Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Samsung Galaxy Note 20 Ultra : l'âge de la maturité

Le Samsung Galaxy Note 20 Ultra est le nouveau fleuron du constructeur sud-coréen. Écran immense et amélioré, stylet S Pen, aspect massif et prix élevé : tous les ingrédients sont réunis pour séduire les amateurs de ce format de smartphones et de cette gamme assez unique en son genre et pour s'attirer les foudres des détracteurs qui ne comprennent pas l'intérêt du produit. Loin de ce conflit ardent, nous vous proposons notre test complet.

Notre avis en vidéo sur le Samsung Galaxy Note 20 Ultra

Fiche technique du Samsung Galaxy Note 20 Ultra

Ce test a été effectué avec un Galaxy Note 20 Ultra prêté par Samsung.

Un téléphone massif coulé dans le bronze

J'ai parfois tendance à écrire de longs pavés sur le design des smartphones premium afin de décrire au mieux ce à quoi nos très estimés lecteurs et lectrices de Frandroid doivent s'attendre. Or, avec ce Samsung Galaxy Note 20 Ultra, nous pourrions résumer tout cela assez rapidement. L'appareil est grand et lourd, mais vraiment très bien conçu.

Rappelons quand même la taille du téléphone : 164,8 mm de hauteur. Le Galaxy Note 20 Ultra réussit ainsi à être très légèrement plus grand que le Note 10+ pourtant déjà bien imposant. Son poids de 208 grammes ne vient pas améliorer les choses pour celles et ceux qui préfèrent les formats contenus ou compacts. Or, il ne faut surtout pas considérer ces aspects-là comme des défauts. Pour ce nouveau représentant de la gamme qui a inventé le concept de phablettes, être haut et massif fait partie de son ADN. Ce serait comme reprocher à un deuxième ligne au rugby d'être le plus grand de son équipe.

En outre, on rappellera que le S20 Ultra affichait une masse encore plus importante sur la balance. Ainsi, si vous n'avez pas peur de cet aspect du Galaxy Note 20 Ultra, vous profiterez d'un produit extrêmement bien soigné et dont le cadre en aluminium se cale agréablement dans le creux de la main. Toutefois, ne vous attendez pas non plus à être surpris. L'esthétique embrassée par le téléphone s'inscrit dans la même logique que ce que Samsung a proposé dernièrement.

Avec son écran incurvé qui ne tombe pas dans le piège des manipulations par erreur et son poinçon discret au centre, le Galaxy Note 20 Ultra réussit parfaitement à nous immerger dans les contenus consultés. À l'arrière, j'ai ressenti à la fois un énorme coup de cœur et une certaine frustration. Le premier vient du coloris bronze dont s'habille notre modèle test. En plus d'être très jolie, cette version profite d'un effet brossé sur le verre qui attrape un peu moins les traces de doigts que les revêtements glossy des modèles blanc et noir. Et au toucher, c'est un régal.

La frustration, elle, s'explique par le module photo très protubérant. Lors de la présentation des produits à la presse, une représentante de la marque expliquait que l'aspect massif de ce rectangle en haut à gauche illustrait la haute qualité photo du Galaxy Note 20 Ultra. Personnellement, je vois surtout une protubérance qui gêne l'utilisation du smartphone posé à plat qui devient vraiment bancal.

Le module en question n'est pas aussi envahissant que sur le S20 Ultra, mais il reste tout de même bien plus large que chez la concurrence. Trois cercles viennent entourer chaque objectif pour, semble-t-il, accentuer davantage cette impression de grosseur. J'ai toutefois tiré profit de cette protubérance pour mieux tenir le téléphone. En positionnant l'index sous le module photo, on s'offre en effet un point d'appui supplémentaire qui allège davantage le smartphone dans la main. Cela me convenait bien, mais je sais que d'autres personnes ne partagent pas le même avis.

Nous avons regardé le Galaxy Note 20 Ultra de face et de dos, passons en revue quelques éléments importants à ne pas oublier. L'écran du téléphone est protégé par du verre Gorilla Glass 7 à l'avant quand l'arrière profite d'un niveau 5. Le lecteur d'empreintes est situé dans l'écran de manière assez haute pour être utilisé facilement avec le pouce.

