Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Xiaomi Mi 5, un véritable haut de gamme à petit prix

Pour la première fois de son histoire, Xiaomi s’est rendu cette année au Mobile World Congress pour présenter un produit, le Mi 5. Bien que prévu uniquement pour le marché asiatique, le smartphone chinois se positionnait alors comme un concurrent direct aux appareils haut de gamme présentés lors du même évènement, à savoir le Samsung Galaxy S7 et le LG G5. Est-ce réellement le cas ?

xiaomi-mi-5-19

Fiche Technique

Comme ses concurrents coréens, le Xiaomi Mi 5 possède une belle fiche technique. Il embarque en effet un processeur Snapdragon 820, le processeur du moment pour le haut de gamme, ainsi que 3 à 4 Go de mémoire vive. Dans notre cas, nous avons testé la plus petite version des deux, avec seulement 3 Go de RAM, contrairement à ses deux rivaux qui possèdent tous deux 4 Go. Un élément à garder à l’esprit lors de nos comparatifs de puissance.

Design

Depuis quelques modèles, Xiaomi apporte un certain soin au design de ses smartphones. Le Mi 5 semble en être l’apothéose avec une esthétique très moderne et des composants premium à base de verre et de métal. Tout ce que l’on est en droit d’attendre d’un challenger qui vient se confronter aux ténors du marché, en somme !

Dès la sortie de la boîte, le Mi 5 impressionne par son écran de 5,15 pouces qui occupe la quasi-totalité de sa face avant. Cette grande surface d’un noir profond à peine bordée d’un fin liseré argenté n’est toutefois que poudre aux yeux, puisque la zone affichée est légèrement plus petite, encadrée d’une bordure noire. Qu’importe, l’illusion est là.

xiaomi-mi-5-4

Le dos en verre fait également bonne impression, d’autant que ses bords arrondis lui donnent un petit air de Galaxy S7 du plus bel effet. Ce revêtement est néanmoins très peu adhérant et il n’est pas rare que le téléphone se mette à glisser lorsqu’on le pose sur une surface plane.

Le reste du design du Mi 5 est relativement standard et on retrouve donc un port USB Type-C et deux rangées d’orifices réservées au haut-parleur (mono) et au micro sur sa tranche inférieure, ainsi que le port Jack 3,5mm et un port infrarouge sur sa tranche supérieure. Précisons qu’une coque ne sera pas du luxe pour protéger les tranches en aluminium, qui en un peu plus d'une semaine d'utilisation seulement arborent déjà quelques griffures.

xiaomi-mi-5-14

En raison de son écran de taille correcte et de ses bords réduits au maximum, l’utilisation du Mi 5 est ergonomique, même s’il reste difficile à une main d’accéder au coin supérieur opposé. Xiaomi a malheureusement fait primer l’esthétique sur le confort. Lorsque le Mi 5 est tenu fermement, ses bords biseautés rentrent dans la paume de la main de façon désagréable.

xiaomi-mi-5-15

Écran

Pour son Mi 5, Xiaomi a opté pour une dalle LCD IPS de très bonne qualité en Full HD. Au premier coup d’œil, on pourrait penser qu’il s’agit d’un écran AMOLED tant la luminosité et les contrastes sont élevés. Pourtant, les défauts des écrans organiques ne sont pas là et on retrouve également des blancs éclatants qui ne virent pas au jaune. De même, les angles de vision sont très larges et ses couleurs sont fidèles.

Ces très bons résultats sont d’ailleurs confirmés par notre sonde qui enregistre une luminosité de 660 cd/m² et un contraste de 2218:1, ce qui est tout bonnement exceptionnel, et même au-dessus des prévisions de Xiaomi. La température mesurée est quant à elle d’environ 7400°K, ce qui est un peu plus élevé que les 6500 de la moyenne idéale, sans que cela se ressente réellement au quotidien.

xiaomi-mi-5-9

Le choix du Full HD reste pertinent pour une diagonale de 5,15 pouces, générant ainsi une image à 428 PPP. Cela risque seulement de se montrer un peu léger à l’avenir avec la démocratisation de Daydream et de toutes les solutions de réalité virtuelle, mais pour une utilisation plus standard du smartphone, le rendu est plus que suffisant.

