Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Sony Xperia M5, comme un air de déjà vu

Après un Xperia M4 réussi, Sony revient sur le créneau des appareils de milieu de gamme avec le Xperia M5. Un appareil qui se présente comme une version musclée du Xperia M4, associé toutefois à un tarif plus élevé, de 400 euros au lieu de 300 euros. Un pari osé de la part Sony sur un segment de marché toujours plus concurrentiel et dont le rapport qualité-prix est meilleur de jour en jour. Ce M5 mérite-t-il réellement ses 100 euros de plus ?

sony xperia m5 test frandroid 1

 

 

Fiche technique

Haut de gamme ? Milieu de gamme ? La fiche technique du Xperia M5 laisse songeur. D’un côté on trouve un écran Full HD, 3 Go de RAM et un gros appareil photo. Des caractéristiques dignes d’un téléphone haut de gamme de 2015. De l’autre côté, Sony a utilisé une puce en provenance de MediaTek, une mémoire interne de 16 Go, une batterie de capacité moyenne en plus d’un design tout en plastique. Le M5 est un smartphone à cheval sur deux gammes. Voyons voir ce que cela donne au quotidien.

 

 

Le test vidéo

 

 

Design : Un air de déjà (trop) vu

À chaque sortie d’un nouveau smartphone de Sony, c’est la même chose. Le testeur déballe le smartphone, l’allume, puis interpelle à voix haute la rédaction. « On l’a pas déjà testé ce smartphone ? », suivi d’un grand blanc de la part de la rédaction. De fait, on a l’impression de recevoir toujours les mêmes appareils de la part de Sony, puisque le Nippon n’a pratiquement pas touché au design de ses téléphones depuis des années.

sony xperia m5 test frandroid 6

sony xperia m5 test frandroid 4

Dans le cas du Xperia M5, son design reprend dans les grandes lignes celui du Xperia M4 ou plus récemment du Xperia Z5. En soit, ce n’est pas un mal. Il s’agit avant tout d’un pavé élégant et d’une grande sobriété qui donne l’agréable l’impression d’avoir un smartphone de qualité entre les mains. Il serait d’ailleurs difficile pour un néophyte de différencier le Xperia M5 du Xperia Z5 au premier coup d’œil. Mais c’est un design que l’on a déjà vu des dizaines de fois par le passé et qui commence sérieusement à lasser.

À commencer par la façade,entièrement recouverte de verre, et qui laisse à peine entrevoir les deux fentes destinées au haut-parleur et au micro en haut et en bas du téléphone. Seul point différenciant sur cette façade, le capteur photo de 13 MP, véritable œil de cyclope, situé à côté du logo Sony.

Quant au dos, je serai bien en peine de dire s’il s’agit de plastique ou de verre. Ce qui est certain, c’est qu’il s’agit d’un matériau brillant et qui, dans sa version noire tout du moins, accroche beaucoup trop les traces de doigts. Cette coque n’est pas laide, mais comparée à celle du Xperia Z5, dont le dos est intégralement en verre dépoli, ce M5 fait un peu Xperia Z bas de gamme une fois dans les mains.

sony xperia m5 test frandroid 11

sony xperia m5 test frandroid 3

Pas de surprise non plus du côté des tranches, arrondies et en plastiques. La tranche droite accueille trois boutons : mise en marche, réglage du volume et prise de photo. La tranche gauche comprend une trappe destinée à l’introduction de la carte SIM et de la carte micro-SD. Une trappe qui permet soit dit en passant de garantir l’étanchéité (IP 65/68) de l’appareil. Le port micro USB, lui aussi étanche, n’en a pas besoin.

 

Écran : le Full HD qui change tout ?

