Test du Xiaomi Mi A2 : l’ami de tous

Par Omar Belkaab 07 aout 2018

Le Xiaomi Mi A2 a été officialisé avec une idée fixe en tête : offrir un produit à l’excellent rapport qualité-prix. Cette promesse, nous l’entendons maintes fois, mais elle n’est pas toujours respectée. Qu’en est-il de cet appareil ? Rien ne vaut un test complet pour le savoir !

NB : Ce test publié originellement le 02 août 2018 a été remonté le 07 août, pour y ajouter notre vidéo.

Fiche technique

Modèle Xiaomi Mi A2
Version de l'OS Android 8.1
Interface Android Stock
Taille d'écran 5,99 pouces
Définition 2160 x 1080 pixels
Densité de pixels 403 ppp
SoC Snapdragon 660 à 2,2GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 512
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 32 Go, 64 Go, 128 Go
MicroSD Non
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:12 Mégapixels, Capteur 2: 20 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 20 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 5.0 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM 2x nano SIM
NFC Non
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3000 mAh
Dimensions 158,7 x 75,4 x 7,3 mm
Poids 166 grammes
Couleurs Rose, Rouge, Bleu, Noir, Or
Prix 193€
Fiche produit

Ce smartphone nous a été prêté par la marque.

Test vidéo

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Pas innovant, mais efficace

Difficile de critiquer le design du Xiaomi Mi A2. Difficile de l’encenser à coup de mélioratifs abracadabrantesques également. Ce smartphone fait partie de cette catégorie d’appareils dont la critique du design peut être résumée en une phrase simple, sans chichis : il est bien.

Je pourrais vous parler de la face avant ultra-classique avec des bordures bien visibles autour de l’écran, mais celles-ci ne sont absolument pas choquantes quand on connait le prix du Mi A2. En parlant d’éléments bien visibles, on peut notamment mentionner les capteurs présents sur le front de l’appareil. Notons en outre que le modèle que nous avons testé est blanc devant (avec une coque légèrement dorée) et que sur cette déclinaison, le contour noir de la zone d’affichage se fait remarquer, même s’il reste relativement fin. Petit détail sympa : les angles de l’écran sont arrondis.

Les tranches du téléphone ne tranchent pas la main et profitent d’une finition suffisamment soignée pour offrir une agréable sensation en main. Esthétiquement parlant, la jonction entre la face avant et les bords manquent de cohérence, d’uniformité et d’élégance. Cependant, on ne peut pas non plus parler d’un travail grossier.

Retournons l’objet et admirons la face arrière du Redmi S2… euh non, pardon du Mi A2. Excusez-moi, les deux appareils posés face retournée sur mon bureau se confondent facilement si le regard n’est pas averti. Le dos unibody est identique sur les deux modèles et on peut en dire de même pour l’intégration verticale et franchement protubérante du double appareil photo en haut à gauche — le terminal est bancal quand il est allongé.

Heureusement, le positionnement des antennes et la mention « Android One » tatouée sur le bas du dos du Mi A2 permettent de le différencier. Quant au lecteur d’empreintes, il est rond et positionné en haut au centre. Tout ce qu’il y a de plus classique, et le scanner fonctionne efficacement, même si l’écran n’est pas le plus rapide à se réveiller, hélas.

Ainsi, sans rien avoir de sensationnel, le Xiaomi Mi A2 est agréable à avoir en main. On terminera en indiquant que les boutons de verrouillage et de volume sont à droite, à l’opposé du tiroir double nano SIM, mais la microSD n’y a pas sa place. En bas, le connecteur USB-C est encadré par des grilles de haut-parleur, tandis que la prise jack a dit adieu.

Que la lumière soit ! Ah bah non…

Pour l’écran, il faut compter sur une diagonale de 5,99 pouces au ratio 18:9 et un affichage IPS LCD pour une définition Full HD+ (2160 x 1080 pixels). Globalement, la dalle est correcte, mais on note assez rapidement une domination un peu trop marquée de la couleur bleu et surtout que la luminosité joue des tours.