MIUI 7 et Marshmallow

La partie logicielle sur les smartphones importés est toujours délicate à traiter puisqu’elle a souvent été modifiée par le revendeur afin d’être adaptée au pays de destination. Dans notre cas, le Mi 5 a été acheté chez ibuygou et directement installé sous Android 6.0 Marshmallow (MRA58K) avec une ROM MIUI Global 7.2.4 (MMAMIDC) en français.

En outre, tous les services Google sont présents nativement ici aux côtés de certains services en chinois - qui peuvent heureusement être désinstallés. Il se peut que certains éléments ne soient pas entièrement traduits, laissant certains pans de texte en anglais, mais cela reste confiné à quelques options pointues du fin fond des paramètres.

xiaomi-mi5-version-bloatwares

La ROM reste fidèle à elle-même avec l’absence de tiroir d’applications lui donnant des airs d’iOS et ses nombreuses fonctionnalités de personnalisation. On peut par exemple noter la possibilité de choisir l’action associée à chacune des deux touches capacitives afin de choisir de quel côté se trouvent respectivement les boutons retour et multitâche. Pour ce dernier, il est en outre possible de le remplacer par le “menu” des anciennes versions d’Android. Enfin, le bouton physique central peut également être utilisé comme un bouton tactile et ainsi forcer un retour à l’écran d’accueil d’un simple effleurement. Une fonction rapidement stoppée de notre côté après une dizaine de retours non désirés dus à une sensibilité trop élevée.

xiaomi-mi5-ui

Bien d’autres éléments peuvent ainsi être personnalisés, depuis la position des paramètres rapides jusqu’à l’effet de transition entre deux pages d’accueil. En outre, comme c’est le cas chez de nombreux constructeurs, une boutique de thèmes propose de changer l’apparence de son téléphone de façon plus complète. On note d’ailleurs que certains d’entre eux changent radicalement certains points de l’interface, dont l’écran de verrouillage. Seule ombre au tableau, il est obligatoire de créer un compte Mi avant d’accéder à ce magasin virtuel.

xiaomi-mi5-themes

Déroutant de prime abord, surtout lorsqu’une des applications en chinois préembarquées se lance, MIUI s’avère donc très agréable à utiliser une fois l’ensemble bien appréhendé et configuré. Quant au tiroir d’applications, il peut facilement être retrouvé en installant un launcher d’applications.

Sans grande surprise, on retrouve également avec plaisir la fluidité du système liée à la légèreté de la ROM. Durant toute la période de test, le Mi 5 n’a montré aucun signe de faiblesse à ce niveau.

Performances

Avec un Snapdragon 820 et 3 (ou 4) Go de RAM, le Xiaomi Mi 5 est équipé comme la majorité des appareils haut de gamme du moment. Avec un écran “seulement” Full HD (là où les Samsung Galay S7 et LG G5 sont passés à la 2K), il a donc toutes les armes en mains pour rivaliser pleinement et afficher de très bonnes performances.

Sans surprise, il obtient des scores peu ou prou similaires à ceux des autres appareils équipés des mêmes composants, sans performer outre mesure. Il obtient même des résultats inférieurs sur la majorité des tests. Cela se ressent lors de nos tests sur sa fréquence de rafraîchissement de l’image, qui en plus de n’avoir rien d’exceptionnel est - un peu - moins stable que ses concurrents.

Cette légère différence se perçoit sur l’utilisation du CPU sur un même test. Là où le G5 affiche des oscillations nettes et précises sur une petite plage de fréquence de l’utilisation de ses cœurs les plus performants (entre 1,5 et 2 GHz essentiellement), le Mi 5, lui, semble forcer une utilisation à 2 GHz avec de nombreuses chutes en dessous de 1 GHz pour alléger la charge du processeur et ainsi éviter une surchauffe.

xiaomi-mi-5-gamebench-cpu-rr3

Ne dénigrons pas ses capacités pour autant. Bien que son processeur montre une certaine instabilité, il n'en reste pas moins très performant et ne fléchit pas lors des sessions de jeu. À l'utilisation, vous ne devriez pas remarquer les caprices de son CPU.

