Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

OnePlus 9 Pro et benchmarks : comment le smartphone s'arrange avec la vérité

Mise à jour : Contactée par nos soins, la marque confirme que les OnePlus 9 et 9 Pro brident volontairement les performances du Snapdragon 888 sur 300 applications Android populaires.


Le OnePlus 9 Pro est un smartphone des plus convaincants. Il se dote en effet d'un excellent écran, d'une interface très agréable, d'une charge particulièrement rapide et d'une expérience photo prometteuse sous la houlette du spécialiste Hasselblad. Il y a un autre atout à côté duquel on ne peut passer à côté : sur les benchmarks comme sur les jeux gourmands, le téléphone est une bête de puissance grâce à son Snapdragon 888.

Depuis quelques mois, un joli lot de smartphones ont déjà fait leur apparition sur le marché pour faire l'étalage des prouesses de la dernière puce premium de Qualcomm. Le OnePlus 9 Pro n'y a pas fait exception. Toutefois, d'après AnandTech, le comportement de ce modèle est très particulier. Le média spécialisé s'est en effet rendu compte que des applications populaires étaient ciblées par le téléphone pour fonctionner en sous-capacité.

Ni une, ni deux, le téléphone a été accusé de manipuler les benchmarks, mais vous allez voir que c'est assez subtil. Explications.

Un Snapdragon 888 bizarrement utilisé

Le journaliste d'AnandTech a d'abord été alerté par de grosses lenteurs sur son navigateur Google Chrome. En effet, sur le benchmark Speedometer 2.0, le OnePlus 9 Pro enregistrait un très faible score de 61,5. Avec un Snapdragon 888, on attend plutôt des résultats au-dessus de la barre des 100. Après analyses, il s'avère que le cœur Cortex-X1 censé être exploité pour les tâches les plus exigeantes -- au prix d'une plus grande débauche d'énergie -- n'était ici jamais sollicité.

AnandTech s'est même rendu compte que, sur ce premier test, les cœurs intermédiaires Cortex-A78 ne tournaient qu'à 2 GHz au lieu de leur maximum de 2,41 GHz. Pire, sur une deuxième session de benchmark, lancée juste après, le processus était pleinement géré par les cœurs les moins puissants, les Cortex-A55. Sur ce test-là, le score affiché par Speedometer 2.0 descendait à niveau médiocre de 16,8.

Ce constat est d'autant plus surprenant que sur un autre navigateur, Vivaldi, le OnePlus 9 Pro enregistre un score de 107 bien plus digne des capacités de son SoC Qualcomm. Cependant, là aussi il y a un souci : ce résultat n'est observable qu'au premier lancement de l'application juste après installation. À la deuxième tentative, les Cortex-A78 prennent à nouveau le relais à la place du Cortex-X1, mais à plein régime (2,41 GHz).

Autre inquiétude : sur des contenus affichés en WebView depuis n'importe quelle application, les équipes d'AnandTech n'ont jamais réussi à faire en sorte que le Cortex-X1 s'active comme il le fait sur la première utilisation de Vivaldi.

Des bouts de code suspects dans le OnePlus 9 Pro

Ces performances au rabais ne se manifestent pas sur les applications classiques de benchmarks. Commence alors à naître l'hypothèse que le OnePlus 9 Pro n'utilise vraiment les atouts de son Snapdragon 888 que sur certaines applications et bride sa puce sur d'autres services, même quand certaines tâches nécessitent plus de puissance.

AnandTech a donc fouillé dans le code du OnePlus 9 Pro pour chercher quelques preuves étayant cette piste... et le média en a trouvé plusieurs. Certaines lignes évoquent en effet un service « OnePlus Performance ». Ce mécanisme n'a rien d'étonnant en soi, plusieurs marques optimisent le matériel de leurs produits via quelques astuces logicielles de la sorte. Ce qui est plus étrange, c'est que les lignes en question montrent que toutes les applications ne sont pas traitées de la même manière.

Un extrait du code examiné montre notamment que le téléphone applique un procédé pour ajuster les performances sur plusieurs applications, mais pas sur toutes. Cela s'observe ainsi sur Google Chrome, mais pas sur Vivaldi. Au-delà de ça, AnandTech affirme carrément que OnePlus a modifié la manière dont l'ordonnancement des tâches était géré par le CPU et que le comportement qui en résulte diffère beaucoup de ce qui se fait sur Android habituellement. A priori, ce serait ce mécanisme qui empêcherait le OnePlus 9 Pro de traiter des tâches importantes sur son cœur le plus puissant, le Cortex-X1.