Sur ce dernier point, j’ai vraiment l’impression que Xiaomi a voulu faire un maximum d’économie à la fabrication. Déjà, en plein soleil, il devient bien difficile de distinguer ce qui est affiché à l’écran. Et ce qui m’a particulièrement agacé, c’est la sensibilité trop accrue du capteur de luminosité ambiante. Ainsi, en prenant une photo en mode paysage, le creux de ma main est forcément positionné à plusieurs centimètres du haut du téléphone. Cela n’a jamais posé problème sur le moindre appareil, mais sur le Mi A2 cela suffit à provoquer une grosse baisse de luminosité.

Pour ne rien arranger, la dalle prend bien son temps avant de rehausser la luminosité, c’est embêtant. Au bout d’un moment, j’ai fini par craquer et désactiver purement et simplement le mode adaptatif pour régler manuellement le curseur jusqu’à la fin de mon test.

Soumis à notre sonde colorimétrique, l’écran affiche une luminosité maximale de 400 cd/m² ce qui est vraiment très (trop) juste. Concernant la température des couleurs, on tourne autour de 8 500 K, ce qui est très froid et malheureusement, il n’est pas possible d’ajuster cela dans les paramètres. Enfin, le contraste est, lui, très bon avec un rapport de 1457:1.

Le spectre sRGB ne pose aucun problème au Mi A2, son écran le couvre parfaitement.

Android One for all

Le Xiaomi Mi A2 a l’honneur de faire partie du club Android One et garantit ainsi des mises à jour réactives. L’appareil devrait ainsi rapidement goûter à Android P tandis qu’il tourne actuellement sur la version 8.1 d’Oreo.

Android One oblige : l’interface est débarrassée de logiciels superflus. On se concentre ici sur l’essentiel de l’expérience Android telle qu’elle a été imaginée par Google. L’ensemble tourne de manière très efficace et il faut vraiment ouvrir une immense flopée d’applications pour voir quelques lenteurs sur le multitâches. Et comme mentionné plus haut dans la partie Design, l’écran met un peu de temps à s’activer au sortir de la veille.

Au-delà de ces quelques limitations fort excusables, l’expérience utilisateur est ultra basique, mais fait très bien le job. Hélas, comme sur tous les appareils du programme Android One, quelques options supplémentaires de personnalisation ne seraient pas de refus. Mais ne boudons pas notre plaisir.

Bémol : la version que nous avons testée ne profitait que de 32 Go de stockage. Sans possibilité d’insérer une microSD, on est vite à l’étroit. Le système occupe déjà 12 Go.

¡ Audios mio !

En ce qui concerne le son, la qualité audio n’impressionne jamais, mais elle se révèle toujours suffisante pour apprécier une musique, sauf pour les mélomanes. Ces messieurs-dames les puristes ne manqueront pas de faire la moue en se rendant compte que les basses manquent clairement de puissance sur le haut-parleur et que la compression se fait, mine de rien, bien ressentir.

Si vous êtes aussi profane que moi, cela conviendra pour les rares occasions où le haut-parleur est vraiment sollicité pour de la musique. Le casque audio reste notre meilleur ami en toutes circonstances.

Photo : bonne surprise dans l’ensemble

Pour la photo, le Xiaomi Mi A2 s’appuie sur un couple de capteurs. Et c’est le téléphone lui-même qui détermine de manière autonome lequel des objectifs doit être utilisé en fonction de leurs qualités respectives et de la scène immortalisée :

  • 12 mégapixels, f/1,75, 1/2,9 pouces, 1,25 µm ;
  • 20 mégapixels, f/1,75, 1/2,8 pouces, 1 µm.

Pour quel résultat ? Quand les conditions adéquates sont réunies, en extérieur comme en intérieur, l’appareil s’en tire extrêmement bien. De belles couleurs, un niveau de détails très satisfaisants et une gestion des dynamiques pas toujours parfaite, mais jamais vraiment mise en défaut.

Notez que par défaut, le filigrane « Shot on Mi A2 Mi Dual Camera » est activé. J’ai mis du temps à m’en rendre compte avant de désactiver cette option panneau de publicité que je n’apprécie vraiment pas.

Il s’agit là d’un vrai point fort de ce téléphone. On notera par ailleurs qu’il est possible d’effectuer de jolis effets bokeh. Attention tout de même, il n’est pas exclu que vous passiez de longues secondes à trouver la bonne mise au point — cette entreprise se révèle un tantinet laborieuse pour le Mi A2 de temps à autre. Pour l’excuser, gardons en tête le fait que, quand c’est réussi, cela en vaut le coup.