Réseau, GPS et capteur d’empreintes

Import chinois oblige, le Xiaomi Mi 5 n’est compatible qu’avec les bandes 4G LTE B1, B3 et B7. Seules deux des trois bandes utilisées en France sont donc présentes, comme d’habitude. Les abonnés de Free n’y verront aucun problème (l’opérateur n’utilisant pas cette fréquence), mais les autres pourront avoir quelques difficultés à capter leur réseau très haut débit dans certaines zones mal couvertes. En couverture en revanche, ils pourront apprécier la vitesse des réseaux de catégorie 6 (jusqu’à 600 Mb/s), bien que cette norme soit encore loin d’être exploitée par les opérateurs français. Le WiFi pour sa part est compatible avec les normes les plus rapides.

Du côté du GPS, le constat est également bon avec une géolocalisation rapide et précise et une boussole également fiable. Autant dire que nous n’avons rien à reprocher au Mi 5 sur ce point.

xiaomi-mi5-speedtest-gps

Concernant le capteur d’empreintes, Xiaomi a intégré une technologie très efficace aussi rapide que fiable. La différence avec un Galaxy S6 est flagrante. Comme sur ce dernier néanmoins, il est obligatoire d'appuyer sur le bouton physique pour déverrouiller le téléphone, y compris lorsqu'il est configuré pour fonctionner de façon tactile.

xiaomi-mi-5-3

Photo & Multimédia

Le Xiaomi Mi 5 embarque un capteur Sony IMX298 de 16 Mégapixels, que l’on retrouve entre autres sur le Huawei Mate 8. À l’époque, nous disions de celui-ci que la photo était « son petit talon d’Achille [...] notamment dès que la lumière vient à manquer », et il n’est donc pas surprenant de retrouver les mêmes défauts sur le Xiaomi Mi 5.

En plein jour, le résultat est de bonne facture, surtout lorsqu’on regarde le cliché sur l’écran du téléphone. La gestion des couleurs et des contrastes est généralement bonne. Il lui arrive cependant de peiner à gérer les fortes différences de luminosité, ce qui rend souvent un ciel entièrement blanc. Le mode HDR permet de relever un peu cela, au prix d'un rendu un peu plus irréel.

xiaomi-mi5-sample-12

En zoomant dans les images, on s’aperçoit que la netteté est très bonne et qu’il est possible de lire des détails lointains sans problème. Ce résultat semble néanmoins exacerbé artificiellement, ce qui détériore la qualité de l’image, faisant ressortir les pixels à l’instar de la fonction “netteté” de Photoshop ou Lightroom.

En intérieur, le résultat est rapidement plus mitigé, avec un bruit numérique omniprésent qui commence à apparaître en fonction de la luminosité. Enfin, dès lors que les conditions sont un peu difficiles, de nuit ou avec un éclairage électrique modéré, n’espérez plus garder autre chose qu’un léger souvenir multimédia, sombre et parsemé de petits grains.

xiaomi-mi5-sample-15

xiaomi-mi5-sample-26

Son

Le haut-parleur de son côté n’est pas mauvais, et on apprécie la justesse apparente de ses mediums. Ses basses en revanche sont légèrement saturées à leur maximum et résonnent dans la main en grésillant dans le haut-parleur, ce qui peut gêner pour certains types de contenus multimédias.

xiaomi-mi-5-6

Autonomie

Concernant l'autonomie du Mi 5, celui-ci se débrouille plus que correctement. Sur une journée, comptez environ 4 à 5 heures d'utilisation d'écran avec des utilisations mixtes (réseaux sociaux, mail, navigation, vidéo, un peu de jeu...), ce qui permettra pour les moins accros de tenir près de deux jours dans de bonnes conditions. Un passage quotidien par la case chargeur semble néanmoins indispensable pour un utilisateur un peu plus assidu.

Pour aller plus loin, un mode "Marathon" ou un mode "Veille" qui désactiveront certaines options (WiFi, data, etc.) en cas de besoin. Ces modes peuvent en outre être automatisés lorsque le téléphone atteint un certain seuil d'autonomie.

xiaomi-mi5-batterie

Lors de notre test habituel de batterie consistant à lire une vidéo YouTube d'une heure avec l'écran réglé à 200 cd/m², le Xiaomi Mi 5 n'a perdu que 11 % de batterie. À titre de comparaison, les LG G5 et HTC 10, tous deux équipés du même processeur ont perdu respectivement 11 % et 17 % sur le même test. Le Galaxy S7 quant à lui n'a perdu que 10 %.

Batterie disponible après une heure de vidéo (en %) :