Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Écran pliable : la technologie de Samsung aurait été volée et vendue à la Chine

Neuf personnes ont été inculpées par le bureau des procureurs de Suyon, toutes soupçonnées d’avoir vendu des informations liées aux écrans flexibles de Samsung à la Chine.

Une guerre sans merci. La course technologique que se livrent les entreprises issues du secteur de la téléphonie mobile est sans fin, et toujours plus intense. Ces dernières années, les smartphones pliables ont ainsi occupé une place centrale au sein des pôles « Recherche et développement » des grandes multinationales. Tant et si bien que Samsung et Huawei ont mis les bouchées doubles pour devenir la première société à présenter un tel produit.

Un stratagème basé sur une société-écran

Si Samsung a réussi à s'accaparer ce fait d’armes, des fuites indiscrètes sur sa technologie d’écran flexible (Samsung Infinity Flex) aurait également eu lieu. C’est tout du moins ce que laisse penser le bureau des procureurs de Suyon, ville sud-coréenne située à 30 kilomètres au sud de Séoul, qui a récemment inculpé neuf personnes, dont le directeur général, de l’entreprise Toptec, apprend-on dans un communiqué de presse Reuters publié le 29 novembre 2018.

Spécialisée dans la conception d’équipements automatisés dédiés à la fabrication d’écrans pour appareils mobiles, Toptec fait notamment partie de la liste des partenaires de Samsung. La firme sud-coréenne est accusée d’avoir créé une société-écran réceptionnant des informations sensibles sur le type de machines utilisées par les usines Samsung, ainsi que des dessins des écrans pliables de Samsung Display.

Des ventes d'informations juteuses

Ces informations auraient ensuite été vendues à une entreprise chinoise en échange de sommes considérables : 15,5 milliards de wons, soit environ 12,1 millions euros, selon le procureur. Ce dernier considère par ailleurs les écrans flexibles comme une technologie nationale. De son côté, Toptec Co Ltd a nié en bloc les accusations, n’empêchant cependant pas la chute de son action en bourse (-20 %).

https://www.frandroid.com/marques/samsung/548011_samsung-galaxy-f-smartphone-pliable-infinity-flex-display-date-prix-nom