Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Samsung Galaxy A53 : la force tranquille

Le Galaxy A53 a une mission : renouer avec le succès des ventes d'un Galaxy A51, un des smartphones les plus vendus en 2020, après un A52 qui n'a pas su autant conquérir les foules. Pour y parvenir, Samsung doit jouer sur un fin équilibre, en proposant sa vision de l'expérience moyenne d'un téléphone en 2022.

On est donc face à un téléphone qui ne cherche en aucun cas à prétendre aux sommets d'excellence sur la photo et de la performance des smartphones haut de gamme. Mais il se doit tout de même de prétendre à un certain standing par rapport à l'entrée de gamme. Pour ce faire, il s'appuie sur un bel écran Oled de 6,5 pouces en 120 Hz, une puce conçue par Samsung, l'Exynos 1280 et un design sobre, mais efficace.

Le test en vidéo

Fiche technique

Design

Si l'on devait résumer l'impression première du Samsung Galaxy A53, on pourrait dire qu'il s'agit d'un smartphone relativement basique, qui ressemble à n'importe quel Samsung sorti ces dernières années. Si on retrouve les codes du géant coréen qui permettent de reconnaître le téléphone d'un coup d'œil, en particulier l'écran allumé, le nouveau venu ne vient pas sans quelques twists d'usage.

À commencer par la disparition des bords arrondis, au profit de tranches plates, très légèrement bombées sur les arêtes. Couplé à un dos rectiligne, cela donne une prise en main que j'ai trouvé sécurisante. On sent que le smartphone tient bien en main, on peut l'utiliser pendant des heures sans ressentir de gêne. Le poids de 189 grammes, plutôt léger, n'y est pas pour rien.

Par ailleurs, les boutons, tous situés à droite, tombent pile-poil sous le pouce. Pour terminer ce tableau favorable, ajoutons que l'impression de légèreté tire aussi profit du bloc photo, très effacé, pas très loin d'être plat.

Intéressons-nous à la face avant. La dalle de 6,5 pouces est aussi très plate, avec des bordures bien présentes, mais assez contenues pour qu'on les oublie, avec un menton pas trop protubérant. Le poinçon est situé au milieu et on distingue un petit haut-parleur juste au-dessus de l'écran.

Ajoutons pour la robustesse de l'appareil qu'il profite d'une certification IP 67 et d'un verre Gorilla Glass 5 à l'avant pour le protéger un minimum. Le tiroir à SIM est situé en bas, à côté du second haut-parleur. Il possède un emplacement pour une SIM et un emplacement hybride SIM ou microSD.

Écran

Le Galaxy A53 peut s'appuyer sur une dalle Oled de 6,5 pouces si on compte le rectangle complet, ou 6,3 pouces avec les bords arrondis. Elle possède un taux de rafraichissement de 120 Hz non variable et une définition full HD+. Sur le papier c'est donc une fiche technique relativement classique pour cette gamme de prix, rien à redire de ce côté-ci.

En pratique, plutôt qu'avoir quelque chose à redire, on a même plutôt tendance à s'enthousiasmer pour cet écran de smartphone, qui ne jurerait sans doute pas dans une gamme de prix supérieure. Le savoir-faire de Samsung en matière d'écran se démontre à nouveau et nos mesures réalisées grâce à notre sonde et au logiciel CalMAN Ultimate de Portrait Displays le démontrent.

Pour preuve : sa couverture des spectres colorimétriques tout bonnement excellente pour cette gamme de prix. L'A53 réglé sur vif couvre en effet jusqu'à 129 % du DCI-P3, un Gamut pourtant plus exigeant que le sRGB. Ce dernier est gobé par le A53, qui en assure 192 %. Le BT.2020 n'est pas loin : il en couvre 87 % tout de même.

En mode naturel, l'A53 est logiquement plus sobre. Il plafonne à 73 % du DCI-P3 et 109 % du sRGB. Cette explosion de couleurs a sans doute un léger impact sur la précision des couleurs : le delta E moyen en vif atteint les 5,19, un peu éloigné donc du chiffre idéal visé de 3. En normal, l'écran offre un delta E moyen de 4,49.

La luminosité maximale mesurée de 707 cd/m² est très bonne. Elle vous évitera de devoir plisser les yeux en plein soleil. Malheureusement, le capteur de luminosité pêche un peu parfois. Il affiche l'écran de manière trop sombre le soir et peine à se régler convenablement. Rien de très chagrinant toutefois puisque le réglage manuel permet d'y remédier.

Terminons par la température de couleurs. En mode vif, il tire logiquement vers les bleus. Nous avons mesuré 6902K, un chiffre un peu trop élevé par rapport aux 6500 K souhaités. En naturel, l'écran est très bien calibré puisqu'il propose 6481K. Le savoir-faire Samsung en matière d'écran a encore frappé.