La nuit, le résultat est bien moins appréciable. Vraiment. Le Xiaomi Mi A2 galère énormément à garantir un minimum de netteté. Le bruit est omniprésent et sur certains clichés, on a même l’impression qu’un léger brouillard est présent.

En faible luminosité, le double appareil photo démontre un grand nombre de limites et a bien du mal à déterminer le comportement à adopter. Sur les exemples ci-dessous, par exemple, je n’ai pas bougé d’un iota entre les deux prises de vue et je suis resté fermement appuyé contre la rambarde du pont pour éviter de trembler. Sur l’image de gauche, l’exposition est bien trop longue et ressemble surtout à du light painting involontaire tandis que, sur la seconde, la scène est tout simplement floue. À sa décharge, les conditions étaient ici particulièrement complexes pour un smartphone de cet acabit. Globalement, il n’y a même rien d’étonnant à voir un terminal aussi abordable sacrifier ses performances photo en faible luminosité.

À noter qu’à de rares occasions, le Mi A2 réussit à produire des images correctes en conditions complexes, mais c’est un peu trop aléatoire. Autre chose à savoir quand la lumière se fait très rare, le téléphone force le HDR (quand il est en mode automatique). Le temps de calcul en prend un sévère coup et il faut surtout s’assurer de ne pas bouger. Sinon on obtient une peinture abstraite, c’est garanti.

Permettons-nous un petit mot sur le mode Portrait : celui-ci s’en sort plutôt bien, mais là aussi le temps de calcul de l’appareil est assez long. Vous ne pourrez certainement pas mitrailler votre copain ou copine quand vous souhaiterez mettre en valeur son plus beau profil. Quelques ratés ont lieu ici et là, mais la qualité est, dans la très grande majorité des cas, au rendez-vous.

De l’autre côté, le capteur frontal de 20 mégapixels (f/1,8) pourrait être résumé de la même manière : très correct dans de bonnes conditions que ce soit dans la lumière du soleil ou à la maison. La nuit, il souffre bien plus, sans que le tout soit à jeter pour autant.

Pour la vidéo, vous pouvez filmer jusqu’en 4K UHD. Globalement, il n’y a rien de particulier à signaler si ce n’est que l’on doit souvent composer avec des parties de l’image sous-exposées dès qu’il y a une source de lumière un peu forte à un autre endroit de la scène capturée.

Performances : on n’est pas bien là ?

Au sein du Xiaomi Mi A2, on trouve un Snapdragon 660 couplé à 4 Go de RAM sur le modèle testé ici. C’est l’une des forces majeures du téléphone qui est le seul à proposer une telle puce en étant vendu aussi peu cher. Mais concrètement, qu’est-ce que cette configuration offre en termes de puissance ? Au quotidien, j’ai été très satisfait des performances de l’appareil. Les tâches au quotidien sont parfaitement exécutées et comme nous l’avons déjà signalé, il faut bourrer le multitâches pour voir quelques lenteurs.

En jeu, on n’est pas sur les meilleures performances du monde évidemment. Néanmoins, sur une partie d’Arena of Valor avec les paramètres graphiques poussés à fond, le Mi A2 sait maintenir un solide 60 FPS constant avec de très rares (j’insiste, très rares) accrochages qui ne durent qu’une fraction de seconde. Rien qui ne vient vraiment gâcher l’expérience sur ce jeu optimisé pour toutes les configurations.

Sur un jeu comme PUBG, il vaut mieux laisser les graphismes au niveau moyen. Mais vous pouvez tout de même pousser les paramètres secondaires au maximum pour que le jeu tourne toujours avec un maximum d’images par seconde et en qualité HD. Cela fait un tout petit peu chauffer le téléphone, mais il réussit tout de même à tenir très correctement la charge, sans montrer de signe particulier de faiblesse.

