Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test des Sony WF-1000XM4 : les meilleurs écouteurs sans fil du marché

Il y a deux ans, Sony frappait un grand coup dans le domaine des écouteurs sans fil à réduction de bruit active. Avant même les AirPods Pro ou que la plupart des marques adoptent cette fonctionnalité, le constructeur japonais lançait les Sony WF-1000XM3. Il s’agissait alors des meilleurs écouteurs true wireless à réduction de bruit du marché. Depuis, la concurrence s’est renforcée et certains constructeurs proposent une meilleure qualité sonore -- comme Sennheiser ou Bowers & Wilkins -- tandis que Bose est entré dans la danse avec l’excellente réduction de bruit des Bose QC Earbuds.

Sony a finalement répondu avec de nouveaux écouteurs sans fil, les Sony WF-1000XM4. De quoi récupérer son titre de meilleurs écouteurs sans fil du marché ? C’est ce qu’on va voir dans ce test complet.

Le test des Sony WF-1000XM4 en vidéo

Fiche technique des Sony WF-1000XM4

Ce test a été réalisé avec des écouteurs qui nous ont été fournis par Sony.

Un design plus compact, mais tout de même imposant

C’est une véritable refonte qu’a opérée Sony sur ses WF-1000XM4 par rapport à la génération précédente. Alors que les WF-1000XM3 se présentaient sous la forme d’écouteurs plutôt allongés, logés dans un large boîtier avec un couvercle plat et le reste arrondi, les WF-1000XM4 changent du tout au tout.

On a ici un boîtier bien plus classique, qui tient très facilement dans la main. Il faut dire que, selon Sony, l’étui est 40 % plus petit que celui des WF-1000XM3. Toujours légèrement allongé, il peut cependant être posé à la verticale sur un bureau sans tomber -- et sans qu’on ait à le poser sur son couvercle. Sur le haut du boîtier justement, on va retrouver une annotation discrète avec le logo de Sony en doré.

Le reste du boîtier, comme les écouteurs en eux-mêmes, est par ailleurs en plastique mat avec deux coloris au choix : noir ou gris sable. C’est ce dernier coloris que j’ai pu tester et il est pour le moins original, rappelant presque le carton recyclé utilisé pour l’emballage des écouteurs.

Au dos du boîtier, Sony a niché une prise USB-C pour la recharge et, en façade, juste sous le couvercle, une bande LED qui va indiquer l’autonomie restante ou le statut du boîtier -- en charge ou non -- en fonction de la couleur. Pas de bouton d’appairage ici, Sony est allé à l’essentiel.

En ouvrant le boîtier -- plutôt facilement avec le pouce, même s’il vaut mieux privilégier les deux mains -- on va retrouver les deux écouteurs. Il s’agit, comme leurs prédécesseurs, d’écouteurs true wireless avec un format intra-auriculaire. Mais c’est à peu près le seul point commun en termes de design entre les WF-1000XM3 et les WF-1000XM4.

En effet, au niveau des embouts d’abord, on notera que Sony fournit des embouts en mousse de polyuréthane, et non pas en silicone. Un matériau qui a l’avantage d’être plus isolant et plus confortable à terme, même si les premières utilisations peuvent être gênantes en raison de leur plus grande fermeté. Trois paires d’embouts sont ainsi fournies avec les écouteurs.

Concernant le format des écouteurs en eux-mêmes, Sony a considérablement revu sa copie. Exit le look allongé rappelant celui d’oreillettes Bluetooth. Ici, Sony a opté pour la rondeur. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire en revanche, cela ne signifie pas que les WF-1000XM4 soient des écouteurs compacts. Loin de là, même.

Bien qu’ils soient 10 % plus petits que leurs prédécesseurs, les écouteurs remplissent l’entièreté du pavillon auriculaire une fois qu’ils sont en place, tant et si bien qu’il n’est pas particulièrement aisé de bien les positionner tant les marges de manœuvre sont faibles.

Heureusement, une fois les écouteurs en place -- en positionnant le cercle en métal entre le tragus et l’antitragus -- ils ne viennent pas gêner l’écoute et restent plutôt confortables. On pourra cependant noter une légère gêne physique au bout de deux à trois heures d’écoute, notamment au niveau de la conque et de l’entrée du conduit auditif.

