Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Motorola Moto G31 : un bel écran OLED ne fait pas tout

En novembre 2021, Motorola a dégainé un lot de cinq nouveaux smartphones oscillant entre 200 et 550 euros. L’idée : prendre d’assaut le segment de l’entrée et du milieu de gamme pour venir titiller des Redmi, Realme et autres Poco. C’est ici la quête du Moto G31, qui veut séduire par son petit prix et son écran OLED.

Que vaut-il en pratique ? Voici la réponse dans ce test.

Fiche technique

Ce test a été réalisé à partir d’un téléphone prêté par la marque.

Design

Motorola ne réinvente pas la roue et opte pour un design classique avec des bords arrondis, des faces latérales légèrement anguleuses sans pour autant être gênantes et des bordures d’épaisseurs décentes, excepté le menton. La caméra selfie vient se nicher dans un poinçon central. Tout ce qu’il y a de plus conventionnel.

C’est sur la tranche droite que s’invite une triplette de boutons : celui de mise en veille, bien placé pour l’atteindre facilement avec son pouce, ceux des volumes (un peu trop haut) et celui pour activer l’Assistant Google, tout en haut et inatteignable à une main. Soyons honnêtes : on aurait clairement pu s’en passer.

La face arrière du Moto G31 n’a rien de transcendant, avec un dos en plastique à l’effet strié un peu cheap (mais non salissant). Le triple capteur photo a été installé dans un module oblong très standard. Nous ne sommes ni dans l’extravagance ou l’originalité, ni dans la médiocrité non plus. Disons que le téléphone se situe dans la moyenne en matière de design.

C’est aussi le cas pour son poids de 181 grammes et son épaisseur de 8,55 mm, qui offre une prise en main globalement agréable : le Moto G31 ne se fait pas trop lourd. Les amateurs de casques et écouteurs filaires seront par ailleurs ravis d’utiliser la prise jack 3,5 mm présente sur la tranche supérieure.

À l’opposé, un unique haut-parleur Dolby Atmos vous fournira une expérience sonore sans grande saveur, car non stéréo. La fiche produit du smartphone ne mentionne aucune protection contre les rayures et les chocs, ni de certification contre l’infiltration d’eau et la poussière.

Signalons enfin la présence d’une SIM hybride (deux nano SIM ou une nano SIM + une carte microSD) et la possibilité d’ajouter une carte microSD de 1 To pour booster le stockage de 64 ou 128 Go.

Écran

La belle surprise du jour nous provient de l’écran, et plus précisément de la technologie d’affichage : de l’OLED, mesdames et messieurs, qui apporte donc ici des contrastes infinis. Rencontrer de l’OLED sur un téléphone de 219 euros n’est pas un exploit non plus.

Début 2021, Xiaomi faisait en effet figure de précurseur avec sa gamme Redmi Note 10. Realme lui a aussi emboîté le pas un peu plus tard avec son Realme 8 Pro. Mais cela reste toujours un plaisir d’observer les efforts des constructeurs en la matière. En revanche, le taux de rafraîchissement de 60 Hz est peut-être un peu juste.

Sa dalle de 6,4 pouces est en effet un peu à la traîne sur ce domaine, bien qu’une fréquence de 90 ou 120 Hz ne soit pas une finalité sur cette tranche tarifaire. Certains font mieux (Xiaomi Poco M4 Pro, Realme 8 Pro), d’autres font jeu égal. La définition FHD+ (2 400 x 1 080 pixels) est quant à elle appréciée et validée.

Penchons-nous désormais sur les données plus techniques relevées par notre sonde et le logiciel CalMAN Ultimate de Portrait Displays. La température des couleurs tout d’abord : en mode saturé, l’écran affiche un score de 7316 K, ce qui a tendance à trop tirer vers le bleu. Idéalement, on souhaite atteindre les 6500 K pour goûter à un équilibre naturel.

Cela tombe bien, puisque le mode naturel s’en approche fortement avec 6741 K. Il n’empêche, le mode saturé a tendance à un peu plus flatter la rétine avec des couleurs plus pétantes. C’est selon vos préférences. Dans tous les cas, une petite réglette vous permet de gérer le dosage de température comme bon vous semble.

