Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

L'avenir des montres Wear OS devrait être placé sous le signe de l'autonomie

À chaque nouvelle version, c'est la même rengaine. Alors que Snapdragon devrait s'apprêter à présenter prochainement sa future puce pour montres connectées, les premières fuites font état d'une autonomie qui serait drastiquement améliorée par rapport aux générations précédentes.

Le site allemand WinFuture a ainsi eu l'occasion de mettre la main sur les caractéristiques de la prochaine puce pour montres connectées de Qualcomm, le Snapdragon Wear 5100. L'une des principales innovations de cette nouvelle puce devrait être l'arrivée d'une gravure bien plus fine, en 4 nm. Pour rappel, la puce précédente de Qualcomm, le Snapdragon Wear 4100, était quant à elle gravée en 12 nm. Cette finesse de gravure devrait notamment permettre une meilleure gestion énergétique, et donc une autonomie améliorée.

L'autonomie devrait également être renforcée sur la version « Plus » du Snapdragon Wear 5100, le Snapdragon Wear 5100+. Ce SoC devrait embarquer un deuxième coprocesseur, gravé en 22 nm, dédié justement à la gestion des tâches peu énergivores. L'utilisation d'un processeur moins puissant pour les tâches qui ne requièrent pas de grosses performances devrait ainsi permettre aux montres qui en sont équipées de durer plus longtemps.

Les deux versions du Snapdragon Wear 5100 devraient être équipées d'un processeur doté de quatre cœurs Cortex-A53 cadencés à 1,7 GHz ainsi que d'une puce graphique Adreno 702 à 700 MHz. Ils profiteraient par ailleurs d'une mémoire RAM en LPDDR4X allant jusqu'à 4 Go et d'un stockage flash eMMC 5.1.

Des puces qui pourraient être associées à des capteurs photo

Plus étonnant, les deux déclinaisons seraient dotés d'un ISP, un processeur de traitement de l'image. Généralement intégré dans les SoC de smartphone, cet élément va permettre de gérer la capture et le traitement des photos. En l'occurrence, les Snapdragon Wear 5100 et 5100+ pourraient traiter les images de deux capteurs de 13 et 16 mégapixels ainsi que l'enregistrement de vidéos en 1080p. Rien n'indique cependant que les constructeurs profiteront de cet ISP pour intégrer des appareils photo à leurs montres connectées.

On ignore encore quand Qualcomm présentera officiellement son nouveau processeur Snapdragon Wear 5100. Par ailleurs, il faudra encore patienter avant de découvrir ce nouveau SoC sur des montres connectées disponibles dans le commerce. Traditionnellement, Qualcomm est cependant l'équipementier privilégié des constructeurs de montres sous Wear OS. On retrouve ainsi les puces Snapdragon Wear sur les smartwatch de TicWatch, de Fossil, de MontBlanc ou de Tag Heuer.