Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Samsung Galaxy A5 2017 : encore un monstre d'autonomie

En 2016, Samsung a réussi l'exploit de détourner quelques instants les regards de son haut de gamme pour tourner les projecteurs sur son Galaxy A5, un milieu de gamme plutôt prometteur. Cette année, le Galaxy A5 est renouvelé dans une variante plus moderne, plus puissante et dotée d'une batterie plus large. Mais ces éléments justifient-ils son prix à première vue un peu élevé ? Tentons d'y répondre !

Fiche Technique

Après le succès du Galaxy A5 2016, le géant coréen a souhaité conserver les mêmes lignes directrices tout en donnant un coup de jeune à son smartphone justement destiné à un public dont l'âge se rapproche davantage des générations Y, Z et des millenials que de tata Yoyo ou Mme Michu. Le design a donc été revu, de même que le processeur, la mémoire vive, les appareils photo et quelques autres légers détails. L'écran, lui, ne change pas -- sur le papier.

 

Design : un clone du Galaxy S7 ?

Pourquoi changer une équipe qui gagne ? Voilà un dicton qui semble servir de ligne de conduite à un certain nombre de constructeurs mobiles ces dernières années, dont Samsung. Ainsi, tout comme le Galaxy A5 2016 ressemblait au Galaxy S6, l'A5 2017 reprend essentiellement les traits de son grand frère, le Galaxy S7. Au premier coup d'œil, on pourrait d'ailleurs facilement se laisser berner.

Pourtant, on remarque quelques différences esthétiques, à commencer par la taille de l'appareil. Bien que les deux smartphones possèdent un écran de 5,2 pouces, l'A5 est légèrement plus grand que le S7, signe que Samsung a dépensé légèrement moins dans l'optimisation, ce qui s'explique par la différence de gamme.

Le jeu des 7 différences ne s'arrête bien évidemment pas là et on note quelques autres petits détails qui viennent rappeler qu'il ne s'agit pas exactement du même téléphone. Ainsi, en façade un capteur a été supprimé, sur la tranche inférieure on retrouve un port USB-C et le port jack change de bord, les cartes microSD et SIM sont désormais séparées dans deux tiroirs différents et le haut-parleur n'est plus sous le combiné, mais sur son côté droit.

Au dos, les disparités sont plus marquées puisqu'on retrouve un module photo légèrement moins imposant et ne ressortant pas de la coque. Il faut également dire adieu au cardiofréquencemètre, que l'on retrouve sous le flash sur la gamme Galaxy S, mais qui pointe aux abonnés absents ici.

Pour finir sur une touche plus sensitive qu'esthétique, précisons que le Galaxy A5 2017 est légèrement moins agréable à prendre en main que le Galaxy S7. Ses bordures sont en effet légèrement plus effilées à l'avant comme à l'arrière. Aussi, là où glisser son doigt sur le bord de l'écran du SGS7 procure une douce sensation, on a ici plutôt l'impression de tester l'affutage d'un couteau. Dommage, il aurait été presque parfait, d'autant que ses angles sont très arrondis et donc appréciables en main.

Écran : à la hauteur du Galaxy S7

Sur le papier, le Galaxy A5 2017 reprend le même écran que le modèle précédent. On retrouve donc une dalle Full HD de 5,2 pouces. AMOLED oblige, le contraste est là, de même que la luminosité et la vibrance des couleurs. Peut-être un peu trop au goût de certains, mais cela ne représentera pas réellement une gêne dans le sens où ce point peut être réglé a posteriori.

Plus dérangeant pour les âmes pointilleuses, les angles de vision prennent une teinte légèrement iridescente dès lors que l'on s'écarte de trop de l'angle optimal. On est cependant loin de l'horreur des premiers écrans AMOLED, et à l'usage, cela ne devrait poser problème que si vous souhaitez montrer une vidéo à 49 de vos amis en simultané. Et encore...

