Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Tesla ferait appel à Samsung pour des puces 5 nm dédiées à la conduite autonome

La conduite autonome est aujourd’hui sur toutes les bouches des constructeurs automobiles, ou du moins dans tous les esprits des dirigeants et ingénieurs. Chaque acteur tente de renforcer les technologies dédiées (caméras, capteurs, IA) sur leur nouvelle voiture, qu’elle soit d’ailleurs électrique, hybride ou thermique.

Tesla fait indéniablement partie des références en la matière, lui qui focalise une grande partie de ses efforts sur la conduite entièrement autonome (le fameux niveau 5). Et petit à petit, la firme californienne se rapproche doucement mais sûrement de son objectif, pour à l’avenir déployer une flotte de robot-taxis sans conducteur, si l’on en croit les dernières informations.

TSMC... puis Samsung

Pour conserver son avance sur les autres concurrents du marché, le groupe d'Elon Musk veut s’entourer des meilleurs. Et selon un rapport du média coréen Asia-E, relayé par le très sérieux Electrek, Tesla serait en discussion avec Samsung pour concevoir une nouvelle puce bien particulière.

D'une part, cette puce serait entièrement dédiée à la conduite autonome. D'autre part, elle serait gravée en 5 nm, une finesse de gravure très faible qui apporterait toujours plus de puissance et une meilleure gestion énergétique. Cette dite puce serait la digne héritière de la Hardware 3.0 (HW 3.0) -- déjà produite par Samsung -- dévoilée en avril 2019, et pourrait donc se nommer Hardware 4.0 (HW 4.0), si la logique le veut.

En août 2020, plusieurs rumeurs laissaient pourtant penser que Tesla prévoyait de développer une puce nouvelle génération de 7 nm aux côtés du TSMC. Un projet qui a visiblement pris du plomb dans l’aile si l’on en croit les informations d’Asia-E. En 2016, le groupe d’outre-Atlantique a constitué une équipe spécialement dédiée à la conception de puce, et chapeautée par le très expérimenté Jim Keller, passé par AMD et Apple.

Samsung, loin d'être un novice

Le fabricant souhaiterait visiblement accélérer la cadence sur ce domaine, en faisant une nouvelle fois appel à une entreprise tierce capable de répondre à ses besoins à court terme. Samsung n’a rien d’un novice dans la fabrication de puces, puisque sa filiale Samsung Foundry a déjà bien avancé sur le développement d’un processeur 5 nm cette fois-ci dédié aux smartphones.

Le géant coréen a également déjà collaboré avec Tesla en tant que fournisseur de puces dédiées au système d’infodivertissement des véhicules électriques de la marque. Selon Electrek, les puces gravées en 5 nm ne s’inviteraient cependant pas avant 2022 dans ces derniers.

https://www.frandroid.com/produits-android/automobile/672104_vehicule-autonome-quelles-sont-les-differences-entre-les-niveaux-dautonomie