Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Wiko Harry 2 : même le choixpeau magique ne sait pas où le mettre

Nous avons pu tester le Wiko Harry 2, l'un des smartphones les moins chers du catalogue 2018 de la marque. Que vaut un smartphone vendu à 130 euros chez Wiko cette année ? Voyons cela.

Fiche technique

Ce test a été réalisé à partir d'un smartphone fourni par la marque.

Design

Avec un prix plancher, Wiko fait forcément des sacrifices sur toutes les caractéristiques de son smartphone, à commencer par son design. Pas question ici d'un dos en aluminium ou d'un écran aux bordures tellement amincies qu'elles feraient apparaître une encoche. Non, le Wiko Harry 2 propose un écran 18:9 en façade, entouré de marges jugées plutôt épaisses en 2018, avec une coque entièrement en plastique rigide.

Il faut noter que cette coque est amovible. Elle cache les deux emplacements SIM ainsi que l'emplacement microSD, et permet de retirer la batterie. C'est suffisamment rare pour être souligné. Malgré un module photo allongé, le téléphone n'est équipé que d'un seul capteur photo à l'arrière, à côté d'un flash. On note l'utilisation d'un port micro-USB, mais c'est pardonnable sur cette gamme de prix, et un port jack 3,5 mm. Le port USB est décalé sur la droite du téléphone pour une raison mystérieuse. Encore plus incongrue est l'absence totale de lecteur d'empreinte sur le téléphone, ce qui est rare, même pour un appareil d'entrée de gamme.

Le téléphone est agréable à tenir en main, d'autant qu'avec un écran de 5,45 pouces au format 18:9, l'appareil est plutôt compact comparé à ce qui se fait en 2018. Le dos en plastique ne semble pas de très bonne qualité, et attrape très vite les traces de doigt. La coque est assez simple à retirer. Le bouton d'allumage se distingue bien au doigt comparé aux réglages du volume, grâce à une texture crantée. Dernier bon point, la présence d'une LED de notification à côté de la caméra avant.

Écran

Le Wiko Harry 2 est équipé d'un écran IPS LCD de 5,45 pouces avec une définition de 1440 x 720 pixels. Grâce à la technologie IPS, les angles de vision sont très bons et l'affichage est agréable à l’œil. L'écran semble surtout manquer de luminosité.

Notre sonde colorimétrique confirme d'entrée cette impression, puisqu'elle relève une luminosité maximale de 312 cd/m², assez faible pour un écran LCD, avec un contraste plutôt correct de 1490:1. Comme sur les autres écrans du marché, surtout sur cette gamme, l'affichage tire un peu trop vers le bleu avec une température moyenne des couleurs mesurée à 8500K. Malheureusement, l'interface logicielle proposée par Wiko ne permet pas de régler les couleurs de l'écran. Le gamut de couleurs restitué par l'écran couvre presque le sRGB.

Logiciel

Android 8.1 Oreo est de la partie pour ce Wiko Harry 2. On retrouve une nouvelle fois l'interface Wiko UI, qui est en fait très proche de celle proposée par Google sur Android One, mais ajoute quelques applications en plus. La dernière mise à jour de sécurité installée est celle du 5 octobre 2018. Le DRM Widevine est au niveau minimum L3, ce qui peut poser des problèmes pour lire du contenu HD sur certaines plateformes. Au premier lancement, Wiko demande à l'utilisateur des informations personnelles (notamment le genre) dont peut se demander la pertinence, mais il est heureusement possible d'ignorer cette étape.

L'interface est donc très proche d'Android UI, on retrouve très peu d'options et de paramètres comparé à certaines interfaces chinoises (EMUI ou MIUI par exemple), et donc l'impossibilité de régler les couleurs de l'écran entre autres choses. La reconnaissance du visage non sécurisée par Smart Lock est proposée dans les options. En l'absence de lecteur d'empreinte, il s'agit du seul moyen d'identifier facilement l'utilisateur, mais il ne s'agit ni d'une méthode fiable ni d'une méthode sécurisée.

Wiko ajoute plusieurs applications sur le smartphone comme son propre lanceur d'application, un gestionnaire de fichiers, et une application de gestion nommée « Smart Assist » qui devient élégamment « smart ass » dans le tiroir d'application. La marque semble adresser ce téléphone à des personnes ayant peu l'habitude d'utiliser un smartphone, et propose donc des applications venant d'autres éditeurs comme News Republic, installée par défaut et désactivable. En revanche, on apprécie moins les publicités intempestives de Wiko Apps Starter pour des applications qui se glissent sous forme de notifications permanentes.

