Introduction

Le Vivo Nex S a attisé la curiosité par un trait précis : le fait de cacher son capteur photo avant dans une petite trappe motorisée. N’a-t-il que cela pour lui ? Notre test vous dira tout concernant l’appareil le plus innovant créé par Vivo.

Fiche technique

Modèle Vivo Nex S
Version de l'OS Android 8.1
Interface Funtouch OS
Taille d'écran 6,59 pouces
Définition 2316 x 1080 pixels
Densité de pixels 388 ppp
SoC Snapdragon 845 à 2,7GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 630
Mémoire vive (RAM) 8 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go, 256 Go
MicroSD Non
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:12 Mégapixels, Capteur 2: 5 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 5.0 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
SIM 2x nano SIM
NFC Non
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 4000 mAh
Dimensions 162 x 77 x 8 mm
Poids 199 grammes
Couleurs Rouge, Noir
Prix 639€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone en import chinois prêté par la boutique Vayava.

Notre test en vidéo

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Design

Sur le plan du design, il faut bien admettre que l’on ne peut que remarquer en premier la face avant du Vivo Nex S. Et pour cause : celle-ci n’a aucune encoche, et des bordures arrondies assez fines. Seul le menton du téléphone est encore assez prononcé, mais rien de très choquant dans l’absolu.

L’effet dénote tout de même un peu : puisque toutes les bordures disparaissent, il apparaît un peu bancal à l’œil que ce menton existe. Ceci étant, on ne lui en tient pas rigueur très longtemps.

À l’arrière, c’est un dos tout en verre à effet holographique qui nous accueille. Le rendu est assez réussi, avec ces petits points de couleurs s’illuminant à mesure que notre regard se pose sur celui-ci, mais n’est pas très sobre. On recommandera donc un coloris plus discret. Le logo NEX est également très marqué avec une police agressive qui ne plaira pas à tout le monde. En haut à gauche du dos se place le double capteur photo à la verticale sur une petite bosse très légère surplombant le flash LED.

En haut du téléphone se trouve une prise jack ainsi que la trappe motorisée abritant le capteur photo, qui ne sort que lorsqu’une application fait appel à lui. Une fois sortie, celle-ci est assez petite et très discrète.

Sur la tranche droite du téléphone, on retrouve les boutons de volume et de verrouillage classique. À gauche se trouve un bouton dédié à l’appel de l’intelligence artificielle du téléphone, baptisée Jovi. Celui-ci est désactivable au besoin. Enfin, en bas, nous retrouvons la trappe double SIM (pas de carte SD), le port USB type-C ainsi que l’unique grille haut-parleur.

Notez que le Vivo Nex S, avec son grand écran de 6,59 pouces, est vraiment très grand en main. Il fait également son poids à 199 grammes, quand la moyenne actuelle est plutôt à 160/170 grammes. Malgré tout, il respire la qualité et est très agréable… pour peu que vous puissiez vous faire à ce grand format. Personnellement, je ne l’ai pas trouvé très facile à utiliser au quotidien, mais je ne suis pas amateur de ces grandes diagonales.

Écran

Pour s’assurer une bonne expérience multimédia, le Vivo Nex S s’équipe d’une dalle AMOLED de 6,59 pouces en définition Full HD+ 2316 x 1080 pixels. Il s’agit là d’un ratio de 19,3:9 d’autant plus impressionnant qu’il n’est pas coupé par une encoche ou tout autre bloc obstruant une partie de la dalle.

Ne boudons pas notre plaisir, cette immense dalle est un délice à l’utilisation. Sans rien pour l’obstruer, l’écran donne vraiment le meilleur de lui-même sur ce format. À l’œil, les couleurs sont très bonnes bien qu’un peu froides à mon goût, et le contraste est très satisfaisant. La dalle est qui plus est bien lumineuse.