Les boutons de déverrouillage et du volume sont sur la tranche droite -- ce n'était pas le cas sur la génération précédente -- quand l'étui du stylet S Pen en bas passe à gauche. En parlant du S Pen, il est bon de mentionner que celui-ci a la même couleur que le téléphone, quelle que soit la version choisie.

Pas de prise jack 3,5 mm en vue, mais le smartphone profite d'une certification IP68 pour l'étanchéité, d'un port USB-C et d'un tiroir microSD et double nano SIM.

Un cinéma de poche

L'écran du Galaxy Note 20 Ultra réserve quelques surprises puisqu'il est le tout premier de la marque à profiter d'un taux de rafraîchissement adaptatif. Ainsi, si vous souhaitez profiter du mode 120 Hz, vous ne le verrez en action que sur vos sessions de jeux vidéo ou sur l'interface One UI. Sinon, le système va ajuster automatiquement le nombre d'images à afficher par seconde en fonction des applications ouvertes. Il peut ainsi descendre à seulement 10 Hz sur les images fixes ou sur les réseaux sociaux.

L'idée ici est d'économiser de la batterie. Sur le papier c'est plutôt bien vu et la très appréciable impression de fluidité du 120 Hz se ressent dans les moments pertinents. Un bon point pour cet écran AMOLED de 6,9 pouces dont la définition peut aller jusqu'à du QHD+ si vous le souhaitez, même si c'est assez peu pertinent. La dalle impressionne particulièrement par sa capacité à offrir une très grande luminosité maximale -- à titre personnel, je n'ai jamais vu un téléphone frapper aussi fort en la matière.

Notre sonde et le logiciel CalMAN de Portrait Displays nous apprennent ainsi que le Galaxy Note 20 Ultra monte jusqu'à 877 cd/m². C'est énorme. Aucun risque de ne pas distinguer ce qui est affiché à l'écran, même dans un environnement très éclairé. L'occasion de rappeler que les dalles AMOLED n'atteignent leur plein potentiel de luminance que lorsqu'elles sont réglées sur le mode automatique et que le capteur de luminosité ambiante reçoit beaucoup de lumière. Autrement dit, si vous vous mettez en mode manuel et que vous réglez le curseur au niveau maximal, vous n'atteindrez pas ce pic.

Sinon que dire de cette dalle, mis à part que Samsung régale encore une fois en termes de qualité d'affichage ? Par défaut, le téléphone est réglé en mode vif. Les couleurs sont donc sublimées, au point de s'éloigner grandement de la réalité. Dans ces conditions, le Galaxy Note 20 Ultra propose ainsi un Delta E moyen sur l'espace DCI-P3 de 5,96. Or, plus cet indice est élevé, moins les tonalités sont fidèles et on préfère voir ce chiffre tendre vers 3.

Or, c'est ce même mode vif qui permet au téléphone d'afficher une très grande variété de couleurs. En témoigne l'espace colorimétrique sRGB couvert à 195 % et le DCI-P3 -- plus vaste et plus complexe à gérer -- à 131 %.

Ainsi, pour profiter d'un bon équilibre entre la beauté et la variété des couleurs d'un côté et la fidélité à la réalité de l'autre, nous vous recommandons de garder ce mode vif, mais de régler le curseur de la balance des blancs un cran vers le chaud. D'ailleurs en parlant de température, l'idéal se situe plutôt à 6500K, mais le Galaxy Note 20 Ultra tourne plutôt aux alentours de 6700 K par défaut. En adoptant notre petite manipulation, on se rapproche plus du niveau souhaité.

Maintenant qu'il est un peu mieux calibré, il ne vous reste plus qu'à profiter de cet excellent écran, parfait pour binge-watcher vos séries et vidéos YouTube de manière confortable.

De petites nouveautés pour le S Pen

One UI 2. L'interface maison de Samsung est toujours aussi agréable à utiliser. Basée sur Android 10, elle se montre assez riche en personnalisations, intuitive avec un joli design et propose les options toujours bienvenues que sont le mode sombre et les deux systèmes de navigation par gestes (celui pensé par Google ou celui pensé par le géant sud-coréen).

