Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

5G : Stéphane Richard tacle les « bobos » et évoque une mutualisation Orange-Free

Orange pourrait explorer la piste d'un rapprochement avec Free pour doper le déploiement de la 5G dans l'Hexagone, d'abord à l'échelle régionale. Alors que les enchères pour le nouveau réseau cellulaire sont clôturées, les discussions et accords inter-opérateurs vont pouvoir reprendre, explique Le Figaro Tech, qui nous rapporte les propos tenus par le PDG d'Orange, Stéphane Richard, lors d'une intervention à l'Université d'été du Très Haut Débit.

L'intéressé y explique être favorable à « une mutualisation de la 5G entre Orange et Free », assurant que « la voie est libre » pour aller en ce sens. L'accord que les deux entités pourraient trouver serait alors semblable à celui signé entre SFR et Bouygues Telecom.

Du souci de répartir la 5G en zones rurales et urbaines

Il permettrait dans les faits de donner du nerf l'installation de la 5G en France, et pas seulement dans les zones urbaines, explique Stéphane Richard qui se prononce pour un « équilibre entre le rural et les zones urbaines » en matière de déploiement. Le dirigeant d'Orange assure même que la 5G recevrait dans certains cas un meilleur accueil dans les campagnes que dans les villes.

« Dans le Cantal, un élu m'a dit : moi je la veux la 5G, venez tout de suite ! », s'est-il exclamé avant de moquer les réticences de certains centres ville quant à la 5G : « Au vu des débats actuels, nous avons vu que certains cœurs de ville bobos n'en veulent pas, mais que toute la métropole autour en veut ».

Stéphane Richard satisfait par les enchères pour la 5G...

Évoquant les applications de la 5G dans l'industrie, l'agriculture, mais aussi auprès du grand public, le patron d'Orange s'est dit d'ailleurs satisfait par l'aboutissement des enchères. « Les enchères sont restées dans des niveaux de prix raisonnables qui nous permettent de commencer tout de suite à investir dans les réseaux. La manière dont cela s'est passé est satisfaisante », a-t-il déclaré.

Pour rappel, les enchères pour la 5G devaient notamment déterminer où chaque opérateur pourrait se situer sur les bandes de fréquences. Elles doivent être complétées, dans les prochaines semaines, par une autorisation définitive de l'Autorité des télécoms permettant à Orange, SFR, Bouygues et Free d'exploiter ces fréquences. Cette dernière étape marquera pour de bon les débuts commerciaux de la 5G sur le territoire français. Pendant ce laps de temps, les opérateurs sont autorisés à poursuivre le déploiement d'antennes, dont 500 sont actuellement testées, rappelle Le Figaro.