Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Wiko View 2 Go : à ne pas reproduire chez vous

Wiko arrondit toujours plus sa grille tarifaire avec le Wiko View 2 Go, version plus accessible encore que le simple Wiko View 2. Les sacrifices se justifient-ils seulement pour ce prix ? C'est ce que nous allons voir.

Fiche technique

Ce test a été réalisé à partir d'un smartphone fourni par la marque.

Design

Le Wiko View 2 Go s'inscrit durement dans les lignes esthétiques suivies par le constructeur chinois de marque française sur cette fin d'année. À l'image du View 2 Plus, nous avons donc le droit à une façade avant dont l'écran est rogné sur le haut par l'intégration d'une encoche aussi épaisse que large, qui n'abrite pourtant qu'un capteur photo et un haut-parleur.

En bas, un large menton reste présent, mais n'est pas destiné à accueillir la moindre fonctionnalité. Les bordures autour de l'écran, relativement épaisses comparativement à ses concurrents, ne sont pas gênantes pour autant. Le tout s'arrondit sur les côtés pour se plaquer sur, sans pour autant épouser, le cadre fait de métal très léger et fin.

À gauche, seule la trappe dual SIM + micro SD est véritablement notable. En haut, on retrouve la prise jack sur le côté gauche de l'appareil. La tranche droite abrite les boutons de volume et le verrouillage de l'appareil. Enfin, en bas, seul existe le port micro USB une nouvelle fois déporté sur la droite.

Au dos, on retrouve un unique capteur photo dont le flash est aussi grand que le capteur, de manière à le placer dans une excroissance orientée à la verticale en haut à gauche. Là encore, l'esthétique est reprise des grandes tendances du marché, bien que l'unique capteur ne demande pas foncièrement une telle organisation des éléments... particulièrement alors que cet appareil n'a pas de lecteur d'empreintes. Seul le haut-parleur principal, placé une nouvelle fois au dos, est notable en dehors de cela.

Comme ce fut le cas pour le Wiko View 2 Plus, on ne peut s'empêcher de voir ici un méli-mélo d'influences diverses plus qu'une véritable direction artistique. Le téléphone n'est pas mal fait en soi, il n'est juste pas très inspirant. Serviable, dira-t-on.

Écran

Le Wiko View 2 Go dispose d'un écran LCD de 5,93 pouces supportant une définition maximale de 1512 x 720 (soit HD+). Comme dit plus haut, celui-ci est coupé d'une large encoche sur son front.

Notre sonde nous indique une température de couleurs moyenne ciblée à 7500K, soit plus bleu que la température naturelle, mais dans l'exacte moyenne du marché actuellement. La luminosité maximale de la dalle est à 501 cd/m², ce qui est très bien, pour un bon contraste de 1382:1.

Visuellement, le Wiko View 2 Go offre tout de même une expérience très correcte bien que sans fioritures. Vous pouvez régler succinctement l'affichage dans les paramètres afin de rendre la température de couleurs plus froide ou plus chaude.

Logiciel

L'expérience logicielle proposée par le Wiko View 2 Go est exactement la même en tout point que celle du Wiko View 2 Plus. Nous vous invitons à consulter le test de celui-ci pour y retrouver notre avis complet sur la question.

Performances

Le Wiko View 2 Go est équipé du Qualcomm Snapdragon 430, un SoC entrée de gamme datant de fin 2015, couplé à 3 Go de RAM.

Ce SoC ne parvient pas à fournir une expérience basique fluide. Comme sur le View 2 Plus, les accrochages sont multiples que ce soit pour aller dans les paramètres ou simplement naviguer sur internet. Le tout ralentit l'utilisateur plutôt que de suivre son rythme, un comble pour un smartphone sur des taches aussi simples.