Petit rappel sur l'ADN de cette interface : elle a été pensée spécialement pour les grands écrans et, dans cet objectif, nombre d'éléments d'interaction du système sont abaissés afin d'être plus faciles d'accès lors d'une utilisation à une main. En outre, un mode une main est aussi évidemment de la partie. Cette attention est particulièrement appréciable sur un appareil aussi imposant que le Galaxy Note 20 Ultra.

Par ailleurs, quelque chose m'a frappé -- plus encore que sur les précédents modèles de la marque --, j'ai eu beau ouvrir des dizaines d'applications et les laisser tourner en arrière-plan, le téléphone ne les fermait pas. Ainsi, en relançant l'une de ces apps, je n'avais pas à souffrir du moindre temps de chargement. La gestion de la mémoire vive n'est vraiment pas agressive : un très bon point pour la fluidité et la productivité, mais c'est peut-être moins chouette pour la batterie.

Un stylet S Pen réactif et un peu plus polyvalent

La star du show reste cependant le stylet S Pen. Première nouveauté intéressante : le taux de latence a été réduit à 9 ms -- contre 42 ms sur la génération Note 10 --, un point fort appréciable pour la fluidité de l'accessoire.

Bien qu'on reste très loin de la sensation que procurerait un vrai stylo et une vraie feuille de papier, il reste relativement agréable d'écrire sur le Galaxy Note 20 Ultra.

Préférez prendre des notes lorsque vous êtes bien installés sur une chaise, car le faire en marchant n'est pas aisé, loin de là. D'ailleurs, même si mon écriture est assez brouillonne de base, ce constat s'aggrave considérablement sur le Galaxy Note 20 Ultra lorsque je ne prends pas bien mon temps.

Le S Pen se dote de plus de mouvements Air Actions qui permettent d'utiliser le téléphone sans toucher l'écran en se servant du stylet comme d'une baguette magique. Dans les paramètres dédiés, vous trouverez un petit didacticiel pour vous apprendre à vous en servir et vous pourrez aussi assigner chaque geste à une action particulière en fonction de l'application. C'est d'ailleurs aussi dans cette section de l'interface que vous pourrez déterminer ce qu'un simple ou un double clic sur le bouton doit déclencher.

Personnellement, à part pour prendre des photos à distance, je n'ai pas encore trouvé l'usage incontournable de ces Air Actions, mais j'imagine que d'aucuns profitent d'un cerveau grouillant de plus d'idées. Je vous fais confiance pour ça.

Il y a deux nouveautés que j'ai trouvé particulièrement cool. D'une part, vous pouvez prendre vos notes manuscrites de travers sur l'écran et, en appuyant sur un petit bouton, vous pouvez redresser le texte pour qu'il soit plus lisible. Cela m'a été utile 98,34184 % du temps où j'ai utilisé le stylet sur l'application Notes.

D'autre part, vous pouvez, dans cette même app, lancer un enregistrement audio pendant que vous écrivez. Une fois votre besogne terminée, vous pourrez cliquer sur certains endroits de votre texte et réécouter la partie de l'enregistrement qui correspond. Pour un journaliste, cela s'avère très pratique dans le cadre d'une interview. À vous de voir si dans votre vie professionnelle ou personnelle, cela peut avoir un intérêt ou non.

Sachez aussi que l'annotation de fichiers PDF est possible. On retrouve sinon des fonctionnalités déjà connues telles que la traduction de paragraphe, la sélection intelligente pour les captures d'écran ou la possibilité de créer un GIF à partir d'une portion de l'écran.

Lecteur d'empreintes à double tranchant

Pas de surprise sur la reconnaissance faciale de ce Galaxy Note 20 Ultra qui se montre fiable pour reconnaître le visage de l'utilisateur, mais qui n'offre pas de solution 3D plus sécurisée à la manière d'Apple ou de Google.

Quant au lecteur d'empreintes ultrasonique (plus sûr que les solutions optiques plus répandues), celui-ci est très bon quand il fonctionne, soit l'immense majorité du temps. Toutefois, en un peu plus d'une semaine d'utilisation, il m'est arrivé à trois reprises que le capteur ne reconnaisse aucun des quatre doigts enregistrés. À chaque fois, le problème s'est réglé de lui-même après 20 ou 30 secondes. Je n'ai aucune explication viable à fournir sur ces dysfonctionnements malheureusement.