Notre sonde nous indique une luminosité maximale de 495 cd/m², plutôt bonne, avec une température de couleurs moyenne de 7700 K, soit effectivement plutôt froide, mais dans les canons de ce qu’il se fait actuellement. Les angles de vision de la dalle sont également excellents.

Hélas, Vivo ne propose pas de réglages logiciels afin de retrouver une température de couleurs plus naturelle. C’est bien dommage : c’est peut-être la seule chose manquante à cette expérience.

Logiciel

Le Vivo Nex S est livré d’entrée de jeu avec Android 8.1 Oreo… et l’interface FunTouch OS en version 4.0. Cette dernière sera très certainement le point le plus perturbant du téléphone.

Et pour cause : celle-ci est moins inspirée qu’elle n’est véritablement une vulgaire copie d’iOS. On retrouve ainsi un accueil sans tiroir d’applications s’organisant automatiquement, un volet de gauche servant à retrouver quelques widgets informatifs organisés à la même manière que l’OS d’Apple, un volet de notifications qui n’affiche que les notifications quand les paramètres rapides se retrouvent d’un glissement au coin inférieur droit du téléphone, et la navigation dans l’appareil se fait avec sensiblement les mêmes gestes que l’iPhone X.

Vous êtes prévenus : si vous aimez Android dans sa version la plus pure, Funtouch n’est définitivement pas fait pour vous. On peut s’y faire, mais il faut avouer que l’expérience — si fluide soit-elle — est repoussante de prime abord. Installer un launcher alternatif fait rêver à une version pure de l’appareil tant il redevient impressionnant, mais quelques réflexes crispants perdurent. Il est qui plus est impossible de véritablement camoufler intégralement l’interface qui est incroyablement crispante au quotidien pour ceux ayant les réflexes d’une interface moins lourde.

La gestion de la RAM de cette interface Funtouch est très agressive, comme souvent chez les constructeurs chinois. Il est possible de personnaliser l’expérience grâce à un magasin de thèmes somme toute sommaire. Cependant, on peut tout de même changer l’ordre des gestes de navigation, voire retrouver les boutons si on le souhaite.

Un petit détail sympathique est la possibilité de définir un son précis à l’ouverture et à la fermeture de la trappe de l’appareil photo. De quoi souligner toujours plus le côté futuriste de la chose, bien qu’on finira bien vite par le désactiver.

Capteur d’empreintes sous écran

Le Vivo Nex S est l’un des premiers à bénéficier d’un scanner d’empreintes sous écran, ce qui est l’un des points principaux lui permettant de libérer la face avant. À l’enregistrement de l’un de nos doigts, on voit en effet que celui-ci est bien deux fois plus lent que les capteurs actuels. Cependant, à l’utilisation, c’est loin d’être un grand problème : le téléphone se déverrouille tout de même rapidement.

Le seul petit point étrange est le fait de devoir s’habituer à apposer son doigt sur une zone de l’écran. Sans délimitation physique, il est plus difficile d’offrir son empreinte avec précision et il n’est pas rare de s’y reprendre à deux fois. Surtout, posé sur une table, le scanner se met intégralement en veille et il faut alors relever ou secouer le téléphone pour qu’il se réactive, forçant une seconde étape parfois agaçante à l’utilisation. On s’y fait vite cependant.

On sent en tout cas que nous sommes sur les premières générations de cette solution, qui est amenée à évoluer. Ici, ce n’est pas parfait, mais l’effet « wahou » est bien présent. En tout cas assez pour ne pas regretter que ce scanner d’empreintes n’ait pas déménagé à l’arrière du téléphone.

Évitez l’import

Notez que la version que nous testons actuellement du Vivo Nex S est un import chinois. Or, après l’avoir utilisé de la sorte, nous vous conseillons fortement d’attendre la sortie européenne du téléphone ou une ROM globale.

Sachez que de base, le Vivo Nex S est équipé de nombreux services à destination des utilisateurs chinois et ne dispose pas du Play Store. Si le magasin d’application Vivo propose un installateur pour faciliter tout cela, il vous faudra un compte qu’il n’est possible de créer qu’avec un numéro chinois.

