Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du OnePlus 8T : pourquoi débourser plus de 600 euros ?

En 2020, OnePlus a entièrement revu sa stratégie et ses gammes en proposant non seulement un smartphone de milieu de gamme, mais aussi en ne sortant qu'un seul smartphone haut de gamme au lieu de deux sur le second semestre. Le OnePlus 8T a donc la lourde tâche de séduire un large public et proposer un juste milieu entre le OnePlus 8 et le OnePlus 8 Pro. Nous l'avons testé pour nous forger un avis complet sur la question.

Ce test a été réalisé avec un OnePlus 8T 12/256 Go qui nous a été fourni par la marque.

Fiche technique du OnePlus 8T

Notre test du OnePlus 8T en vidéo (et du Pixel 5)

Simple et raffiné

Comme les grands du marché, OnePlus a trouvé sa formule gagnante pour le design de ses smartphones et préfère itérer par petites touches pour améliorer les choses plutôt que de prendre le risque de tout révolutionner et de fâcher ses fans de la première heure. Le OnePlus 8T ne fait pas exception à la règle, mais les petits changements de cette génération font tout de suite mouche.

Le point le plus flagrant lorsque l'on compare le OnePlus 8T aux modèles de début d'année, c'est son écran. Nous reviendrons bien sûr plus tard sur sa qualité intrinsèque pour nous arrêter d'abord sur son format : c'est un écran plat. Adieu les bords incurvés qui provoquaient chez certains des faux positifs réguliers à l'usage, ils sont remplacés ici par un plaque de verre -- Gorilla Glass 5 -- 2,5D, discrètement percée dans le coin supérieur gauche.

L'écran est donc à la fois pratique et agréable au toucher. On pourrait penser que l'absence de bords incurvés le rend moins impressionnant, mais OnePlus s'est montré très minutieux et, grâce à la technologie d'écran flexible permettant de le retourner sur le bas de l'appareil, le OnePlus 8T dispose de bordures fines et uniformes sur ses 4 côtés. Il en ressort clairement une impression de qualité et de modernité qui caresse la rétine au premier coup d'œil.

Le reste du design n'a rien de très original pour qui a déjà eu un OnePlus en main ces trois dernières années. On retrouve un cadre fin en aluminium et un dos en verre brillant -- Gorilla Glass 5 ici aussi -- traité de manière à ne pas accrocher les traces de doigts. D'un point de vue très personnel, je dois avouer que j'ai tendance à préférer les dos mât, comme OnePlus à su le proposer par le passé, mais c'est là une question de goût et même avec cette préférence, je dois admettre que ce design est très réussi.

Si le OnePlus 8T ne se démarque pas réellement de ses prédécesseurs, on note que celui qui n'était à une époque qu'un petit trublion a réussi à se hisser à la hauteur de marques comme Apple et Samsung sur la qualité de ses finitions. La préhension est bonne, douce en main et il s'en dégage une impression générale de solidité. Les boutons sont également bien positionnés, bien que les touches de volume auraient gagné à être un poil plus basse pour faciliter leur accès et éviter que le téléphone repose sur le doigt à cet endroit en mode paysage.

L'autre bonne nouvelle, c'est que le OnePlus 8T pèse 188 grammes, soit 11 grammes de moins que le OnePlus 8 Pro. Sur des utilisations prolongées, la différence est notable. C'est toujours 8 grammes de plus que le OP 8, mais on s'en contentera déjà bien comme cela.

Précisons que OnePlus propose toujours son alert slider permettant de rapidement passer du mode vibreur au mode sonnerie ou silencieux. Un ajout précieux qui manque vraiment lorsque l'on repasse chez un concurrent.

Enfin, terminons ce tour du propriétaire par le module photo. L'alignement vertical et centré des OnePlus 8 cède sa place à un aspect "domino" dans le coin supérieur gauche. Ce bloc est plus petit que chez Samsung et avec des coins très arrondis, lui donnant presque l'air élégant. L'excroissance n'est pas trop prononcée et le téléphone reste donc stable une fois posé à l'horizontale.