Petit mot sur le volet jeu et bureautique

Le Samsung Galaxy Note 20 Ultra introduit pour la première fois un mode DeX sans fil. Pour rappel, cette fonctionnalité permet d'utiliser votre smartphone comme s'il s'agissait d'un ordinateur de bureau. Cependant, pour en profiter sans câble, il vous faudra un téléviseur connecté de Samsung datant d'au moins 2019 ou une TV compatible Miracast.

La tuile « Lien avec Windows » est toujours là pour connecter votre appareil avec votre PC via le logiciel Votre Téléphone développé par Microsoft. Cette solution réserve d'ailleurs quelques fonctionnalités exclusives aux appareils du géant sud-coréen, comme la possibilité de retrouver vos applications Android sur votre ordinateur.

Enfin, Samsung met aussi en avant un partenariat avec Xbox pour offrir trois mois d'abonnement offerts au service Game Pass Ultimate si vous optez pour une précommande avec la manette Moga.

Audio : des haut-parleurs puissants

Le Galaxy Note 20 Ultra est doté de deux excellents haut-parleurs stéréo qui offre une belle spatialisation du son. Un son puissant et bien clair sauf sur certaines très rares tonalités qui peuvent un tout petit peu crachouiller quand on pousse le volume à fond. Le téléphone ne remplace pas vraiment une enceinte portable, mais pour mettre une petite ambiance sympa en pique-nique ou lors d'une soirée en petit ou moyen comité, il pourra faire l'affaire.

Si vous utilisez un casque ou des écouteurs, n'hésitez pas à activer l'option Dolby Atmos qui permet vraiment aux morceaux écoutés de nous englober. Ce n'est pas un changement drastique non plus, mais le gain sur la qualité audio est tout de même notable.

Vous pouvez aussi vous servir de l'égaliseur intégré ou tenter d'aller faire un tour dans l'option Adapt Sound proposée par Samsung qui permet d'ajuster votre écoute en fonction de votre tranche d'âge. Personnellement, je ne ressens pas une énorme différence, mais c'est à essayer.

Adapt Sound permet aussi de personnaliser la qualité audio à votre profil particulier en vous sollicitant pour calibrer vous-même le son grâce à quelques petits sons joués dans vos oreilles. Cela prend quelques petites minutes.

Photo : toujours la saturation

Avec un module photo très inspiré du Samsung Galaxy S20 Ultra, le Galaxy Note 20 Ultra ne réserve pas de grosses surprises sur cette partie-là du test. On a ici la configuration suivante :

Dans l'ensemble, on obtient de très belles images avec un haut niveau de détails et une dynamique vraiment bien gérée. Les couleurs, quant à elle, sont très saturées, Samsung adorant ce traitement assez surréaliste des photos. C'est parfait pour les Instagrameurs en herbe, peut-être un peu moins pour celles et ceux cherchant à capturer avec fidélité ce moment fugace du monde réel qui nous entoure sans que nous puissions vraiment le percevoir pleinement au travers de nos yeux innocents, si loin, si proche (cette phrase s'est en fait arrêtée à « réel »).

On regrettera peut-être quelques difficultés à faire la mise au point sur certaines scènes, malgré la présence d'un autofocus laser.

En faible luminosité, on sent apparaître assez clairement le bruit et les fortes sources de lumière, comme les lampadaires, ne sont pas toujours idéalement gérées. Le Galaxy Note 20 Ultra sait tout de même préserver un bon niveau de détails pour fournir une image qui reste très satisfaisante malgré tout.

Quand la scène s’obscurcit vraiment, il est préférable d'utiliser le mode nuit du téléphone pour profiter d'une image de qualité, plus éclairée… voire trop éclairée. En effet, une photo réalisée à minuit peut avoir l'air d'avoir été faite à 18 heures en fin d'été. Notez aussi que si vous gardez l'optimiseur de scène activé (il l'est pas défaut), le téléphone proposera un rendu similaire à ce que vous aurez obtenu avec le mode nuit, puisqu'il prendra la peine d'augmenter le temps de pose pour capturer plus de lumière.

Le capteur principal de ce téléphone vous propose aussi de réaliser des photos en 108 mégapixels qui pèsent drastiquement plus lourd sur votre espace de stockage, mais qui vous permettent aussi d'avoir des images fourmillant de détails quand les bonnes conditions lumineuses sont au rendez-vous.