Le constructeur a prévu le coup en créant un compte global à destination de tous, que vous pouvez facilement trouver sur le net. Cependant, retrouver ses habitudes occidentales sur cette version est plus compliqué qu’il n’y paraît : l’installation d’un launcher alternatif n’est pas des plus aisée, tout comme retirer le clavier chinois de base.

Enfin, les notifications de nombreuses applications (Android Messages notamment) n’ont jamais fonctionné quand bien même les paramétrages étaient bons. Il s’agit là d’un problème que j’ai déjà personnellement rencontré sur une ROM chinoise d’un téléphone Xiaomi et qui n’apparaissait pas en version globale. Patience donc plutôt que de vous arracher les cheveux, en espérant que ces problèmes soient bien réglés sur une éventuelle ROM globale.

À lire sur FrAndroid : Importer un smartphone : les cinq écueils à éviter

Performances

Le Vivo Nex S est résolument haut de gamme. Il s’équipe du dernier Snapdragon 845 couplé à 8 go de RAM dans notre version de test, soit la meilleure fiche technique possible en date pour un smartphone.

Bien connue de nos services, cette configuration ne déçoit évidemment pas. Le téléphone est en tout temps fluide et semble offrir tout simplement bien plus de puissance que ce dont nous n’aurons jamais besoin.

 Vivo Nex SXperia XZ2Galaxy S9+Huawei P20
SoCS845S845Exynos 9810Kirin 970
AnTuTu 7.x276 481264 401249 034203 591
PCMark 2.08 38581515 3796 999
3DMark Slingshot Extreme462946733 3123 000
3DMark Slingshot Extreme Graphics516251223 6463 046
3DMark Slingshot Extreme Physics340035762 5092 850
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)34 / 35 FPS33 / 35 FPS26 / 28 FPS23 / 23 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)59 / 82 FPS59 / 81 FPS57 / 77 FPS56 / 65 FPS
Lecture / écriture séquentielle727 / 248 Mo/s680 / 200 Mo/s814 / 207 Mo/s833 / 195 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire37k / 30k38,4k / 4,3k IOPS33,2k / 5,8k IOPS37,8k / 41k

Arena of Valor tourne tel qu’il devrait constamment tourner. Le jeu passe graphismes à fond et framerate débloqué à 60 FPS permanent, sans aucune chutes malgré les nombreuses escarmouches et sorts lancés sur l’écran. Parfait.

De même, le jeu bien plus gourmand Lineage 2 Revolution passe en mode Ultra et framerate élevé sans le moindre problème. Il est vraiment magnifique, même dans des zones très peuplées et remplies de monstre. Du bonheur.

Dans toute cette expérience, la chauffe du téléphone s’est avérée légère et bien maîtrisée. Les températures élevées des derniers jours n’aident pas nos appareils, mais le Vivo Nex S sait garder une température relativement basse. Sa dissipation est un peu plus lente que pour les autres, mais n’est absolument pas gênante.

Appareil photo

Capteur photo arrière

Le Vivo Nex S s’équipe à l’arrière d’un double capteur photo comprenant un premier capteur de 12 mégapixels à objectif ouvrant en f/1.8 avec des pixels de 1,4 µm et un second capteur téléobjectif de 5 mégapixels dédié uniquement à la détection de la profondeur de champ pour le mode portrait.

En plein jour, les photos sont évidemment magnifiques. Le piqué de l’image est vraiment excellent et la dynamique bien conservée. Le ton est un peu plus chaud que la normale et cela se ressent sur les couleurs, mais ça apparaît comme une patte voulue du constructeur plus qu’un souci logiciel. Le rendu est excellent. En intérieur, ces mêmes qualités se retrouvent. La dynamique peut parfois faiblir un peu, mais ça reste un excellent capteur.