Les Sony WF-1000XM4 sont par ailleurs certifiés IPX4, garantissant ainsi une protection contre les éclaboussures, qu’il s’agisse de pluie ou de transpiration. À ce petit jeu-là, signalons donc que si les écouteurs sont, sur le papier, adaptés pour le sport, ils ont néanmoins tendance à légèrement bouger en cas de mouvement ou si vous bougez votre mâchoire en mangeant.

Rien de dramatique, mais de quoi craindre une chute en cas de mouvements brusques. Mieux vaudra donc éviter de les utiliser en courant. Reste que là aussi, on observe un gros mieux par rapport aux WF-1000XM3 avec leur électronique déportée à l’extérieur de l’oreille.

Une réduction de bruit active bluffante

On l’a vu plus tôt, le boîtier des WF-1000XM4 ne dispose d’aucun bouton d’appairage. La connexion est pourtant plutôt simple, puisqu’en ouvrant le boîtier des WF-1000XM4 la première fois, une fenêtre s’affichera sur le smartphone à proximité pour vous inviter à vous connecter. C’est le système Google Fast Pair qui est utilisé ici et qui fonctionne avec l’ensemble des smartphones Android récents. Pour les autres, il est cependant possible de rendre les WF-1000XM4 détectables en appuyant sept secondes sur les surfaces tactiles des deux écouteurs à la fois.

Les contrôles tactiles

Pour les contrôles, Sony a par défaut alloué un type de commande à chaque écouteur. L’écouteur gauche va ainsi être utilisé pour gérer la réduction de bruit (un appui pour le changement de mode et un appui long pour l’attention rapide, on y reviendra) et l’écouteur droit servira à contrôler les morceaux avec un appui pour la mise en pause, deux pour le titre suivant, trois pour le précédent et un appui long pour l’assistant vocal.

Ces contrôles peuvent néanmoins être configurés en partie dans l’application, Sony Headphones.

Sans aller jusqu’au contrôle précis de chaque geste, on pourra modifier le type de contrôle associé à chaque écouteur : commande de lecture, contrôle son ambiant, commande du volume.

Malheureusement, il est impossible de profiter à la fois de la commande du volume, du contrôle de la réduction de bruit et de la commande de lecture.

L’application Sony Headphones

Comme à son habitude, Sony propose une application riche en fonctionnalités. Il s’agit en fait de la même application qui accompagnait déjà le Sony WH-1000XM4 et on y retrouve, logiquement, nombre de fonctionnalités similaires. Lorsque vous utilisez les écouteurs avec votre smartphone pour la première fois, les options proposées sont nombreuses, à tel point que ça peut vite devenir déroutant.

Surtout que Sony n’est pas connu pour l’ergonomie et la lucidité de ses menus. Mais une fois qu’on s’y est plongé, l’avantage est que ces options restent enregistrées et qu’on n’a que très rarement besoin de les modifier.

Concrètement, l’application est organisée avec trois onglets : état, son et système. Dans le premier onglet, vous pourrez notamment activer le contrôle adaptatif du son (on y reviendra). Dans le second, vous pouvez gérer non seulement la qualité sonore -- avec un égaliseur, le mode DSEE Extreme -- mais également la gestion de la connexion Bluetooth entre qualité sonore ou connexion stable ou le contrôle du son ambiant. Enfin, le dernier onglet permet de modifier les contrôles tactiles ou de sélectionner son assistant vocal de prédilection.

C’est également dans ce dernier onglet que l’on pourra gérer la mise en pause automatique lorsqu’on retire les écouteurs, ainsi que l’arrêt automatique s’ils ne sont pas utilisés pendant un certain temps.

La réduction de bruit active

L’une des principales nouveautés des WF-1000XM4 est l’intégration d’un nouveau processeur, le V1. Comme Qualcomm, Huawei ou Apple, Sony a développé sa propre puce permettant de gérer à la fois la connexion Bluetooth et la réduction de bruit active. Associé à deux microphones par écouteur, le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat de ce processeur est détonant.