Cela peut s'avérer pratique soit pour garder un souvenir spécial d'un moment en particulier, soit pour prendre un seul et unique cliché permettant d'en engendrer plusieurs autres juste en cropant dans l'image. Cette initiative vous permettra de zoomer dans une zone spécifique de la photo sans perdre trop détail : parfait pour une publication sur les réseaux sociaux par exemple.

L'ultra grand-angle du Galaxy Note 20 Ultra n'a rien de bien incroyable. On perd évidemment une petite partie des informations par rapport au capteur principal, mais on capture bien plus d'éléments dans la scène avec un effet de distorsion présent, mais pas trop exagéré.

Les photos sont très belles à regarder. Logique, puisqu'elles profitent d'une saturation encore un peu plus marquée que sur les prises de vue normales. Celles-ci passeront encore plus crème sur votre fil Instagram, influenceurs et influenceuses que vous êtes. La nuit, tout Samsung qu'il est, le géant sud-coréen ne peut pas faire de miracle sur l'ultra grand-angle qui ne s'en sort pas sans un niveau conséquent de bruit et un flou assez persistant. Rien d'anormal cela dit.

Le zoom x5 sur le Galaxy Note 20 Ultra a le mérite d'être géré optiquement et propose ainsi des photos de qualité pour immortaliser des choses qui se situent loin de vous.

Les photos en zoom x10 -- où le grossissement numérique commence à intervenir -- restent tout à fait convenables dans la plupart des cas.

Toutefois, les photos en x50 auront plus de mal à convaincre à chaque coup. Parfois, le rendu est assez moche, parfois il est assez impressionnant. L'aléatoire semble être roi ici.

Le Galaxy Note 20 Ultra propose aussi un mode portrait que Samsung a vraiment bien peaufiné pour préserver avec efficacité les détails du visage tout en offrant une découpe précise du sujet de la photo par rapport au décor. Dans certains cas, cet effet de profondeur est carrément progressif -- les éléments proches sont moins flous que ceux en arrière-plan -- et c'est vraiment pas mal du tout.

Côté selfie, le capteur frontal de 10 mégapixels a lui aussi eu droit à un soin méticuleux de la part du constructeur. Les égoportraits sont souvent très réussis -- sans vouloir me flatter -- avec un haut niveau d'informations dans la photo.

Côté vidéo, le Galaxy Note 20 Ultra peut filmer jusqu'en 8K à 24 images par seconde. Comme sur le S20 Ultra, cette fonctionnalité impressionne, mais reste encore assez gadget, car relativement peu de plateformes et de produits sont en mesure de lire ce genre de contenus avec la définition appropriée. Mais il faut bien quelqu'un pour poser la première pierre.

Le mode 4K à 60 images par secondes de l'appareil saura sans doute davantage vous convaincre dans un premier temps.

Par ailleurs, le capteur photo frontal aussi sait filmer en 4K à 60 images par seconde.

Toujours sur cet aspect-là, notez que ce smartphone à un mode vidéo pro riche en fonctionnalités.

Vous avez notamment accès à un vumètre, vous pouvez choisir dans quelle direction les micros doivent capter le son ou encore contrôler avec finesse la vitesse du zoom pour ajouter un petit effet dramatique à vos productions.

Pas mal l'Exynos 990, mais on mérite mieux

Même s'il n'est pas aussi satisfaisant qu'un Snapdragon 865, l'Exynos 990 de Samsung fait dans l'ensemble du bon travail en termes de performances pures. Sur le Galaxy Note 20 Ultra, la puce est accompagnée de 12 Go de RAM et, sans surprise, vous ne rencontrerez aucun souci au quotidien pour faire tourner vos applications avec fluidité.

Toutefois, sur un jeu gourmand en ressources comme Fortnite, des chutes de framerate se sont manifestées sur mes parties lors des séquences très animées. Par exemple, en faisant tourner la caméra énergiquement lors d'un saut en parachute ou à bord d'un véhicule, je passais de 30 à 19 ou 20 fps. Un peu dommage, mais une mise à jour déployée par Samsung est censée améliorer les performances de l'appareil. Peut-être que ce détail sera réglé grâce à cela.

