Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de la Microsoft Surface Go 2 : une entrée de gamme de plus en plus séduisante

Le 2-en-1 a toujours la cote chez Microsoft qui veut le rendre le plus accessible pour tous et toutes les bourses. Après une première tentative encourageante, mais perfectible en 2018, le géant américain donne une nouvelle chance à sa tablette tactile compacte d’entrée de gamme. La Surface Go 2 est de retour après avoir amélioré quelques ratés du premier opus et dopé ses performances. Est-ce suffisant pour prétendre à une place de choix sur le marché des tablettes et venir jouer des coudes avec l’iPad ?

Fiche technique de la Surface Go 2

Ce test a été réalisé à partir d’un produit prêté par la marque.

La vidéo de prise en main

Le design classique Surface

La Surface Go 2, c’est le produit compact par définition, moins grand qu’une feuille A4 (24,5 x 17,5 cm). Microsoft a voulu une tablette-PC qui puisse tenir dans un sac, sans compromis sur la taille d’écran. Modèle d’entrée de gamme -ou d’accès à la famille Surface-, la Surface Go 2 en reprend les grandes lignes : un châssis en magnésium gris métallisé assez robuste avec des bords marqués et le logo au dos. Un design certes moins raffiné que l’iPad d’Apple ou la Galaxy Tab de Samsung, mais qui a le mérite d’être identifiable immédiatement. Sur la tranche, on trouve les boutons marche/arrêt et volume d’un côté, un emplacement pour la nano SIM de l’autre côté. Et au dos, l’emblématique pied inclinable jusqu’à 165° est toujours là pour faire tenir la tablette.

On reprend la recette physique de la Surface Go avec un petit peu plus d’épaisseur (8,3 mm contre 8 mm précédemment) et de poids (544 g pour la version Wi-Fi, soit 22 g supplémentaires). Mais c’est au niveau de l’écran que le design a évolué alors que le gabarit est resté le même. Le Surface Go 2 embarque cette fois un écran de 10,5 pouces contre 10 pouces pour la première itération. Pour y parvenir, Microsoft a affiné les bordures. Elles restent cependant encore un peu massives (environ 1 cm). Si l’on peut regretter ce design un peu « retro » à l’heure où la Tech essaie plutôt de réduire au maximum les bordures, cela ne gêne rien l’usage. Globalement, le design est tout de même bien réussi et efficace, sans avoir besoin d’être clinquant. Une sobriété plutôt payante.

Ce PC-tablette tient bien en main, avec un poids équilibré. Cela s’avère bien pratique lorsqu’on le prend pour photographier en mode paysage. Le positionnement de l’appareil photo en haut au centre (dans cette position) permet plus de stabilité Pour la qualité photo, en revanche, on reviendra sur le sujet plus bas… À noter que le pied est toujours extrêmement pratique quand vous posez Surface Go 2 sur une table. Sur les genoux, en mode PC, c’est extrêmement instable.

Clavier et touchpad

Si Microsoft présente sans cesse la Surface Go 2 équipée d’un clavier TypeCover élégant, celui-ci n’est malheureusement -et comme toujours sur les tablettes Surface- non fourni. Vous ne disposerez que d’un clavier numérique qui s’affiche en l’activant d’un clic en bas à droite de l’écran. Vous pouvez néanmoins opter pour l’une des différentes configurations proposées (assez classique avec accents, mobile pour un positionnement au choix sur l’écran, ou condensé en format mini). Ce n’est pas forcément la chose la plus pratique, mais c'est amplement suffisant pour de la frappe occasionnelle.

Pour ceux qui veulent se lancer dans de la bureautique au long cours, il sera indispensable d’ajouter un clavier digne de ce nom. Le TypeCover que nous avons testé avec Surface Go 2 est plutôt efficace, de bonne taille et fonctionnel malgré son format condensé. L’espacement entre les touches est agréable, la frappe facilitée et rapide. Il ne dispose pas de clavier numérique sur la droite, mais la large surface laissée au touchpad est appréciable. Plutôt assez fin, il peut surprendre et paraître manquer de solidité. Il n’en est rien. Son seul défaut est de ne pas être inclus et d'alourdir la facture (de 100 à 130 euros selon le modèle).

