Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

6 mois avec le Samsung Galaxy Z Flip 3 : il a bien pris le pli

J'ai passé six mois avec le Galaxy Z Flip 3. Pour rappel, il s'agit du dernier smartphone pliant de Samsung avec le format « pliure au milieu ». Il avait pour lui trois atouts principaux à sa sortie : un prix bien moindre par rapport à ses prédécesseurs (1059 euros à l'époque), un écran extérieur plus grand et un design franchement aguicheur et compact une fois plié.

Après six mois de bons et loyaux services, il est temps pour lui de quitter ma poche. Les questions qui se posent sont donc les suivantes : si je l'avais acheté à sa sortie, le regretterais je ? Vaut-il encore le coup six mois après, maintenant que la hype est passée ? Décortiquons tout ça.

Le prix c'est un grand oui

Sur le front du prix, on peut dire que la situation est encore mieux six mois après sa sortie. Le téléphone a perdu une grande partie de sa valeur, y compris en neuf, ce qui en fait une bien meilleure affaire qu'à sa sortie. Vous pourrez aujourd'hui trouver un Z Flip au prix maximum de 750 euros en cherchant un peu en ce moment, avec des prix flirtant avec les 600 et 550 euros en reconditionné.

À sa sortie, ses détracteurs pointaient --assez justement-- du doigt que le Z Flip coûtait presque aussi cher qu'un smartphone premium comme un Mi 11 Ultra ou un S21 Plus par exemple, sans les avantages traditionnels de la formule (écran QHD, photo au top, etc.) En un sens, le coût actuel du Z Flip nous semble davantage son prix « naturel », celui auquel on peut davantage avoir l'impression d'en avoir pour son argent.

Autonomie : le grand défaut

Le premier des défauts, celui qui surpasse tous les autres, celui qu'il faut impérativement prendre en compte avant de se jeter avidement sur le beau design du Z Flip 3, c'est sans doute son autonomie désastreuse. Nous l'avions déjà souligné dans notre test, en soulignant à quel point le Z Flip 3 n'est pas un smartphone autonome (7h46 de batterie via notre protocole ViSer, une charge obligatoire dans le milieu d'après-midi pour ne pas rentrer sans téléphone), nous ne pouvons pas insister assez pour souligne que cela ne s'améliore pas du tout.

J'aurais aimé vous fournir des données précises sur l'autonomie du Z Flip 3, avec des cas d'usage type, ce genre de chose. Mais la vérité est plus simple : j'ai passé ces six mois avec un chargeur 25W Samsung (non fournis avec le téléphone) en permanence dans mon sac, de façon à le charger une à deux fois par jour pour le remettre d'aplomb.

Le pire vient lorsqu'on utilise vraiment le téléphone. Je pense à ce matin où je me suis parti de chez moi à 9h avec une batterie pleine, que j'ai traversé Paris en métro avec le GPS, pris des notes une fois arrivé à mon rendez-vous et où je tutoyais les 25 % d'autonomie à 11h30. Ce téléphone n'est pas seulement faible en autonomie, il chauffe également beaucoup dès qu'on l'utilise un peu intensément. Il a donc tendance à se décharger plus vite que la moyenne selon mon expérience.

À titre personnel (je travaille dans un bureau, non loin de mon domicile, je m'éloigne rarement à plus d'une heure de chez moi dans ma vie de tous les jours), j'ai donc supporté ce gros défaut sans trop rechigner, l'acceptant comme un bémol dont je pouvais m'accommoder dans ma routine. J'ai bien sûr pesté ici ou là, comme les fois où je devais attendre de le recharger un peu avant de faire un footing ou de sortir voir des amis. Je m'en suis accommodé, car ma vie personnelle et professionnelle me le permet. En revanche, je déconseillerai ce téléphone à quiconque aurait besoin ne serait-ce qu'un tantinet, d'une batterie qui tient à peu près le choc. Ou alors je lui conseillerais de trouver un bundle avec batterie externe (c'est une blague, ça n'existe pas).