Du côté de la luminosité, vous ne rencontrerez aucun problème de visibilité de jour et en plein soleil, grâce à un pic de 680 cd/m² de très bonne facture. Sur ce point-là, le Moto G31 ne déçoit pas.

Logiciel

Si vous ne le saviez pas, sachez que l’interface logicielle d’un Motorola s’approche généralement d’Android Stock, c’est-à-dire la version dite « pure » d’Android. Nous sommes ici éloignés des coutumes actuelles, qui privilégient une interface développée par le constructeur du téléphone en personne.

Le Moto G21 s’arme donc d’Android 11 et d’un correctif de sécurité datant du 1er décembre 2021, ce qui est relativement récent. Pour le reste, il faut aimer. L’idée est de ne pas surcharger l’expérience en proposant une interface dépouillée mais surtout assez fouillis en ce qui concerne les paramètres.

L’absence d’un bouton thème sombre dans le menu des paramètres rapides manque cruellement. Pour en profiter, il faut fouiller. À l’instar de Vivo, un groupe d’applications n’affiche que quatre icônes sur l’interface du téléphone, alors même qu’une dizaine d’apps se cachent en fait derrière. C’est assez frustrant. L'absence de bouton pour supprimer toutes les notifications d'un seul coup pose aussi problème.

Disons que sur le plan logiciel, ce Moto G31 manque de personnalité : il ne marque pas vraiment les esprits et ne laisse pas un souvenir impérissable comme peuvent le faire One UI sur les Samsung et OxygenOS sur les OnePlus. C’est un choix assumé de Motorola, qui aura ses détracteurs et ses aficionados.

Il n’empêche, Android 11 propose tout de même toutes les fonctionnalités de base qu’on peut attendre de cette version. Soulignons aussi les nombreuses fonctions dédiées à l’accessibilité (agrandissement, correction couleur, grand curseur de souris, boutons de grande taille), très pratiques pour certains handicaps.

Mais encore une fois, il ne faut pas hésiter à mettre les mains dans le cambouis pour aller dénicher toutes ces options. Notons enfin que le capteur d’empreintes digitales situé sous le bouton de mise en veille fonctionne parfaitement, et que la compatibilité Widevine L1 permet de lire des contenus HD sur Netflix, Disney+ ou Molotov.

Appareil photo

Pour son Moto G31, Motorola a opté pour un triple capteur photo arrière. Ne vous laissez pas berner par ce chiffre, qui fait surtout office d'artifice et non d'une véritable polyvalence photographique. Nous allons vous expliquer pourquoi. Voici la configuration technique des capteurs :

Il faut admettre que les conditions météorologiques et de luminosité n’étaient pas idéales lors des prises de vue. Mais dans l’ensemble, le capteur principal se montre décent, sans non plus nous en mettre plein les mirettes.

On perçoit un filtre jaune/vert peu flatteur pour la rétine et un niveau de détails modeste sans non plus être à la ramasse sur cette gamme de prix. Dans la plupart des situations, la gestion de la dynamique est bonne. À ce prix, vous serez généralement satisfait du résultat.

Ça tourne au vinaigre du côté de l’ultra grand-angle, avec une énorme incohérence colorimétrique par rapport au capteur principal. Cette fois-ci, les clichés tirent vers des teintes rougeâtres. Sur la place de la Bastille, admirez à quel point l’arbre et son feuillage changent de couleur.

Sans surprise, une grosse perte de détails est à signaler dès lors que votre regard s’éloigne du centre de la photo. Un phénomène somme toute classique avec ce type de prise de vue.

Bruit numérique et effet lens flare au niveau du lampadaire sur la première photo, résultat somme toute correct sur la seconde malgré un niveau de piqué en baisse : de nuit, le Moto G31 ne fera pas de miracle dans les situations complexes, mais s'en sortira un minimum dans des scènes plus simples. Rien de transcendant non plus.

Comme sur tous les smartphones d’aujourd’hui, un mode nuit est mis à disposition de l’utilisateur pour tenter de capturer plus de détails le temps d’une prise longue. Sauf que sur l’entrée de gamme, c’est rarement concluant.

Saluons tout de même le niveau de luminosité surélevé, au détriment cependant de la netteté.