Logiciel

Le Samsung Galaxy A53 est livré avec One UI 4, l'interface de Samsung basée sur Android 12. Nous avons rédigé un test complet de cette interface dans lequel nous lui attribuons 8/10.

Ce qu'on a aimé :

Ce qu'on n’a pas aimé :

Sachez qu'il 'agit d'une interface très facile à prendre en main, qui a su prendre le virage d'Android 12 en y ajoutant les nouveautés les plus intéressantes : Monet pour la couleur, mais aussi les options de confidentialités bienvenues pour n'en citer que deux. On y trouve aussi tous les classiques d'une interface en 2022, mode sombre, protection des yeux le soir, lien avec Windows, scan de QR code, partage de la connexion Wi-Fi et tutti quanti.

Aussi, le Galaxy A53 bénéficie d'un sérieux atout par apport à la plupart de ses concurrents : Samsung garantit quatre mises à jour majeures d'Android. Hors Apple et Fairphone, c'est tout simplement le meilleur suivi logiciel sur le marché actuellement, vous assurant de profiter des nouveautés de l'OS de Google pendant quatre ans. Les patchs de sécurité dureront quant à eux cinq ans.

Ce simple fait permet au Galaxy A53 de revêtir les atours d'un téléphone dans lequel on peut investir les yeux fermés, avec l'assurance de le garder cinq années sauf accident. En outre, vous pourrez profiter sans crainte des vidéos en Full HD sur vos services de SVoD, le DRM Widevine L1 est pris en charge.

Ajoutons que nous avons transmis les données d'un autre téléphone Samsung vers ce Galaxy A53 grâce à Smart Switch, au prix d'importants bugs. Dommage, car d'habitude cette solution se montre plutôt efficace. Il vaudra mieux préférer une copie neuve si cela vous arrive.

Photo

Voici la configuration photo du Galaxy A53 :

Dans l'ensemble, la partie photo se montre bien séduisante avec le traitement photo bien connu de Samsung. Un petit manque de dynamique est parfois à déplorer (voir la terrasse ci-dessous).

De près, le téléphone propose un piqué très bon, mais cela se corse dès que le sujet s'éloigne un peu (voir les arbres ci-dessous). Aussi flatteuses que soient les couleurs, on peut aussi signaler quelques ciels un peu trop bleus et quelques plantes qui virent dans le vert fluo.

Ultra grand-angle

L'ultra grand-angle s'en sort très bien. Les différences notables avec le grand-angle sont une perte importante de piqué et des clichés globalement plus sombres. Le traitement des couleurs vives est encore un peu plus grossier.

Portrait

Surprise : le Galaxy A53 comporte un mode portrait franchement très réussi. Rares sont les téléphones à ce prix à réussir aussi l'exercice, le tout avec un rendu assis naturel. Chapeau.

Selfie

Le capteur selfie, en plus de proposer des petits modes « amusants » (voir le chat sur ma tête ci-dessous),  offre une solide performance.

La peau n'est pas trop lissée et les détails sont bien conservés (voir ma barbe). Impeccable.

Macro

Sans surprise le mode macro relève davantage du gadget qu'autre chose. Un gadget qui manque beaucoup de précision et de définition. Certains clichés sont presque réussis, bien que complètement inutiles comme celui des cailloux.

Nuit

Le mode nuit est convenable. Il offre un petit boost de luminosité dans les clichés de nuit, mais on a le sentiment qu'un voile de bruit est tombé sur les clichés. On perd aussi énormément de détails.

Avec des éclairages d'intérieur, les clichés manquent un peu de lumière et semblent plongés dans la pénombre.

Mode 64 mégapixels

Le mode 64 mégapixels propose un meilleur piqué sur les clichés. Résultat, on gagne également en profondeur : regardez la rambarde par exemple, qui passe d'un aspect très plat, très 2D, à un véritable objet dont on peut percevoir la profondeur.

Performances

Le Samsung Galaxy A53 repose sur un Exynos 1280, une puce créée par Samsung, couplée à 6 à 8 Go de RAM en fonction du prix que vous y mettez.

Au départ, nous pensions que ce SoC accusait déjà un sérieux manque de performances, le téléphone fonctionnant de manière saccadée. Le problème ne venait pas tant de la puce que des animations de One UI 4, l'interface du téléphone, qu'il est possible d'accélérer dans les options développeurs. Une fois ce petit réglage effectué, le téléphone n'accuse pas de ralentissement particulier au quotidien. S'il doit effectuer une tâche un peu plus énergivore (changer la couleur des icônes, appliquer le mode portrait sur un cliché, utiliser le mode nuit...) il peut demander deux à trois secondes de réflexion, mais rien de scandaleux.

Mieux encore, à l'heure où tous les smartphones premium sont frappés par un phénomène de chauffe intense, ce Galaxy A53 modère très bien sa température.