Connectiques

Sur la Surface Go 2, la proposition reste toujours plutôt minimaliste : un port USB-C (qui ne nous a pas permis de recharger, mais il pourrait s’agir d’un bug, d’autres journalistes ayant réussi), une prise casque 3,5 mm et l'éternel port propriétaire Surface Connect pour se charger. Ok, cela permet aux anciens chargeurs de pouvoir fonctionner, mais il serait temps que Microsoft songe à moderniser le tout pour passer à l'USB-C (et offrir un second port de ce type, à défaut d'un USB classique, ne serait pas du luxe de nos jours !).

Le lecteur de carte microSDXC (jusqu’à 1 To de stockage supplémentaire possible) est caché derrière le pied. Sur un des grands côtés, on trouve évidemment le système pour fixer le clavier Surface TypeCover.

Un écran plus grand et plus lumineux

C’est un point sur lequel Microsoft a amélioré son produit. L’appareil est équipé d’un écran IPS baptisé PixelSense avec désormais une diagonale 10,5 pouces, mais toujours au ratio 3:2. Sa définition a été améliorée pour être portée à 1 920 x 1 280 pixels (contre 1 800 x 1 200 sur la Surface Go) avec une résolution de 220 ppp (contre 217). Il en résulte un écran tactile assez lumineux grâce à un revêtement haute brillance et celui-ci ne subit pas trop de reflets. Vous pouvez sortir la Surface Go 2 au soleil et lire sans être gêné. Pour profiter de vos vidéos, la tablette fait parfaitement le job.

Nos tests réalisés grâce à Calman nous permettent de constater que la température de couleurs moyenne est de 6000 K. Le contraste est à 1404:1. L’écran est plutôt bien calibré avec 104% du spectre sRGB couvert et 70% de l’espace DCI-P3.

Le test de la luminosité ayant connu un problème technique, nous n’avons pas été en mesure d’en obtenir un résultat cohérent avec nos impressions.

À noter que l’écran supporte le Stylet Surface pour écrire et dessiner. Mais celui-ci est en option (90 euros).

Windows 10 S, la sécurité avant tout... et les limitations

Modèle destiné à la famille, aux étudiants et à des utilisateurs en quête de simplicité, Microsoft pousse sa logique jusque dans le système d’exploitation de cette Surface Go 2. Elle est équipée de Windows 10 en mode S, une version axée sur la sécurité, mais qui reprend les grands traits de l'OS. Il est cependant impossible de télécharger d’autres logiciels et applications que ceux disponibles dans le Microsoft Store. Vous ne pourrez pas aller chercher de logiciels en ligne ou troquer Google Chrome contre le navigateur Edge, par exemple. Le système est nativement verrouillé. Cela a cependant quelques avantages : le démarrage est plus rapide et les applications étant optimisées par Microsoft, la Surface Go 2 ne connaît pas de lenteurs.

Pas d’inquiétude cependant si vous souhaitez absolument télécharger des applications hors Microsoft Store. Il est possible de quitter le mode S si cela ne vous convient pas. Depuis les paramètres de Windows 10, il suffit d’aller dans la partie Mise à jour et sécurité pour faire la bascule vers Windows 10 Famille ou Professionnel. Vous pourrez alors sortir du mode S. Mais attention, cette manipulation est irréversible.

Biométrie

La Surface Go 2 peut compter sur Windows Hello pour se déverrouiller rapidement. Le système de Microsoft s’appuie ainsi sur la reconnaissance faciale via l’appareil photo frontal. Pas besoin de rentrer votre mot de passe, Windows Hello s’avère particulièrement efficace et rapide. Vous avez toujours la solution du code si vous préférez. Le système d’authentification faciale pourra également fonctionner avec d’autres applications compatibles type Dropbox afin de remplacer la saisie d’un mot de passe.

"Peut mieux faire" pour l'appareil photo

Ce n’est pas le point fort de la Surface Go 2, mais comme bien souvent pour les tablettes tactiles. Celle-ci est équipée de deux caméras de 5 MP à l’avant et 8 MP au dos, et de caméras Skype HD capables de filmer en 1080p. Ce sera suffisant pour faire des visioconférences et autres services d’appels vidéo. Mais n’en attendez pas des miracles. Ici, vous n’aurez pas de mode portrait ou mode nuit, pas d’effets particuliers et le HDR ne nous a pas bluffés. Le résultat est convenable.