De nuit, l’appareil sort vraiment le meilleur de lui-même. Le bruit électronique est bien présent dans les pires zones d’ombre, mais le ton de l’image est bien conservé et le rendu très satisfaisant. On notera tout de même qu’un lissage assez agressif est opéré par la partie logicielle, mais que celui-ci ne vient pas (trop) dénaturer le cliché pour autant. C’est donc une bonne balance qui a été trouvée ici par le constructeur. Un peu plus de luminosité en intérieur aurait amélioré le tout, mais c’est tout de même très bon.

He laughs, but he also attacks

Le mode portrait est lui aussi très efficace et propose une très bonne détection des contours. Même avec un sujet qui bouge, le rendu reste très bon et retouchable post-capture qui plus est. Il est vraiment très agréable à utiliser.

Capteur photo avant

Qu’en est-il de la fameuse caméra mécanisée ? Il s’agit d’un capteur de 8 mégapixels à objectif ouvrant en f/2.0. Le rendu est une nouvelle fois très bon, avec des couleurs bien conservées.

Naturellement, le bruit arrive plus rapidement une fois la nuit tombée, mais la dynamique reste naturelle. Il peut toutefois avoir tendance, bien qu’assez rarement, à rendre une photo plus chaude que nature. Malgré cela, le cliché est toujours plus qu’exploitable et agréable à l’œil.

Notez que le fait que le capteur avant soit sur une partie motorisée ne m’a jamais posé le moindre problème. Sa sortie est relativement rapide, assez du moins pour ne pas être gênante, et cette particularité ne pose aucun problème aux applications qui l’ouvre et le ferme comme elles l’entendent.

Vidéo

Les qualités photo se retrouvent ici en vidéo, le Vivo Nex S filmant de 720 p à 4 K conservant les mêmes caractéristiques. Il est cependant dommage que la capture soit limitée à du 30 FPS qu’importe le mode, on aurait apprécier pouvoir tourner en 60 FPS.

Son

Malgré ses airs très novateurs, le Vivo Nex S continue d’intégrer un port jack ce qui est une excellente chose. Il est d’ailleurs fourni avec des écouteurs au design discutable, mais très serviable.

L’unique grille haut-parleur de l’appareil ne fait pas des miracles. Si le son en lui-même est bon, bien qu’il manque un peu de basses, il vaudra mieux ne pas trop le pousser pour ne pas détériorer la qualité d’écoute. Il est « simplement bon », sans plus.

Réseau et communications

Le Vivo Nex S est bien compatible avec toutes les bandes européennes, à savoir la 700, 800, 1800, 2100 et 2600 MHz. J’ai pu profiter d’une très bonne captation du réseau sur mes pérégrinations, à des endroits où la majorité des autres téléphones ne me permettait même pas de recevoir d’appel.

En appel, la qualité est très bonne et l’interlocuteur est perçu aussi bien qu’il ne nous perçoit. C’est un très bon point.

Le fix GPS n’est par contre pas très précis, et la boussole a tendance à mettre du temps avant de bien s’aligner. Ainsi, il m’est arrivé de partir à l’opposé de l’endroit voulu pendant quelques minutes avant que le Vivo Nex S ne se repère correctement.

Autonomie

Un aussi grand écran demande une batterie capable d’encaisser sa consommation. Aussi, le Vivo Nes X intègre une large batterie de 4 000 mAh, la plus grande taille généralement disponible sur smartphone actuellement.

Et à l’utilisation, celle-ci ne déçoit pas le moins du monde. J’ai en effet pu utiliser le smartphone sur un jour et demi sans aucune pause sur ma consommation habituelle. Entre une soirée remplie de photos en tout genre, particulièrement sur le capteur avant qui doit alimenter un moteur pour fonctionner, et un lendemain passé sur de la vidéo et des réseaux sociaux, le Vivo Nex S n’a jamais bronché et est arrivé au jour d’après avec 15 % de batterie restante sans que je ne le touche.

