Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Wiko View 3 : on fait avec ce qu'on a

Nous voici avec le Wiko View 3 entre les mains. Celui-ci s'affiche avec un petit prix alléchant. Mais dans ce secteur, la concurrence est rude. A-t-il de quoi se démarquer ? Voici notre test complet.

Fiche technique

Cet exemplaire a été prêté par la marque.

Design

En ce qui concerne le design du Wiko View 3, on ne pourra certainement pas dire que ce design vous fera tomber des nues. Cependant, il est bien fini et plutôt agréable en main. Au-delà de l'encoche qui fera grincer des dents les plus hargneux détracteurs, ce sont les contours de l'écran qui se font surtout remarquer par leur épaisseur. Suivez mon regard qui se porte sur le menton imposant. Mais ce n'est pas tout, même la bordure supérieure est assez large malgré le notch en goutte d'eau qui aurait pu ou dû éviter cela. Toutefois, c'est dans cette même bordure que se loge le discret témoin lumineux de notifications.

Rien de bien grave cela dit. Le Wiko View 3 ne veut pas chambouler votre quotidien. Son objectif est surtout d'être pratique dans la vie de tous les jours. La version Pro, elle, a droit à un élégant dégradé. Ici, le View 3 classique n'y a pas droit. Il n'en garde pas moins une modeste élégance à l'arrière grâce à quelques reflets ténus.

Tant que nous parlons du dos du smartphone dans son dos, signalons la présence d'un module photo très légèrement en relief qui loge trois capteurs à la verticale dans le coin supérieur gauche. Le lecteur d'empreintes, lui, est placé de manière centrée. Sur les côtes, rien de particulier à dire entre le bouton de déverrouillage ceux du volume à droite, le tiroir double nano SIM ou microSD + SIM à gauche et, en haut, la prise jack 3,5 mm. Ce qui fâche cependant, c'est la présence d'un port micro USB en bas. Plus le temps passe, plus c'est frustrant.

Écran

L'écran IPS LCD du Wiko View 3 profite d'une définition HD+ de 1520 x 720 pixels sur une diagonale de 6,26 pouces. La densité de pixels est de 269 ppp, ce qui commence à être un peu juste. Mais allons bon, on dira que ça passe pour cette gamme de prix.

Mis à part cela, à l'utilisation, l'écran ne brille pas d'une qualité extrême, mais il se montre très satisfaisant avec ce qu'il faut là où il faut : bonne luminosité maximale, contraste très suffisant et température des couleurs plutôt correcte.

Via notre protocole CalMAN Ultimate fourni par Portrait Displays, on observe d'ailleurs, une luminosité pouvant aller jusqu'à 531 cd/m², un contraste de 1601:1 et une température aux alentours de 7320 K. Ce n'est pas mal du tout.

Logiciel

Wiko poursuit sur sa belle initiative concernant la sobriété de son interface en montrant une grande fidélité à l'expérience utilisateur tel qu'elle a été imaginée par Google et donc très proche de ce que l'on peut trouver sur les Pixel malgré quelques applications moins indispensables préinstallées telles que Facebook, Radio, Smart Assist et Smart Folio. Android 9.0 Pie ici tourne sans souci majeur, malgré quelques petites lenteurs sur certaines phases. Je n'ai pas rencontré de bugs à proprement parler, ce que je pointe du doigt concerne surtout des animations un peu lentes.

Aucune différence à observer en comparaison à la version Pro. Le Wiko View 3 classique reprend les mêmes logiques de navigation, le même niveau de personnalisation, le même patch de sécurité et le même niveau de sécurité L3 pour le DRM Widevine qui ne permet pas de lire les vidéos en HD sur les plateformes SVoD.

Intéressant : vous pouvez appliquer un thème sombre sur le panneau des raccourcis et sur le tiroir d'applications. Le paramètre « Fonctionnalités Wiko » est ici aussi de la partie pour masquer l'encoche, modifier la barre de navigation et autres options en tout genre.

L'espace de stockage interne est de 64 Go et vous pouvez l'étendre grâce à une microSD.

Photo

Et un, et deux et trois capteurs photo. 12 mégapixels pour le principal, 13 mégapixels pour l'ultra grand-angle (120 degrés) et 2 mégapixels pour le troisième capteur en soutien pour gérer la profondeur.

Rien d'étonnant : quand les conditions sont bonnes, le Wiko View 3 s'en sort assez bien. Le traitement des couleurs est plutôt satisfaisant et il arrive à retranscrire suffisamment de détails, quoique... Les éléments au loin ont tendance à se transformer en bouilli un peu informe.

Sur les fortes dynamiques, le téléphone manque de précision et se rend fautif de plusieurs aberrations chromatiques. Dans la galerie ci-dessous, penchez-vous sur le feuillage des arbres qui cachent le soleil : on observe des halos disgracieux et un HDR bien trop forcé. Ce n'est rien de grave pour un smartphone à moins de 200 euros, mais on sait que la concurrence est capable de faire mieux. Malheureusement, la netteté montre aussi quelques limites sur les visages immortalisés dans les photos.

