Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de la Moto 360 Sport, celle qui reste sur le banc

Lancée parallèlement à la Moto 360 de seconde génération, la Moto 360 Sport est présentée comme « un partenaire de fitness ». Pour ce faire, cette version Sport abandonne les traditionnels bracelets en plastique pour adopter du silicone, se dote d’un écran spécial visible en plein soleil et embarque d’une puce GPS. Mais est-ce bien suffisant pour en faire un véritable accessoire de sportif ?

moto 360 sport test frandroid 2

Fiche technique

À quelques détails près, la Moto 360 Sport n’est rien de plus qu’une Moto 360 de seconde génération dotée d’un écran plus petit, adaptée aux conditions extérieures et disposant d’un bracelet en silicone. Ses composants sont en effet identiques, que cela concerne le SoC, la mémoire vive et l’espace de stockage. Seule petite différence, la Moto 360 Sport embarque une puce GPS, de façon à pouvoir faire un footing sans avoir à prendre sur soi son smartphone.

Design : le silicone, le matériau du sport

En soit la Moto 360 Sport ne change pas radicalement en termes de design par rapport à une Moto 360 classique de seconde génération. Ce que l’on remarque immédiatement, c’est sa taille, qui est plus petite que celle de la Moto 360 classique. L’écran fait ainsi 1,37 pouce et son boîtier fait 45 mm de diamètre, à mi-chemin entre le grand et le petit modèle.

Et si la montre est toujours aussi épaisse, il faut bien admettre que cette taille plus petite est bon point. Elle s’adapte bien mieux aux petits poignets ce qui lui confère une apparence de « vraie » montre. Elle est plus discrète et, à mon sens et malgré son nom, assez élégante. La mention Sport, pour une fois, n’est pas synonyme de couleurs flashy ou de design peu travaillé.

Finalement, la principale originalité de design de cette Moto 360 Sport provient de son bracelet en silicone. Ce dernier est censé être résistant à l’eau et à la sueur afin de mieux s’adapter aux activités en extérieur de l’utilisateur. Si l’on s’en tient à une activité sportive, il est effectivement plutôt bien adapté et rempli parfaitement son office. Pour une utilisation quotidienne, je suis bien plus partagé.

Non seulement ce bracelet à tendance à accrocher la moindre trace de poussière et à se blanchir très facilement avec la saleté, mais en il se révèle en plus inconfortable lorsqu’on porte la montre plusieurs heures de suite. Au bout d’une ou deux heures, j’avais toujours le poignet qui se mettait à transpirer, même en restant sagement derrière mon PC. Ce qui est fort désagréable.

Il faut également noter que ce bracelet en silicone qui entoure entièrement le boîtier de cette montre est inamovible. Non seulement la Moto 360 Sport n’a pas le droit au Moto Maker, mais en plus il est impossible de changer le bracelet. La version Sport ne dispose en effet d’aucune « corne ». Il faut donc en prendre soin et le laver régulièrement.

Un écran moins bon que celui de la Moto 360 2015

Pas, ou peu, de surprises concernant l’écran, il s’agit toujours d’une dalle LCD aux caractéristiques plus ou moins similaires à celui de la Moto 360 2015. Si la définition est la même (360 × 325 pixels), on retrouve également cette vilaine bande noire qui barre l’écran et qui permet à la Moto 360 d’embarquer un capteur de luminosité. On le pardonnait en 2014 lors de la sortie des premières smartwatchs, mais après la Samsung Gear S2, qui dispose également d’un capteur de luminosité et d’un écran sans barre noire, on est un peu moins indulgent.

L’écran de cette Moto 360 dispose également d’une technologie spéciale dite « AnyLight hybrid display ». Une technologie qui permet à la dalle LCD de modifier l’éclairage de l’écran en fonction de la lumière ambiante - comme n’importe quelle autre montre dotée d’un capteur de luminosité en fait - mais qui ajoute en plus la possibilité de rendre l’affichage de la montre visible, quel que soit le temps extérieur. En d’autres termes, Motorola a fait en sorte de rendre l’écran de sa montre visible même par grand soleil, en extérieur, ce que permet rarement l’écran des autres montres connectées.

