Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Samsung Galaxy Note 10+ : un peu de S Pen et beaucoup de bonheur

Le Samsung Galaxy Note 10+ est l'un des produits vitrine de son constructeur, car il concentre tout un tas de technologies très alléchantes et se distingue par son fameux stylet S Pen. Le smartphone est-il à la hauteur des attentes ? Voici notre test complet pour le savoir.

Fiche technique

Le test a été réalisé à partir d'un smartphone donné par la marque.

Élégante finesse

Bon alors. Première grosse question : le Galaxy Note 10+ est-il joli ? Si vous voulez mon humble avis, je dirais oui, c'est tout. Évidemment, vous êtes là pour lire un discours plus étayé. Dans cette optique, permettez-moi donc de développer quelque peu. Et je commencerai par le confort de la prise en main.

Certes, le Samsung Galaxy Note 10+ est une sorte de brique pouvant paraître trop anguleuse au premier contact. En réalité, la qualité des finitions offre des rebords suffisamment arrondis pour que la paume de la main n'en souffre jamais. Les critiques les plus constructives, à mon sens, seront plutôt celles qui s'attaquent à la taille de ce smartphone.

Car le smartphone est assez grand et culmine à 162,3 mm, ne convenant donc pas toutes les mains. À ce titre, il devrait donc forcément être très épais non ? Eh bien, non justement. S'il ne peut pas non plus être qualifié de fin, il ne dépasse pas les 7,9 mm de grosseur. C'est moins qu'un Huawei P30 Pro ou qu'un OnePlus 7 Pro. Et comme nous le disions plus haut, les bordures sont suffisamment arrondies et l'empêchent donc d'être tranchant.

Abordons maintenant la face avant avec laquelle le Galaxy Note 10+ met une belle claque. Les bordures extrêmement fines donnent l'impression que l'on tient uniquement un écran entre les mains. Et cela a quelque chose de très plaisant. Samsung aurait difficilement pu faire des contours plus étroits. Le petit trou dans la dalle, bien centré en haut, vient rappeler que l'on a affaire à un smartphone et pas seulement à un téléviseur miniature.

Le poinçon en question est d'ailleurs très discret. Nous reviendrons dessus un peu plus tard, mais disons que si les trous dans l'écran ne vous rebutent pas, alors celui-ci saura clairement vous satisfaire par son diamètre peu imposant. Si vous êtes un fervent détracteur de cette solution pour agrandir la zone d'affichage, mieux vaut passer votre chemin. Notez que vous pouvez faire comme moi et choisir un fond d'écran permettant de « camoufler » habilement le petit cercle. Cette silhouette minimaliste de Tsuyu (My Hero Academia) trouvée par hasard sur le web a su ravir mon cœur et s'acquitte parfaitement de sa tâche.

L'écran est légèrement incurvé et cela a engendré quelques faux positifs par moment. Il m'est en effet arrivé de lancer des actions par erreur sur YouTube ou Twitter avec le bas de mon pouce qui touchait à l’extrémité de la zone d'affichage. Sur les deux ou trois derniers jours, je n'ai plus subi ce souci, sans doute me suis-je habitué à mieux tenir le téléphone.

On notera au passage que les bordures quasi inexistantes signent aussi la fin du témoin lumineux de notification sur la gamme Note. L'Always-on Display est toujours là pour vous avertir des notifications lorsque l'écran est éteint, mais ce n'est évidemment pas la même expérience pour l'utilisateur. Un sondage organisé à l'improviste sur mon compte Twitter m'a permis de voir que vous sembliez être une petite majorité à tenir à cette fonctionnalité, sans non plus y être extrêmement attachée.

En retournant le Galaxy Note 10+, on peut admirer son dos en verre. Le coloris Argent stellaire de notre modèle impressionne vraiment par ses nombreux reflets : en fonction de la manière dont vous tenez le produit, la face arrière passe par une myriade de couleurs différentes. Évidemment, c'est un petit peu tape-à-l'œil et il est certain que nombreux sont celles et ceux qui opteront plutôt pour la version noire, plus sobre.... et sans doute moins salissante. J'en suis parfois à me demander si les gens sont plus abasourdis par l'éclat du smartphone ou par le nombre de traces de doigts que l'on peut voir dessus.