En attendant, sachez que Fortnite ne peut pour l'instant pas monter au-delà des 30 images affichées par seconde sur le Galaxy Note 20 Ultra. Vous ne pourrez pas non plus sélectionner le mode « épique » pour le niveau des graphismes qui plafonne à « élevé ». L'expérience en jeu est donc très bonne en soi, mais peut-être pas encore au niveau de ce que devrait proposer un smartphone à 1300 euros.

Sur Call of Duty Mobile, zéro souci. Le jeu, mieux optimisé pour les smartphones, tourne à la perfection.

On peut le voir sur les benchmarks, le Galaxy Note 20 Ultra mérite d'être considéré comme un smartphone puissant, même s'il se fait franchement surpasser dans quelques exercices par un appareil avec Snapdragon 865.

On ressentira cependant de la frustration en regardant dans le reste du monde où plusieurs marchés jouissent de Galaxy Note 20 Ultra équipé d'un Snadragon 865+ quand l'Europe doit encore se contenter du même Exynos 990 que sur les S20. Le Vieux Continent n'a donc pas droit à un upgrade. Pas cool, Samsung, pas cool.

Une autonomie encore un peu juste

On peut tenir une journée entière avec le Galaxy Note 20 Ultra, même en l'utilisant assez activement avec le mode 120 Hz adaptatif activé. Certes, mais tout de même, la batterie de 4500 mAh se montre encore un peu juste dès qu'on commence à ouvrir plusieurs applications, quelque chose que vous serez a priori amené à faire si vous vous servez de l'appareil comme d'un outil de travail.

Cela a été partiellement mon cas ces derniers jours. Typiquement, pendant mes trajets matinaux pour aller au travail, je dégainais le Galaxy Note 20 Ultra dans le métro pour lire Frandroid et d'autres sites d’actualités via Chrome, consulter les discussions sur Slack, prendre déjà quelques notes (avec le stylet ou non), modifier un document Google Sheets pour le travail ou encore vérifier ma boîte mail, le tout en écoutant mes morceaux sur YouTube Music via une connexion audio Bluetooth.

Un peu plus de 20 minutes après, en arrivant dans les locaux de Frandroid, le téléphone passait généralement de 100 à 88 ou 89 %. Au fil de la journée, j'envoyais des messages (SMS, WhatsApp ou Messenger), prenais quelques photos, vérifier mes réseaux sociaux et lançais une vidéo YouTube pendant ma pause déjeuner. Généralement j'en étais à moins de 60 % à la mi-journée. Je faisais exprès de jouer à quelques jeux, d'aller sur TikTok et continuer d'écouter de la musique. En partant rejoindre mes amis pour boire un verre avant de rentrer à la maison, je me retrouvais généralement avec 30 à 20 % de batterie restante sur le coup de 20 heures. Ça passe, mais c'est juste.

Le samedi, après avoir essentiellement traîné sur YouTube, à surfer sur le web et à suivre ce qu'il se passait sur Twitter, je comptabilisais un temps d'écran de 4h53 pour un niveau de batterie d'environ 15 % à minuit. Le dimanche suivant, je joue à Fortnite et je passe un bon bout de temps devant Netflix, Twitter et TikTok : je réussis presque à atteindre les 6 heures de temps d'écran, mais je n'ai plus que 7 % de batterie à 22 heures alors que j'ai débranché le téléphone seulement vers midi.

Le Galaxy Note 20 Ultra permet donc de tenir tout une journée malgré le mode 120 Hz activé, mais ce n'est pas le téléphone le plus rassurant en la matière. Il y a du mieux par rapport au Galaxy S20 Ultra, mais on aimerait que Samsung muscle davantage son jeu sur cette question pour que les fins de journées actives n'engendrent pas forcément la question « Vais-je avoir encore assez de batterie pour rentrer chez moi ? ».

On notera tout de même deux choses. La première, c'est que l'interface One UI est forcément assez gourmande en énergie puisqu'elle ne kill pas les applications en arrière-plan afin de vous permettre de les relancer rapidement. La seconde, c'est que le mode 60 Hz permet au Galaxy Note 20 Ultra de tenir vraiment beaucoup plus longtemps.