L'ultra grand-angle, pour sa part et comme c'est souvent le cas avec ce genre de capteur, a tendance à pousser la saturation à un cran supérieur. Le résultat reste honorable et gagne en instagramabilité, mais perd en naturel. L'effet de distorsion est très marqué, mais ne choque pas non plus à ce point. Disons que vous le remarquerez immanquablement en laissant vos yeux courir sur les bords de l'image, mais que cela ne perturbe pas le cliché dans sa globalité.

Dès que la lumière ambiante se fait plus rare ou capricieuse, c'est la déception. L'image devient trèèèèès floue et le bruit est omniprésent dans les moindres parcelles d'image à tel point qu'un essaim d'insectes semblent envahir certaines parties du cliché. Ce n'est pas bon, ce n'est pas beau.

Concernant le mode Portrait, l'effet est plutôt réussi. J'ai volontairement poussé l'effet de flou au maximum pour en tester les capacités, mais le contour de visage est bien dessiné pour se démarquer correctement de l'arrière-plan. Ce n'est pas parfaitement parfait, mais c'est tout de même très bon au vu du prix du smartphone.

En ce qui concerne les selfies, le capteur frontal de 8 mégapixels ne s'en sort pas trop mal, les fortes dynamiques et, plus globalement, les conditions lumineuses difficiles seront vos pires ennemis.

Mention spéciale pour l'effet Beauté dont le rendu peut être assez bizarre dans il efface le naturel du visage.

Sur la photo de droite, le mode Portrait est activé.

Performances

Avec un Helio P22 lancé par MediaTek en 2018 et 3 Go de RAM, on est prévenu : le Wiko View 3 n'a pas l'étoffe d'un champion. Le SoC et ses huit Cortex-A53 sont bien plus axés sur l'autonomie que la puissance. Ce smartphone vendu à moins de 200 euros veut surtout offrir une expérience utilisateur satisfaisante pour le quotidien sans avoir à titiller les performances de haute volée. Y arrive-t-il ? J'ai envie de répondre oui dans la mesure où je n'ai pas souffert de problèmes à ce niveau-là, mais on sent bien que ce n'est jamais une fusée.

Les résultats enregistrés sur AnTuTu le prouvent assez bien. Face à des concurrents, comme le Redmi Note 7 ou le Galaxy A10 -- ce dernier coûte une vingtaine d'euros de moins --, le View 3 accuse un certain retard.

Sur un jeu comme Arena of Valor, vous devrez manuellement activer l'affichage HD. Dans ces conditions, l'appareil saura se maintenir au-dessus des 28 images affichées par seconde et ne dépassera jamais le plafond des 31 fps. C'est donc relativement confortable pour l'utilisateur.

Sur PUBG, le jeu propose, par défaut de régler les graphismes au minimum. Dans cette configuration, on sent déjà les limites du smartphone. En poussant les réglages en mode « Équilibré » au lieu de « Fluide » et en désactivant l'ajustement graphique, le téléphone est aux fraises et dans les choux. Dès que vous tentez d'accélérer dans un véhicule ou de changer brusquement l'angle de la caméra, le nombre d'images par seconde chute drastiquement (autour de 15 ou 16 fps à vue de nez) et fait mal aux yeux. Le Wiko View 3 n'a vraiment pas vocation à être un bolide de course.

Point positif cela dit, le téléphone ne chauffe presque pas.

Autonomie

Avec sa capacité de 4000 mAh, la batterie du Wiko View 3 offre une autonomie solide et agréable au quotidien. Nous disions un peu plus tôt que le SoC embarqué était surtout axé sur l'efficacité énergétique. Et pour le coup, ici, la mission est accomplie.

On peut enchaîner tout un tas d'applications tout au long de la journée sans souffrir d'un épuisement trop rapide. Ce n'est pas le meilleur dans le genre, mais il est clairement fiable. À titre d'exemple, sur une partie d'environ 30 minutes de PUBG, il ne perd jamais plus de 8 %. Sur une vidéo YouTube d'une heure, on est plutôt sur une perte de 5 à 8 % environ. Le View 3 a ainsi un petit côté infatigable très plaisant.

Ajoutez à cela que la veille est très bien gérée. La recharge, elle, n'est pas rapide du tout : il faut 30 minutes pour passer de 5 à 27 % de batterie avec le bloc de 10W fourni dans la boîte. Il faudra plus de deux heures pour une recharge totale.

Réseaux et communication

Toutes les bandes de fréquence 4G françaises sont compatibles avec le smartphone, même la B28 (700 MHz) et je n'ai jamais rencontré le moindre souci sur le réseau Orange en région parisienne. Capter le Wi-Fi a parfois posé plus de problèmes : il m'est arrivé que la connexion soit interrompue brusquement alors que je m'éloignais à peine du hotspot. Le GPS est efficace.

En ce qui concerne les appels, les bruits alentour sont bien étouffés pour ne pas trop gêner votre interlocuteur et la retranscription de la voix est bien gérée.

Prix et disponibilité

Le Wiko View 3 est disponible en France au prix officiel de 179,99 euros en deux coloris.

Nos photos du Wiko View 3