l'intérêt est bien là, le marché du PC est même devenu le nerf de la compétition dans le secteur de la tech. Paradoxalement, c'est le moment où Microsoft semble un peu moins mettre l'accent sur ses propres appareils. Le Microsoft Surface Laptop Studio a pour ambition de mélanger le meilleur du Surface Studio et du Surface Book dans un PC portable haut de gamme. Le côté hybride est toujours là. Pour le meilleur ?

Fiche technique du Microsoft Surface Laptop Studio

Le PC a été prêté par Microsoft pour ce test.

Finitions exemplaires

Depuis la première génération de Surface, Microsoft n'a jamais fait de faux pas quand il s'agit des finitions de ses machines. On est une nouvelle fois face à un PC particulièrement sobre, élégant et aux finitions léchées. Le châssis unibody ne laisse apparaître aucune vis, l'écran propose des bordures plutôt fines et une intégration sans faille sous une protection en verre.

Difficile de trouver beaucoup de choses à dire sur le design de ce Surface Laptop Studio tant il sait aller à l'essentiel, sans fioriture. Il faut tout de même mentionner son poids de 1,8 kg qui se fait sentir entre les mains. On paye ici sans aucun doute le poids nécessaire pour l'écran tactile et la possibilité de le transformer en tablette.

Autre élément de design qui va sans conteste faire discuter : le système de ventilation de la machine. C'est très difficile à décrire, mais la base du châssis où l'on trouve le pavé tactile, les ports et le clavier semble reposer sur un socle de refroidissement. Un peu comme si l'on avait fondu une base de ventilation sur un ultraportable très fin. On imagine que Microsoft a fait ce choix pour limiter l'occlusion des grilles de ventilations sur les côtés.

Évidemment la grande particularité de ce produit est de pouvoir se transformer en tablette. Il y a un petit coup à prendre, mais l'opération est très simple. La partie inférieure de l'écran est attachée magnétiquement et il suffit d'une petite pression pour faire glisser l'écran par-dessus le clavier, un peu à l'image du Surface Studio, le PC fixe de Microsoft. Ça rappelle aussi l'utilisation d'une table d'architecte, d'autant que l'écran n'est jamais posé à plat sur le châssis, mais toujours légèrement orienté pour faciliter l'écriture au stylet.

Ce choix de design, face à l'écran détachable d'une Surface Pro, permet à Microsoft d'offrir les pleines performances d'un PC portable dans un format tactile. Malheureusement, cela ne va pas sans défauts. Tout d'abord en mode PC portable, l'écran à tendance à gigoter en cas de vibrations, dans un train par exemple. La transition en mode tablette est assez difficile à faire à une seule main, car le PC va avoir tendance à glisser lorsqu'on essaie de ramener l'écran sur le clavier. Il faut donc tenir le PC pendant que l'on exécute la transformation. Le retour en mode PC portable est encore moins simple, puisqu'il faut retenir le PC tout en manipulant un écran essentiellement tactile.

Surtout, ce test ne permet pas de déterminer la longévité de la charnière proposée par Microsoft. C'est important pour un PC à usage professionnel de pouvoir tenir dans la durée. On peut faire confiance aux équipes de Microsoft qui se sont toujours bien débrouillées jusque-là quand il s'agit de la conception de charnières, mais cela reste une question de confiance, sans données plus concrètes.

Clavier et pavé tactile

Le clavier du Surface Laptop Studio est très agréable à utiliser. Nous avons pu pianoter l'intégralité de ce test avec le clavier sans aucun problème. Les touches sont assez larges, la course assez profonde et le rétroéclairage heureusement bien présent. Rien à redire sinon que les touches en plastique pourront donner peut-être un effet cheap pour certains. De notre côté, on trouve ça plutôt agréable sous les doigts.

La nouveauté à ce chapitre concerne plutôt le pavé tactile. Microsoft a fait le choix d'un pavé tactile de précision à retour haptique. Il s'agit d'une nouvelle génération de touchpad que l'on devrait voir dans de plus en plus de PC. Cela rappelle les trackpad Force Touch d'Apple et le principe est le même : utiliser un excellent moteur de vibration pour améliorer le retour sous le doigt pour les clics.

Ça fonctionne très bien, la surface du pavé tactile est assez large et le clic répond vraiment bien. Cela demande tout de même un peu d'adaptation, car le clic est moins « profond » que sur l'ancienne génération, on a un peu l'impression de cliquer sur une surface dure et résistante. Une fois habitué on aurait du mal à revenir en arrière tant le pavé tactile se montre réactif et précis.