En outre, pas de lecteur d'empreintes visible. Comme sur les Galaxy S10, il est allé se réfugier en dessous de l'écran. Le dos très uniforme est relevé par le logo estampillé au centre et le triple module photo vertical niché dans le coin supérieur gauche auquel s'ajoute, juste à côté, un quatrième capteur dédié à la profondeur de champ (TOF). Ce dernier se trouve juste en dessous du flash LED.

Un tour sur les côtes du Galaxy Note 10+ permet d'apprécier l'absence de bouton dédié à Bixby. L'assistant personnel de Samsung n'a pas disparu du smartphone comme nous le verrons plus tard, mais il se fait bien moins envahissant. Résultat : tous les boutons physiques de l'appareil sont sur le côté gauche. Sous les contrôles du volume, on trouve ainsi la touche de démarrage qui, si vous le souhaitez, peut aussi être configuré pour lancer Bixby (si ça vous chante) ou une application de votre choix.

En bas, on a le classique port USB-C juste à côté de l'emplacement du stylet S Pen. Et il faudra porter vos yeux en haut pour trouver le tiroir double nano SIM -- ou nano SIM + microSD.

Mon ami l'AMOLED

Le Samsung Galaxy Note 10+ profite d'un sublime écran. Sans surprise, DisplayMate l'a encensé, mais je me vois obligé d'y ajouter mes propres éloges. Le contraste est délicieux grâce aux pixels noirs éteints, la luminosité maximale ne pose jamais problème quelle que soit la situation, et les couleurs sont superbes ne tirant jamais trop sur le bleu dans le mode par défaut, contrairement à de nombreux téléphones sur le marché.

Profiter de l'écran du Galaxy Note 10+ est une expérience des plus agréables pour les yeux et je ne m'en lasse pas, au point de lancer sur le smartphone des vidéos déjà regardées sur mon ordinateur juste pour voir à quoi elles ressemblent sur cette dalle de 6,8 pouces au ratio 19:9 et à la définition que vous pouvez faire varier du QHD+ (3040 x 1440 pixels) au Full HD+ (2280 x 1080 pixels).

Personnellement, je préfère le Full HD+, car même si l'écran est très grand, le passage au QHD+ ne saute pas particulièrement aux yeux et je trouve plus judicieux d'opter pour la définition moins énergivore.

Passée sur le billard du logiciel Calman développé par Portrait Display, la dalle dévoile une luminosité maximale qui s'envole à 700 cd/m², un contraste qui tend vers l'infini et une température des couleurs évaluée à 6400K, ce qui est très proche de l'idéal situé à 6500K.

L'espace colorimétrique sRGB est évidemment très largement pris en charge par le smartphone quand le DCI-P3 est couvert à 80 %. Notons tout de même un Delta E assez moyen de 5,21 qui témoigne de couleurs affichées pouvant manquer de fidélité à la réalité.

Le S Pen en baguette magique ?

One UI est toujours aussi agréable à utiliser. Cette interface est parfaite pour un smartphone comme le Galaxy Note 10+, puisqu'elle est pensée pour être utilisée sur les grands écrans. Samsung a en effet eu la bonne idée d'abaisser plusieurs éléments pour qu'ils soient à portée de pouces. Le meilleur exemple étant le panneau des raccourcis : lorsqu'il est complètement déployé, celui-ci offre des tuiles vraiment faciles d'accès.

Plusieurs personnalisations sont à disposition, les plus importantes étant le mode sombre et la navigation par gestes.

Samsung DeX permettant de transformer son smartphone en ordinateur de bureau est une nouvelle fois intégrée. Il suffit pour cela de brancher le Galaxy Note 10+ à un ordinateur ou à un moniteur. Petit mot aussi sur le lecteur d'empreintes ultrasonique sous l'écran : celui-ci fonctionne bien dans l'ensemble, mais est situé un petit peu trop haut et quand l'écran est éteint, il est courant d'appuyer à côté de la zone dédiée. Aussi, il faut environ 0,6 seconde pour déverrouiller l'écran, ce qui est encore un petit peu long.

En ce qui concerne Bixby, l'assistant se manifeste par deux biais essentiellement : un fil d'actualité censé vous aider à organiser votre journée (rendez-vous, rappel, informations...) et Bixby Vision pour la reconnaissance d'objets et de texte via l'appareil photo.

Sans surprise, la gestion des DRM du Galaxy Note 10+ est bonne grâce à la prise en charge de Widevine L1 qui permet d'avoir accès à des contenus HD sur les services SVoD. L'espace de stockage est de 256 ou 512 Go, mais vous pouvez l'étendre jusqu'à 2 To avec une carte microSD.