Performances

Wiko continue de faire confiance à Mediatek pour ses smartphones les plus accessibles. On retrouve ici une puce MT6739WA composée de 4 cœurs Cortex-A53 cadencés jusqu'à 1,3 GHz, gravés en 28nm, avec 2 Go de RAM et 16 Go de stockage. Côté connectivité, ce SoC ne prend en charge que les réseaux Wi-Fi 4 (802.11n sur 2,6 GHz) et Bluetooth 4.2.

Malheureusement, et comme attendu, le téléphone se montre très lent à l'usage. De simples animations, comme l'ouverture du panneau de notification avec un glissement du doigt ou le déverrouillage avec un schéma, sont saccadées. Chaque action réalisée sur ce téléphone prend du temps, ce qui rend son utilisation vraiment désagréable, même en le comparant à d'autres smartphones à petit prix.

Un rapide test sous AnTuTu confirme que ce smartphone est nettement moins véloce que ce que peut proposer la concurrence. Attention toutefois, les smartphones concurrents, sont commercialisés à des tarifs plus élevés que ce Wiko, avec 30 à 50 euros de différence.

Sur Arena of Valor, le jeu est réglé avec l'affichage HD désactivé, mais les options d'affichage et de particules sur élevées. L'interface du menu principal affiche d'emblée des saccades ce qui n'est pas très rassurant. En jeu, l'expérience est plutôt fluide dans l'ensemble, mais le taux d'images par seconde n'est pas totalement stable, avec un jeu pourtant très bien optimisé. Le téléphone affiche entre 24 et 30 images par seconde selon la complexité de l'action à l'écran.

Appareil photo

Le Harry 2 intègre un capteur de 13 mégapixels au dos, et une caméra de 5 mégapixels à l'avant. Avant d'évaluer les photos, mentionnons que l'enregistrement des photos sur le Wiko Harry 2 est particulièrement lent. Par défaut, le mode HDR est réglé sur automatique, et lorsqu'il se déclenche, le temps de traitement de la photo peut devenir assez long.

De jour, les photos oscillent entre le correct et le médiocre, même pour un téléphone à ce prix. On peut déjà noter un manque de détail, et surtout un ciel brûlé pour les photos du passage piéton et de la porte Saint-Martin (avec un ciel nuageux dans ce cas). Attention également à la mise au point, il faut être assez patient avec l'appareil, sinon on se retrouve avec une photo floue comme l'une des photos de la porte (dommage, il y avait un beau ciel bleu assez rare en novembre). Sauf à réunir les bonnes conditions, cet appareil photo se destinera plutôt à scanner des documents, ou prendre rapidement en note un élément en le capturant en photo.

De nuit, les résultats peuvent devenir catastrophiques au moindre éclairage (lampadaire, véhicule, etc.). Impossible d'obtenir une photo correcte quand l'obscurité pointe le bout de son de nez. En revanche, les fans du jeu d'horreur Silent Hill seront très contents de retrouver le flou et la brume caractéristiques de la ville maudite, même quand il fait beau.

L'appareil photo en façade s'en sort un peu mieux, notamment grâce à une meilleure gestion de la mise au point. De nuit, pas de miracle, je ressemble à un fantôme, pour rester dans la thématique de l'horrifique.

Autonomie

Avec une batterie de 2900 mAh et un SoC utilisant une gravure 28nm, on ne s'attendait pas à un miracle concernant l'autonomie. Avec notre protocole de test Viser, qui simule une utilisation polyvalente du smartphone (lancement d'applications, lecture de vidéos, chargement et défilement de pages web, etc.), nous avons obtenus 7 heures et 55 minutes avant que le smartphone tombe sous les 10% de batterie.

Cela place le Wiko Harry 2 parmi les plus mauvais smartphones que nous avons testés en 2018. Malheureusement, le chargement par micro-USB ne permet pas de contrebalancer la mauvaise autonomie. Le chargeur fourni de 5W est particulièrement lent, il faudra 3 heures pour charger complètement le smartphone. En 30 minutes, il passe de 1% à 18%, pas de quoi tenir très longtemps avec cette batterie.

Prix, date de sortie & alternatives

Le Wiko Harry 2 est commercialisé au prix conseillé de 129,99 euros, avec une offre de remboursement de 20 euros, ce qui diminue son tarif à 109,99 euros.

À ce tarif il fait face au Xiaomi Redmi 6A, qui nous semble proposer une meilleure fiche technique, mais aussi les Huawei Y5 2018 et Motorola E5 Play.

Galerie photo