Une connectique à contre temps

À travers les années, on peut observer que Microsoft s'inspire sans copier des tendances d'Apple quand il s'agit de sa gamme Surface. On connait l'admiration de Panos Panay pour l'intégration hardware et logiciel de la firme de Cupertino, mais parfois il faut savoir ne pas s'inspirer des mauvaises idées. C'est ainsi que le Surface Laptop Studio se retrouve avec une connectique très légère.

Un comble alors qu'Apple faisait machine arrière au même moment avec ses MacBook Pro en annonçant le retour des ports que tout le monde utilise. Résultat, ici nous avons deux ports USB-C (USB 4.0 et Thunderbolt 4) sur la tranche gauche, un port Surface Connect et un port jack 3,5 mm sur la tranche droite, et c'est tout. Pour une machine de travail, faire l'impasse sur l'USB-A, le lecteur de cartes SD ou le HDMI c'est vraiment regrettable. Il faudra absolument utiliser un adaptateur USB-C ou le dock Surface officiel.

On ne serait vraiment pas surpris de voir le Surface Laptop Studio 2, s'il est présenté un jour, revenir en arrière sur ce choix.

Un bel écran aux coins arrondis

Le PC utilise un écran LCD IPS PixelSense Flow de 14,4 pouces au format 3:2 avec une définition de 2400 x 1600 pixels et un taux de rafraichissement de 120 Hz. C'est un vrai plaisir de travailler avec un tel écran. Le format très haut permet de travailler avec une page complète sous les yeux sans faire défiler les informations en permanence, comme c'est le cas sur du 16:9 et le 120 Hz permet de garder une fluidité constante dans la navigation.

Une fois sous notre sonde colorimétrique, la situation devient un peu plus contrastée. Nous mesurons une couverture de 118% du spectre sRGB pour 79% du spectre DCI-P3. Sur cette gamme de produits, on aimerait un écran qui atteint le spectre DCI-P3 utilisé par les créateurs de contenu. La calibration des couleurs est un peu à cette image : très bonne sans être parfaite. On mesure en effet un Delta E moyen de 3,1 pour un maximum de 6,3. Rappelons qu'un Delta E mesure la différence entre la couleur souhaitée et la couleur réellement affichée et qu'une différence inférieure à trois est invisible à l'œil nu. La température des couleurs mesurée 6177K est un peu deçà des 6500K attendu (la température de la lumière blanche du soleil), l'écran a donc tendance à légèrement tirer vers le chaud.

L'écran se rattrape sur une luminosité de 466 cd/m², pour un écran LCD, et un contraste de 1648:1. Nous avons relancé plusieurs fois nos tests, notamment avec le profil de couleurs « vivid » que propose Microsoft, mais la différence n'était pas significative pour nos mesures.

Windows 11 à la pointe

Le Surface Laptop Studio est aussi pensé pour être le fer de lance, la vitrine, du lancement de Windows 11 par Microsoft. C'est l'appareil par excellence que l'on retrouve dans les publicités pour le système. Il faut dire que l'équipe en charge de Windows et celle en charge de Surface sont désormais au sein d'une seule et même division chez Microsoft.

On se retrouve avec un Windows 11 tel que parfaitement pensé par Microsoft. Les mises à jour de pilote ou du firmware se font par Windows Update sans un logiciel externe, et les spécificités matérielles de l'appareil trouvent un écho dans le logiciel. L'écran à haute fréquence permet un affichage parfaitement fluide des animations particulièrement travaillées de Windows 11. Le stylet permet d'utiliser les outils de retouche ou de prise de note comme Whiteboard ou OneNote intégré avec le PC.

Il ne manque plus que l'installation des applications Android qui manque encore à l'appelle en France sur Windows. Dommage, car pour l'usage du mode tablette, cela aurait pu être significatif. Le mode tablette parlons-en, Windows 11 est bien plus agréable à utiliser avec un écran tactile que ne l'était Windows 10. Malheureusement avec un Microsoft Store toujours très léger, on reste sur sa faim face à une vraie tablette comme l'iPad. Reste que Windows 11 garde sa place de choix quand il s'agit d'être polyvalent et de jongler avec le multitâche de la machine pour afficher plusieurs applications à l'écran.

