Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Samsung Galaxy Note 10 Lite : il n'a rien de léger, sauf les performances

Samsung a beau avoir lancé récemment ses Galaxy S20, S20 Plus et S20 Ultra, le constructeur coréen n'en oublie pas ses précédents modèles haut de gamme. Après avoir lancé en août dernier les Galaxy Note 10 et Note 10 Plus, il manquait encore un modèle à l'appel. Le Samsung Galaxy Note 10 Lite a finalement été lancé en France fin janvier et il a vraiment tout de la gamme Note. Mais outre son stylet, que vaut-il à l'usage ? C'est ce qu'on va voir dans ce test complet.

Fiche technique

Ce test a été réalisé à partir d’un exemplaire fourni par la marque.

Design

Si le Galaxy Note 10 Lite reprend le nom du Galaxy Note 10, il suggère surtout un lien de famille avec la nouvelle gamme des smartphones Samsung en 2020, qu'il s'agisse du Galaxy A51, du Galaxy A71 ou des Galaxy S20, S20 Plus et S20 Ultra.

En fait, le téléphone reprend deux caractéristiques des modèles Samsung de cette année. En façade, il propose un écran sans encoche, mais avec un trou en haut au milieu de l'écran pour la caméra selfie. Au dos, il arbore un module photo assez large sur deux rangées de capteurs.

Attardons-nous un peu sur la face avant. On l'a dit, le Galaxy Note 10 Lite reprend un format avec un écran percé en haut en son centre. C'est là une des caractéristiques des modèles haut de gamme de Samsung. Le constructeur coréen avait adopté ce format notamment avec le Galaxy A8S puis le Galaxy S10. Il aura cependant fallu attendre le Note 10 pour que le poinçon soit centré. Ici, le choix est plutôt bien pensé et le petit format du poinçon ne vient vraiment pas gêner au quotidien.

On regrettera en fait davantage les bordures relativement larges tout autour de l'écran avec 4 mm en haut et sur les côtés et 5 mm en bas. Certes, les bordures sont similaires de chaque côté, mais on est loin de l'aspect borderless proposé par exemple sur le Galaxy Note 10. Il faut dire que contrairement à son grand frère, le Samsung Galaxy Note 10 Lite ne propose pas d'écran incurvé sur les côtés, mais une dalle plate classique.

Au dos, le Samsung Galaxy Note 10 Lite reprend là aussi le large module photo qu'on a pu voir sur les autres appareils Samsung récents. Un module photo noir qui héberge en fait trois appareils ainsi que le flash. C'est assez volumineux, mais rien à voit avec la surface prise par exemple par le module du Galaxy S20 Ultra. Surtout, le module photo ne vient pas trop dépasser du dos. De fait, on peut utiliser le smartphone posé à plat sur une table sans aucun risque qu'il soit bancal. Pour le reste de la surface arrière, il s'agit d'un dos en plastique avec effet verre. L'appareil est disponible en noir, en rouge ou en argent. C'est ce dernier modèle qu'on a pu tester avec ses reflets irisés du plus bel effet, mais on notera une propension de l'appareil à capturer les traces de doigts.

Sur les tranches, on retrouve à droite les différents boutons de volume et de mise en veille. Des boutons dont le clic manque cependant un peu d'assurance et qui donnent un effet assez plastique au smartphone. À gauche, Samsung a intégré une trappe pour deux cartes nano-SIM ou une carte nano-SIM et une carte microSD. En haut, on ne retrouve ni prise ni bouton. Néanmoins, c'est en bas que Samsung a intégré l'ensemble des connectiques. On retrouve ainsi bien évidemment la prise USB-C ainsi que la prise casque à gauche et le haut-parleur à droite.

Surtout, c'est sur la tranche inférieure que Samsung a intégré ce qui fait du Galaxy Note 10 Lite un véritable Galaxy Note : un stylet. On y reviendra plus tard dans la partie logicielle, mais, comme pour les modèles haut de gamme, il peut être simplement retiré en appuyant dessus.

Dans l'ensemble, le Samsung Galaxy Note 10 Lite tient plutôt bien en main grâce à ses bords arrondis. Il s'avère cependant assez lourd avec ses 199 grammes. Surtout, du fait de son écran de 6,7 pouces assez étiré vers le haut, il ne sera pas aisé de le manipuler à une main et il sera surtout conseillé pour les personnes ayant l'habitude d'utiliser un smartphone à deux mains. Un usage qui a d'autant plus de sens avec le stylet. On notera également que le smartphone n'est pas certifié pour son étanchéité.

