Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Comparatif Ascend P7 : qu'attendre du nouveau Huawei face aux très haut de gamme 2014 ?

Près d'un an après le lancement du P6, Huawei présentait mercredi son dernier fer de lance, l'Ascend P7 touché par de nombreuses fuites ces dernières semaines. Un appareil fin, à catégoriser parmi les smartphones et non les tablettes, et animé par un SoC compatible 4G conçu par la marque chinoise. Avec un tel appareil, Huawei se veut à la hauteur des flagships des grandes marques de la téléphonie mobile : voyons si la comparaison joue en sa faveur.

Comparatif Ascend P7

Huawei a mis les petits plats dans les grands pour son Ascend P7, mis en avant autant pour la finesse de son design, soigné à l'extrême, que pour ses performances globales et ses capacités photographiques. Un smartphone de quelques centaines d'euros moins cher que ses concurrents, avec un tarif fixé (du moins en France) à 449 euros pour une capacité de 16 Go, quand les haut de gamme de Samsung, Sony ou HTC misent sur un tarif dépassant joyeusement les 650 euros. Pour 200 euros de moins, peut-on espérer des performances aussi enthousiasmantes ?

En termes d'écran, on ne peut douter de l'Ascend P7 qui, avec une dalle IPS Full HD 1080p, propose une résolution de 441 ppp, soit une trentaine de points par pouce en plus que certains de ses concurrents, puisque la tendance actuelle veut que les écrans dépassent les 5,2 pouces, voire atteignent les 5,5 pouces, à la manière du OnePlus One. Notez d'ailleurs que le P7, s'il est nettement moins onéreux que les Galaxy S5, Xperia Z2 et One (M8), dépasse de près de 200 euros le OnePlus One, qui bénéficie toutefois d'une mécanique de production et de marketing bien différente.

Le troisième vendeur de smartphones au monde qu'est Huawei s'appuie sur un processeur maison, le HiSilicon Kirin 910T, lequel peinera malheureusement à atteindre les performances d'un Snapdragon 801, le standard actuel des appareils haut de gamme. Il s'apparentera plutôt à un S600 largement répandu il y a un an, et devra faire face à un risque de chauffe, le défaut principal rencontré sur l'Ascend P6. Comment compenser ? En misant sur la photographie, puisque contrairement à ses concurrent, qui montent rarement au-dessus des 2 mégapixels, voire 5 millions de points pour le One (M8) et le OnePlus One, l'Ascend P7 préfère carrément 8 mégapixels en façade, et promet un mode panorama permettant de réaliser des "groufies", soit des selfies de groupe. De quoi intéresser les amateurs du genre, tandis que le P7, de manière classique, s'appuie sur un capteur photo de 4e génération Sony montant à 13 mégapixels.

Dans l'ensemble, c'est en termes de performances brutes et d'autonomie que l'Ascend P7 laissera le plus de doutes. Risqué, le choix d'un processeur maison permet de limiter les coûts, mais pas forcément d'atteindre les scores du recordman du genre qu'est Qualcomm.

 

Ascend P6 vs Ascend P7 : ce qui change

Le P7 assure-t-il sans faillir la sucession du P6 ? Assurément oui, du moins selon nos premières impressions. Pour commencer du fait qu'il est compatible 4G, et de catégorie 4, quand son prédécesseur se contentait de la 3G, mais aussi parce que son écran Full HD sur une diagonale de 5 pouces propose une résolution nettement supérieure à de la HD 720p sur 4,7 pouces de diagonale. Le P7 l'emporte également en matière de conception, puisque son poids est à peine plus élevé (4 grammes de plus) pour un écran de 0,3 pouce plus grand, mais aussi un corps assez imposant. D'ailleurs, on constatera que le P7 est un peu plus haut qu'un LG G2 malgré son écran plus petit.

En photo également, le P7 propose une vraie montée en gamme, puisque le P6 proposait 8 mégapixels à l'arrière et 5 millions de points à l'avant. Sa batterie gagne au passage 500 mAh : le challenge sera donc, avec une batterie certes plus imposante, mais un écran et des connectivités plus demandeurs en ressources, de fournir une autonomie convaincantes. Après quelques heures de test, pas sûr que le succès soit au rendez-vous.