L'audio nettement amélioré

La Surface Go 2 dispose de deux haut-parleurs répartis en haut et en bas de la tablette en position verticale. Ils se montrent plutôt discrets, cachés dans la bordure d’écran. En configuration « PC », on bénéficie bien mieux du son stéréo Dolby Audio agréable, plutôt équilibré et présent. Amateurs de basses, n’attendez pas de miracle ! Les deux haut-parleurs sont conçus avant tout pour être performants en visioconférence et proposer un son clair. La mission est remplie. Et ils s’accompagnent de deux micros de qualité Studio très bien positionnés de part et d’autre de la webcam.

La double question de puissance

La configuration testée

Nous avons pu profiter d'une Surface Go 2 avec la configuration optimisée. Elle était équipée d'un processeur Intel Core m3-8100Y double coeur avec un GPU Intel UHD Graphics 615, 8 Go de RAM LPDDR3-1867 et 128 Go de stockage SSD. À cela, s'est ajouté le clavier TypeCover pour un usage façon PC.

Sous CineBench R20, la Surface Go 2 obtient un score guère fanfaronnant de 343 points.

Deux configurations bien distinctes

C’est l’un des arguments avancés pour cette Surface Go 2 : elle est 64% plus puissante que le premier modèle. Oui, mais c’est dans sa configuration la plus optimisée. Car la déclinaison 2020 propose deux types de processeurs : un Pentium Gold 4425 Y assez basique et un Intel Core m3-8100Y de 8e génération plus puissant. Le plus puissant des processeurs est à peine plus performant que la puce A10 Fusion de l’iPad d’Apple, pourtant vendu plus de 300 € moins cher.

En revanche, côté RAM, la Surface Go 2 a mis le paquet et propose désormais 4 ou 8 Go, selon la configuration voulue (contre 3 Go seulement pour l’iPad). Pour le stockage, Microsoft fait également des différences avec un disque eMMC de 64 Go sur l’entrée de gamme ou un SSD de 128 Go NVme pour le modèle le plus avancé.

Le modèle 2020 propose désormais la connexion 4G+/LTE en option sur la plus haute des configurations. La Surface Go 2 peut alors embarquer deux SIM : une nano physique et une eSIM.

La Surface Go 2 est plutôt une agréable surprise. J’avais été assez séduite par la première mouture qui respectait l’engagement initial : une tablette-PC petit format sans fioritures, conçue pour une efficacité bureautique et un usage facilité. On y est encore, et même en mieux. Nous avons là une machine qui fait le job, à savoir permettre de la navigation, du streaming vidéo, des appels audio de grande qualité. On peut jouer aussi, mais ne tentez pas le diable en voulant absolument lancer des jeux PC gourmands en ressources. Vous risquez de faire défaillir votre appareil. Nous avons tenté de lancer Ori & the Will of the Wisps et le pauvre Ori essaie encore péniblement de résister à un ver géant au terme d'une course saccadée… On souffre avec lui ! C’est bien là l’une des rares fois où la Surface Go 2 a été prise en défaut. Pour le reste (ouverture de multiples onglets, lancement de logiciels compatibles, d’outils de montage vidéo, Netflix…), elle se défend plus que bien et n’a montré aucun ralentissement.

Mais soyons clairs sur un point : il est difficile d’utiliser la Surface Go 2 en tablette. Ce n’est pas un usage naturel. L’écran tactile, très qualitatif et réactif, est grandement appréciable. Mais Windows 10 n’est pas taillé pour une utilisation juste écran, en tout cas pas sur une longue durée. Le clavier est malheureusement indispensable, et comme toujours, en option.

L'autonomie, une bonne surprise

Microsoft a annoncé avoir poussé l’autonomie de son appareil pour la monter à 10 heures. En l’état, nous avons tenu une bonne journée avec, pour un usage assez classique (bureautique, surf, mail, un peu de vidéo) et parfois même en utilisant la connexion 4G. La mission est presque remplie. Et le fait de connecter une manette Bluetooth pour jouer ne porte pas préjudice à l’autonomie. Comptez cependant environ 2h30 pour la recharger à 100%.

Prix et disponibilité

La Surface Go 2 démarre à 459 euros dans sa version de base, avec le processeur Pentium Gold, 4 Go de RAM et 64 Go de stockage. Et la facture grimpe rapidement si vous souhaitez un modèle plus puissant avec toutes les options (719 euros). Et pour ajouter la connexion 4G+, comptez 829 euros, mais avec la configuration maximale.