Le mode 50 mégapixels -- à activer dans les paramètres de l’application et que vous n’utiliserez probablement pas -- ne sert strictement à rien. On perçoit une infime amélioration du niveau de détails, mais trop peu pour nous faire hausser un sourcil.

Le capteur dédié au mode macro aurait pu passer son chemin et ne jamais s’inviter sur ce téléphone, tant le résultat se situe aux antipodes de nos attentes.

Le mode portrait a tendance à faire « péter » certaines couleurs -- comme le pull et la casquette rouge de mon collègue --, mais cet effet se perçoit surtout sur smartphone et moins sur ordinateur. Les imprécisions sont par ailleurs nombreuses sur des sujets pourtant simples, en témoigne le détourage du pull d’Omar.

L’effet bokeh en selfie (photo n° 3) ne prend pas en compte le HDR, et ça se voit avec la fenêtre complètement cramée en arrière-plan. Sinon, le capteur avant de 13 mégapixels offre des clichés décents sans aucun mode.

Sachez enfin que le Motorola Moto G31 peut filmer en Full HD à 30 FPS.

Performances

Soyons francs et honnêtes d’emblée : le Motorola Moto G31 n’est clairement pas un foudre de guerre avec ses 4 Go de RAM et son processeur MediaTek Helio G85, à la fois vieillissant (présenté en août 2020 et déjà présent sur le Redmi Note 9 à l’époque) et modeste en performances. Nous pourrions même qualifier la puissance du téléphone de faible.

Au quotidien, les petits ralentissements et autres latences se font régulièrement remarquer : on les ressent notamment à l’ouverture ou à la fermeture d’une application, pourtant si simples à gérer en temps normal. Globalement, l’expérience n’est pas totalement fluide comme on pourrait l’espérer. Le Moto G31 est derrière la concurrence.

D’ailleurs, les benchmarks parlent d’eux-mêmes.

Le Moto G31 se fait dominer de la tête au pied sur toutes les applications de benchmark, face à des téléphones grosso modo vendus au même prix. D’ailleurs, oubliez Fortnite, incompatible avec la puissance du téléphone. Contentez-vous de jeux peu gourmands en ressources pour vous amuser un peu.

Batterie

Avec sa batterie de 5000 mAh, le Motorola Moto G31 tient plutôt bien la marée en usage mixte : il vous permettra de tenir une journée et demie, si ce n’est un poil plus avec beaucoup de modération.

Testé via notre protocole sur le logiciel Viser, qui simule une activité en continu pour faire chuter son autonomie à 10 %, le Moto G31 a obtenu un score de 11h51, ce qui vient grosso modo corroborer nos impressions.

En revanche, il faut prendre son mal en patience pour le recharger… en raison d’un ridicule chargeur de 10 W. Il se tire ici une belle balle dans le pied par rapport à la concurrence. Le Poco M4 Pro a par exemple droit à un bloc de 33 W.

Ces mesures vous donneront une meilleure idée de son extrême lenteur :

Réseaux et communications

Si nous avons désormais l’habitude d’écrire sur des téléphones 5G, sachez que ce Moto G31 n’épouse pas les nouveaux standards de la téléphonie mobile et se cantonne à la 4G, ce qui conviendra tout de même à la majorité des gens.

L’appareil s’appuie aussi sur du Bluetooth 5.0, Wi-Fi 5,0 et une puce NCF pour les paiements sans contact et les titres de transport dématérialisés. Toujours pratique selon les usages et besoins de chacun.

Le Moto G31 livre une belle partition en matière d’appels téléphoniques : non seulement la voix est intelligible, mais elle couvre aussi les nuisances sonores ambiantes qui sont à peine perceptibles par votre interlocuteur.

Le téléphone a cependant du mal à gérer les bourrasques de vent et compresse légèrement votre voix : mais ne nous inquiétez pas, ce n’est absolument pas gênant ni rédhibitoire. Enfin, les micros se coupent parfaitement bien lorsque plus personne ne parle pour couper les bruits ambiants.

Prix et disponibilité

Le Motorola Moto G31 est disponible au prix de 219 euros sur le site officiel de la marque, en une unique configuration : 4 + 64 Go. Le téléphone est décliné en deux coloris : Baby Blue et Mineral Grey. On peut aussi le trouver sur plusieurs sites e-commerce.