Sur Arena of Valor, même constat de prime abord : même les menus subissent du lag. Par défaut, le jeu se règle en qualité d'affichage et de particules maximum, sans pour autant proposer le mode IPSE débloquant le 60 FPS. Dans ces réglages (par défaut on le rappelle), le jeu ne tient pas les 30 FPS constant et varie entre 25 et 28 FPS. On recommandera de revenir au moins aux paramètres moyens, sans quoi jouer dans les conditions de base est un fardeau.

PUBG Mobile se règle automatiquement aux graphismes les plus bas et taux d'images par seconde moyen. Dans les faits, de nombreuses saccades viennent ternir le plaisir, mais le jeu reste relativement... jouable, sans être appréciable. Il n'y a aucun espoir de rendre l'expérience meilleure : baisser le framerate ne ferait qu'endiguer le plaisir de jeu plus avant.

Appareil photo

Capteur photo arrière

Le Wiko View 2 Go s'équipe à l'arrière d'un unique capteur de 12 mégapixels avec des photosites de 1,25µm. Par défaut, le HDR est activé en mode automatique comme tous les autres appareils du constructeur.

En plein jour, l'appareil sait restituer un minimum les couleurs du paysage capturé, même si l'on voit qu'un algorithme se charge de lisser l'image et renforcer les couleurs. Plus encore, la netteté est soulignée de manière logicielle, ce qui tend à faire des photos exploitables, mais pas forcément naturelles. Les larges plages dynamiques lui posent cependant des problèmes, et l'on voit dans ces conditions qu'en l'absence d'un traitement, les clichés sont très fades.

En intérieur, tout se gâte immédiatement. Les plages dynamiques sont loin d'être supportées à leur juste valeur, et la netteté des clichés est directement ternie par un bruit très prononcé que les couleurs fades n'aident pas à cacher.

De nuit, les performances chutent drastiquement. Le temps de rendu est si long qu'arriver à avoir une photo nette est vraiment difficile. Lorsque les conditions lumineuses sont reconnues rapidement par le téléphone, nous avons seulement le droit à un lissage très fort et du bruit très présent. Les clichés sont utilisables, mais pas forcément satisfaisants.

Tout le long, il faut noter que le téléphone met énormément de temps de rendu sur chaque photo. De ce fait, enchaîner les clichés est impossible et utiliser l'appareil est simplement... frustrant.

Capteur photo avant

À l'avant, c'est un simple capteur de 5 mégapixels qui se charge de vos selfies. Celui-ci n'est pas trop mal, surtout en pleine lumière où si le piqué de l'image n'est pas exceptionnel, le cliché final reste juste. En intérieur, le tout se ternit quelque peu, mais cela reste tout à fait utilisable. Ne comptez toutefois pas sur lui de nuit, où rien ne va.

Mode portrait

Que ce soit à l'avant ou à l'arrière, le Wiko View 2 Go propose également un mode portrait basé uniquement sur un algorithme. Celui-ci est de plutôt bonne facture : si mon oreille est mangée à l'avant, on ne peut nier la sensualité exacerbée par le bokeh de l'ami Geoffroy. Les contours sont plutôt bien déterminés sur les sujets.

Autonomie

Pour assurer une bonne longévité à cette expérience médiocre, le Wiko View 2 Go s'équipe d'une grande batterie de 4 000 mAh. Et comme le Wiko View 2 Plus, celle-ci lui assure effectivement une excellente autonomie.

Sur notre test Viser, il tire sa révérence au bout de 12 heures et 24 minutes. Voilà un score admirable le plaçant bien haut dans notre top de l'année 2018 en seconde place après le Redmi Note 5. Cela se voit également à l'utilisation, où le Wiko View 2 Go tient très bien la route et arrive parfaitement à vous frustrer sur plusieurs heures.

La recharge rapide n'étant pas incluse, le Wiko View 2 Go ne récupère que 21% de batterie en 30 minutes de charge, pour une recharge complète en 2h45/3h environ.

Galerie photo

Prix et date de sortie

Le Wiko View 2 Go est vendu au prix conseillé de 159 euros. À ce prix, mieux vaudra se tourner vers le Xiaomi Redmi 6 ou le Honor 9 Lite.