Un smartphone qu'on ferme, c'est un smartphone qu'on choisit d'ouvrir

C'est d'autant plus rageant que le Z Flip 3 est, si on oublie ce souci de batterie, un smartphone tout ce qu'il y a de plus enthousiasmant au quotidien.

Le point le plus intéressant à mes yeux ne parlera sans doute pas à tout le monde. Mais si vous êtes sujet à tomber sous l'emprise de votre téléphone dès que vous consultez la moindre notification, le Z Flip a cet avantage immense de vous permettre de rester au courant avec son écran externe, sans être à un ou deux swipe de Tik Tok ou Twitter. Ça n'a l'air de rien, mais à une époque où la moindre application veut vous faire tomber dans une addiction comportementale, cette barrière physique (le téléphone est fermé, je dois l'ouvrir pour entrer) aide beaucoup à garder une saine distance avec son précieux compagnon.

Le pendant de ce choix de design est immédiat : pour la moindre action, vous devrez avant toute chose ouvrir le téléphone. Certains y verront une véritable gageure au quotidien, là où d'autres apprécieront ce petit sas de décompression entre la phase « je n'utilise pas mon smartphone » et « je l'utilise ». Un peu comme vous retrouviez soudain les frontières parfois floues entre ces deux états. C'est amusant de constater que pour une fonction qui a l'air si anecdotique (le téléphone se ferme comme un clapet), on puisse arriver à un rapport à l'objet aussi différent.

L'écran intérieur tient le bon bout

Passons maintenant à l'analyse du téléphone une fois ouvert. Première remarque : j'ai continué, tout au long de ces six mois à apprécier le fait que le Z Flip propose le meilleur des deux mondes : un téléphone compact lorsqu'il est plié, tout en profitant d'un grand écran de 6,7 pouces. Tellement compact qu'il m'est arrivé de l'oublier au fond de ma poche, littéralement, et de retourner tout mon appartement en pensant l'avoir perdu.

Le ratio de l'écran de 22:9 est d'ailleurs le point qui a fini par provoquer le plus de lassitude avec le temps. Ce n'est rien de rédhibitoire, mais ne plus pouvoir apprécier des vidéos YouTube sans subir deux énormes barres noires sur les côtés finit clairement par faire un peu regretter ce choix. Certes, certains contenus plus axés cinéma s'adaptent bien mieux à ce format, puisqu'ils suppriment les barres noires en haut et en bas de l'écran. Là, c'est un vrai plaisir, mais un plaisir trop rare : seuls quelques 10 % de ce que j'ai regardé sur ce téléphone rentraient dans cette case.

Là où l'aspect très allongé du Z Flip 3 se montre parfait en revanche, c'est sur des réseaux sociaux un plus récents comme TikTok par exemple, où la verticalité est centrale. J'ai apprécié ce petit espace supplémentaire que m'offrait le 22:9.

Autre avantage assez unique de la formule, que j'ai continué à utiliser pendant ces six mois de manière très régulière : le téléphone tient tout seul en équilibre lorsqu'il est plié à 90 degrés. On peut même choisir d'afficher certaines apps différemment avec des contrôles sur la partie basse de l'écran et l'interface de l'app en haut. Je ne compte plus les soirées passées sur mon PC à me servir du Z Flip comme d'un hub central, posé tranquillement sur mon bureau. Il me permettait de scroller un peu tout en discutant sur Discord, de gérer ma musique, ou autre. Si on peut faire tout ça avec un smartphone classique posé sur un stand, j'ai apprécié tout de même le confort d'un smartphone capable d'offrir ce type d'expérience sans accessoire. C'est probablement la fonctionnalité qui me manquera le plus.

Est-ce qu'il vieillit bien ?

