Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Roborock S7 : l'aspirateur-robot complet qui sait aussi laver correctement

La fiche technique

Ce test a été réalisé à partir d’un produit prêté par la marque.

Design

Le Roborock S7 affiche un design on ne peut plus classique d’aspirateur robot (35 cm de diamètre environ). Il est rond et blanc en matière plastique, surmonté du télémètre laser qui va permettre de cartographier les lieux. Cela lui octroie une hauteur assez conséquente (9,6 cm) et il pourra avoir du mal à passer sous certains meubles. À l’avant, point de caméras pour détecter les obstacles comme sur le S6 MaxV, capable aussi de jouer les caméras de surveillance à distance. On y trouve en revanche des capteurs de proximité à infrarouges (dans les encoches noires) pour repérer les obstacles. L’ensemble est assez lourd (4,7 kg).

Au bout de quelques mois d’utilisation, le S7 a pris quelques marques en heurtant les meubles et les plinthes à répétition, mais rien de plus. Sa surface a le mérite de ne pas laisser les traces de doigt apparaître.

Sur le haut du plateau de l’aspirateur robot, on trouve trois boutons : pour le retour à la base (à droite), mettre en route le nettoyage manuellement (au centre) ou lancer un nettoyage localisé (à gauche). Le tout est surmonté d’une barre LED qui s’illumine différemment selon l’activité : en blanc quand il aspire, bleu quand il lave, vert quand il charge. L’orange indique une panne.

En soulevant le capot, on a accès au bac à poussière (470 ml) qui se retire et se remet très facilement. Il est équipé d’un filtre HEPA. Le bac a tendance à prendre très facilement la poussière tout comme le filtre, pensez à le nettoyer fréquemment. Vous pouvez même le passer sous l’eau.

La serpillière à vibrations soniques, le véritable petit "plus"

Pour le réservoir d’eau (300 ml), il faut aller sur l’arrière de l’aspirateur pour le déclipser. Le bac a une contenance honnête, mais qui a un défaut : son ouverture pour le remplir est minuscule. Vous risquez d’en mettre autant à côté que dedans en allant trop vite (il y a de plus un micro-filtre pour l’eau qui ralentit le remplissage). Le système de serpillière à vibrations soniques se trouve juste en dessous. Il se défait via les deux boutons-poussoirs rouges de chaque côté et la serpillière se déscratche avant de glisser dans sa rainure.

Comme la brosse, le système de lavage est mobile. Ce mécanisme permet de la surélever pour passer par-dessus un tapis ou un rebord sans l’arracher ou sans avoir besoin de nettoyer la zone.

Une nouvelle brosse repensée pour s’adapter à toutes les surfaces

La brosse principale a été repensée ainsi que son bloc de soutien. Le système est composé d’un rouleau-brosse en caoutchouc souple uniquement (pas de poils de nylon) et son nouveau design doit lui permettre d’épouser mieux les surfaces, de détecter les tapis et de s’adapter avec son système qui paraît monté sur ressorts. Elle est facile à retirer sous son cache pour la nettoyer.

On trouve aussi une brosse latérale (une seule !) avec des pales en plastique. Elle sert à rabattre les saletés vers la brosse et la bouche d’aspiration. À la différence de certains modèles concurrents, ici, ce n’est pas la facilité qui prévaut. La brosse est vissée dans l’appareil et ne peut se retirer sans un tournevis cruciforme. Ce qui est loin d’être pratique quand il faut défaire les cheveux et autres fils coincés.

Le Roborock S7 affiche une puissance de 2500 Pa, identique à celle du Roborock S6 MaxV.

Le S7 est livré avec sa base de chargement et une seule serpillière, ce qui va vite s’avérer un peu ric-rac (voir plus bas).

Installation et application

Téléchargez l’application Roborock et ajoutez l’appareil en appuyant sur le « + » en haut à gauche. Sélectionnez votre aspirateur S7. Vous devez ensuite ajouter votre réseau Wi-Fi en soulevant le capot pour vérifier la diode de connexion, puis en appuyant simultanément sur les boutons Nettoyage localisé et Dock jusqu’à ce qu’une sonnerie retentisse et que la diode clignote. Validez et la connexion s’opère en allant ajouter le réseau de l’appareil dans vos paramètres.

