Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Samsung Galaxy Note 3 (SM-N9005), la meilleure phablette du marché

Deux ans après sa première phablette, alors perçue comme un ovni dans un monde dominé par des "grands" smartphones de 4,3 pouces, Samsung présente son tout nouvel appareil de grande taille, le Galaxy Note 3. Toujours affublé d'un stylet interactif, dans un format XXL, il s'offre des caractéristiques à même de faire saliver les plus exigeants (écran Full HD, processeur Snapdragon 800...)... mais pour un tarif initial flirtant avec l'inaccessible : 699 euros. Le Samsung Galaxy Note 3 vaut-il la peine de dire adieu à votre tirelire ?

Samsung Galaxy Note 3

Le dernier IFA a été le théâtre d'un rude combat mené par Sony et Samsung, tous deux présentant simultanément leur dernier appareil phare, le Xperia Z1 pour l'un, et le Galaxy Note 3 pour l'autre. Deux géants laissant de côté leurs compétiteurs, mais ne jouant pas tout à fait dans la même cour : le Nippon a en effet opté pour un format 5 pouces plutôt réservé aux smartphones, alors que le Coréen a mis le pied au plancher pour proposer ce qui se fait de mieux dans une phablette. Seul concurrent sur du matériel identique et capable de proposer de l'enregistrement vidéo 4K sur une phablette, Acer a officialisé dans le même temps son Liquid S2, toutefois destiné à un avenir commercialement plus modeste.

Caractéristiques

Reprenons l'histoire depuis le début : le Galaxy Note 3 n'est autre qu'un Note 2 à l'écran plus grand... mais dans un corps plus petit de quelques millimètres, très légèrement moins épais, et surtout moins lourd, avec 168 grammes sur la balance. Sous le capot de cet appareil doté d'un écran de 5,7 pouces pour une définition Full HD (1920 x 1080 pixels), on trouve un processeur Qualcomm Snapdragon 800 cadencé à 2,3 GHz et couplé à 3 Go de RAM. De la puissance au programme, mais aussi une bonne autonomie promise par une batterie de 3200 mAh, des options en veux-tu, en voilà (infrarouge, capteurs de températeure et d'humidité, Bluetoots 4.0 LE compatible avec la montre Galaxy Gear) et des améliorations logicielles en pagaille. Samsung compte également pour des performances photo améliorées avec son capteur de 13 mégapixels, contre 8 millions de points sur le Galaxy Note 2, et surtout sur des vidéos exemplaires, puisque le bestiau est tout de même capable de filmer en 4K. Vous n'avez pas d'écran pour en profiter ? Qu'importe, le Coréen anticipe sur vos équipements futurs, et propose des performances capables de s'adapter à votre maison de demain. Ci-dessous, un résumé sous forme de tableau :

Dans la boîte

Le Galaxy Note 3 est livré dans le coffret en papier recyclé propre aux derniers Galaxy. Outre le Note 3 accompagné de son stylet, on trouvera dans la boîte :

Samsung Galaxy Note 3

Tour du propriétaire

Samsung a quelque peu revu sa copie depuis le Galaxy Note 2, et même plus récemment, depuis le Galaxy S4 (sorti au printemps 2013). En façade, le changement n'est pas perceptible, mais si l'on retourne le terminal, on y découvre une coque amovible non en plastique glossy, mais en un plastique souple effet cuir. On ne parle pas de cuir à la BlackBerry des temps heureux, mais d'une imitation plutôt bien faite, toucher doux à l'appui, et qui ne lésine pas sur les détails : une imitation de coutures borde même le smartphone. L'avantage ici, c'est d'avoir une coque amovible qui offre une prise en main assez agréable et accroche moins les trace de doigts que le plastique lisse et brillant.

Galaxy Note 3

Pour le reste, l'équipe Galaxy ne s'est pas réellement foulée, puisque le design du Note 3 reprend les codes que l'on connaît déjà : une façade très lisse, mais avec des bordures réduites au-dessus et en-dessous de l'écran, des tranches en plastique effet chromé (strié), des capteurs en haut de l'appareil, et bien sûr une LED de notifications en haut à gauche de l'écran.

