Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Microsoft estime lui aussi « justifiée » la hausse du prix des jeux AAA

Alors que certains jeux comme Demon's Soul Remake atteignent déjà sur PlayStation 5 un tarif de près de 80 euros, voilà que Microsoft entrouvre la porte à une hausse du prix des jeux sur Xbox Series S et X. Comme Sony, le constructeur explique qu'il serait « justifié » de répliquer sur le tarif des jeux AAA la hausse du coût de leur développement. C'est en tout cas ce qu'a estimé Tim Stuart, CFO de la division Xbox chez Microsoft, à l'occasion d'une conférence organisée la semaine dernière.

L'intéressé a toutefois refusé d'expliquer si ce point de vue déboucherait à terme à une hausse des titres développés en interne par Microsoft, estimant qu'une annonce serait faite « le cas échéant » si cette perspective devait se concrétiser.

Les jeux Xbox Series X bientôt à 80 euros eux aussi ?

« Si vous êtes un créateur de jeux, les jeux sont de plus en plus chers à créer », a notamment jugé Tim Stuart, dont les propos nous sont retranscrits par Seeking Alpha et relayés par GamesIndustry. L'intéressé ajoute que l'objectif des éditeurs et développeurs est d'améliorer la monétisation de leurs jeux pour soutenir le processus de création de futurs titres et contenus. Il estime ainsi que, dans ces conditions, certains jeux pourraient passer de 60 à 70 dollars (soit de 70 à 80 euros en France).

Toujours selon Tim Stuart, Microsoft serait prêt à accompagner les éditeurs pour qu'ils soient en mesure de prendre « la bonne décision en fonction de leur contenu ». Le CFO de la branche Xbox explique par ailleurs que le prix des jeux n'a pas augmenté depuis plusieurs générations et qu'il n'y aurait rien d'anormal à ce que cela change alors que « les coûts de création de contenu augmentent ». D'après lui, cette hausse des prix permettrait aux éditeurs de se constituer de meilleures marges pour atteindre le « type de revenus qu'il faut pour créer de nouveaux jeux géniaux et stupéfiants ».

Reste à savoir si à l'heure des free-to-play et du jeu en tant que service, sur lequel les développeurs peuvent capitaliser de longs mois pour générer des revenus, le grand public est vraiment prêt à débourser 80 euros d'un coup d'un seul pour un jeu…