Vraiment, si on voulait trouver un défaut au design de ce OnePlus 8T, on lui reprocherait l'absence de prise jack, que tout le monde commence à oublier discrètement, ou peut-être le choix du Gorilla Glass 5 alors qu'il existe désormais une nouvelle génération plus résistante, mais cela aurait certainement relevé le prix du téléphone, ce que l'on ne souhaite pas.

L'écran toujours au top

Avec le OnePlus 8T, OnePlus a trouvé le juste milieu entre les écrans du OP8 et du OP8 Pro. On se retrouve face à une dalle Amoled de 6,55 pouces en Full HD+ (soit 402 PPP) avec un taux de rafraichissement de 120 Hz (avec un échantillonnage à 240 Hz). On a donc la définition -- plus que suffisante -- que OnePlus 8 mélangée au taux de rafraichissement du OnePlus 8 Pro.

Dans les faits, le côté « wahou » se fait ressentir au premier regard. Cet écran est sublime et ses caractéristiques techniques couplées à la rapidité du système et aux animations de l'interface logicielle offrent un effet de fluidité et de continuité que même Apple pourrait jalouser.

Sous notre sonde, CalMAN mesure une luminosité d'écran à plus de 750 cd/m², qui pourrait certainement monter au-delà encore avec du matériel plus pointu, et bien sûr un contraste infini offert par l'OLED. De quoi offrir une lisibilité parfaite dans toutes les situations. À l'inverse, avec une luminosité minimale de 2,58 cd/m², l'écran du OnePlus 8T ne vous cramera pas les rétines en pleine nuit.

Par ailleurs, OnePlus affirme avoir affiné son algorithme de gestion de la luminosité automatique avec plus de 8000 niveaux pour des changements linéaires et agréables, évitant les problèmes des anciens modèles qui souffraient d'un ajustement parfois un peu aléatoire et abrupt.

Le tout est très bien calibré avec une température des couleurs de 6707 K, très proche des 6500 K visés dans l'idéal. Cette dalle couvre par ailleurs 105 % de l'espace DCI-P3, avec un taux d'erreur delta E sur ce même espace colorimétrique de seulement 4,68. Ce dernier serait d'ailleurs en réalité bien plus bas si la mesure du rouge ne s'était pas totalement envolée au-dessus vers l'infini et au-delà. Notez que si cela n'est pas à votre goût, un tour dans les paramètres pourra toujours vous permettre de régler votre écran à votre goût avec une simple réglette allant de « plus froid » à « plus chaud ».

À part Samsung et Apple, peu de marques peuvent se targuer de proposer un tel écran aujourd'hui sur un smartphone et cela se ressent au quotidien.

OxygenOS sous Android 11 : le combo parfait ?

Le OnePlus 8T tourne nativement sous Android 11 avec la dernière version de l'interface Oxygen OS. Le dernier patch de sécurité est également de la partie pour couronner le tout.

On le dit déjà depuis plusieurs générations et cela ne change toujours pas : Oxygen OS est très certainement la meilleure interface disponible actuellement sur Android avec celle des Pixel et peut-être One UI (Samsung). Tout est là pour satisfaire tous nos besoins, du plus pratique au plus subtil.

Comme dit pus haut, les animations générales du système donnent une impression de fluidité particulière au OnePlus 8T qu'on ne retrouve chez aucune autre marque. C'est rapide et détaillé, presque naturel et hypnotisant. Mais au-delà de ce détail purement esthétique, OxygenOS 11 a été repensé pour être encore plus simple.

Dans le menu des paramètres, les différents sous-menus sont parfaitement définis et classés, tandis que, s'inspirant du travail de Samsung sur One UI, la partie haut de l'écran est devenue réduite aux simples informations tandis que les zones nécessitant une interaction se situent plutôt sur la partie basse de l'écran. Et bien sûr, les applications comme la Galerie ou l'horloge profitent également de ce nouveau design. Vous l'aurez compris : l'utilisation à une main a été particulièrement simplifiée.