Il est également compatible avec la recharge rapide Quick Charge de Qualcomm. En l’absence d’un adaptateur pour notre version chinoise, je n’ai pas pu tester cette capacité, mais en utilisant simplement de l’USB, il se recharge déjà très vite. Je ne me fais pas de mouron donc : le Vivo Nex S sera un excellent partenaire de ceux cherchant la meilleure autonomie.

L’interface Funtouch apporte également deux réglages pour optimiser toujours plus la durée de vie de l’appareil : un mode basse consommation, qui réduit les performances du SoC, et un « super mode d’économie » qui transforme le smartphone en simple téléphone pour conserver ces derniers précieux pourcents.

Galerie photo

Prix et date de sortie

Le Vivo Nex S devrait connaître une sortie européenne, mais nous n’avons pas d’informations à ce propos pour le moment. Cette version 8 Go / 256 Go de RAM avec scanner d’empreinte sous écran est vendue en Chine au prix de 4 998 yuans (environ 662 euros HT). Il devrait être disponible au moins via certains importateurs, comme chez Vayava par exemple.

Où acheter le Vivo Nex S au meilleur prix ?

Test Vivo NEX S Le verdict

design
8
Le Vivo NEX S impressionne par sa face avant, et sa petite trappe motorisée accueillant le capteur photo frontal. Ceci étant, il s'agit d'un très grand smartphone assez lourd, qui pourra être difficile à utiliser au quotidien.
écran
9
Une dalle AMOLED de très bonne facture, lumineuse et vibrante, qui en prime n'est pas coupée par une encoche et offre l'intégralité de sa diagonale. Que demander de plus ? À part quelques réglages de température de couleurs, rien.
logiciel
5
La dernière version d'Android est bien présente, mais l'expérience Funtouch fournie par Vivo manque cruellement de personnalité. Bien au contraire : c'est une copie calque d'iOS, ce qui est plus que crispant particulièrement alors que le reste est très bon.
performances
9
Que peut-on faire de mieux qu'un Snapdragon 845 couplé à 8 Go de RAM ces derniers temps ? Pas grand-chose : le téléphone est ultra rapide et puissant, et ne chauffe que très peu. Que demande le peuple ?
caméra
8
La configuration du Vivo Nex S s'en tire remarquablement bien avec un appareil photo très bon en toute situation et très bien optimisé. Le capteur avant est également excellent et simple à utiliser. On regrettera surtout des options vidéo limitées et une interface complexe pour rien.
autonomie
9
Le Vivo Nex S et sa grande batterie de 4000 mAh tiennent un jour et demi d'utilisation intensive sans forcer, et peut aller encore plus loin grâce à la disponibilité de nombreuses options logicielles. Il profite également de la recharge rapide pour parfaire le tout.
Note finale du test 8/10
Le Vivo Nex S ne se contente pas d'être innovant en proposant un scanner d'empreinte sous écran et un capteur photo frontal caché dans une petite partie motorisée : il est aussi un excellent smartphone. Son autonomie est excellente, son appareil photo vraiment très bon et la diagonale de son écran donne envie de consommer un maximum de contenu vidéo.

Et pourtant, il ne sera pas forcément agréable à utiliser. Le principal coupable de cela est l'expérience logicielle fournie par Vivo. Loin de la qualité du matériel offerte par le constructeur, Funtouch OS est une copie carbone d'iOS trop complexe et grinçante. Celle-ci refuse de se faire oublier même en personnalisant le clavier ou le launcher. C'est bien dommage.

Enfin, il faut noter qu'il s'agit d'un très grand et lourd smartphone. Il n'est donc pas à mettre entre toutes les mains.
  • Points positifs
    • 2019 en 2018
    • Excellent écran à large diagonale
    • Appareil photo très performant, même de nuit
    • Autonomie monstrueuse
    • (prise jack toujours présente)
  • Points négatifs
    • Grand et lourd
    • FunTouch, un vrai poids lourd