Notre sonde révèle une luminosité un peu en deçà de nos espérances avec "seulement" 475 cd/m² là où certains terminaux se targuent de monter à plus de 600. Maintenant il est important de rappeler qu'au-delà de 400, on commence à avoir un smartphone parfaitement utilisable même en plein soleil. Autant dire que le Galaxy A5 2017 ne posera pas de problèmes de ce côté.

Enfin, en ce qui concerne la colorimétrie, on remarque que l'écran est plutôt bien réglé de base, ce qui est loin d'être une spécialité de Samsung. On peut cependant reprocher une légère prédominance du bleu, ce que confirme notre sonde qui affiche une température de 7600°K environ, contre 6500-7000 dans l'idéal. Sur le diagramme CIE, le point blanc ne s'éloigne pas trop du point blanc absolu.

Mais il s'agit de toute façon d'un faux problème puisqu'avec cette version, Samsung a ajouté à son interface logicielle un menu dédié à l'équilibrage des couleurs. En plus des préréglages habituels (Cinéma, Photo et Basique), qui alternent malheureusement d'un extrême à l'autre, on peut donc calibrer à son goût la couleur de l'affichage à l'aide de 3 réglettes servant à doser la présence des composantes primaires.

 

Logiciel : de plus en plus naturel

Le Samsung Galaxy A5 2017 tourne sous Android 6.0.1 Marshmallow, avec l'habituelle interface logicielle de Samsung. Au fil des mises à jour, on ressent la volonté de Samsung de coller davantage avec les standards de Google, et cela se remarque un peu plus ici.

L'interface du Galaxy A5 2017 est encore un peu plus épurée qu'avant. Si les icônes natives de Samsung sont toujours aussi tape-à-l'œil, le reste de l'interface se rapproche un peu plus de la version "Google" d'Android. Peu à peu, le Coréen met de côté le superflu pour se concentrer sur l'essentiel, à savoir les véritables fonctionnalités qui apportent un plus à l'utilisateur.

Les notifications groupées habituellement proposées avec Android 7.0 sont très appréciables et les paramètres rapides s'organisent désormais plus simplement en maintenant une tuile appuyée.  Dans les paramètres, tout est regroupé de façon claire et chaque catégorie propose un emplacement intitulé "Vous recherchez autre chose ?" afin d'économiser quelques clics lorsque l'on se trompe de sous-menu.

On retrouve également certaines fonctionnalités désormais récurrentes, comme l'Always-On Display, le double-clic sur le bouton d'accueil pour lancer l'appareil photo, la maintenance de l'appareil pour nettoyer sa RAM et son stockage des éléments superflus, différentes gestures ou encore le Game Launcher et les Game Tools pour les joueurs. Et pour les adeptes du minimalisme, TOUT peut être désactivé !

Enfin, pour ceux qui -- comme moi -- trouvent les icônes de Samsung beaucoup trop criardes, le magasin de thème permet d'en changer assez simplement.

À chaque nouvelle mise à jour majeure, l'interface de Samsung devient donc un peu plus fréquentable, et cette version semble être la version de la maturité. Cela se remarque d'autant plus qu'à l'exception de la suite Microsoft (6 applications qu'il est possible de désinstaller), Samsung s'est contenté du strict nécessaire concernant les applications préinstallées, laissant le choix à l'utilisateur de se rendre sur sa boutique préférée (Google Play Store ou Galaxy Apps) pour en obtenir d'autres. On notera cependant l'intelligence d'Upday, l'agrégateur d'actualités qui résume chacune d'elles en quelques mots seulement. Bien plus efficace pour le coup que le Flipboard intégré dans les précédentes versions.

Précisons pour finir que l'interface et les transitions sont fluides en règle générale, mais il peut arriver que certaines applications prennent un temps un peu plus long qu'espéré au lancement. Rien de bien grave, mais à ce prix, c'est un élément à signaler.

 

Performances : peut mieux faire

La plus grande différence etre le Galaxy A5 de 2016 et celui de 2017 se situe au niveau de la performance. On troque ainsi l'Exynos 7580 contre un 7880, plus performant grâce à ses 8 cœurs Cortex-A53 cadencés à 1,9 GHz, et on gagne 1 Go de RAM au passage. Cela se ressent aussi bien à l'usage que dans les benchmarks.

