Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Xbox Series X : pour Phil Spencer, sortir les jeux sur Xbox One ne freinera pas la next-gen

Lors d'une interview effectuée en novembre 2019, le responsable des Xbox Game Studios, Matt Booty a annoncé que les jeux développés par les studios de Microsoft sortiraient toujours sur Xbox One pendant encore un à deux ans. Ici, Matt Booty voulait surtout assurer aux derniers acheteurs de Xbox One, avant l'arrivée de la Xbox Series X, que leurs consoles auraient encore le droit à des jeux, au moins jusqu'à l'horizon 2020-2021. Cette déclaration a surpris de nombreux joueurs et analystes, qui s'attendaient plutôt à voir Microsoft abandonner rapidement sa console mal-aimée et passer à la Xbox Series X avec des « exclusivités next-gen », autrement dit des jeux entièrement conçus pour les nouvelles consoles.

C'est d'ailleurs la position choisie par Sony, qui ne compte pas sortir ses jeux annoncés pour la PlayStation 5 sur PS4. Pour découvrir les aventures de Miles Morales, ou de Ratchet & Clank, il faudra donc passer par l'achat d'une nouvelle console. La stratégie choisie par Microsoft est donc plus douce avec le consommateur, mais le risque serait que les jeux obligatoirement compatibles avec la Xbox One soient forcément moins ambitieux que s'ils étaient pensés uniquement pour la nouvelle Xbox Series X. Dans une interview accordée à Games Industry, Phil Spencer, le patron de Xbox, a expliqué son point de vue sur cette question.

L'exemple de la diversité du PC

Avec un pied dans l'écosystème Windows et les PC de jeu, Phil Spencer explique :

Ici, il fait référence à des jeux comme Gears 5 qui offrent en effet des paramètres graphiques supplémentaires sur PC comparés à ce que la Xbox One X propose aujourd'hui. Le monde du PC a beau offrir une grande diversité de configurations possible, les développeurs trouvent un moyen d'adapter leurs jeux pour offrir plus de détails visuels sur les meilleures machines, ou de meilleures performances sur les machines les plus anémiques. Il ajoute « franchement, "freiné" est un mème qui est créé par des gens qui sont trop pris dans la compétition des appareils ».

En répondant à ces questions, Phil Spencer répond aussi implicitement aux craintes concernant le lancement de la Xbox Series S, ou Lockhart. Cette machine, qui n'a pas encore été officialisée, devrait offrir seulement 4 TFlops de puissance graphique, contre 12 pour la Xbox Series X. D'après les fuites entourant le projet, elle a été conçue pour faire tourner les jeux en Full HD, mais il y a tout de même la crainte que dans plusieurs années, cette Xbox Lockhart puisse devenir le frein des consoles next gen, alors que les deux modèles de PS5 affichent une puissance de 10,28 TFlops.

Il insiste dans son argumentaire sur la diversité actuelle du marché du PC :

Pour autant, il indique à plusieurs reprises dans l'interview que l'expérience de jeu sera évidemment différente sur les prochaines consoles. Il mentionne ses propres tests sur la Xbox Series X, et l'importance du SSD et du circuit audio, deux éléments sur lesquels Sony a particulièrement insisté pour sa PS5. Mais pour lui, tout cela ne doit pas se faire en excluant des joueurs. Évidemment, le patron de Xbox n'oublie pas de remettre l'accent sur sa propre stratégie, bien différente de celle de Sony, et le discours associé : « notre console n'est pas le centre de notre stratégie, nos jeux ne sont pas au centre de notre stratégie. Nous voulons vous permettre de jouer aux jeux que vous voulez, avec les amis avec lesquels vous voulez jouer, sur n'importe quel appareil. »

Reste désormais à démontrer tout cela en présentant, le 23 juillet prochain, les premiers jeux Xbox Game Studio de la Xbox Series X en bonne et due forme.