Caméra full HD et Windows Hello

Le PC ne propose pas de lecteur d'empreintes pour s'identifier. En revanche, Microsoft propose une nouvelle fois une caméra complète Full HD compatible Windows Hello grâce à un capteur infrarouge. La reconnaissance faciale est donc proposée. Malheureusement, elle est encore incompatible avec l'usage d'un masque, il faudra donc rentrer son mot de passe régulièrement.

Microsoft s'est tout de même adaptée à l'ère des réunions vidéos avec une caméra Full HD assez performante pour une webcam de PC portable. Le PC intègre également deux microphones de bonne qualité qui vont permettre de suivre une conversation en supprimant un minimum les bruits de fond. Ça ne remplace pas un bon casque micro, mais cela permet de dépanner.

Performances : Microsoft à la traîne, encore

On aborde le sujet qui fâche quand on parle de produit Surface. Microsoft persiste dans tous ses produits à accuser un retard certain sur ses concurrents. C'était déjà pénible quand Intel était hégémonique sur le marché, c'est encore pire quand Intel se montre à la traîne face à ses concurrents AMD et Apple. Ici on se retrouve avec un processeur Intel Core Core i7-11370H de 11e génération dont la commercialisation a commencé au début de l'année 2021. Ce processeur Tiger Lake H35 fait donc grise mine en 2022 face aux derniers processeurs Apple M1 Pro, AMD Ryzen 6000 ou même les Intel de 12e génération que l'on commence à trouver. La puce intègre 4 coeurs (8 threads) cadencés de 3,3 GHz.

Insistons sur le fait que malgré ce retard technologique, Microsoft ne fait aucun effort particulier sur sa politique tarifaire qui est parfaitement comparable aux autres fabricants de PC portables.

Notre machine est également équipée d'une puce graphique Nvidia RTX A2000 Laptop GPU. C'est une carte graphique professionnelle qui se veut l'équivalent, en termes de puissance, d'une GeForce RTX 3050 Ti pour le grand public.

Résultats des benchmarks

On commence par une évaluation générale des performances de la machine avec PCMark 10. Il s'agit d'un test simulant un grand nombre de tâches courantes sur un PC : édition d'un document, navigation sur le web, conférence vidéo, etc.

Sur ce test, le PC parvient à atteindre le score de 5535 points, ce qui est légèrement supérieur aux 5300 points d'un Huawei Matebook 14s, mais très loin des 6751 points obtenus par le Zephyrus G14 2022 tout juste testés. Si l'on prend l'exemple d'un autre PC à destination des professionnels comme le Dell XPS 15, il obtient un meilleur score également de 6156 points.

Pour avancer, nous testons plus précisément le processeur du PC avec Cinebench développé par Maxon, que l'on connait aussi pour le logiciel professionnel de modélisation et d'animation Cinema 4D.

C'est ici que le Surface Laptop Studio illustre tout son retard. Comme nous l'avons dit, il intègre un processeur avec une bonne génération de retard face à ses contemporains. Ainsi sur un test monocoeur, le PC obtient 1499 points, derrière les 1821 points obtenus par un processeur de 12e génération (Intel Core i9-12900H sur le ROG Flow Z13) ou les 1534 points du MacBook Pro 14 M1 Max.

En multicoeurs, la différence s'aggrave avec un score de 5463 points contre 13 367 points pour le Ryzen 9 6900HS (ROG Zephyrus G14 2022), 12 349 points pour le M1 Max (MacBook Pro 14), ou 14 405 points pour le Core i9-12900H (ROG Flow Z13). Autrement dit, chacun de ces PC avec un processeur plus moderne propose plus du double de performance sur les applications multicoeurs.

Si l'on se concentre sur les performances du stockage SSD en revanche, Microsoft est au niveau avec un SSD NVMe moderne qui permet d'offrir un bon niveau de performance à la fois avec des débits élevés en lecture de données et en écriture.

Ce PC est destiné à un public de créateurs de contenu. C'est quelque chose que l'on connait bien en interne avec la production de nos vidéos pour la chaîne YouTube de Frandroid.

Pour évaluer les performances, nous mesurons le temps qu'il faut pour exporter l'un de nos projets vidéo avec le preset H264 YouTube 4K. Le Surface Laptop Studio a mis 8 minutes et 10 secondes à exécuter cette tache. Le MacBook Pro M1 Max avait mis seulement 3 minutes et 15 secondes pour ce même test. Le Dell XPS 15 de son côté prenait 5 minutes et 37 secondes.

