Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Bientôt des montres capables de rivaliser avec l'Apple Watch grâce à Qualcomm ?

Qualcomm préparerait de nouveaux SoC pour montres connectées. Les améliorations devraient enfin apporter du renouveau du côté de Wear OS, permettant de rivaliser un minimum avec l'Apple Watch.

Depuis plusieurs années, les montres sous Wear OS ne semblent pas évoluer. La puce Snapdragon Wear 2100 de Qualcomm devait faire changer les choses en 2016, mais les améliorations n'étaient pas suffisantes pour complètement révolutionner le marché. Et ce n'est pas le Snapdragon Wear 3100 sorti en 2018 avec une architecture similaire, qui a vraiment bouleversé les choses.

Aujourd'hui, dans le domaine des montres connectées, il y a donc l'Apple Watch et les autres. Mais les choses pourraient bien changer à en croire les informations révélées par le très sérieux WinFuture.

Enfin de nouvelles puces

Qualcomm préparerait en effet de nouveaux SoC dédiés aux montres connectées : le Snapdragon Wear 429 et le Snapdragon Wear 2700. Il est dit qu'il pourrait néanmoins s'agir de deux variantes différentes d'une seule et même puce à l'heure actuelle.

Ces SoC seraient actuellement en phase de test chez Qualcomm au cœur de plateformes comprenant 1 Go de RAM (LPDDR3) et 8 Go de stockage EMMC.

12 nm

L'architecture de ces puces reposerait sur quatre cœurs ARM Cortex-A53 avec des fréquences d'horloge bien plus élevées qu'actuellement. Par ailleurs, elles prendraient également en charge les instructions 64-bits.

Mais la véritable nouveauté se situerait au niveau de la finesse de gravure. En passant de 28 nm (pour le Snapdragon Wear 3100) à 12 nm, ces nouvelles puces seraient bien plus efficientes et pourraient donc proposer de bien meilleures performances, mais surtout une autonomie accrue. Cela pourrait donc résoudre les principaux points faibles de Wear OS.

Pour le moment, on ne sait pas encore quand ces puces seront présentées ni même si elles arriveront sur le marché en l'état.