Afin de vérifier son intuition, le journaliste d'AnandTech a utilisé une application créée en interne pour faire tourner le OnePlus 9 Pro à fond. Il a ensuite utilisé le même outil, mais en le faisant passer cette fois-ci pour l'application Chrome puis Twitter. Sur le premier test -- que l'on pourrait qualifier d'anonyme --, le smartphone s'est comporté normalement, en déployant une grande puissance. Cependant, sur les essais techniques où l'app s'est en quelque sorte déguisée en un autre service, les performances ont chuté.

Plusieurs applications sur liste noire

Ces expérimentations tendent à confirmer que le système de OnePlus dresse une liste noire d'applications sur lesquelles il ne fera jamais appel au Cortex-X1 du Snapdragon 888. Justement, quelles sont les apps blacklistées ?

En poussant les tests plus loin, AnandTech a pu repérer une dizaine d'applications populaires pour lesquelles le OnePlus 9 Pro refuse de fonctionner à plein régime. Parmi les services concernés, on peut citer le Play Store, la suite d'apps Google comme (Docs, Meet, Messages, Photos...), mais aussi la suite Office de Microsoft ou des plateformes comme TikTok, WhatsApp, AirBnB, Pokémon Go, VLC, Adobe Reader, etc.

La très grande majorité des navigateurs sont ainsi bridés, à l'inverse des jeux vidéo où, hormis certaines exceptions comme Candy Crush, la plupart des titres tournent sans problème. AnandTech cite l'exemple de Genshin Impact. En plus des jeux, aucune application de benchmark traditionnelle n'apparait dans cette liste noire non plus.

En revanche, des applications système de OnePlus sont aussi touchées par ce bridage.

Pourquoi OnePlus fait-il ça ?

Précisons que le smartphone a été lancé il y a quelques mois déjà et nous n'avons eu vent d'aucun signalement pointant du doigt des lenteurs. AnandTech explique que le OnePlus 9 Pro garde une bonne réactivité dans l'ensemble et que ce sont surtout les pics de performances sur des apps du quotidien qui ne montent pas aussi haut qu'ils le pourraient. L'auteur de l'article avance aussi que ces restrictions lui sautent plus facilement aux yeux quand il utilise un Samsung Galaxy S21 Ultra (avec un S888) ou un Xiaomi Mi 11 Ultra à côté.

Nous touchons enfin à la question fatidique. Pourquoi OnePlus a-t-il décidé de brider ainsi les pics de performances de son OnePlus 9 Pro ? Par le passé, certaines marques se sont fait épingler après avoir gonflé artificiellement le score de leurs smartphones sur les benchmarks. Ici, ce n'est pas vraiment la même chose, puisque le constructeur réduit les performances sur des applications vraiment utilisées au quotidien.

Il est fort probable que ce procédé permette à OnePlus d'améliorer l'autonomie du smartphone. Toutefois, même cette explication amène d'autres interrogations. La marque aurait en effet pu se montrer plus transparente à ce sujet. On se rappelle notamment de l'affaire des iPhone bridés par Apple et c'est une fois que la pomme a expliqué clairement que c'était pour préserver la batterie tout en laissant la possibilité aux utilisateurs de choisir entre un mode Performances et Autonomie que la polémique s'est tassée. La firme de Cupertino avait aussi versé une grosse compensation financière pour enterrer ce Batterygate.

Par ailleurs, les cœurs Cortex de série X sont justement pensés pour gérer avec une bonne efficacité énergétique les tâches les plus ardues. Or, d'après les observations d'AnandTech, le Cortex-X1 du OnePlus 9 Pro n'a presque jamais l'occasion de montrer ce qu'il sait faire.

Quoi qu'il en soit, le média spécialisé assène sa vérité : les scores obtenus par le OnePlus 9 Pro sur les benchmarks classiques ne représentent pas la vraie expérience utilisateur. Et ironiquement, c'est en allant télécharger une application peu connue -- et qui a donc moins de chance d'être sur liste noire -- que les utilisateurs concernés pourront vraiment profiter à fond de la puissance du OnePlus 9 Pro.

Geekbench sanctionne OnePlus

Nous avons contacté OnePlus afin de savoir si la marque avait une explication officielle à fournir à ce sujet. En attendant, la populaire plateforme de benchmarks Geekbench a décidé de retirer les OnePlus 9 et OnePlus 9 Pro de sa base de données en réaction à l'article d'AnandTech.

https://twitter.com/geekbench/status/1412433598200823810

« Il est décevant de voir les appareils OnePlus prendre des décisions en matière de performances en fonction des identifiants des applications plutôt que de leur comportement. Nous considérons qu'il s'agit d'une forme de manipulation du benchmark », lit-on dans un tweet publié par Geekbench.

OnePlus a tout intérêt à apporter rapidement des précisions pour montrer patte blanche. Enfin, AnandTech confie ne pas savoir si d'autres appareils de la marque adoptent un comportement similaire.