Contrairement au Xperia M4, qui disposait d’un écran HD, le Xperia M5 embarque un écran IPS LCD Full HD (1920 × 1080) d’une diagonale de 5 pouces. Cet écran est assez convaincant au quotidien. Les couleurs m’ont semblé assez fidèles et le blanc a une légère tendance à tirer sur le jaune, ce qui confère un aspect plutôt chaud assez agréable à l’écran. Les angles de vision sont également très homogènes et ne changent pas de couleurs. Sa luminosité est également très puissante une fois mise au maximum, un bon point.

ecran xperia m5 test frandroid

Ces bonnes impressions ont toutefois été rapidement contredites par notre sonde. Celle-ci ne dément pas la bonne luminosité de l’écran, avec une pointe enregistrée à 447 cd/m², là où la moyenne est plutôt à 400 cd/m². En revanche, en ce qui concerne les couleurs et le contraste, c’est la catastrophe. Le Xperia M5 dispose d’un contraste faible de 880:1 (on considère que les bons écrans ont un contraste aux alentours de 1500) tandis que la courbe des couleurs confirme une grosse dérive vers le rouge ou vers le jaune suivant l’un de nos deux appareils testés. Des défauts que l’on ne remet pas en cause et qui sont en partie atténués par la bonne luminosité de l’appareil. Bref, on a déjà vu mieux ailleurs.

À noter que Sony propose de nombreuses options logicielles concernant l’affichage dans son menu des paramètres, de façon à pouvoir modifier les défauts de cet écran. On y trouve une balance des blancs, pour modifier plus précisément la couleur de l’écran, un « Mode gants » qui permet d’utiliser l’écran tactile avec des gants ainsi qu’un menu d’« Amélioration d’image » qui permet de passer en mode Bravia Engine 2 ou « Mode très vif ». Deux modes d’améliorations de l’image essentiellement destinés à améliorer de façon logicielle le contraste et la précision des images des vidéos affichées à l’écran.

Logiciel : Lollipop, comme toujours

Comme le Xperia M4 et le Xperia Z5, le M5 est installé sous Android Lollipop dans sa version 5.1. Comme d’habitude, une expression qui revient décidément très souvent dans ce test, c’est la traditionnelle interface de Sony que l’on retrouve par-dessus. Une interface très sobre là encore, qui reprend pour l’essentiel le design d’Android Stock, avec une barre de raccourcis flottante, un tiroir d’application et un launcher classique. Évidemment, on aurait préféré Marshmallow, mais il semble que tous les constructeurs de smartphone se sont décidés à sortir leurs appareils de ce début d’année sous Lollipop - d'autant que le M5 date en réalité de l'an dernier.

Bref, rien de véritablement neuf sur ce M5, dont la partie logicielle est identique presque en tout point à celle du M4. Ce n’est pas un vraiment un reproche, elle est à la fois agréable, facilement personnalisable et efficace. On peut difficilement en demander plus à Sony.

La plus grande originalité du M5 provient essentiellement des applications préinstallées sur le téléphone. Ces applications sont assez nombreuses et leur utilité est très variable. On y trouve aussi bien Facebook, LinkendIn ou Twitter, mais aussi des applications PlayStation (pour se connecter au PSN), un portail vers des jeux Gameloft, un explorateur de fichiers qui insiste pour qu’on passe à la version payante et une application d’édition de vidéos. D’ailleurs, sur les 16 Go que contient la mémoire interne du téléphone, il n’en reste moins de 7 Go une fois les mises à jour effectuées.

Performances : un bon smartphone de milieu de gamme

Alors que le Xperia M4 utilisait une puce en provenance de Qualcomm, le M5 embarque un SoC de chez MediaTek. Plus précisément, il embarque un Helio X10, un SoC à huit cœurs de milieu de gamme, que nous avons déjà rencontré sur le Redmi Note 3 de Xiaomi. Il est épaulé par 3 généreux Go de RAM. Une configuration qui fait du Xperia M5, sur le papier tout du moins, un smartphone de milieu de gamme très solide. Voyons ce que cela donne avec les benchmarks.

Dans l’ensemble, le Xperia M5 dispose de bonnes performances. Ces dernières le situent en termes de puissance entre un smartphone de milieu de gamme de 2016 et un smartphone de milieu de gamme de 2015. Il affiche ainsi des performances bien supérieures à celle du Oppo F1, champion des appareils à moins de 250 euros de ce début d’année, au HTC One A9, que l’on trouve désormais aux alentours de 400 euros, mais en dessous du Zuk Z1.

Conséquence logique, au quotidien, le comportement du M5 est tout simplement irréprochable. L’interface est fluide en permanence et les jeux tournent sans broncher la plupart du temps. HearthStone, à ce titre, est capable de tourner 25 à 30 minutes sans le moindre ralentissement et avec une chauffe tout à fait acceptable. Le mode multitâche, aussi, même chargé de beaucoup d’applications reste également fluide en permanence.