Au vu de son prix, il parait néanmoins essentiel de le confronter à sa concurrence directe, à savoir le OnePlus 3T et le Honor 8.

Dans les faits, le Galaxy A5 2017 est donc clairement plus puissant que son prédécesseur, mais il fait malheureusement pâle figure sur le plan technique par rapport à ses principaux concurrents. Disponibles tous les deux à des prix peu ou prou similaires, les Honor 8 et OnePlus 3T proposent des performances largement plus élevées, que ce soit lors des tests purement matériels ou des expériences plus réelles.

Sur Real Racing 3 par exemple, même si le framerate est relativement constant, il reste en deçà de ce qu'on pourrait attendre d'un téléphone vendu à plus de 400 euros. La faute peut-être à une optimisation logicielle visant à améliorer l'autonomie et qui n'active que 4 des 8 cœurs du CPU sur la quasi-totalité de notre test.

Au quotidien, on conserve néanmoins une utilisation plutôt fluide, que ce soit sur l'interface ou des jeux, même gourmands (type Asphalt Xtreme). On remarque cependant qu'il peut arriver au téléphone de mettre un certain temps avant de lancer une application, ce que les habitués de smartphones premium remarqueront rapidement.

 

Multimédia et capteur d'empreintes

Un capteur d'empreintes pour tortue ninja

Toujours d'un point de vue technique, le capteur d'empreintes du Galaxy A5 2017 ne semble pas avoir évolué avec le temps, et il n'est pas rare, en voulant déverrouiller son écran que le message "appuyez plus longuement sur la touche Accueil" ou "aucune correspondance" s'affiche. Même sur du milieu de gamme, en ce début d'année 2017, on trouve plus efficace.

Notons également qu'il n'est possible de paramétrer que 3 empreintes différentes. Dans mon cas, lorsque le capteur est en façade (comme ici), j'aime en enregistrer 4 différentes, selon que j'utilise mon téléphone de la main gauche ou de la droite, mais aussi qu'il soit dans ma main (utilisation avec le pouce) ou posé sur une table (utilisation de l'index).

Un haut-parleur mal placé

Comme Sony l'a fait pendant des années, Samsung a décidé ici de positionner l'unique haut-parleur sur la tranche droite du téléphone. Une idée dont on se serait bien passés ! Près du bord, cette enceinte a la fâcheuse tendance à se glisser sous le doigt de l'utilisateur lorsqu'il joue ou veut regarder une vidéo. Autant dire que le positionnement est loin d'être optimal pour une bonne écoute.

La qualité intrinsèque du haut-parleur n'est d'ailleurs pas excellentissime non plus. Elle n'est certes pas à jeter, mais l'enceinte mono reste un peu étouffée et le son qui en sort manque cruellement de profondeur dans les basses.

Photos : attention les réglages

Samsung a mis l'accent en 2017 sur l'appareil photo de son Galaxy A5. Ainsi, le capteur arrière passe de 13 à 16 Mégapixels, et celui à l'avant passe de 5 à 16 Mégapixels. De quoi réaliser de plus beaux selfies. Pourtant, il s'agit d'un milieu de gamme et on ne s'attend donc pas à la qualité d'un Galaxy S7.

En pleine journée et dans les pièces bien éclairées, le niveau de détails du cliché est bon, notamment dans des utilisations rapprochées (macro). La gestion de la lumière est cependant un peu plus erratique. Lorsqu'une scène est très contrastée, le Galaxy A5 2017 peut avoir du mal à rendre correctement la totalité des éléments à l'image... En automatique tout du moins. Une jauge permettant de régler l'exposition permet toutefois de régler la luminosité d'une scène à sa guise d'un simple glissement de doigt.

Le mode HDR quant à lui permet de gérer automatiquement la luminosité avec une justesse acceptable, mais on remarque rapidement que le cliché manque de naturel et arbore de fins halos blancs autour de certains éléments.