 

L’application s’ouvrira par la suite sur votre appareil (ou le dernier aspirateur de la marque utilisé). En bas de la page, trois icônes donnent accès aux notifications (message système, message en cours à partager, information sur l’activité de l’appareil), aux informations sur le S7, à votre profil. Sur ce dernier menu, vous avez vos renseignements personnels et les paramètres de gestion, les mises à jour disponibles, la possibilité de partager le contrôle de l’aspirateur avec une autre personne, ou bien le contrôle vocal.

Vous pouvez ainsi ajouter la prise en charge d’Alexa pour piloter de la voix votre robot et lancer le nettoyage. Il suffira pour cela d’associer un compte Xiaomi et la Skill Roborock disponible pour Alexa, puis de lancer vos commandes. Il est également possible de programmer des routines et raccourcis avec Siri pour une compatibilité.

Une fois l’application configurée, vous pouvez interagir avec votre S7 en cliquant sur "Saisir". Apparaît alors la dernière carte/pièce dans laquelle il se trouve, généralement sur sa base, ainsi que le dernier nettoyage réalisé. Vous pouvez alors tout paramétrer :

Pour chaque situation, en cliquant sur le bouton du haut, en bas à droite, vous pourrez fixer des zones interdites au nettoyage, modifier les pièces enregistrées par le S7, personnaliser le nettoyage (intensité de l’aspiration parmi 4 et/ou de nettoyage parmi 4 par pièce ou zone). L’app propose aussi un mode de nettoyage "Approfondi" qui passe la serpillière à vibration sonique deux fois au même endroit pour un nettoyage plus minutieux.

L’icône en bas à droite permet de choisir entre un nettoyage par zone/pièce personnalisé en intensité ou pour un mode par défaut. Pour chaque nettoyage par pièce ou zone, vous pouvez choisir le nombre de cycles de ménage à effectuer. Ce n’est pas possible si vous décidez de lancer l’aspirateur à l’assaut de toute la maison sans préciser l’ordre des pièces.

Une fois que tout est OK, appuyez sur le bouton "Nettoyer".

À noter que lorsque vous êtes sur la carte de votre environnement après avoir sélectionné l’appareil, en cliquant sur les trois boutons verticaux en haut à droite, vous accédez aux paramètres de gestion. Là, vous pourrez définir vos cartes et les enregistrer (le S7 mémorise plusieurs étages d’une maison), paramétrer le robot (voyants lumineux, sécurité enfant pour verrouiller les boutons, mode Ne pas déranger pour éviter les notifications, le démarrage ou le vidage la nuit…).

C’est ici aussi que vous pourrez planifier les sessions de ménage ou encore avoir des informations sur l’entretien de l’aspirateur robot.

Nettoyage

Cartographier parfaitement

Le Roborock S7 s’appuie sur son télémètre laser qui va permettre de cartographier les lieux et accompagner l’aspirateur robot dans sa navigation en zigzag pour bien faire son travail. Il commence par l’extérieur de la pièce (les murs) avant de repiquer vers l’intérieur.

Globalement, la navigation comme la cartographie sont précises. Ce qui est agréable, c’est que l’appareil gère parfaitement les obstacles sans se précipiter pour cogner dedans. Il identifie impeccablement les tapis et vous les signale sur la carte. Libre à vous ensuite de décider ce qu’il doit faire de l’information (aspirer ou contourner).

Vous pouvez depuis l’app demander plusieurs passages en aspiration et nettoyage par endroit, mais il est assez minutieux pour n’avoir généralement besoin que d’un seul passage. Son point fort : il n’oublie pas de zone, quitte à prendre son temps pour cela. Pas de raison de foncer pour nettoyer.

Une aspiration parfaite en toutes circonstances

Sols durs, moquettes, parquet, tapis : le Roborock S7 est impeccable sur toutes les surfaces. Il aspire parfaitement tous les déchets, des poussières basiques aux miettes de pain ou confettis. Mention spéciale à la litière de chat en silice qui a tendance à s’effriter et qu’il aspire de toutes les tailles. Bien qu’il ne dispose que d’une seule brosse à hélice, il ramasse impeccablement les éléments le long des plinthes. Et sa puissance d’aspiration lui permet de ramasser impeccablement les particules qui se sont glissées entre les lames du parquet ou dans des mini-rigoles.