Les fonctionnalités du stylet S Pen

Évidemment, c'est surtout le S Pen qui nous intéresse aujourd'hui. Signalons d'une part son nouveau design, plus uniforme qu'auparavant et, d'autre part, ses nouvelles fonctionnalités.

Le S Pen se dote en effet d'un accéléromètre et d'un gyroscope lui permettant de détecter des mouvements sur six axes. Grâce à cela, vous pouvez vous servir du stylet comme d'une baguette magique et interagir avec votre smartphone sans avoir à toucher l'écran. Par exemple, quand vous êtes sur l'appareil photo, vous pouvez passer d'un mode de prise de vue à l'autre en agitant l'accessoire vers le haut, le bas, la gauche, la droite ou en traçant un cercle dans l'air.

Des interactions similaires sont disponibles sur la galerie photo, lorsque vous lancez un morceau de musique ou que vous regardez une série Netflix -- le S Pen devient alors une sorte de télécommande. Même Google Chrome est compatible avec ces « Air Actions ». Il est prévu que d'autres applications intègrent également ces fonctionnalités à l'avenir et il sera intéressant de voir quelles utilisations seront proposées. Les possibilités paraissent nombreuses !

Dans la pratique, les Air Actions ne sont pas bien compliquées à maîtriser. Il faut simplement penser à bien effectuer le mouvement idoine et ne pas se contenter d'un tout petit mouvement du poignet. N'oubliez pas non plus d'appuyer sur le bouton du stylet au moment de faire le geste en question. Pour chaque application vous pouvez définir quel geste il faut associer à telle ou telle commande.

D'ailleurs, il y a tout un menu complet pour personnaliser votre utilisation du stylet afin que vous puissiez vous servir du S Pen sans peine. En dehors de cela, la prise de notes est plutôt agréable, même si on n'atteint pas le même niveau de confort qu'avec le bon vieux duo stylo-papier. Mais lors de réunion professionnelle, il est assez pratique d'avoir le Galaxy Note 10+ sous le coude pour écrire rapidement.

D'autant plus que vous pouvez transformer vos notes manuscrites en fichier texte -- comme depuis un certain temps sur la gamme Note -- pour les partager plus facilement avec ses contacts. Ici, la nouveauté, c'est que cette option devient compatible avec Microsoft Word.

Vous pouvez écrire sur l'écran éteint du smartphone et épingler la note dessus pour l'avoir rapidement sous les yeux, utiliser le stylet pour traduire un paragraphe, enregistrer une partie de l'écran ou extraire du texte d'une capture d'écran. Le meilleur apport du S Pen à mes yeux réside dans l'édition de photos ou de vidéos. Si vous avez besoin d'ajouter un petit dessin ou une petite dédicace dessus, le stylet sera un outil bien plus précis qu'un index ou un pouce pataud.

Grosse qualité audio

Avec ses haut-parleurs stéréo, le Samsung Galaxy Note 10+ offre une belle qualité audio. Le son occupe très bien l'espace, ne sature vraiment que lorsque le volume est à fond et reste globalement assez clair. On notera tout de même que le haut-parleur du haut est sensiblement moins puissant que son homologue du bas, en plus d'être invisible à l’oeil.

Pas de prise jack au programme. J'ai donc principalement utilisé le smartphone avec un casque Sony WH-1000XM3. La combinaison des deux produits offre une expérience d'écoute excellente, permettant de tirer le meilleur de chaque morceau lancé.

Vous profitez d'un égaliseur et d'une multitude d'options pour optimiser votre écoute. On retrouve ainsi la fonction Adapt Sound pour une écoute adaptée à votre profil en fonction de votre âge. Vous pouvez aussi paramétrer vous-même un profil particulier grâce à cette fonctionnalité.

Enfin, il faut savoir que le smartphone est livré avec des écouteurs USB-C conçus par AKG, le spécialiste du son racheté par Samsung.

De très belles photos... mais un faux TOF ?

L'appareil photo. C'est l'une des attractions du Galaxy Note 10+, et pour cause ! On a ici droit à quatre capteurs photo à l'arrière. Un capteur principal de 12 mégapixels dont l'objectif profite d'une ouverture variant de f/1,5 à f/2,2. À côté de cela, vous avez un appareil ultra grand-angle de 123 degrés (f/2,2) de 16 mégapixels, un téléobjectif x2 (f/2,1) de 12 mégapixels et, enfin, un quatrième tout petit capteur TOF (time of flight) qui permet surtout de gérer la profondeur sur le mode Portrait.