Samsung Galaxy Note 3

Samsung Galaxy Note 3

Les touches de commande prennent leur place habituelle : à droite, la touche Power joue la discrétion, tandis qu'à gauche, une barre de réglage du volume se fond dans l'arête du téléphone. La tranche supérieure et plus intéressante : elle regroupe une prise jack 3,5 mm ainsi qu'un port infrarouge, puisque le Note 3 peut à l'occasion servir de télécommande.

Samsung Galaxy Note 3

Et en-dessous alors ? Adieu le microUSB standard, bonjour au microUSB 3.0, d'un format différent, d'où cette prise un peu plus large qu'à l'accoutumée. Le câble adapté et fourni dans la boîte, mais ceux qui souhaitent utiliser, en déplacement ou au bureau, un câble microUSB d'ancienne génération, le port est compatible avec l'ancien standard. Ouf. L'avantage de cette connectique, si l'on oublie qu'elle est plus encombrante que l'USB traditionnel, c'est la rapidité de sa charge : il est censé permettre au Note 3 de se charger près de 80 % plus vite. Le dessous de l'appareil est également occupé par un haut-parleur d'un centimètre de large qui ne présage rien de bon, et bien sûr par le stylet S Pen à ôter du corps du smartphone. L'accessoire, comme sur les précédentes générations de Note, n'est pas évident à ôter pour qui porte des ongles courts, mais se montre plus élégant avec son corps d'aspect métal strié. Nous y reviendrons plus loin dans ce test.

Depuis maintenant deux ans, Samsung conserve un design presque identique d'un appareil à l'autre, et même si le Coréen montre quelques efforts avec sa coque arrière un peu plus élégante et prouve que l'on peut réduire l'espace entre la coque et l'écran d'un smartphone, on reste sur sa faim. A quand un véritable renouveau design ?

Écran

Vous allez rire, on ne change pas les bonnes habitudes chez Samsung. Avec son écran de 5,7 pouces Full HD, le Coréen assure une excellente définition, très agréable à l'œil, avec une très jolie finesse d'affichage qui ne surprendra personne. Le confort est évidemment de mise, avec une telle diagonale, tout autant que la luminosité de cet écran. En mode standard, il faudra avouer que le rendu des couleur reste un peut trop "intense" à notre goût, et souffre d'un aspect fluo qui pourra en rebuter certains... mais que l'on peut corriger en basculant vers un affichage Vidéo, par exemple. Notez également que la gestion des blancs se montre meilleure que par le passé, avec une teinte moins bleutée, même si l'on obtient pas un blanc aussi éclatants que sur l'IPS du LG G2. Le noir, forcément parfait, compense sans difficulté. La réactivité est là, les angles de vision aussi, que demande le peuple ?

Voici une comparaison avec deux autres smartphones :

LG G2 (écran IPS Full HD de 5,2 pouces) - Samsung Galaxy Note 3 (écran Super AMOLED Full HD de 5,7 pouces) - Sony Xperia SP (écran TFT de 4,6 pouces HD 720p)

Samsung Galaxy Note 3

Pour ce qui est du blanc, on retrouve le talon d'Achille habituel des AMOLED, à savoir un blanc tirant vers un gris bleuté, au lieu d'une couleur de neige. C'est ici l'IPS du G2 qui remporte la palme, tandis que le Xperia SP souffre d'une petite jaunisse perceptible même en photo.

Samsung Galaxy Note 3

Samsung Galaxy Note 3

Samsung Galaxy Note 3

Les couleurs montrent toutes le même état de fait : en mode standard, le Samsung Galaxy Note 3 affiche des couleurs très (trop ?) franches, qui ont l'avantage d'être séduisantes, mais ont tendance à être un peu agressives pour les mirettes fragiles. On préfère globalement le rendu plus homogène de l'écran IPS. Mais on reconnaîtra un point d'importance au Note 3 : parmi les appareils catégorisés phablettes, il fait partie des plus beaux produits.

Logiciel

Dans la dernière version de son interface TouchWiz couplée à Android 4.3 Jelly Bean, Samsung apporte quelques fonctionnalités proprement dédiées à son appareil avec stylet. Parmi elles, Air Command succède à Air View, qui permettait simplement de prévisualiser le contenu d'une application (typiquement, le contenu d'un album photo) en passant le doigt ou le stylet au-dessus de l'icône correspondant. Ici, on voit apparaître une petite roue, ou carrousel, sur l'écran soit en maintenant le bouton du stylet appuyé sur le stylet que l'on tient à quelques millimètres de l'écran, soit simplement lorsque l'on retire le stylet du corps de l'appareil. Ce fonctionnement en tant que popup est intéressant, d'autant plus qu'il reste un peu compliqué d'appuyer sur le mini-bouton du stylet, même quand on a de petites mains !

