Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Le Nokia 7 Plus a transmis des données personnelles en Chine, la Finlande ouvre une enquête

La CNIL finlandaise a ouvert une enquête suite à la révélation que certains Nokia 7 Plus envoyaient des données personnelles en Chine.

Le Nokia 7 Plus est sans doute l'un des smartphones les plus populaires de la marque depuis son retour sous Android. Le smartphone associait un design, des performances et une bonne autonomie avec une interface Android One promettant des mises à jour régulières, le tout avec un prix accessible.

Cet appareil est désormais au cœur d'une polémique reliant HMD Global, le fabricant, et la Chine.

La géolocalisation transmise en Chine

Le site norvégien Nrkbeta a pu analyser le trafic sortant d'un Nokia 7 Plus sur un réseau local, et constater que le téléphone envoyait régulièrement des données en clair vers « zzhc.vnet.cn ». Les données en questions sont plutôt inquiétantes : la géolocalisation du téléphone, le numéro de la carte sim et le numéro de série du smartphone.

Après enquête, le site a pu obtenir de l'administration chargée des noms de domaines chinois que le site vnet.cn en question appartenait à l'opérateur d'État China Telecom.

La théorie la plus crédible est que la fonction qui envoie ces données était destinée uniquement au marché chinois, et que HMD Global a par erreur déployé le code sur les versions internationales du téléphone.

Malgré l'utilisation d'Android One, Nokia et HMD Global se sont déjà fait épinglés, car le logiciel installé par la firme chinoise Evenwell sur les smartphones était trop agressif avec les applications en arrière-plan.

La CNIL finlandaise lance une enquête

L'agence de presse Reuters a annoncé que l'agence de protection des données personnelles en Finlande, l'équivalent de la CNIL en France, va ouvrir une enquête. Elle devra déterminer si des smartphones de Nokia, et lesquels, transmettent bien des données en ignorant la loi.

HMD Global a reconnu une erreur et a indiqué qu'aucune donnée transmise ne permettait d'identifier l'utilisateur. Le fabricant plaide une erreur dans le déploiement logiciel sur un seul lot de smartphone.