Écran

Pour l'écran du Galaxy Note 10 Lite, Samsung a intégré une dalle Super Amoled de 6,7 pouces. On l'a vu, celle-ci est plate et percée en haut au centre. En fait, il s'agit sur le papier du même écran que sur le Galaxy A71 que nous avons déjà pu tester. On retrouve ainsi la même diagonale, mais aussi la même définition de 2400x1080 pixels au ratio 20:9 avec une densité de 393 pixels par pouce.

À l'usage, l'écran du Samsung Galaxy Note 10 Lite est particulièrement lumineux, suffisant en tout cas pour pouvoir consulter ses contenus par défaut en plein soleil sans être gêné par les reflets lumineux. On notera également un écran configuré par défaut avec une bonne colorimétrie, sans tirer vers le bleu comme c'est souvent le cas, mais avec des couleurs qui peuvent paraître assez ternes avec le mode naturel activé en sortie de boîte. Oled oblige, les contrastes sont quant à eux infiniment profonds et les pixels noirs restent bien éteints.

À l'aide du logiciel Calman Ultimate de Portrait Displays, nous avons pu mesurer une luminosité maximale, dans le mode naturel par défaut, à 560 cd/m². C'est une très bonne luminosité qui suffira dans l'écrasante majorité des cas. La température par défaut est quant à elle à 6538K, soit un niveau proche de la perfection et des 6500K de la lumière blanche du soleil. On pourra cependant regretter un espace colorimétrique assez restreint par défaut avec 120 % du spectre sRGB recouvert, mais seulement 80 % du spectre DCI-P3. Le Delta E avec ce mode naturel est cependant très bon avec une moyenne à 3,95.

Pour tenter de couvrir un espace colorimétrique plus large, sans trop refroidir la température de l'écran, nous avons fait des mesures avec le mode vif en passant le curseur de la balance des blancs un cran vers le chaud. Dès lors, on se retrouve avec une température moyenne de 6486K, là aussi très bonne, et avec une couverture à 202 % du spectre sRGB et à 136 % du spectre DCI-P3. Seul problème, c'est le respect colorimétrique qui pêche alors avec cette calibration, passant à un Delta E de 5,62.

Dans l'ensemble, le Galaxy Note 10 Lite propose tout de même un écran de très grande qualité qui ne souffre véritablement d'aucun défaut majeur. Il vous faudra cependant choisir entre une excellente fidélité des couleurs ou un affichage colorimétrique plus important pour des images plus vives.

Logiciel

Pour la partie logicielle, le Galaxy Note 10 Lite embarque Android 10 avec l'interface One UI 2.0 de Samsung. Du côté des mises à jour de sécurité, au moment de ce test, il profitait encore du patch de février 2020.

Je ne vais pas m'attarder longtemps sur les fonctionnalités principales de One UI en version 2.0, parce qu'on a déjà testé moult smartphones profitant de cette interface. En quelques mots, sachez simplement qu'il s'agit d'une interface particulièrement complète avec de nombreux paramètres de personnalisation. Il est ainsi possible d'activer deux types de navigation gestuelle, de modifier les touches de navigation en bas de l'écran si vous préférez ce système, d'activer un thème sombre ou de modifier l'écran d'accueil pour pouvoir ouvrir le panneau de notification en glissant sous doigt depuis n'importe quelle partie de l'écran.

En termes de sécurité biométrique, le Samsung Galaxy Note 10 Lite intègre deux systèmes. La reconnaissance faciale est assurée par la caméra selfie dans le poinçon. Il ne s'agit donc pas d'une reconnaissance 3D comme on peut l'avoir sur iPhone ou sur certains appareils Android -- Huawei Mate 30 Pro ou Google Pixel 4 en tête. Néanmoins, malgré ce manque de sécurisation, je n'ai pas réussi à duper le smartphone en lui montrant des photos de moi même.