Ci-dessous vous pouvez admirer trois photos montrant la différence entre la prise de vue classique, l'ultra grand-angle et le zoom x2.

Le quadruple appareil photo arrière

Parlons d'abord des clichés « classiques » qui exploitent uniquement le capteur principal. Sur les photos prises dans de parfaites conditions, évidemment, les critiques négatives ne vont pas pleuvoir. La dynamique est bonne, les couleurs pètent agréablement à l'œil et subliment légèrement la réalité en ajoutant un tantinet plus de contraste par rapport à ce que je voyais avec mes yeux. Ça sature donc un peu, mais on y est habitué avec Samsung et puis il faut avouer que le rendu est beau. Quant à la netteté, elle est au rendez-vous, avec un niveau de détails à la hauteur des attentes.

De nuit, le constat est visiblement moins bon hélas, mais on reste sur une très bonne qualité. La plupart du temps, la dynamique et le contraste sont très bien gérés compte tenu des conditions complexes, mais c'est la netteté qui peut pêcher de temps à autre, en fonction des situations. Certaines photos sont ainsi légèrement floues, c'est un peu dommage, mais les clichés ne sont jamais à la ramasse non plus. Le niveau des photos dans l'ensemble reste donc très bon.

Vous pouvez activer un mode Nuit permettant d'éclairer davantage la scène immortalisée. Si le rendu général paraît d'abord plus agréable à l'œil, on se rend assez vite compte que cette option ajoute surtout de la lumière sur les zones déjà assez bien exposées du cliché tandis qu'il ne fait pas assez la différence sur les parties sous-exposées.

Jugez plutôt. Voici des clichés sans l'option activée :

Et voici les mêmes scènes avec le mode Nuit :

Le mode Nuit est disponible avec les trois différentes prises de vue : normal, ultra grand-angle et téléobjectif.

En ce qui concerne l'ultra grand-angle, dans l'ensemble, les photos sont moins détaillées que celles du capteur principal et on observe un traitement plus saturé des couleurs : le ciel sera bien plus bleu, un vêtement rouge apparaîtra presque écarlate ou vermillon... C'est donc relativement éloigné de la réalité, mais c'est vraiment très beau et agréable de capturer autant d'éléments dans une scène, malgré un effet HDR parfois trop marqué. D'aucuns parleront d'excès.

Quand la nuit vient, on sent des limites plus marquées : dès que les conditions lumineuses sont capricieuses, l'ultra grand-angle est mis en difficulté sur sa gestion des couleurs. Un lampadaire rouge fluo dans le dos crée une sorte de gloubi-boulga peu avenant quand des lumières jaunâtres brouillent la balance des blancs. Dans ces cas-là, on a aussi souvent droit à un flou très présent.

L'algorithme sait heureusement gérer correctement un grand nombre de situations avec réussite. Il faudra donc compter avec une qualité un chouia aléatoire quand le soleil n'est pas là pour vous aider. Mais s'il ne faut retenir qu'une seule chose sur les performances de ce capteur en mauvaises conditions, c'est que pour de l'ultra grand-angle, le résultat reste fort honorable et même beau. Notez aussi que la distorsion de l'image sur les bords reste suffisamment ténue.

Le téléobjectif x2, lui, est un outil assez pratique quand vous ne pouvez pas vous rapprocher autant que vous l'aimeriez du sujet de votre photo. Un voile blanc et du bruit peuvent se manifester sur les photos prises dans des conditions ingrates, mais ce capteur se montre satisfaisant dans la grande majorité des cas.

On en arrive au mode portrait ! Le capteur TOF est censé améliorer, peaufiner, affiner, fignoler l'effet net/flou recherché de cette option. Résultat ? C'est... ok. Le Samsung Galaxy Note 10+ propose de beaux effets bokeh, mais le flou en arrière-plan ne semble pas particulièrement meilleur qu'un autre smartphone sans capteur dédié à cela. Par ailleurs, il peut arriver que la délimitation du visage connaisse de très légères approximations pour lesquelles on ne tiendra pas particulièrement rigueur, mais que l'on a quand même du mal à totalement pardonner sur ce smartphone.

Notez que vous pouvez jouer avec l'effet de flou en choisissant un motif ou en transformant tout l'arrière-plan en noir et blanc.