Sa technique en zigzag lui permet de ne rien rater. En revanche, il ne faut pas être pressé avec lui. La précision et l’efficacité sont plus importantes pour le S7 que la rapidité d’exécution. Si vous avez le temps, vous ne vous en plaindrez pas.

Le seul reproche que l’on fera au S7, c’est d’être bruyant. On dépasse aisément les 65 dB lorsqu’il passe sur du parquet et à peine moins sur de la moquette ou un tapis. Et cela vaut aussi pour le lavage.

Le S7 lave aussi bien qu’il aspire

C’est son atout mis en avant : sa serpillière et son système de nettoyage à l’eau sans besoin de détergent. Et le résultat plaide pour lui.

La serpillière s’accroche à l’arrière de l’appareil et va nettoyer dans la foulée de l’aspiration. Le système de lavage vibre jusqu’à 3 000 fois par minute pour mieux nettoyer les saletés incrustées sur les différents types de surface (hors tapis). C’est très efficace, grâce notamment à l’IA de l’appareil qui lui permet de détecter les surfaces grâce aux capteurs. Cela permet de ne pas avoir à définir de zones interdites au lavage. Pour le reste, rien ne lui a résisté (notamment les traces d’aliment ayant un peu séchées). On apprécie aussi que la serpillière ne peluche pas, ne s’accroche nulle part grâce à un système de fixation par scratch et rainure très efficace.

On aime aussi la technologie de surélévation de la serpillière de 5 mm qui évite de mouiller vos tapis ou autre élément à surmonter qui n’auraient pas besoin d’être humidifiés. Les tapis fins et délicats sont ainsi préservés, aspirés, mais pas lavés. Si votre tapis est un peu trop épais, au pire, le Roborock peinera à grimper dessus et vous aurez peut-être besoin de signaler une zone à éviter. Vous pouvez aussi passer en mode intensif pour une aspiration plus costaude.

Cette technologie s’avère assez pratique pour faire en sorte que l’appareil puisse aspirer malgré tout sans oublier le moindre recoin, mais aussi pour éviter quand il est de retour à sa base, qu’il humidifie inutilement et longuement le sol. Car le Roborock S7 ne dispose plus de tapis de protection si vous n’avez pas la station d’auto-vidage (voir plus bas).

À noter que la serpillière se salit de fait vite et si vous ne la rincez pas après chaque passage, ou ne la nettoyez pas correctement rapidement, vous aurez du mal à la ravoir si elle s’encrasse trop sévèrement. Il n’y en a qu’une dans la boîte et c’est d’ailleurs bien dommage. Après trois-quatre mois, impossible de la ravoir sans la passer à 60° à la machine. Et encore… Il est possible d’en racheter sur Amazon (à partir de 11 euros les deux unités).

Les tapis parfaitement bien gérés

Nettoyer les tapis se fait donc bien mieux qu’avant grâce à la qualité de l’aspiration, mais aussi à la technologie d’élévation pour éviter de laver le tapis dans la foulée du reste de la pièce. L’app détecte le tapis lors de la cartographie et vous l’indique, vous laissant la possibilité d’action de l’aspirateur (aspirer ou éviter).

Des brosses presque parfaites

Avec ses dents en plastique, elle a été pensée pour éviter que les cheveux ou les poils d’animaux ne s’emmêlent tout autour. Elle s’avère surtout efficace pour tout ramasser. Cependant, après plusieurs mois, on note qu’il est utile de la retirer de son socle pour retirer les poils et cheveux qui se sont glissés à chaque extrémité. Rien sur le centre de la brosse et ses dents en caoutchouc.

En revanche, tout est déporté vers l’extérieur. De même pour les pales en plastique. Les cheveux se prennent dedans et vont avoir tendance à gêner le ramassage des poussières. Il vous faudra opter pour vos doigts ou une paire de ciseaux pour tout retirer, aucun système de clips n’ayant été prévu.