Pour le détecteur d'empreintes digitales, il est intégré directement derrière l'écran Oled. Cependant, si on pouvait se réjouir que Samsung ait positionné le lecteur assez haut sur les Galaxy S20, force est de constater que le constructeur coréen a renoué avec ses mauvaises habitudes sur le Galaxy Note 10 Lite. Il faut poser le pouce un peu bas sur l'écran et le lecteur d'empreintes ne vient malheureusement pas tomber facilement sous le doigt. Surtout, comme c'est souvent le cas chez Samsung, la détection du lecteur d'empreintes peut être assez longue, de l'ordre de la seconde. Ce n'est pas gênant une fois ou deux, mais à la longue cela devient assez frustrant.

Une interface logicielle bien adaptée au stylet

Enfin, et c'est là la particularité du Galaxy Note 10 Lite, il s'agit d'un smartphone doté d'un style S Pen. Logiquement, Samsung a donc intégré tout un tas de fonctions logicielles pour tirer parti de son stylet. En le sortant du smartphone alors qu'il est en veille, il va par exemple être possible de prendre des notes directement sur l'écran, des notes que l'on pourra enregistrer plus tard. Ces notes sont alors enregistrées dans Samsung Notes et peuvent être épinglées à l'écran always on ou converties en fichier texte.

Le stylet S Pen peut également être utilisé comme déclencheur d'appareil photo. Pratique si vous voulez prendre une photo de groupe sans le stress du déclencheur et de ses dix secondes d'attentes à compter. Ici, il vous suffit d'appuyer sur le bouton pour prendre le cliché, et d'appuyer deux fois pour changer d'appareil photo. Le stylet peut également être utilisé au gré des développeurs d'applications qui peuvent intégrer des fonctions particulières pour le S Pen. Néanmoins, il conviendra de noter qu'il ne s'agit pas du même stylet que sur les Galaxy Note 10 et Note 10 Plus. Ici, le stylet se contente d'écrire et de disposer d'un bouton et le smartphone n'est pas capable de détecter ses moindres mouvements. Impossible donc de faire pivoter le stylet pour changer d'appareil photo ou de monter au descendre le stylet pour régler le volume.

Il s'agit cependant là de fonctions assez accessoires et qui ne manqueront finalement pas à la plupart des utilisateurs de la gamme Galaxy Note tant le S Pen est surtout utilisé pour prendre des notes et sa fonction de télécommande avec un bouton.

On notera enfin que le Samsung Galaxy Note 10 Lite est bel et bien compatible avec le DRM Widevine au niveau L1. Le smartphone peut donc lire sans peine les contenus Netflix, Molotov ou myCanal en Full HD.

Performances

Le Samsung Galaxy Note 10 est doté de la puce Exynos 9810 de Samsung. On est donc loin de l'Exynos 9825 des Galaxy Note 10 et Galaxy Note 10 Plus. Un an et demi précisément. L'Exynos 9810 est en effet la puce qui avait été lancée par Samsung en février 2018 pour équiper les Samsung Galaxy S9 et S9 Plus. Sans s'équiper de la dernière puce haut de gamme de Samsung, le Galaxy Note 10 Lite n'est pas non plus doté d'un SoC milieu de gamme. Il s'agit en fait d'un processeur haut de gamme... d'il y a deux ans.

À cet Exynos 9810, Samsung a adossé 6 Go de RAM et 128 Go de stockage, extensible par carte microSD jusqu'à 1 To.

À l'usage, le Samsung Galaxy Note 10 Lite ne souffre bien sûr d'aucun ralentissement au quotidien. Le smartphone s'en sort très convenablement pour la navigation web et les jeux 2D classiques. Il ne peine pas non plus à gérer le multitâche et à passer d'une application à une autre.

Par défaut, Call of Duty Mobile se lance avec les graphismes et la fréquence d'images configurés en moyen. Néanmoins, le jeu ne souffre d'aucun ralentissement en augmentant les deux paramètres au niveau supérieur, en élevé. Le Galaxy Note 10 Lite s'en tire par ailleurs assez bien en termes de chauffe. Fortnite se lance quant à lui avec un taux de rafraîchissement à 30 images par seconde, des graphismes élevés et une résolution 3D à 75 %. Les 60 images par seconde ne sont malheureusement pas proposées sur l'appareil, mais j'ai pu monter à une résolution 3D à 100 %. Avec ces paramètres, le jeu reste autour de 29 à 30 FPS la plupart du temps, mais, dans les phases plus exigeantes lorsque vous pivotez à 360° par exemple, peut descendre ponctuellement sous les 20 FPS. On notera également une chauffe qui n'est pas gênante en haut de l'appareil, mais qui est bien notable.