En revanche, n'attendez pas non plus un foudre de guerre. Au petit jeu de la course aux benchmarks, l'Exynos 1280 est bon dernier. Il accuse un retard conséquent par rapport à la concurrence sur la plupart des benchmarks.

Ce petit retard se retrouve une fois lancé sur des jeux 3D. Le téléphone parvient à faire tourner Fortnite de manière convenable, mais avec les paramètres graphiques à un niveau très bas. En 30 FPS, paramètres graphiques faibles, le jeu est très stable et chauffe modérément. On prend ! Call of Duty Mobile tourne impeccablement, mais il ne représente plus vraiment un défi.

Batterie

Samsung promet deux jours d'autonomie sur le Galaxy A53, grâce à sa batterie de 5000 mAh notamment. Dans les faits, avec une utilisation plutôt modérée du téléphone (quelque 30 minutes de réseaux sociaux, une heure d'affichage en luminosité maximale, un quart d'heure de photo, quelque 20 minutes sur YouTube, 20 minutes à jouer aux échecs et 20 minutes de messagerie, pour un total d'un peu plus de trois heures d'écran...), on atteint 47 % après 21 heures d'utilisation (en comptant une nuit).

Nous sommes toutefois parvenus à tenir 48 heures d'affilée avec ce téléphone, avec un usage modéré, excepté l'activation du GPS pendant une heure et du partage de connexion pendant 1h30, auquel on peut ajouter près de deux heures de réseaux sociaux. Deux jours allumés sans broncher, cela reste bien meilleur que la plupart des téléphones sur le marché, et c'est une vraie force.

Les deux jours paraissent donc un peu optimistes pour tout utilisateur très actif. Vous pouvez toutefois tabler sur une journée et demie sans trop vous soucier du pourcentage restant si vous n'êtes pas trop gourmand·e. C'est déjà pas mal. Si vous avez tendance à pousser votre téléphone dans ses retranchements, vous tiendrez sans peine la journée avec encore quelques solides réserves (entre 50 et 30 %) pour le lendemain.

Pour étayer notre impression, rien de tel qu'un passage sur notre protocole de test SmartViser. Nous y simulons une utilisation mixte du téléphone et nous attendons de voir combien de temps le téléphone met à atteindre les 10 % d'autonomie. Le Galaxy A53 atteint le score moyen de 11h12, plutôt situé en bas de tableau. Il apparait donc que si on l'utilise en continu, le téléphone aura tendance à se décharger plus vite que la concurrence.

L'expérience de charge est, Samsung oblige, un peu en retard sur la concurrence. Le Galaxy A53 plafonne à 25 Watts et, en prime, le chargeur n'est pas fourni dans la boîte. Voici ce que cela donne selon nos observations en partant d'une autonomie de 4 % :

C'est donc très lent par rapport à ses petits camarades. Ce n'est pas son plus gros point fort dirons-nous.

Audio

Le Samsung Galaxy A53 dispose de deux haut-parleurs. Il délivre un son à un volume suffisant pour ne pas devoir tendre l'oreille, mais n'attendez pas non plus à couvrir une conversation animée entre plusieurs personnes.

L'audio du A53 se fixe davantage au niveau des aiguës, même s'il propose quelques basses qui s'effacent à mesure que le volume augmente. Le son est donc correct, mais pas à tomber par terre. Il sera bien suffisant pour consulter TikTok ou regarder une petite vidéo YouTube.

Réseaux et communications

Le Samsung Galaxy A53 appartient aux bons élèves en appel. Même sur un boulevard fréquenté, il offre un son clair et peu compressé, seulement entrecoupé de quelques bruits de voix et de « pop » dus au vent, mais qui ne gêne en rien l'écoute. Mon interlocuteur m'a indiqué ne pas entendre les bruits de moteur autour de moi, signe d'un filtrage efficace.

Cette année Samsung passe le cap de la 5G et ne propose plus qu'une seule gamme, tant sur ses téléphones haut de gamme que milieu de gamme. Le Galaxy A53 couvre donc toutes les bandes 5G et 4G prises en charge en France, en dehors des ondes millimétriques. Difficile de considérer cela comme un défaut. Il n'est en effet pas rare que des téléphones haut de gamme ne les proposent pas non plus.

Le modem du Galaxy A53 intègre le support du Wi-Fi 5 et du Bluetooth 5.1. Il aurait été appréciable de profiter du Wi-Fi 6 et de la dernière norme Bluetooth, mais pour un téléphone à ce prix, cela reste encore plutôt rare. On peut aussi profiter d'une puce NFC.

Prix et date de sortie

Le Samsung Galaxy A53 est disponible au prix conseillé de 459 euros pour sa configuration de base avec 128 Go de stockage et 8 Go de RAM. Avec 256 Go de stockage, il passe à 519 euros. Quatre coloris sont disponibles : Noir, blanc, bleu clair et pêche (rose pâle).