On retrouve toujours bien sûr les éléments qui sont aujourd'hui la base d'une bonne interface, comme le thème sombre (retravaillé pour être plus lisible), la navigation par gestes, mais aussi les nouveautés d'Android 11 comme le menu d'alimentation servant également de hub pour la domotique et de sélection de cartes bancaires pour le paiement sans contact et certaines fonctionnalités optionnelles comme les sous-titres automatiques, qui offrent plus d'accessibilité. OnePlus rajoute à cela de nombreux effets de personnalisation (tiroir d'applications ou non, pack d'icônes, agencement de l'écran d'accueil, etc.), ainsi que quelques fonctionnalités supplémentaires comme un classement automatique des applications par genre dans le tiroir d'applications, les applications parallèles (avoir 2 sessions d'une même application), le verrouillage de certaines apps, ou l'affichage des icônes dans le menu multitâche pour s'y retrouver plus facilement.

L'always-on display a également été particulièrement soigné sur cette version avec une visualisation chronologique de l'utilisation du téléphone ou un mode "canvas" qui reprend les contours d'une photo de façon stylisée.

Enfin, si vous souhaitez vous concentrer ou tout simplement vous forcer à profiter de ce qui vous entoure, vous pouvez utiliser le Zen Mode pour bloquer votre téléphone pendant un temps donné. Attention, il n'y a pas de retour en arrière. Notons qu'ici la nouveauté est de pouvoir le faire en groupe, à condition que vos amis aient également un téléphone de la marque.

Mon seul regret est peut-être qu'il est impossible de régler la sensibilité du geste de retour, trop sensible à mon goût et démarrant trop loin du bord. Plusieurs fois il m'est arrivé de fermer le clavier en voulant écrire un mot en "swipant" dessus, tandis qu'un appui long pour cocher plusieurs cases verticalement sur Hungry Cat Picross n'est parfois pas correctement pris en compte. C'est clairement anecdotique et beaucoup moins dérangeant que sur les OnePlus 8 et 8 Pro, mais il faut tout de même le signaler. Il est dommage également que les paramètres d'accessibilité soient enterrés dans un sous-menu, les rendant plus difficilement accessibles que sur un Pixel par exemple.

Une biométrie efficace

Précisons que le OnePlus 8T propose toujours deux systèmes de reconnaissance biométrique : un capteur d'empreintes sous l'écran, rapide et efficace, et une reconnaissance faciale 2D. Cette dernière ne peut être utilisée que pour déverrouiller l'écran et non pour sécuriser des paiements par exemple. Il faut dire qu'elle a réussi à me reconnaître même avec mon masque. C'est pratique par les temps qui courent, mais pas franchement rassurant.

Même configuration, même puissance

Pour les performances, OnePlus n'a pas souhaité cette année se tourner vers le Snapdragon 865+, jugé trop cher pour le gain de performances, et réitère la même configuration qu'en début d'année, à savoir un Snapdragon 865 couplé à 8 ou 12 Go de RAM. Dans notre cas, nous avons testé le modèle avec 12 Go de mémoire vive.

Notons tout de même que le stockage a évolué et que les 128 ou 256 Go sont désormais en UFS 3.1 et non en UFS 3.0 comme c'était le cas sur les modèles de début d'année. Grâce à un système de cache mieux géré, ce système de stockage est censé offrir une vitesse d'écriture séquentielle bien plus rapide. Plus que dans les performances en gaming, ce changement devrait se ressentir plutôt sur l'autonomie et sur des usages qui font beaucoup appel à la mémoire, comme l'enregistrement de vidéos en 4K par exemple.

Dans les benchmarks, le OnePlus 8T ne surpasse pas significativement le OnePlus 8 Pro, mais il présente un avantage qui se fera ressentir dans les jeux : sa plus faible définition (1080p contre 1440 p) lui permet d'être plus fluide dès lors qu'il faut afficher des pixels sur tout l'écran.