Afin de comparer les performances du Samsung Galaxy Note 10 à d'autres smartphones vendus au même prix, nous l'avons soumis à plusieurs benchmarks. Nous avons ensuite comparé ses résultats à ceux des OnePlus 7T, Huawei P30 Pro, Oppo Reno 10x Zoom et Galaxy Note 10.

Logiquement, bien que tous ses appareils soient proposés à un prix proche de celui du Galaxy Note 10 Lite, le dernier-né de Samsung a bien du mal à tenir la distance. Il faut dire que sur ce segment de prix, nombreux sont les smartphones à être dotés des dernières puces haut de gamme ou, à défaut, de celles de l'an dernier. En comparaison, le Galaxy Note 10 Lite a bien un an de retard en termes de performances.

Appareil photo

Le Samsung Galaxy Note 10 Lite est doté d'un triple module photo à l'arrière avec trois modules de 12 mégapixels avec :

On notera que, comme c'est souvent le cas sur smartphone, lorsque la luminosité n'est pas suffisante pour utiliser l'appareil à téléobjectif, c'est le module photo principal, doté d'un objectif avec une plus grande ouverture, qui va prendre le relais en effectuant un zoom hybride. Sur les galeries suivantes, j'ai pu utiliser les trois modules photo du Galaxy Note 10 Lite dans différentes conditions, de l'ultra grand-angle au téléobjectif :

Vous noterez que la dernière série ne contient que deux photos, l'ultra grand-angle et le grand-angle, et pour cause : les clichés ont été capturés avec le mode nuit. Or, le Note 10 Lite ne permet pas de prendre des photos en mode nuit avec le téléobjectif. Logique puisque, comme on l'a vu un peu plus tôt, cet appareil photo est trop peu lumineux et est souvent remplacé par le module principal lorsque la luminosité vient à manquer.

Dans l'ensemble, on constate néanmoins une bonne cohérence de la colorimétrie. On ne distingue pas de différence majeure de la gestion des couleurs d'un appareil photo à un autre. Sur les scènes d'extérieur, en plein jour, on constate par ailleurs que les trois modules s'en sortent bien et, en mode automatique avec IA activée, parviennent à bien gérer les fortes plages dynamiques avec des zones ombragées bien exposées sans donner un ciel trop blanc. On pourra cependant souligner la propension du smartphone à proposer des couleurs assez saturées et une balance des blancs assez chaude, mais c'est une habitude chez Samsung.

En basse lumière et en intérieur, on pourra cependant noter un manque important de luminosité sur les trois appareils. En intérieur, sur la photo des étagères, les détails sont bien là, mais la photo apparaît comme voilée, notamment sur le téléobjectif. Comme si le Galaxy Note 10 Lite avait superposé un filtre blanc par-dessus l'image pour en augmenter artificiellement l'exposition. Dommage. De nuit, et malgré le mode cliché nocturne activé, c'est tout bonnement inutilisable. Dommage pour un smartphone à 600 euros quand bien des modèles concurrents vendus au même prix font mieux.

On notera également que le Samsung Galaxy Note 10 Lite peut prendre des photos en mode portrait. Malheureusement, confinement oblige, j'ai dû faire avec les moyens du bord pour le tester, c'est-à-dire avec mon chat, des objets ou une photo de moi en retournant le smartphone. On notera que Samsung permet d'ajuster a priori le flou d'arrière-plan, mais qu'il est aussi possible de le modifier après la prise de vue. Par ailleurs, le mode portrait est disponible avec deux objectifs : le grand-angle et le téléobjectif.

Dans l'ensemble, le Galaxy Note 10 Lite s'en tire bien sur les objets, mais cela n'a rien de surprenant, puisque les contours sont mieux définis et plus prévisibles que sur un visage humain. Sur mon chat en revanche, le smartphone a bien plus de mal à détourer proprement les poils et sa silhouette paraît particulièrement lissée. Il en va de même pour mes cheveux sur le dernier cliché qui paraissent bien lissés.