À l’usage, il faut bien admettre que cette technologie fonctionne plutôt bien en extérieur. Contrairement à d’autres smartwatchs sous Android testées récemment, je me surpris à ne jamais appuyer sur le bouton de la Moto 360 Sports pour pouvoir lire sans forcer l’heure affichée. En intérieur, il n’y a pas grand-chose à redire, la luminosité est suffisamment élevée pour ne jamais avoir à froncer les sourcils pour lire l’heure.

Si cette technologie se montre très pratique pour les coureurs, elle a une contrepartie extrêmement pénible : ses angles de vision changent de couleurs du tout au tout. C’est bien simple, si l’écran de la montre n’est pas exactement en face des yeux, le rouge se transforme en jaune et le blanc se délave au point de rendre les indications illisibles. Un défaut absent de la Moto 360 de seconde génération. Pour bien profiter de cet écran, il vaut donc mieux utiliser une watchface sombre.

Android Wear, un mauvais OS de sportif ?

C’est Android Wear qui anime la Moto 360 Sport, comme toutes les Moto 360 sorties jusqu’à présent par Motorola. On ne revient ni sur ses fonctionnalités ni sur sa façon tourner, la Moto 360 Sport et la Moto 360 2015 partagent le même OS et surtout les mêmes composants. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’Android Wear sert essentiellement à déporter les notifications du téléphone sur le poignet et qu’il tourne très convenablement et sans jamais ramer sur cette montre.

moto 360 sport android wear 1

Difficile toutefois de ne pas être déçu lorsque l’on s’aperçoit également que cette version Sport ne dispose d’aucune spécificité logicielle. On retrouve donc l’application Moto Body dédiée au fitness (ou plutôt à la course), qui permet de suivre son rythme cardiaque, de calculer son nombre de pas quotidiens ou de calculer le nombre de calories brûlées ainsi que les kilomètres effectués durant une course. On trouve également une watchface Sport, mais je doute qu’elle soit exclusive à la version Sport. D’un point de vue logiciel, c’est un peu trop pauvre, et les différences entre les deux montres sont bien trop faibles.

Moto 360 Sport ? Plutôt Moto 360 Running

La vraie question que l’on doit se poser avec cette montre est bien : est-ce que l’ajout d’un GPS, d’un écran fait pour l’extérieur et d’un bracelet en silicone fait d’une montre connectée une montre connectée sportive ? J’aurai tendance à dire non ou, tout du moins, à condition d’aimer courir. Parce que la Moto 360 Sport ne fait pas grand-chose de plus que de tracker le nombre de pas, le rythme cardiaque (et encore, la surveillance n’est pas en continu) et les kilomètres effectués en course.

moto 360 sport android wear 2

Et c’est bien le problème de cette Moto 360 qui aurait plus mérité le titre de Moto 360 Running que Moto 360 Sport. Les exercices d’intérieur comme les pompes ou les exercices de musculation, le vélo (en intérieur ou en extérieur) ou encore la piscine ne sont pas trackés de base par la Moto 360 Sport. Pour exploiter la montre, il est alors nécessaire d’installer des applications tierces, encore peu nombreuses dans ce domaine. Surtout, la concurrence, que ce soit chez Garmin ou Fitbit, par exemple, fait beaucoup mieux avec de simples applications de base et des trackers souvent moins chers. De fait, Android Wear a été conçu avant tout comme un OS d’objet connecté et non comme un OS spécifiquement dédié au sport.

Alors, certes, le GPS de la Moto 360 Sport fonctionne très bien. Il est possible de se lancer dans une course en laissant son smartphone chez soi, de courir, puis de revenir pour savoir exactement quelle distance a été effectuée avec une bonne précision. C’est pratique et c’est une fonctionnalité encore assez rare sur les montres Android Wear. Pour autant, encore une fois, cela ne fait de la Moto 360 Sport une véritable montre destinée à tous les sportifs.

Une autonomie dans la moyenne

La batterie de cette version Sport est identique à celle de la version classique : 300 mAh. Il n’est donc pas tellement étonnant de constater que l’autonomie est sensiblement identique. Il faut compter sur une bonne journée, voire une journée et demie d’autonomie sur cette Moto 360 Sport et un peu moins si l’on compte aller faire de l’exercice sans son smartphone, en activant le GPS de la montre.

Prix et disponibilité

La Moto 360 Sport se trouve un peu partout sur le net ainsi que sur la boutique officielle de Motorola à un prix conseillé de 299,99 euros.