À la vue de ce frêle esquif, nombreux sont ceux qui s'interrogent sur sa solidité. C'est donc un des intérêts évidents de ce test long, même si cela reste partiel. Un smartphone en très bon état de marche 6 mois après son achat peut perdre en fiabilité au bout d'un an par exemple.

L'extérieur, pour commencer, me semble résister assez bien aux affres du temps et garde l'essentiel de son cachet. En revanche, nous vous invitons à vous munir d'une coque pour ce téléphone. Nous avons constaté l'apparition progressive de rayures sur la partie crème et de petits impacts sur les tranches du téléphone un peu plus molles que le reste de l'appareil.

L'écran quant à lui, tient le bon bout sauf pour un petit détail. Dans l'ensemble, on s'habitue très bien à l'aspect plastique censé imiter le verre de l'écran. Celui-ci se montre également bien résistant et non marqué pour 98 % de sa surface. Le hic, c'est qu'au niveau de la charnière, dans le dernier mois d'utilisation, j'ai commencé à constater que mon pouce accrochait un peu plus. Bien vite, quelques micro rayures ont commencé à apparaître. Heureusement, celles-ci ne sont pas du tout visibles au quotidien. Reste que je n'ai utilisé le téléphone que six mois, et précisons-le, sans sa protection d'écran présente à l'achat. On peut donc vous conseiller de la garder.

Au rang des inquiétudes sur la durabilité de l'objet, il faut aussi souligner que passés quatre à cinq mois, le téléphone ne s'ouvre plus à 100 %, mais à 99,8 % environ, sans doute à cause d'une accumulation de poussière. Si cela n'est pas particulièrement gênant, il n'en reste pas moins un peu frustrant de plus pouvoir ouvrir sa charnière entièrement.

Autre élément important pour la durée de vie du téléphone : j'ai pu le mettre à jour sous One UI 4 (Android 12) et ainsi profiter de toutes les petites nouveautés de la dernière version de l'interface. En dépit de quelques bugs le premier mois, la transition s'est déroulée sans heurts et j'ai même le sentiment que le smartphone a gagné quelque peu en facilité d'utilisation. Les notifications prennent par exemple beaucoup moins de place.

Un Z Flip n'offre pas ce qu'on attend d'un smartphone premium, mais ce n'est pas grave

En définitive, j'ai donc vraiment apprécié ces six mois passés avec le Galaxy Z Flip 3. C'est un smartphone vraiment pas comme les autres qui se montre très confortable à utiliser au quotidien, si vous avez une prise à proximité.

En revanche, le Z Flip 3 est certainement beaucoup trop cher pour son propre bien, en ceci qu'il n'offre pas les qualités attendues d'un smartphone premium en 2022. J'ai par exemple très peu parlé de photos dans cet article, et ce pour une raison simple : celles-ci sont bien inférieures à tout ce peuvent produire les flagships sortis ces derniers mois. Les capteurs un peu datés du téléphone y sont certainement pour quelque chose. Ceci étant, la qualité reste tout à fait correcte, n'ayez crainte.

En somme, le pliant de Samsung n'est pas vraiment un smartphone premium au sens traditionnel du terme, mais il offre bien des qualités uniques que vous ne trouverez pas ailleurs. Des qualités que j'ai continué à utiliser quotidiennement pendant ces six mois. On aurait pu penser qu'une fois la hype retombée, je finirais par l'utiliser comme n'importe quel autre smartphone, mais ça n'est pas vraiment le cas. Et la vraie bonne nouvelle, c'est que six mois après sa sortie, il ne coûte plus du tout le prix d'un smartphone premium.

Le Z Flip 3 restera donc un téléphone à ne pas forcément mettre entre toutes les mains. Mais si vous pensez être client de ses nombreuses qualités, tout en pouvant faire abstraction de ses défauts, il s'agit tout simplement du meilleur smartphone avec son format sur le marché. C'est déjà pas mal.