Au quotidien, j’utilise un casque Sony WH-1000XM4, réputé pour avoir la meilleure réduction de bruit du marché. Avant ça, c’est Bose qui avait mes faveurs avec son Bose QuietComfort 35. Et c’est peu de dire que Sony et Bose se tirent la bourre sur ce type de fonctionnalité. Alors que les Sony WF-1000XM3 commençaient à subir la forte concurrence des Apple AirPods Pro et surtout des Bose QC Earbuds, le constructeur japonais a réussi à reprendre son avance avec ces WF-1000XM4.

C’est bien simple, la réduction de bruit des écouteurs est telle que j’ai l’impression d’avoir un WH-1000XM4 sur les oreilles. Une fois la réduction de bruit activée, même sans musique ou podcast à écouter, les écouteurs isolent complètement. Le bruit de l’aspirateur, de l’eau qui coule pendant la vaisselle ou même des véhicules, tout est annulé. Même les voix, pourtant particulièrement difficiles à filtrer avec ce type de technologie, deviennent à peine discernables.

Il m’a fallu à plusieurs reprises regarder mon interlocuteur pour suivre sa bouche et comprendre ce qu’il pouvait bien me dire. Finalement, les seuls bruits particulièrement audibles -- et encore, ils sont filtrés par les mousses des intra-auriculaires -- sont les sons très ponctuels comme la frappe sur un clavier ou des bruits de pas sur le sol.

Selon Sony, c’est simple, la réduction de bruit a été améliorée de 40 % par rapport aux WF-1000XM3, et ce sur toutes les fréquences. Et ça se ressent.

En plus du mode de réduction de bruit pure, l’application Sony Headphones va permettre, comme on l’a vu, une gestion plus fine. Elle va ainsi vous permettre, comme sur le WH-1000XM4, de gérer automatiquement le type de réduction de bruit. Cela peut se faire en fonction de votre géolocalisation si vous êtes chez vous, au bureau ou ailleurs. Ou de vos mouvements, si vous êtes en train de marcher, dans les transports ou assis.

Ce mode de contrôle adaptatif du son peut par ailleurs être désactivé.

Outre la réduction de bruit, les Sony WF-1000XM4 proposent également un mode de réduction de bruit du vent. Idéal en cas de forte brise, ce mode conserve les atouts de la réduction de bruit, mais va également filtrer les sons insidieux du vent passant au travers des microphones des écouteurs. On va également retrouver naturellement un mode « son ambiant » pouvant être réglé sur vingt niveaux et qui peut également se concentrer sur la voix.

Le rendu est plutôt naturel et va vous permettre par exemple de discuter avec quelqu’un à proximité, même dans un environnement bruyant comme le métro ou le train. Enfin, un mode passif est également proposé, si vous souhaitez économiser de la batterie et vous reposer uniquement sur l’isolation passive.

Notons également la présence d’un mode « parler pour chatter ». Celui-ci va vous permettre de baisser le son de la musique et de passer en mode transparent si les micros détectent que vous discutez. Déjà présente sur le casque de Sony, cette fonction a cependant du mal à convaincre, notamment lorsqu’on fredonne une chanson, puisque celle-ci vient automatiquement se couper en raison de la sensibilité du micro -- même en mode faible sensibilité.

Un mode similaire -- mais sans détection de voix -- est également disponible en appuyant longuement sur l’écouteur gauche par défaut, ou sur l’écouteur auquel vous avez assigné le contrôle du son ambiant.

La connexion Bluetooth

Pour la transmission audio, les Sony WF-1000XM4 utilisent la version 5.2 du Bluetooth. Comme la plupart des écouteurs récents, chaque écouteur est indépendant, sans système avec un écouteur primaire qui va ensuite envoyer le canal adéquat à l’écouteur secondaire. On peut ainsi profiter de sa musique même en n’utilisant qu’un seul écouteur, avec le second rangé dans le boîtier de charge. Mieux encore, dans ce type de configuration, l’écouteur restant dans l’oreille va fusionner les deux canaux stéréo et un canal mono pour profiter de l’intégralité du son.

On aurait pu l’espérer compte tenu du revirement de Sony sur le Bluetooth multipoint avec son WH-1000XM4. Malheureusement, les écouteurs ne peuvent pas se connecter simultanément à deux sources à la fois. Impossible donc d’utiliser les écouteurs en même temps sur son smartphone et son ordinateur portable : il vous faudra choisir de vous connecter à l’un ou à l’autre.