En jeu, sans surprise, le Snapdragon 865 est toujours au top et permet de faire tourner la plupart des jeux sous leur meilleur jour. Arena of Valor tourne par exemple dans un 60 FPS constant même avec toutes les options graphiques poussées au maximum. Étrangement par contre, Fortnite s'est montré un peu plus décevant, avec un framerate maximum limité à 30 FPS dans l'application et quelques chutes lors des parties en qualité « Épique » (le mode le plus élevé) alors que les OnePlus 8 et 8 Pro n'avaient aucun mal à maintenir leur stabilité à 60 FPS. Gageons qu'il ne s'agit que d'un problème d'optimisation qui sera corrigé d'ici la sortie du smartphone ou peu après, d'autant que la marque a promis que le jeu serait capable de tourner jusqu'à 90 FPS.

Le mode "Fnatic" de OnePlus permet quant à lui de jouer dans les meilleures conditions en activant automatiquement le mode "Ne pas déranger" et en privilégiant les performances pour le jeu lancé, quitte à désactiver temporairement les applications en arrière-plan ou à consommer davantage de batterie.

Appareil photo

Pour l'appareil photo du OnePlus 8T, le constructeur chinois a décidé de se rapprocher davantage du OnePlus 8 que du 8 Pro, en l'améliorant tout de même. On retrouve donc à son bord :

Exit donc le téléphoto x3 du 8 Pro qu'on pouvait espérer retrouver ici, il faudra se contenter d'un zoom numérique seulement. Ce qui est évidemment une tentative pour séduire les jeunes et les plus créatifs semble au final représenter une certaine limitation pour la grande majorité des utilisateurs.

Mais OnePlus a particulièrement travaillé sur ses algorithmes pour cette génération afin d'améliorer la qualité des clichés automatiquement. Cela se ressent d'ailleurs en prenant la même photo en 48 Mpx et en 12 Mpx. On pourrait imaginer que la première est plus détaillée que la seconde, mais ce n'est pas toujours le cas. Le capteur arrivant à capturer davantage de lumière par pixel en 12 Mpx, les algorithmes peuvent faire un meilleur travail et poussent sur les microcontrastes pour améliorer la netteté sans pour autant faire ressortir le bruit.

Le 48 Mpx est donc à privilégier uniquement dans les conditions extrêmement lumineuses, où il pourra alors exploiter comme il se doit sa finesse. Dans ce cas, le gain de netteté est évident.

Dans l'ensemble, c'est surtout le mode HDR automatique qui a été grandement amélioré, ce qui lui permet de mettre en valeur chaque zone de l'image lors des scènes en plein jour. Il arrive à récupérer un grand nombre d'informations dans les zones très claires, mais il se montre un peu moins précis dans les zones très sombres. Un choix qui a été pensé pour offrir le meilleur rendu sur l'écran du téléphone et exposer correctement un ciel lumineux dans un paysage.

Le choix est plutôt pertinent puisque l'on va rarement zoomer encore et encore dans une photo pour vérifier ce qu'il se cache sous cette gouttière précise, mais c'est un axe d'amélioration pour les prochaines versions. Par ailleurs, ceux qui vont réellement grossir l'image noteront que le piqué pourrait être un poil meilleur, mais on ne va pas pinailler tant le rendu global est bon.

De nuit, le OnePlus 8T est assez inégal, capable du meilleur comme... non, pas du pire tout de même... mais du moins bon dirons-nous. Dans l'ensemble, il s'en sort plutôt très bien et les photos capturées avec le mode nuit rendent très bien sur l'écran du téléphone, et à n'en pas douter sur les réseaux sociaux.

De près, le piqué est plutôt correct, même s'il se dégrade évidemment sur les cibles éloignées, et il arrive à gérer correctement les différentes sources de lumière. Son mode nuit a cependant tendance à trop surexposer la scène et à garder un aspect jaunâtre à l'ensemble. Cela reste néanmoins plus naturel pour une image citadine que certains appareils qui ont tendance à donner un résultat comme en plein jour, créant un effet surréaliste.

C'est donc surtout la gestion des couleurs qui est à revoir pour rendre les photos plus agréables à l'œil, mais un rapide passage sur une application de retouche corrigera le tir, d'autant que dans l'ensemble, la qualité est plutôt très bonne, avec assez peu de bruit.