Samsung Galaxy Note 3

Depuis ce carrousel, on peut accéder à diverses commandes :

Galaxy Note 3

Galaxy Note 3

Dans l'ensemble, les fonctionnalités liées au S  Pen ont été étoffées et, lors de la saisie de textes en écriture manuscrite, on remarque une transcription plus précise en caractères d'imprimerie. Un bon point pour Samsung, dont le grand défi reste de justifier la présence d'un stylet sur son appareil, alors même que le Note 3 est plus petit que nombre de phablettes, et de pousser ses clients à l'utiliser au maximum. D'où le dessin nécessaire un peu partout !

Les fonctionnalités apportées par le S Pen sont secondées par diverses améliorations logicielles plus ou moins utiles. Si l'assistant vocal de Samsung n'en est pas encore au niveau de certains concurrents (Siri, pour ne pas le citer), il s'est nettement amélioré depuis quelques générations de smartphones. Gardons à l'idée qu'il y a deux ans, il était presque inutilisable. Tel n'est plus le cas aujourd'hui.

Galaxy Note 3

Les Air Gestures prennent également leur envol, et mettent à profit les différents capteurs de l'appareil. Notre favori chez le Note 3, c'est la fonction "Coup d'œil rapide", qui permet d'accéder à un panel de notifications sur l'écran de verrouillage en passant simplement la main à quelques centimètres des capteurs (7 cm sont recommandés par Samsung). Un outil pratique pour vérifier d'où provient une notification sans toucher au téléphone, par exemple lorsque l'appareil est posé sur une table à côté de soi. Pour les professionnels, c'est bien pratique au bureau. Parmi les Air Gestures, on retrouve des fonctionnalités déjà connues telle que "Air call-accept", qui permet de dérocher à un appel entrant en portant le téléphone à l'oreille (grâce au capteur de proximité) ou "Air browse" permettant de faire défiler des pages web d'un mouvement de balayage de la main. Techniquement intéressantes, ces features ne sont pas toujours évidentes à utiliser, sachant que leur taux de réussite atteint rarement les 100 %...

Air Gestures

Un dernier point sur "Opération à une main", option présente dans l'onglet "Contrôles" des paramètres du Note 3. Celui-ci est destiné à réduire la taille de l'écran utilisable, soit excentré à gauche, soit à droite de l'écran, selon une taille modifiable à l'envi. Une manière d'avouer que ce type d'écran est proprement inutilisable à une main ? Quoi qu'il en soit, il est possible d'utiliser ces opérations à une main pour des usages spécifiques : le clavier d'appel, le clavier Samsung, la calculatrice ou encore le pavé de déverrouillage. Pour les autres, il y a le stylet !

Hors fonctionnalités "originales", TouchWiz reste un joyeux capharnaüm à base de Samsung Apps, d'applications préchargées (à tel point qu'un dossier baptisé Galaxy Plus regroupe SketchBook for Galaxy, TripAdvisor, Dropbox, Evernote et Flipboard), avec notamment ChatON pour la messagerie instantanée. Histoire de ne pas en rajouter, dans la mesure où les services de Samsung font généralement doublon avec celles de Google, le Note 3 regroupe toutes les applications de Mountain View dans un seul et même dossier. S Planner, Video, Musique ou Internet sont donc accessibles dans le menu, tandis que l'Agenda, Play Musique ou Chrome sont cachés dans leur dossier. Au moins, la présentation est plus claire. Notez que l'application WatchON fonctionne de concert avec le port infrarouge situé au-dessus de l'appareil.

Performances

Samsung n'a pas équipé son Note 3 avec son processeur maison. Et... a eu raison. Le Qualcomm Snapdragon 800 rivalise avec les Cortex A15 d'ARM et la plate-forme Bay Trail d'Intel. C'est dire si ce SoC est puissant.

Sur le côté GPU, nous avons un nouveau roi. La puce graphique Adreno 330 apporte des améliorations de performances énormes, bien au-delà de l'Adreno 320 et tout ce que nous avons testé à ce jour. C'est clair, le Snapdragon 800 est la référence du marché.

