Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Qualcomm pourrait adopter la méthode d'Apple en développant ses propres coeurs ARM

Depuis des années, Qualcomm se contente d’intégrer à ses différents SoC des cœurs conçus par le groupe britannique ARM. Le récent Snapdragon 888, dernier fleuron du géant californien, se pare ainsi d’un cœur Cortex-X1, de trois cœurs Cortex-A78 et de quatre cœurs Cortex-A55, provenant tous directement du groupe anglais racheté il y a peu par Nvidia. Il semble néanmoins qu’un changement de paradigme soit en passe de se concrétiser chez Qualcomm. Un changement qui impliquerait la conception en interne de ses propres cœurs ARM.

C’est ce que fait Apple depuis des années pour les puces des iPhone et iPad, mais aussi pour sa brillante puce M1, dédiée à la nouvelle génération de Mac. Un processeur que Qualcomm aimerait d’ailleurs concurrencer avec un SoC d’ores et déjà en développement.

Qualcomm prêt à voler de ses propres ailes ?

Pour ce faire, Qualcomm miserait sur sa dernière grosse acquisition : Nuvia. Ce rachat, que nous avions évoqué il y a quelques semaines, n'a rien d'anodin. Il permet à Qualcomm de mettre la main sur une start-up disposant déjà d'une architecture et d'un coeur hautes performances des plus prometteurs. Surnommé « Phoenix », ce dernier serait suffisamment costaud pour éclipser Intel et AMD en matière de performances et de maîtrise énergétique. Mieux, Nuvia est composée d’anciens ingénieurs de Google, Apple, Broadcom ou encore AMD. Parmi eux, un certain Gerard Williams III, ex-architecte CPU en chef d’Apple, qui a probablement posé certains jalons dans le développement de la puce M1.

https://twitter.com/anshelsag/status/1357099479233482753

Développer ses cœurs en interne aurait beaucoup de sens pour Qualcomm. Sous réserve de performances suffisantes, la firme pourrait de nouveau distancer Samsung et ses récents processeurs Exynos. Basés depuis quelques mois sur les mêmes cœurs ARM que les derniers Snapdragon, ces derniers parviennent à concurrencer efficacement Qualcomm sur le terrain du SoC pour smartphone. Développer ses propres cœurs aurait aussi un intérêt financier de premier ordre pour Qualcomm : il n’aurait plus besoin de payer à ARM des licences pour exploiter les cœurs Cortex.

On se souviendra tout de même que Qualcomm a déjà tenté l'expérience de 2012 à 2015 avec des cœurs Krait dérivés de l'architecture Cortex. À cette période, les SoC de Qualcomm ont connu des hauts et des bas, avec des modèles très performants et d'autres réputés pour leur surchauffe extrême.