En intérieur, sur une cible assez peu docile qui bouge tout le temps (voici Fripouille), il s'en sort plus ou moins bien, mais ne tentez pas le mode portrait, c'est le meilleur moyen d'obtenir une image floue. À titre d'information, la photo sur le fauteuil, avec la patte qui pend, a été prise dans le noir. À l'œil nu, il m'était impossible de distinguer réellement son regard.

Le mode portrait s'en sort plutôt bien, même s'il tombe dans quelques pièges, notamment celui des lunettes. Il arrive néanmoins à proposer une découpe plutôt naturelle avec un flou qui se veut progressif. En selfie, même avec une casquette et un masque, il arrive à bien détourer un visage, et mis à part quelques endroits où l'on remarque que la netteté est logiciellement poussée à l'extrême, créant de petits artefacts, le résultat est vraiment satisfaisant.

Pour les différents capteurs, on notera que l'ultra grand-angle a tendance à pousser le HDR pour exposer correctement la scène, au point de donner parfois un air un peu surréaliste, mais il est plutôt bon pour un ultra grand-angle de smartphone. Il souffre néanmoins de problèmes inhérents à cette catégorie, comme une baisse flagrante de piqué sur les bords. Rien d'alarmant néanmoins et vous garderez de très beaux souvenirs dans votre téléphone.

Le mode macro est quant à lui amusant, mais 5 Mpx sont un peu faibles pour obtenir un vrai beau rendu dans n'importe quelle situation. La mise au point précise est assez difficile à faire par ailleurs.

En vidéo, le OnePlus 8T propose du 1080p et de la 4K en 30 ou 60 IPS, ainsi qu'un mode "4K ciné" au format 21:9 (toujours en 30 ou 60 FPS). Si la qualité est correcte, la stabilisation pose un énorme problème. Elle fait apparaitre des effets de moiré, des artefacts et des zones de flou à l'image, qui donnent une impression vraiment dégradée au résultat final.

Notons en revanche l'amusant mode "portrait vidéo" qui comme son nom l'indique permet d'ajouter un effet bokeh en vidéo et qui fonctionne étonnamment bien.

Note : ne prenez pas en compte le son sur ces vidéos, qui a été capturé par erreur par un casque et non par le micro du téléphone lui-même.

Une qualité audio plus qu'acceptable

Le OnePlus 8T est équipé de deux haut-parleurs stéréo, l'un sur la tranche inférieure, l'autre au-dessus de son écran, servant également pour les appels. Les deux haut-parleurs ne sont pas parfaitement équilibrés, celui du haut étant plus étouffé. En se concentrant, on repère rapidement l'enceinte principale, mais la secondaire, bien que moins claire, reste assez puissante pour faire oublier la différence lorsque l'on regarde un film ou que l'on écoute un podcast. C'est vraiment sur une musique connue, où l'on s'attend à un jeu sur la stéréo, avec un échange de voix qui se répondent par exemple (Bohemian Rhapsody de Queen par exemple), que cela va réellement se remarquer.

Au-delà de ce petit souci, le volume maximum du OnePlus 8T est puissant et reste cohérent même avec le son quasi poussé à son plein potentiel. À 100 % on ressent clairement certaines distorsions désagréables, notamment sur les aigus et les médiums, mais il suffit de redescendre autour de 90 % pour retrouver un spectre équilibré agréable à l'oreille.

Dans l'ensemble, que ce soit pour écouter de la musique, regarder un film ou une vidéo YouTube ou Twitch, le son qui sort directement du OnePlus 8T est plus qu'acceptable et rend honneur au contenu, pour autant que l'on puisse le faire sur des petits transducteurs de smartphones.