Quant à la stabilité de la connexion Bluetooth, elle va dépendre en partie du mode utilisé dans l’application Sony Headphones. Vous pouvez choisir si vous comptez privilégier la qualité sonore ou la stabilité de connexion. Dans le premier cas, les écouteurs peuvent subir quelques microcoupures, notamment si vous rangez votre smartphone dans une poche, avec la main par dessus, mais rien de dramatique.

L’option de stabilité de connexion assure quant à elle une connectivité exemplaire et j’ai même pu utiliser les écouteurs à 10 mètres de mon smartphone, avec deux murs entre le téléphone et moi-même, avant de perdre la connexion.

Une excellente qualité audio

Comme c’était déjà le cas sur les WF-1000XM3, Sony a intégré de nouveau un transducteur de 6 mm à ses écouteurs. Il s’agit cependant d’un nouveau diaphragme, différent de celui des WF-1000XM3. Mais surtout, la principale nouveauté en termes de qualité sonore provient de la compatibilité des WF-1000XM4 avec le codec LDAC. Jusqu’à présent, seuls les casques du constructeur pouvaient profiter d’une transmission Bluetooth allant jusqu’à 990 kbps.

Désormais, c’est également le cas des écouteurs. Sur le papier, les écouteurs peuvent donc s’approcher d’une qualité CD à 1,411 Mbps. Bien davantage en tous cas que les autres codecs proposés, l’AAC -- limité à 250 kbps -- et le SBC -- qui plafonne à 345 kbps. Dommage que Sony n’ait pas complété ce trio avec l’aptX et ses différentes déclinaisons comme c’était déjà le cas sur le casque WH-1000XM4.

Notons également que les écouteurs sont capables de déchiffrer un signal jusqu’à 24 bits et qu’ils proposent une réponse en fréquence allant de 20 à 40 000 Hz. De quoi permettre au constructeur de leur accoler le label Hi-Res Audio.

Pour tester la qualité sonore des Sony WF-1000XM4, je les ai utilisés connectés à un smartphone Oppo Find X2 Pro. La connexion Bluetooth utilisait le codec audio LDAC avec une priorité à la qualité sonore -- et donc pas à la stabilité -- ainsi qu’en activant l’option DSEE Extreme et la réduction active du bruit sur l’application Sony Headphones. J’ai écouté des titres sur Spotify en qualité « très élevée », ce qui correspond à de l’ogg vorbis à 320 kbps, ainsi que plusieurs titres en qualité CD, soit encodés en 16 bits à 44,1 kHz.

Sans surprise, les écouteurs du constructeur japonais reproduisent la signature sonore bien connue des appareils Sony, avec des graves très poussés, des aigus plutôt présents et des médiums qui se font bien sentir, surtout sur les fréquences basses. Contrairement aux Sennheiser Momentum True Wireless 2 ou aux Bang & Olufsen PI7, on ne peut pas qualifier la signature sonore des Sony WH-1000XM4 de neutre, mais elle n’a rien de désagréable pour autant.

Surtout que si les écouteurs mettent largement les basses en avant, ils le font bien. Les graves sont ronds et précis sans baver pour autant. On a affaire à des basses dynamiques et de bonne facture, audibles notamment sur Bad Guy de Billie Eilish. La qualité des médiums se fait quant à elle entendre sur Come Away With Me de Norah Jones, où la voix de la chanteuse est bien reproduite, sans sibilance -- c’est-à-dire un prolongement artificiel des sons en « s ».

Les aigus, enfin, sont également très soignés. Certes, ils sont légèrement en retrait sur le spectre sonore, mais Sony a tenu à produire des hautes fréquences ciselées, nettes et précises.

Si la signature sonore des WF-1000XM4 n’est pas à votre goût, rassurez-vous, l’application de Sony permet de l’affiner en fonction de ses préférences. Un égaliseur cinq bandes permet d’affiner le rendu sonore, avec sept presets, chacun pouvant être personnalisé.