À titre d'exemple, sur notre protocole de test personnalisé ViSer, le téléphone ne tient que 7 heures et 45 minutes en mode 120 Hz. C'est très peu et on se doute que l'aspect adaptatif de cette fonctionnalité n'a pas vraiment l'occasion de montrer son efficacité, puisque les applications s’enchaînent très rapidement. Cependant, le Galaxy Note 20 Ultra tient jusqu'à 14 heures et 34 minutes en forçant le taux de rafraîchissement à 60 Hz -- et là, il s'agit d'un très bon score. On passe ainsi presque du simple au double.

Le mode 60 Hz est donc vraiment très pertinent dans les moments où vous souhaitez que votre téléphone tienne la durée et il serait peut-être judicieux d'intégrer un raccourci dédié dans les paramètres rapides pour éviter de passer par les options d'affichage dès que l'on veut passer du 120 Hz au 60 Hz.

Côté recharge, le Galaxy Note 20 Ultra est livré avec un chargeur de 25 W qui m'a laissé un peu perplexe au début, car il m'a d'abord fallu presque 2 heures pour retrouver 100 % de la batterie. Or, avec un autre modèle, ce délai tombait à 1h16, ce qui est plus acceptable et normal. J'ai peut-être eu affaire à un chargeur ou à une prise ne fonctionnant pas correctement.

On notera par ailleurs qu'il existe un menu permettant d'activer ou non « chargement rapide » et « chargement super rapide », mais je n'ai pas observé de différence. Enfin la charge sans fil et la charge sans fil inversée sont disponibles sur cet appareil.

De la 5G, de l'eSIM et d'excellents appels

Le Samsung Galaxy Note 20 Ultra est compatible avec toutes les bandes de fréquence 4G en France, vous ne rencontrerez aucun souci à ce niveau-là. Personnellement, avec une SIM Orange, il n'y a que dans quelques stations de métro que j'aie eu de petites difficultés à accéder à Internet.

Le téléphone est également compatible avec le réseau 5G, aussi bien sur les fréquences sub-6 GHz et que sur les ondes millimétriques qui ne seront exploitées que dans un second temps en France.

La qualité des appels sur le Galaxy Note 20 Ultra est excellente : mes interlocuteurs entendaient clairement mes propos, sans compression gênante, et les bruits autour de moi étaient parfaitement atténués, à l'exception des voix de personnes parlant à côté de moi qui pouvaient être perçue un court instant quand je prenais la parole. On imagine que le micro met juste une petite fraction de seconde à bien distinguer ma voix de celles des autres.

Enfin, la géolocalisation ne pose presque aucun souci. Je dis « presque », car, à un moment dans les couloirs du RER de Gare du Nord à Paris, où ma connexion n'était pas incroyable, le point bleu de Google Maps me situait aux frontières de la région Île-de-France. À part cette erreur, je n'ai pas eu de problème pendant mes déplacements.

Sachez aussi que le Galaxy Note 20 Ultra peut fonctionner avec deux nano SIM (ou une nano SIM et une carte microSD). L'utilisation d'une eSIM est également possible.

Prix et disponibilité du Samsung Galaxy Note 20 Ultra

Le Samsung Galaxy Note 20 Ultra est compatible avec le réseau 5G dans toutes ses déclinaisons, mais vous avez le choix entre deux configurations de stockage. Comptez donc 1309 euros pour le modèle de 256 Go et 1409 euros pour celui de 512 Go.

Trois coloris sont proposés : bronze (avec finition verre mat), blanc et noir (avec finition verre glossy). La commercialisation débute le 21 août 2020 après une période de précommande pendant laquelle vous pouvez choisir de vous faire offrir soit une manette Moga avec trois mois d'abonnement au Xbox Game Pass, soit des écouteurs Galaxy Buds Live.

Il s'agit là d'un tarif très élevé, voire trop élevé comme le feront très certainement remarquer certains lecteurs et lectrices. On peut en effet se demander si les améliorations, certes bien vues, du Galaxy Note 20 Ultra sont assez importantes pour justifier un tarif aussi haut. Nous pourrions finalement poser la même question avec les iPhone d'Apple. Nous touchons là à des produits qui se veulent quasi luxueux. Or, le luxe a un prix salé.