Pour mieux visualiser ses performances, sachez que ce processeur est capable d'encoder de la vidéo UHD 4K (3840 x 2160) 30 FPS  jusqu'à 120 Mbps (H.264 High Profile), et bien sûr il est capable de lire le même fichier.

Cette rapidité en hausse se démontre également dans les fameux benchmarks :

Samsung Galaxy Note 3Samsung Galaxy S4HTC OneSony Xperia ZLG Optimus G Pro
AnTuTu3610924376234812067619481
Quadrant191021273312396831112305
SmartBench 2012Productivité : 9623

Jeux : 4465

Productivité : 7393

Jeux : 2733

Productivité : 7098

Jeux : 2875

Productivité : 5068

Jeux : 2410

Productivité : 5589

Jeux : 2717

BenchmarkPi104132144263144
EpicCitadel59.7 fps58.9 fps61.2 fps56.7 fps57.2 fps
GLBenchmark T-Rex HD1332 frames

24 fps

859 frames

15 fps

825 frames

15 fps

712 frames

13 fps

614 frames

11 fps

GLBenchmark Egypt HD6814 frames

60 fps

4600 frames

41 fps

4144 frames

37 fps

3613 frames

32 fps

3265 frames

29 fps

3DMark119136593667253154840
Nenamark 160.0 fps60.2 fps61.3 fps60.0 fps60.0 fps
Nenamark 260.0 fps60.1 fps61.3 fps60.0 fps60.0 fps

 

Communications et GPS

Il est rare de rencontrer des problèmes d'accroche réseau sur les modèles haut de gamme de Samsung, et le Note 3 ne fait pas exception. Si on pourra lui reprocher un son assez médiocre en haut-parleur, il assure du reste des communications téléphoniques de bonne qualité à ceux qui ne seront pas dérangés à l'idée de téléphoner avec un smartphone d'une telle envergure.

Côté GPS, bonne surprise également. Avec une connexion en 4G, puisque le Note 3 est compatible avec cette dernière génération de réseau mobile, on obtient une localisation en moins de deux secondes, soit une accroche très rapide à même de satisfaire ceux qui ont des petites difficultés d'orientation. A noter qu'une navigation sur un écran de cette taille, c'est tout confort.

Autonomie

Afin de chiffrer de manière précise l’autonomie et vérifier si ce sentiment se vérifie, nous avons réalisé un “stress-test” en quatre étapes. Nous avons pris un panel peu classique de terminaux Android, avec un téléphone standard (le Nexus 4 : pas vraiment connu pour son excellente autonomie), le Samsung Galaxy Note 2 en roi des phablettes et de l'autonomie et enfin la Nexus 7 (4325 mAh). Ces quatre terminaux ont effectué le test simultanément, sur le même réseau et avec une configuration similaire.

Petit rappel des tests effectués :

Étape 1 : Lecture d’un film HD en streaming WiFi pendant 20 minutes (luminosité au maximum – son sur le haut-parleur)

Étape 2 : Écoute de musiques pendant 20 minutes (écran éteint – son sur le kit mains libres)

Étape 3 : Utilisation standard d’un smartphone pendant 20 minutes (luminosité au maximum)

Étape 4 : Lecture d’un film HD stocké en local pendant 20 minutes (luminosité au maximum – son sur le kit mains libres)

Capture d’écran 2013-10-16 à 13.53.54

Samsung a toujours été un très bon élève en ce qui concerne l'autonomie de ses terminaux. Le Galaxy Note 3 se permet même de faire mieux que le Note 2. La désactivation de certains capteurs est nécessaire pour obtenir des performances bien meilleures, il faudra également veiller à ne pas activer toutes les fonctionnalités de Samsung TouchWiz. Ces fonctionnalités utilisent des capteurs qui ont tendance à tirer de façon continue sur la batterie.

En pratique ? Vous pourrez tenir deux jours en utilisation "intensive".

Screenshot_2013-10-08-01-51-10

Photo et vidéo

Contrairement au Note 2 qui se "contentait" d'un capteur de 8 mégapixels, le Note 3 monte jusqu'à 13 millions de points, avec un capteur combinant autofocus, Flash LED et capacité à enregistrer de la vidéo en 4K à 30 fps. Merci au processeur Snapdragon 800 qui autorise cette fonctionnalité certes peu utile au commun des mortels à ce jour, mais qui aura le mérite de prolonger la durée de vie des vidéos capturées aujourd'hui, puisqu'elles pourront être regardées confortablement sur les téléviseurs de demain... Des arguments certes marketing mais qui ne sont pas sans influence sur le résultat des vidéos, lesquelles s'offrent en outre un enregistrement slow motion en HD 720p.