Pour les selfies, le Samsung Galaxy Note 10 Lite intègre un capteur de 32 mégapixels en façade. Il permet lui aussi de profiter du mode portrait, mais en plus de cela -- et malgré l'objectif unique pour les selfies -- il est possible de modifier le champ de vision. On peut ainsi passer d'un grand-angle classique équivalent 25 mm à un zoom numérique un peu plus serré, équivalent 31 mm. Bien évidemment, il s'agit ici d'un zoom numérique et, pour profiter de l'ensemble des 32 mégapixels de l'appareil, mieux vaudra donc utiliser le champ le plus large.

Dans l'ensemble, le module pour les selfies est de très bonne qualité, avec des clichés très nets et un bon piqué. Même à contrejour, le smartphone parvient sans peine à gérer les plages dynamiques élevées, tout du moins lorsqu'on est en mode classique. En mode portrait en revanche, l'appareil va avoir tendance, encore une fois, à flouter aléatoirement les cheveux et à trop lisser les contours du visage.

On notera par ailleurs que le Samsung Galaxy Note 10 Lite est capable de filmer en 4K à 60 FPS sans stabilisation avec le module photo principal -- en Full HD/60 FPS ou 4K/30FPS avec stabilisation numérique -- et en 4K à 30 FPS pour les selfies.

Autonomie

Le Samsung Galaxy Note 10 Lite est équipé d'une batterie de 4500 mAh. À l'usage, j'ai pu utiliser le smartphone pendant deux jours consécutifs sans trop de problèmes, mais avec un usage assez modéré. Cela dit, sur les deux premiers jours, j'ai pu utiliser l'appareil, avec écran allumé, pendant près de sept heures. Sur une autre session, j'ai pu utiliser le Note 10 Lite pendant deux jours et demi avant qu'il ne tombe jour, à 15 % de batterie. Sur ces 50 heures, je n'ai cependant utilisé l'appareil avec écran allumé que pendant 4h30.

Sur notre test d'autonomie personnalisé ViSer, il aura fallu 10h59 au Galaxy Note 10 Lite avant de passer d'une batterie chargée à 100 % à seulement 10 % de charge. C'est un peu moins bien que le Galaxy A51, mais largement meilleur que les résultats du Galaxy S20 Plus, doté d'une batterie de même capacité et qui aura tenu une heure de moins, à 9h40.

Pour la recharge, Samsung fournit avec son Galaxy Note 10 Lite un chargeur 25W (9V, 2,77A). De quoi lui permettre de récupérer 80 % de batterie en une heure et d'avoir une charge complète de 8 à 100 % en 1h19. Le smartphone n'est cependant pas compatible avec la charge sans fil Qi.

Réseau et communication

Le Samsung Galaxy Note 10 Lite est compatibles avec l'ensemble des fréquences 4G utilisées par les opérateurs en France, les bandes B1 (2100 MHz), B3(1800), B7 (2600 MHz), B20 (800 MHz) et  B28 (700 MHz). Le smartphone n'est cependant pas prévu pour fonctionner avec la 5G.

Du côté du Wi-Fi, le Note 10 Lite profite du Wi-Fi 5 (802.11 a/b/g/n/ac), mais pas du Wi-Fi 6. Il est compatible avec les réseaux 2,4 et 5 GHz. Le smartphone profite par ailleurs du Bluetooth 5.0 ainsi que du NFC. Concernant la géolocalisation, elle est assurée par le GPS, Galileo, Glonass et Beidou.

On notera enfin que la qualité d'appel n'est pas aussi bonne que celle de smartphones premium. En confinement, j'ai utilisé des sons de circulation routière d'une vidéo YouTube lancée sur des haut-parleurs. Mon correspondant les a bel et bien et bien entendu en arrière-plan lorsque je parlais, même s'ils étaient bien annulés lorsque j'arrêtais de discuter. Ma voix était cependant bien retranscrite pour lui.

Prix et disponibilité

Le Samsung Galaxy Note 10 Lite est disponible depuis le mois de janvier dernier. Le smartphone a été lancé en France au prix de 609 euros avec trois coloris proposés : noir, argent et rouge.

Paradoxalement, c'est à un prix assez proche que l'on trouve désormais le Samsung Galaxy S10, à 629 euros. À un prix similaire, on peut également retrouver le OnePlus 7T ou le Huawei P30 Pro. Il s'agit de trois smartphones plus récents et aux performances bien plus élevées que celles du Galaxy Note 10 Lite.