Communication et GPS

Comme toujours avec les produits Sony, il n’y a pas de mauvaise surprise à attendre du côté des compatibilités réseau. Le Xperia M5 est donc compatible avec toutes les bandes de fréquence 4G françaises. Je n’ai d’ailleurs relevé aucun problème d’accroche réseau durant ma semaine de test du téléphone.

Concernant les appels, la qualité du haut-parleur est très bonne, avec une voix claire et audible et une puissance sonore plus que suffisante. De côté de l’interlocuteur, rien à signaler non plus, ma voix était toujours très claire et le micro du Xperia M5 parvient à couper admirablement le bruyant boulevard Saint-Denis où est située la rédaction de FrAndroid.

Enfin, aucun problème non plus à signaler du côté du GPS. GPS Data a fixé ma position à froid en moins de 10 secondes. Les problèmes de GPS des puces de MediaTek semblent désormais bel et bien appartenir au passé.

Un appareil photo mal maîtrisé

Ce Xperia M5 est particulièrement bien équipé en termes de photo. À l’arrière on trouve en effet un gros capteur de 21,5 MP, comme sur le Xperia Z5 et à l’avant un capteur de 13 MP. Autant dire que Sony a mis le paquet et que la photo fait partie des arguments de ventes de l’appareil.

Avant d’entrer dans les détails, notons que Sony a intégré sa traditionnelle application d’appareil photo, que l’on retrouvait là encore sur le Xperia Z5, sur son appareil. Une application très complète avec énormément de modes et quelques possibilités de réglages (exposition manuelle, quelques modes de balance des blancs). Il lui manque toutefois la possibilité d’afficher une grille sur l’écran, un outil très pratique pour les photographes débutants.

Il faut un certain temps avant de s’habituer à cette application. J’ai mis quelques minutes avant de comprendre que le seul moyen de changer la définition des photos était de passer en mode manuel. Le mode automatique, lui, ne prend que des photos de 21 MP et ne permet pas de toucher à l’exposition, la balance des blancs ou d’activer le HDR. Il se charge de tous ces réglages sans l’utilisateur.

Concernant le capteur photo dorsal, le résultat est pour le moins mitigé. Passe encore les détails de la photo, plutôt bons — et c’est heureux pour un capteur de 21 MP — et la netteté, correcte. Mais la gestion de la lumière est plus qu’hasardeuse. Durant notre journée très changeante de février, le capteur du Xperia M5 avait beaucoup de mal à gérer les différences de lumières qui survenaient depuis le balcon de la rédaction. Les photos sont donc soit trop grises, soit les couleurs ont tendance à être légèrement faussées. De ce point de vue, le mode automatique se montre un peu plus probant que le mode manuel. Le bon point, c’est que le mode HDR est très efficace et permet de rattraper des photos sombres.

Le capteur avant se montre en revanche très convaincant, avec un beau niveau de détail malgré sa tendance — tout comme le Oppo F1 — à brûler la peau de mon front. J’attends avec impatience le filtre anti-calvitie que les constructeurs asiatiques ne manqueront pas d’ajouter à leur application.

Une autonomie dans la moyenne

Le Xperia M5 embarque une batterie de 2600 mAh qui peut sembler un peu juste de prime abord. Au quotidien, pourtant, le téléphone n’est pas décevant. Il ne brille pas particulièrement pour autant, mais il est capable de tenir une bonne journée sans avoir besoin d’être rechargé. Il ne faut compter sur de l’autonomie supplémentaire. Appareil Sony oblige, le menu des paramètres comprend deux modes Stamina, qui permettent d’économiser la batterie — en échange de quelques fonctionnalités désactivées, naturellement.

mode eco energie xperia m5

Notre test d’autonomie — une heure de vidéo YouTube avec l’écran réglé sur 200 cd/m² et le son au maximum légal — lui a fait perdre 15 % d’autonomie. La moyenne se situe aux alentours de 14 %, c’est donc dans la moyenne.

Prix et disponibilité

Le Sony Xperia M5 est vendu entre 399 et 429 euros suivant la boutique en ligne où l’on désire l’acheter. À noter que le téléphone n’est disponible qu’en version 16 Go mais qu’il existe une version double SIM dite Dual.