La spatialisation des écouteurs aussi est d’excellente facture, donnant l’impression sur certains titres d’avoir les instruments directement face à soi. La dynamique sonore est également convaincante, y compris sur des titres de musique classique comme la Symphonie numéro 5 de Beethoven où le premier mouvement est restitué avec un volume bien plus élevé que les suivants, comme cela devrait être le cas. On a une vraie différence entre les notes jouées en fortissimo et celles en pianissimo et c’est suffisamment rare sur des écouteurs sans fil pour le souligner.

Cette dynamique est également audible avec les titres ogg vorbis à 320 kbps de Spotify, et ce même en désactivant le mode DSEE Extreme. Pour rappel, cette fonction permet sur le papier d’upscaler la qualité audio de titres avec un encodage très compressé -- par exemple des fichiers MP3 à 192 kbps ou AAC à 256 kbps. Néanmoins, à l’usage difficile de déceler de véritable différence. Comme sur le WH-1000XM4, on peine à discerner une véritable différence.

Pour les appels vocaux, les WF-1000XM4 utilisent un microphone par oreillette ainsi qu’un capteur de conduction osseuse pour bien isoler la voix. Malheureusement, la qualité des appels n’était pas à la hauteur des prétentions de Sony. Certes, les WF-1000XM4 parvenaient sans souci à filtrer aussi bien le vent que les bruits ambiants -- comme la circulation automobile -- mais ma voix était légèrement en retrait pour mon interlocuteur.

Pire encore, les microphones avaient tendance à subir des microcoupures toutes les 5 à 20 secondes. Un problème particulièrement frustrant sans que je n’ai réussi à en trouver la cause. Surtout que de mon côté, je n’ai été touché par aucune perte de connexion et qu’il ne s’agit sans doute pas d’un souci de connexion Bluetooth. On espère en tous cas qu’il sera corrigé par Sony avec une mise à jour logicielle.

Une autonomie dans le haut du panier

Selon Sony, ses écouteurs WF-1000XM4 sont capables de fonctionner pendant huit heures avec la réduction de bruit activée, et jusqu’à 12 heures en conservant une simple isolation passive. Sur le papier, c’est donc une belle augmentation par rapport aux six et huit heures permises par les WF-1000XM3.

Néanmoins, à l’usage, les résultats de mon test d’autonomie se sont avérés bien inférieurs aux promesses du constructeur. Avec une transmission audio en LDAC, une priorité à la qualité sonore, la réduction de bruit, mais sans le DSEE Extreme, les écouteurs se sont éteints au bout de 5h47. Il faut dire que, non seulement ces différents critères peuvent réduire l’autonomie des écouteurs, mais également que le volume sonore était à 75 %.

Dans l’ensemble, même si les WF-1000XM4 n’ont pas atteint les huit heures annoncées par Sony, il n’en demeure pas moins qu’ils proposent une autonomie plus que correcte sur le marché actuel des écouteurs sans fil. Rares sont en effet les modèles à dépasser les six heures d’écoute sans recharge. Surtout que le boîtier des écouteurs permet quant à lui de récupérer deux recharges supplémentaires, pour un total communiqué par Sony de 24 heures.

Du côté du boîtier justement, une fois les écouteurs placés dans leur étui, la recharge se fait plutôt rapidement. En 30 minutes, les WF-1000XM4 ont pu récupérer 69 % de leur autonomie et en 45 minutes la valeur montait à 97 %. Il aura cependant fallu attendre un total de 57 minutes pour passer de 0 à 100 % de batterie, les derniers points étant, comme souvent, les plus lents à récupérer.

Pour recharger le boîtier en lui-même, il suffit d’utiliser le câble USB-A vers USB-C fourni par Sony -- de quelques centimètres à peine et sans bloc de charge -- de passer par un chargeur de smartphone ou même de le poser sur un base de charge sans fil Qi. Les écouteurs sont en effet compatibles avec le protocole de charge par induction.

Prix et disponibilité des Sony WF-1000XM4

Les Sony WF-1000XM4 sont d’ores et déjà disponibles, au prix de 280 euros. Ils sont proposés en deux coloris : noir ou argenté.

https://www.frandroid.com/guide-dachat/guide-audio/482350_quels-sont-les-meilleurs-ecouteurs-true-wireless-a-moins-de-200-euros-en-2018