Lorsque la luminosité baisse, la qualité suit la même courbe descendante. Les photos sont plus floues, avec un bruit numérique non négligeable. Il faut noter cependant que l'appareil arriver à capter la moindre source de lumière pour que l'image soit assez bien éclairée. Votre cliché final est peut-être moche, mais au moins vous y voyez quelque chose, et c'est plutôt une bonne chose pour ceux qui cherchent avant tout à garder quelques souvenirs en tête.

Enfin, notons que le flash est puissant, ce qui lui permet de bien isoler le sujet au besoin, mais ne détruit pas la colorimétrie de la scène. Les teintes de peau sont respectées, ce qui est loin d'être toujours le cas sur les smartphones. 

En ce qui concerne l'appareil frontal, on remarque que la qualité est légèrement moindre que sur l'appareil principal, mais reste tout à fait correcte pour faire des selfies.

L'application photo est quant à elle très simple à utiliser. Un swipe vers la gauche permet d'afficher les différents filtres (il est possible d'en télécharger d'autres) et un vers la droite permet de choisir parmi les différents modes (Panorama, Nuit, HDR...), ou de choisir le mode "Pro". Ce dernier est d'ailleurs un peu décevant puisqu'il ne permet pas de régler la vitesse d'obturation, alors que bien d'autres le proposent aujourd'hui.

Autonomie : un digne successeur

L'année dernière, nous étions très agréablement surpris de l'autonomie du Galaxy A5 (2016). On attendait donc au moins la même chose avec son successeur, si ce n'est mieux, d'autant qu'il embarque une batterie légèrement plus grosse (3 000 mAh) et un processeur très peu gourmand en énergie.

Sans grande surprise donc, le Galaxy A5 (2017) s'est montré à la hauteur de nos attentes concernant la durée de vie de sa batterie au long de la journée. C'est bien simple, en utilisation quotidienne, il est rare que le téléphone soit tombé en dessous des 40 % restant en fin de journée. À titre d'exemple, il m'est arrivé à 20h de noter une autonomie restante de 56 %, avec plus de 4 heures d'utilisation au compteur (écran allumé, navigation internet, YouTube, réseaux sociaux, jeux...).

Comme d'habitude, nous avons voulu confirmer cela avec notre test consistant à regarder en WiFi une vidéo de 1 heure sur YouTube avec l'écran calibré à 200 cd/m². Résultat, le téléphone n'a perdu que 5 % d'autonomie sur cette durée, là où la plupart de ses concurrents oscillent entre 10 et 15 %. Il compte donc parmi les meilleurs en la matière, confirmant nos très bonnes impressions au quotidien.

Autant dire que les moins gourmands devraient pouvoir tenir 2 jours sans recharger leur Galaxy A5 (2017), d'autant qu'il existe deux modes d'économie d'énergie, permettant de gagner plus ou moins de temps au détriment de quelques performances. Un classique désormais.

Réseaux et GPS

Sans surprise, le Galaxy A5 2017 est compatible avec toutes les bandes de fréquences françaises, y compris la bande des 700 MHz, encore rare sur les smartphones de milieu et d'entrée de gamme. On retrouve également les derniers standards WiFi (802.11ac 5 GHz) et Bluetooth (4.2).

Lors de mon test sur le réseau Sosh, j'ai atteint entre 60 et 70 Mbps en 4G en moyenne à la rédaction. Une moyenne plutôt basse malgré la très bonne réception réseau.

Les communications sont également très propres, le son étant clair. En réception, il manque cependant un peu de puissance et il ne vaut mieux pas qu'une sirène de pompier hurle à côté si vous souhaitez bien comprendre votre interlocuteur.

Côté GPS, le Galaxy A5 arrive rapidement à se positionner dans l'espace, de façon très précise. Nous avons cependant constaté un décalage de la boussole en lançant Google Maps. Une différence de 90° tout de même...

Prix et disponibilité

La sortie du Samsung Galaxy A5 2017 est prévue pour la première semaine de février au prix conseillé de 429 euros.