Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Moto G 4G, un entrée de gamme toujours d’actualité

Sorti à la fin de l’année dernière en Europe, le Moto G était l’un des tout premiers téléphones d’entrée de gamme à proposer à la fois un rapport qualité-prix au-dessus de la moyenne et une version d’Android pratiquement pure. Le plus gros défaut du téléphone concernait alors l’absence de support de la 4G, mais aussi une mémoire interne étriquée. Un défaut désormais corrigé par l’arrivée d’une nouvelle version du téléphone de Motorola : le Moto G 4G. Et comme on va le voir dans ce test, il n’a pas vraiment pris de coup de vieux.

 

Fiche Technique du Moto G 4G : on prend les mêmes...

Pour bien voir les différences entre le Moto G et le Moto G 4G, nous avons mis en gras dans ce tableau les points qui ont changé. 

Sur le fond comme sur la forme, le Moto G 4G n’est ni plus ni moins qu’un Moto G dont les petits défauts ont été gommés. Outre le support de la 4G, on note l’arrivée d’un port carte SD (jusqu’à 32 Go) qui vient combler les lacunes de mémoire. Et alors que le Moto G était vendu en version 8 et 16 Go, sa déclinaison 4G n’est commercialisé qu’en 8 Go. Son prix a également légèrement enflé puisqu’il passe de 169 euros pour l’ancienne version (8 Go, 199 euros en 16 Go) à 199 euros pour la version actuelle. Son DAS a également pris une claque en passant d’un débit d'absorption spécifique de 0,79 W/kg à 1,24 W/kg pour notre version en test. Une différence qui s’explique certainement par l’arrivée d’une puce 4G en son sein.

Pour le reste rien n’a changé et c’est tant mieux. Cela signifie concrètement que le Moto G présente toujours un rapport qualité-prix aussi séduisant. Il n’y a pas grand-chose à redire à notre test écrit il y a maintenant plus de 6 mois. Que cela concerne le design, l’aspect logiciel ou la photo, absolument rien n’a changé. Tout juste notera-t-on une amélioration notable des performances (AnTuTu affiche désormais un score de 17476) qui n’est pas due au processeur, mais bien à la dernière version en date d’Android, bien plus adaptée aux téléphones modestes. Notez par ailleurs que, Motorola oblige, lors de notre test le téléphone était déjà installé sous Android 4.4.3. Aucun souci à se faire pour les mises à jour, les téléphones de la marque (nouvellement) chinoise passent toujours rapidement à la dernière version d’Android.

Cela signifie aussi que les quelques points faibles relevés lors de notre précédent test sont toujours d’actualité. À commencer par les boutons sur les côtés, toujours aussi pénibles à appréhender au quotidien. Passe encore le bouton d’allumage du téléphone, mais les boutons de volumes sont trop rapprochés pour être utilisables correctement sans avoir réellement l’habitude du téléphone. Leur course est également un peu courte pour proposer une ergonomie digne de ce nom. Enfin, concernant le capteur photo, nous ne serons peut-être pas aussi sévères que le précédent testeur. Certes, l’appareil photo du Moto G n’est pas ce qu’il se fait de mieux en la matière, mais il est amplement suffisant et performant pour un téléphone de cette gamme de prix. Après, inutile de vous attendre à quelque chose d’aussi performant que le Galaxy S5, nous sommes là face à un capteur de 5 mégapixels.

 

Communications : Une excellente réception 4G

Nous avons bien entendu testé la connectivité de ce « nouveau » Moto G avec un forfait 4G. Et il y a bien peu de choses à redire. Nous n’avons jamais eu de problème d’accroche réseau en 3G, comme en 4G. Pour rappel, le Moto G 4G est en théorie capable de recevoir jusqu’à 150 Mb/s. Nous avons réussi à monter à 50 Mb/s lors de nos tests. Nous serons un peu moins enthousiastes pour ce qui est de la communication en appel. Le son n’est pas mauvais, mais il manque un peu de clarté, a parfois tendance à grésiller ou à donner une intonation métallique à son interlocuteur. Rien de bien grave, surtout vu au prix auquel l’appareil est vendu.

Enfin, nos tests GPS se sont déroulés sans aucun accroc. GPS Data a réussi à fixer notre position en moins de 10 secondes et sans aucune aide du réseau. C’est excellent. Rares sont les téléphones à mettre moins de 20 secondes avant de fixer précisément une position.

 

Une autonomie toujours aussi impressionnante

Lors du test du Moto G en décembre 2013, nous avions beaucoup apprécié l’autonomie du téléphone de Motorola. Notre version 4G possède grosso modo les mêmes points forts. Sa batterie de 2070 mAh couplée à un écran relativement petit de 4,5 pouces lui procurent une excellente autonomie. La 4G n’a visiblement pas (ou peu) affecté l’endurance du smartphone et le Moto G a été capable de tenir bien plus qu’une journée en utilisation classique (téléphone, réseaux sociaux, surf sur Internet, etc). L’économiseur de batterie est toujours présent au rendez-vous et permet, lorsque la batterie passe en-dessous de 15 % de couper automatiquement la data. Comme d’habitude, nous avons lancé une vidéo YouTube durant une heure avec le son au maximum (sur écouteur) et le Moto G a perdu 15 %. Un test qui confirme ces premières impressions puisqu’il le situe dans la fourchette haute.