Un test sous 3DMark avec le benchmark Time Spy permet d'évaluer les performances du PC dans un usage plutôt jeu vidéo. Avec un score de 4800 points au global, le PC se place en dessous des autres PC haut de gamme, notamment à cause de son faible score de 5031 points sur le CPU. Il faut toutefois tempérer ce résultat avec la finesse de la machine pour un PC sous Windows équipé d'une puce graphique dédiée. Le GPU dispose d'un TGP de seulement 50W, quand les PC dédiés aux jeux n'hésitent pas à proposer près de 100W.

Compte tenu de la définition élevée de l'écran, si vous souhaitez jouer avec une image native il faudra faire de sérieux compromis pour jouer à des jeux gourmands. Nous avons ainsi fait tourner Red Dead Redemption 2 à 28 images par seconde en moyenne, avec les paramètres graphiques réglés au niveau intermédiaire.

Bon point tout de même, quand le Microsoft Surface Laptop Studio est poussé à son maximum, il reste assez discret. Évidemment, on entend la ventilation tourner pour dissiper la chaleur, mais le souffle est assez grave pour être agréable à l'oreille. Un bon travail des ingénieurs de Microsoft sur cette partie.

Très bonne autonomie

Maitriser toute la chaîne technologique du matériel jusqu'au logiciel doit permettre un excellent niveau d'optimisation. Le Surface Laptop Studio prouve tout le travail effectué à ce niveau par les équipes de Microsoft. Avec une batterie au volume de 58Wh, ce qui la place dans la moyenne basse, le Surface Laptop propose une excellente autonomie.

Nous avons pu travailler une journée complète sans problème en mêlant streaming audio, travail sur le web avec de nombreux onglets ouverts et une légère retouche photo.

Nous avons également testé le PC avec le benchmark d'autonomie proposé par PC Mark 10. Durant ce test qui fait tourner une liste d'applications et de tâches en boucle, le PC a pu tenir 13 heures et 2 minutes avant de s'éteindre. C'est l'un des meilleurs résultats que nous avons pu enregistrer depuis plus d'un an. Sur ce point il est indéniable que Microsoft se distingue de la concurrence, notamment les autres fabricants de PC sous Windows.

La charge du PC passe par le classique port Surace Connect qui permet de connecter le fil par magnétisme. C'est pratique, si vous vous prenez les pieds dans le fil de recharge, vous n'emportez pas le PC avec vous. Comptez 1h30 pour charger le PC avec le bloc de 102W.

Le chargeur intègre toujours la capacité de recharger un appareil supplémentaire par un port USB-A. Cela permet, notamment dans un aéroport ou un train, de charger le PC et le smartphone avec une seule prise électrique. C'était une excellente idée au début des appareils Surface, mais à l'heure des charges ultra rapide, on n’est pas vraiment convaincu par la faible puissance de 7,5W du chargeur. Il sera plus efficace de brancher votre smartphone sur la prise électrique avec son chargeur rapide pendant 10 ou 20 minutes et de recommencer à charger le PC portable, plutôt que faire les deux en même temps.

On aurait aimé voir Microsoft faire évoluer cette idée, par exemple en permettant au port USB-A de jouer le rôle de port USB pour le PC, ou alors en le transformant en port USB-C de charge plus rapide (15W ?). Ce chargeur est une nouvelle fois à l'image de la gamme Surface : des produits pleins de bonnes idées il y a 10 ans qui n'ont pas su continuer d'évoluer pour rester moderne.

Prix et disponibilité du Microsoft Surface Laptop Studio

Le Microsoft Surface Laptop Studio est disponible en France à partir de 1699 euros. Attention toutefois, à ce tarif Microsoft vous propose un Intel Core i5 avec 16 Go de RAM et un stockage de 256 Go seulement. Pour arriver sur quelque chose de raisonnable avec un Intel Core i7, 512 Go de stockage, la GeForce RTX et 16 Go de RAM, il faut compter 2199 euros. Le prix s'envole à 3200 euros pour la meilleure configuration avec 32 Go de RAM et un stockage de 2 To.

À partir de 2200 euros, on arrive dans la grille de tarif du MacBook Pro avec puce M1 Pro, sa connectique plus riche et son écran miniLED quasi parfait. Sans partir dans la comparaison facile avec Apple, des fabricants comme Dell, Asus ou MSI nous semble proposer de meilleures références pour travailler sur ces gammes de prix. Vous n'aurez souvent pas l'écran convertible, mais si vous voulez de meilleures performances pour travailler, ce sera un meilleur choix.