Autonomie

Ce n’est pas le point fort du S7 si vous avez de grandes surfaces à nettoyer. En mode standard, il est annoncé à 3h sans utiliser la serpillière pour le lavage (ce qui perd grandement de son intérêt…). Nous avons plutôt compté environ 1h30 à 1h45 selon les surfaces et les besoins. Si vous optez pour le mode à puissance maximale, elle sera nettement moindre (environ 1h10-1 h15).

Pour recharger intégralement le robot aspirateur, comptez plus de 2h15. C’est assez conséquent…

Station de vidage automatique

Depuis le 15 juillet, il est possible d’ajouter à son aspirateur robot une station de vidage automatique baptisée « Auto-Empty Dock ». Il s’agit d’un socle assez volumineux surmonté du système d’aspiration et du bac de vidage. L’aspirateur robot va venir prendre position sur la planche pour vider son contenu.

Le tout est assez volumineux (314 x 457 x 383 mm) et lourd (5,5 kg). Mais il est facile à monter grâce à la clé fournie et qui se remet intelligemment dans le socle pour ne pas être perdu.

On trouve là un système de filtration HEPA (évalué H13) qui promet de retenir jusqu’à 99,99 % des particules jusqu’à 0,3 micron. Ce sera notamment utile pour capturer les pollens et autres polluants allergènes.

Avec ou sans sac

Pour se vider, l’accessoire passe par la brosse principale du S7 en utilisant la sortie du flux d’air pour une aspiration plus efficace. Il faut d’ailleurs procéder à un changement de réceptacle à poussière pour un modèle fourni plus adapté à l’auto-vidage. Il sera également nécessaire de retirer, dans le compartiment, une petite trappe d’aération.

Une fois l’installation réalisée, pour ajouter l’Auto-Empty Dock à votre application Roborock, il suffit de faire la mise à jour proposée. En bas de la page consacrée au S7, une icône « Vider le bac à poussière » apparaît. En appuyant, cela lancera le vidage de l’aspirateur si cela ne s’est pas fait automatiquement. Attention, c’est bruyant ! À proximité, ce sont 85 dB pour vos oreilles.

Avantage de l’Auto-Empty Dock, vous pouvez faire le choix d’une utilisation par filtre cyclonique sans sac ou dans le sac à poussière. La capacité de vidage n’est alors pas la même : 1,5 L (cyclone) ou 1,8 L (sac à poussière). Sans sac, Roborock se repose sur le système de 15 cyclones avec la promesse d’une puissance d’aspiration constante pour un vidage efficace et continu du robot. Le tout est amovible et facile à laver.

Si vous craignez d’avoir le nez dans les poussières alors vous pouvez vous en remettre au sac à poussière également disponible. Traité avec un agent antibactérien, il se ferme automatiquement lorsqu’il est retiré de la station pour éviter les fuites de particules. Cette technologie permet à la station d’être certifiée hypoallergénique.

Un vidage automatique, mais bruyant

Nous avons constaté que le S7 a un petit peu galéré à trouver sa nouvelle base et à surtout bien s’y positionner. La première fois, il a tenté en vain pendant cinq bonnes minutes avant que nous l’aidions. Il a plutôt bien réussi à se retrouver tout seul la deuxième fois avant de s’y reprendre à plusieurs fois ensuite pour se positionner et se vider automatiquement.

Le S7 étant plutôt bruyant, comme nous l’avons préalablement expliqué, cela ne va pas forcément aider à diminuer les nuisances sonores au moment de son fonctionnement. Cependant, Roborock a eu la bonne idée de le doter d’un algorithme intelligent qui lui permet d’adapter la durée d’aspiration en fonction de la quantité de saleté dans le bac de l’aspirateur.

N’ayant eu l’occasion de tester la station que quelques jours, nous n’avons pas eu la possibilité de vérifier si la promesse de six semaines de nettoyage sans avoir à vider le bac était tenue. Mais les quelques sessions de nettoyage et le volume occupé le laissent penser.

Prix et disponibilité

Le Roborock S7 est disponible en blanc au prix de 549 euros hors promotion. Le bac de vidage, proposé en blanc ou en noir, est vendu séparément à 299 euros sur Geekbuying. Roborock annonce l’arrivée d’un pack comprenant le S7 et la station plus tard dans l’année.