Les selfies

À l'avant, on a droit à un capteur de 10 mégapixels pour les selfies. Celui-ci s'en sort très bien dans la très grande majorité des cas, en affichant bien les traits du visage et avec une gestion très correcte de la dynamique. Même dans des conditions lumineuses difficiles, le smartphone réussit à préserver un grand nombre d'informations.

Quant au mode Portrait, il est bon et offre les mêmes effets de personnalisation que son pendant à l'arrière. Le faciès ressort bien et l'effet peut même paraître « agressif » si vous poussez la jauge à fond. Personnellement, j'aime bien le résultat.

Vidéo

Vous pouvez filmer jusqu'en Ultra HD (3840 x 2160 pixels) à 60 images par seconde avec une superbe qualité d'enregistrement. Les couleurs, les détails et la fluidité des images qui s'enchaînent sont vraiment au top. Cela vous fait néanmoins perdre la stabilisation vidéo. Pensez donc à vous équiper d'un gimbal adéquat si vous utilisez ce mode ou désactiver le 60 FPS (au détriment de la fluidité).

Sur les contenus en 1080p, les éloges sont un peu moins... élogieux. On reste sur une excellente qualité avec des images qui regorgent de détails. Mais justement, le Galaxy Note 10+ en fait parfois un peu trop et les vidéos enregistrées ainsi peuvent faire un peu mal aux yeux sur les mouvements de caméra un poil trop brusques.

Enfin, notons qu'en ce qui concerne la stabilité, vous pouvez profiter d'un mode Super Steady qui permet de supprimer bon nombre de tressautements, mais ce n'est pas parfait malheureusement. Notez aussi que cette fonctionnalité vous force à filmer en 1080p.

Détail intéressant : Samsung promet que si vous zoomez dans l'image, l'enregistrement du son se concentre sur l'endroit que vous pointez avec la caméra afin de vous débarrasser des bruits parasites. Pour l'avoir essayé à quelques reprises, cette fonctionnalité ne s'est pas montrée transcendante.

Plus convaincant, le mode Portrait en vidéo est une belle nouveauté apportée sur le Galaxy Note 10+. Ce dernier n'est pas à l'abri de quelques imprécisions lorsque le sujet de votre métrage est turbulent, mais globalement c'est très réussi malgré un aspect un peu artificiel. Par ailleurs, c'est ici que le capteur TOF montre le mieux son potentiel à mon sens.

Options supplémentaires

Les AR Emojis sont de la partie... et toujours aussi aléatoires dans la création de votre avatar.

Bixby Vision est aussi embarqué dans l'appareil photo pour apporter des options de reconnaissance d'image et propose quelques fonctionnalités dans un onglet « Applis ». Parmi elles, on compte 3D Scanner qui exploite le capteur TOF du téléphone pour modéliser votre visage à 360 degrés avec, normalement, une bonne fidélité. Outre l'utilisation laborieuse de cette option, c'est surtout le résultat abominablement drôle et dérangeant que l'on retiendra.

D'abord sur Maxime, avec un scan fait à la va-vite.

Ensuite sur moi, avec plus de sérieux, mais pas beaucoup plus de résultats...

Grâce au S Pen, vous pouvez profiter des AR Doodles pour dessiner vous-mêmes les filtres à mettre sur votre visage. Cela pourra plaire aux plus férus de réseaux sociaux et de vidéos « fun ». Voici une illustration du fonctionnement de cette option.

Pas aussi puissant qu'un dragon

Le Samsung Galaxy Note 10+ européen est doté d'un Exynos 9825 gravé en 7 nanomètres. Il s'agit donc d'une petite évolution du modèle 9820 qui équipe les Galaxy S10. À cela, ajoutez une grosse cuillère de mémoire vive : 12 Go de RAM.

Avec une telle configuration, on a droit à de grosses performances. C'est fluide, c'est rapide, c'est efficace. Une partie d'Arena of Valor tourne à 60 images par seconde sans aucun effort apparent du Note 10+.

Sur Fortnite, vous pouvez profiter d'un joli 30 FPS constant et très agréable avec un rendu 3D poussé à fond et des graphismes réglés sur élevé. On notera donc que le Galaxy Note 10+, tout puissant qu'il est, ne propose pas le mode Épique sur le jeu d'Epic Games. Ça manque donc de piquant pour un smartphone à plus de 1000 euros, mais ça dépend avant tout de l'éditeur du jeu.