 

On ne va pas faire la fine bouche, les clichés sont de bonne qualité, dignes d'un haut de gamme, et dignes d'un Galaxy S4. Pas vraiment mieux à l'horizon, avec des faiblesses à repérer dans des conditions de basse luminosité. Si l'on apprécie une bonne fidélité aux couleurs - contrairement au S4 Zoom, qui était aller chercher une balance des blancs fantaisiste lorsque nous avions photographié la mairie ci-dessous, le Note 3 montre une pierre à la couleur naturelle. Cependant, le lissage est un peu trop présent à notre goût. Sans parler de comparaison avec un Lumia 1020 chez Nokia, évidemment, puisque l'on ne joue pas dans la même cour, le Note 3 assure le job, mais sans époustoufler. Les détails manquent légèrement, mais on évide les couleurs délavées qui peuvent entacher les résultats de certains concurrents.

Photo prise avec le Galaxy Note 3

Galaxy Note 3

Un rappel logiciel tout de même, bien que les connaisseurs de l'univers Samsung n'en aient pas besoin : l'application photo regroupe divers modes, outre un mode automatique : Beauté, Meilleures poses, Meilleure photo, Son et prise (pour enregistrer quelque secondes de son avec une photo), Chronophoto (combinaison de plusieurs photos en mouvement), Photo animée, Golf, HDR, Gomme, Panorama, Photo panoramique, Sports. Rien que cela. Une remarque tout de même : si vous voulez un format 16:9, vous resterez en 9,6 millions de points. Si vous souhaitez profiter d'un beau 13 mégapixels, vous obtiendrez un format 4:3. Et par défaut, c'est le 16:9 qui est activé.

Puisque l'on parle de format par défaut, même combat en vidéo, qui n'est évidemment pas 4K par défaut, trop encombrant (108 Mo pour moins de 20 secondes de vidéo tout de même), mais plutôt de la HD. Qu'importe, à vous d'opter pour le format de votre choix dans les paramètres de l'application, en gardant à l'esprit que la stabilisation optique part en fumée lorsque vous tournez des vidéos en 4K. A vrai dire, sur ce point exclusivement, difficile de se faire un avis : on se retrouve dans deux ans pour visionner nos films sur un écran 4K... Pour le moment, nous ne disposons pas du matériel nécessaire à la lecture de telles vidéos. Il faudra donc se contenter dans la plupart des cas de la Full HD, moins gourmande en espace de stockage, et mieux stabilisée. On remarquera dans tous les cas que l'autofocus a tendance à avoir des petites difficultés lorsqu'il a affaire à des objets en mouvement. Hormis ce point, Samsung propose des résultats de bonne qualité.

Galaxy Note 3

Un détail à noter, et pas des moindres, concerne la possibilité de filmer en smooth motion à 60 fps en Full HD. Comprenez qu'au maximum, vous pouvez multiplier par huit la vitesse de diffusion de votre vidéo. Il est possible de la multiplier par deux ou par quatre au choix, en passant par les paramètres photo > mode d'enregistrement > mouvement rapide. Dans la même veine, vous pouvez monter jusqu'à 120 fps en slow motion (qualité HD 720p), pour des effets vidéos assez impressionnants. Ici, il faudra passer par mode d'enregistrement > mouvement lent et choisir entre x1/8, x1/4 ou x1/2. Mieux vaut vous stabiliser tout de même si vous souhaitez obtenir, dans un cas comme dans l'autre, des vidéos agréables à regarder ! On remarquera, chez le Note 3, la volonté de faire beaucoup, de proposer. Bien sûr que l'on ne filmera pas en slow motion, peut-être même jamais... Mais quiconque aura investi près de 700 euros dans sa phablette sera plutôt satisfaite de pouvoir multiplier les possibilités "au cas où".

Exemples de vidéos réalisées avec le Samsung Galaxy Note 3

Merci à Orange Business Services pour le prêt, vous pouvez le retrouver sur leur boutique !