Une autonomie impressionnante

L'autonomie du OnePlus 8T est assurée par une batterie totale de 4500 mAh divisée en deux batteries afin de permettre une recharge plus rapide. Si son écran 120 Hz pouvaient laisser craindre une tenue moyenne sur la durée, il n'en est rien en réalité, car ses technologies d'écran lui permettent de réduire sa consommation. À moins de pousser sa luminosité au maximum toute la journée -- ce que personne ne fait, avouons-le --, le OnePlus 8T se montrera à la hauteur de ce que l'on peut attendre d'un très bon smartphone endurant.

En laissant la luminosité automatique, j'ai pu tenir une journée complète de 23 heures avant d'avoir besoin de me rapprocher d'un chargeur, avec près de 8 heures de temps d'écran sur une utilisation mixte (réseaux sociaux, vidéos YouTube, navigation web, photos, messageries et même des sessions de jeux un peu gourmands et des tests d'écran obligeant à maintenir la luminosité au maximum pendant plusieurs dizaines de minutes). En modérant un peu vos usages, vous devriez être capables de tenir deux jours complets sans avoir à recharger le téléphone.

Étonnement, notre protocole de test automatisé simulant une activité variée sur le téléphone a vidé la batterie du téléphone en 9h34 seulement, ce qui le positionnerait presque au niveau du Galaxy S20, pourtant très médiocre en autonomie. Nous ne nous expliquons pas cette différence entre notre ressenti.

Quand bien même vous seriez un peu juste en batterie au cours de la journée, le OnePlus 8T initie chez le constructeur chinois un nouveau chargeur à 65 W capable de recharger complète le téléphone en moins de 40 minutes. La recharge rapide étant plus rapide sur des accumulateurs vides, une quinzaine de minutes seulement vous permettront de passer de 0 à 56 %. Brancher votre téléphone le temps de votre douche devrait donc vous permettre de tenir toute la journée.

Bien sûr, comme les autres fabricants avant lui, OnePlus a pris toutes les mesures nécessaires pour protéger la batterie afin d'éviter les accidents (départ d'incendie...) et l'usure des accumulateurs. Cela, grâce à des puces de contrôle situées dans le téléphone, mais aussi dans le bloc secteur.

Comprenez par là que pour recharger à une telle vitesse, le OnePlus 8T nécessite son chargeur d'origine. Avec un chargeur USB Power Delivery standard, cette charge rapide sera limitée à 27 W. À l'inverse en revanche, le chargeur de votre OnePlus 8T sera capable de fournir 45 W à un appareil non compatible comme un ordinateur ou une Nintendo Switch par exemple.

Malheureusement, le OnePlus 8T ne profite pas de la recharge sans fil du OnePlus 8 Pro. Il faudra donc se contenter de la recharge filaire, dommage.

Le OnePlus 8T est prêt pour la 5G

Comme la plupart des smartphones haut de gamme qui sortent en cette fin d'année 2020, le OnePlus 8T est non seulement compatible avec les normes 4G les plus rapides du moment, mais aussi avec la 5G à venir. Le réseau n'étant pas encore officiellement déployé chez nous, nous n'avons pas eu l'occasion d'en tester ses performances ni son impact sur l'autonomie. En 4G en revanche, il n'a aucun mal à monter à 190 Mbps en download et 40 Mbps en upload, de très bons scores qui vous permettront déjà de bien profiter du Web.

Pour ce qui est des communications, OnePlus a très bien géré ses algorithmes de réduction de bruit ambiant pour se concentrer sur la voix. Les discussions sont limpides et même dans une rue très agitée, au milieu des moteurs qui pétaradent et des chariots de livraison qui roulent sur la tôle de l'élévateur arrière d'un camion, votre correspondant vous entendra parfaitement.

De même, le GPS s'est montré très fiable lors de notre test, trouvant rapidement sa position, même en intérieur, et avec une boussole particulièrement réactive, ce qui est assez rare sur Android pour être relevé.

Prix et disponibilité du OnePlus 8T

Le OnePlus 8T est disponible à partir de 599 euros dans sa version 8/128 Go et 699 euros dans sa version 12/256 Go.

Dans la même gamme de prix, vous trouverez également les Xiaomi Mi 10T Pro, Pixel 5 et Samsung Galaxy S20 FE.