Les benchmarks montrent par ailleurs que le Galaxy Note 10+ est un petit peu retard en termes de puissance brute par rapport à un OnePlus 7 Pro équipé d'un Snapdragon 855 de Qualcomm. Il est toujours un peu dommage de constater cela chaque année. Cela donne des arguments à tous les utilisateurs qui aimeraient avoir droit aux smartphones haut de gamme de Samsung embarquant des SoC de Qualcomm comme dans le reste du monde.

Point positif, même sur de longues sessions, le Galaxy Note 10+ sait bien gérer sa chauffe. En plus de ne jamais brûler les mains, sa tiédeur est bien répartie sur l'ensemble de la surface.

L'endurance qui rassure

Avec une batterie de 4300 mAh, le Galaxy Note 10+ profite, sur le papier, d'une configuration très musclée en termes d'autonomie. Qu'en est-il dans les faits ? Eh bien, le smartphone ne s'est pas montré décevant, loin de là. Il tient sans problème la route sur des utilisations bien actives.

Par exemple, sur une journée où j'ai débranché le smartphone vers midi à 100 %, il m'a fallu jusqu'au lendemain vers 15h45 à peu près pour atteindre les 5 %. Entre-temps, l'écran réglé en Full HD était resté allumé pendant 8h30, dont très exactement 5 heures et 6 minutes sur des vidéos YouTube lues en Wi-Fi la moitié du temps, sinon en 4G.

Cette session sur batterie avait aussi été rythmée par un peu plus de deux heures d'écoute de musique au casque Bluetooth (écran éteint), une heure sur Twitter et une autre heure également de navigation sur Google Chrome. Notez en outre que sur une session Fortnite avec les paramètres graphiques réglés au maximum, le smartphone perd entre 7 et 9 % en 20 minutes selon la luminosité de l'écran et le niveau de batterie initial.

Le constat est donc plutôt engageant pour qui veut un smartphone qui sache endurer la succession de tâches sans perdre trop de vigueur. Le Galaxy Note 10+ rend une belle copie sur cet exercice d'autonomie et la seule vraie chose qu'on pourrait lui reprocher c'est qu'avec une aussi grosse batterie, on espérait encore mieux, mais là on fait vraiment les difficiles.

À titre indicatif, la phablette a tenu pendant 11 heures et 5 minutes lorsqu'elle a été soumise à notre protocole de test personnalisé ViSer qui simule une utilisation active du smartphone de 100 % à 10 % de batterie. Ce score s'inscrit dans le haut du panier et tend à confirmer mes impressions : le Note 10+ est un smartphone autonome. Il existe tout un tas d'appareils plus endurants que lui, mais le Note 10+ ne fait pas du tout pâle figure.

Sachez que l'appareil est compatible avec une recharge rapide de 45W, mais attention, celle-ci n'est pas fournie dans la boîte. Avec le smartphone, vous trouverez un bloc de 25W qui permet de passer de 5 à 48 % de batterie en 30 minutes, avec un rythme très soutenu sur les 10 ou 15 premiers pourcentages. Il faudra ensuite 30 minutes supplémentaires pour aller chercher les 75 % et enfin encore une vingtaine de minutes pour une charge complète.

Enfin, le smartphone peut profiter de la recharge sans fil, mais offre aussi la recharge sans fil inversée. Activez l'option Wireless PowerShare et posez donc une montre connectée ou un autre téléphone sur le Galaxy Note 10+ pour récupérer un peu de batterie.

Réseau et communication

La précision de la géolocalisation a été une fidèle et précieuse alliée depuis le début de mon utilisation du Galaxy Note 10+. En ouvrant Google Maps, je pouvais voir le point bleu correspondant à position apparaître au mètre près sur la carte. Et en plus de cela, la boussole est parfaitement au niveau.

Sur mes appels, je n'ai rencontré aucun souci. La voix de mon interlocuteur était toujours parfaitement audible tandis que mon timbre n'était pas trop altéré par les bruits alentour. Les personnes que j'appelais n'ont jamais signalé de souci d'écoute.

En ce qui concerne la 4G, la phablette n'a eu aucun souci à accrocher la 4G d'Orange en région parisienne. On rappellera par ailleurs que l'appareil est compatible Wi-Fi 6.

Prix et disponibilité

Le Samsung Galaxy Note 10+ est disponible en France à 1109 euros (prix conseillé) pour le modèle avec 256 Go de stockage. Si vous désirez la version à 512 Go, il vous faudra débourser 1209 euros.

Galerie photo