Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Olympus tombe de son mont et quitte le marché des appareils photo

C’est un petit coup de théâtre dans le milieu de la photographie. L’incontournable entreprise répondant au nom d’Olympus met un terme à son activité historique liée aux appareils photo, apprend-on dans un communiqué de presse. Un accord va en effet être signé avec le fonds d’investissement japonais Japan Industrial Partners (JIP) -- l’acquéreur des ordinateurs VAIO de Sony en 2014 -- d’ici le 30 septembre prochain.

Une activité plus rentable

À ce jour, le montant de la transaction n’a pas été communiqué. Mais force est de constater que son activité photographique a pris du plomb dans l’aile depuis l’explosion des photophones, alors que son chiffre d’affaires (361 millions d’euros) au « dernier exercice 2019/2020, clos au 31 mars » a enregistré une baisse de 10,4 % sur un an, indique Le Figaro, qui cite un communiqué de presse de l’Agence France-Presse (AFP).

Ses pertes financières s’élevaient ainsi à 10,4 milliards de yens, soit environ 86 millions d’euros. « Ce segment ne représente plus que 5 % du total des ventes annuelles d'Olympus », précise le quotidien français. Aujourd’hui spécialisé dans les équipements médicaux, comme la fabrication d’endoscopes, Olympus recentre donc ses activités vers l’un de ses domaines de prédilection. Par ailleurs, sur le marché de la photo, il faut dire qu'Olympus n'est parvenu qu'à s'octroyer que 2,8 % de parts de marché en 2018, loin derrière les géants Nikon, Panasonic, Sony et même Fujifilm.

Pus de 80 ans dans la photo

Fondée en 1919, la firme nippone a dans un premier temps focalisé son intention sur les microscopes et thermomètres médicaux. Avant de se diversifier dans les appareils photo en 1936, en sortant à l’époque son premier dispositif à soufflet, le Semi-Olympus. Pendant des décennies, le groupe figurera parmi les leaders du secteur aux côtés de Canon, Nikon ou encore Pentax.