  Xiaomi Mi A2 Nokia 7 Plus Xiaomi Mi A1 Wiko View 2 Pro
SoC Snapdragon 660 Snapdragon 660 Snapdragon 625 Snapdragon 450
AnTuTu 7.x 129 628 140 565 n/c 69 321
PCMark (Work 2.0) 6 088 6 132 4 733 4 525
3D Mark Sling Shot Extreme 1 294 1 330 466 445
3D Mark Sling Shot Extreme (Graphics) 1 156 1 159 382 366
3D Mark Sling Shot Extreme (Physics) 2 221 2 754 2 010 1 812
GFXBench (Manhattan onscreen / offscreen) 21 / 22 FPS 21 / 23 FPS 9,9 / 9,7 FPS 16 / 9,3 FPS
GFXBench (Car Chase onscreen / offscreen) 8,5 / 9 FPS 8,6 / 9 FPS 3,5 / 3,5 FPS 6,5 / 3,4 FPS
Lecture / écriture séquentielle 280 / 143 Mo/s 273 / 126 Mo/s 278 / 208 Mo/s n/c
Lecture / écriture aléatoire 21,5k / 17,8k IOPS 11,2k / 3,4k IOPS 12,5k / 3,8k IOPS n/c

Sur le tableau suivant, on peut voir que le Nokia 7 Plus exploite mieux le Snapdragon 660, mais la différence est loin d’être accablante pour le Mi A2, d’autant plus que l’appareil de HMD est vendu bien plus cher. Par ailleurs, celui-ci creuse un vrai fossé avec son prédécesseur ainsi qu’avec le Wiko View 2 Pro qui se positionne sur le même segment tarifaire.

Auto no Mi A2

En termes d’autonomie, le Xiaomi Mi A2 assure bien le boulot. Sa batterie de 3 010 mAh permet de tenir aisément une journée ou un peu plus en utilisation poussée. Il n’y a jamais de mauvaises surprises, même si on ne peut pas non plus affirmer que le smartphone est très impressionnant. Au lieu de cela, il a tout de même le mérite d’être rassurant et c’est déjà très bien.

Sur une partie de PUBG en Wi-Fi par exemple, j’ai perdu environ 16 % en un peu plus de 30 minutes de jeu. C’est une performance très correcte qu’il est bon de saluer. L’ouverture d’un grand nombre d’applications en même temps l’épuise un peu, mais il est très bon en veille. Par ailleurs, la prise de photos et la lecture vidéo tirent logiquement un peu plus sur la batterie, mais sans jamais la faire fondre tandis que la navigation web n’est pas particulièrement énergivore.

Lors de notre protocole de test ViSer personnalisé simulant une utilisation variée, le Xiaomi Mi A2 a su tenir bon pendant 8 heures et 52 minutes. Un score qui se range dans la moyenne « normale » des appareils ayant subi la même épreuve.

Quant à la recharge, elle est assez efficace sans être phénoménale et permet de passer de 8 à 43 % de batterie en 30 minutes avant d’arriver à 77 % sur la demi-heure suivante.

Réseau et communication

Pendant les appels, mes interlocuteurs ont toujours pu m’entendre sans problème malgré le fait que les bruits environnants de la ville n’étaient pas totalement masqués. Cependant, ma voix paraissait plus forte et grave selon eux. Côté 4G, je n’ai jamais rencontré le moindre problème pour accrocher le réseau d’Orange en région parisienne. Notons que le téléphone n’est pas compatible avec la bande 700 MHz.

En ce qui concerne le GPS, il a toujours su me localiser avec grande précision, mais j’ai dû recalibrer la boussole à plusieurs reprises avant de pouvoir l’utiliser sans me tromper de direction.

Prix et disponibilité

Le Xiaomi Mi A2 est disponible en France pour 269 euros dans sa version 32+4 Go, 299 euros pour celle à 64+4 Go (c’est celle qui nous parait la plus intéressante) et il faut monter à 349 euros pour le modèle profitant de 128 Go de stockage et 6 Go de RAM. Retrouvez toutes les offres en cliquant ici.

Sachez aussi qu’il existe un Xiaomi Mi A2 Lite moins cher et aux caractéristiques plus modestes.

Galerie photo

Test Xiaomi Mi A2 Le verdict

design : 7/10

Sobre et sans aucune originalité, le design du Xiaomi Mi A2 reste tout de même très efficace et agréable en main. On n'en demande pas vraiment plus à moins de 300 euros. Deux choses dérangent cependant : l'appareil photo trop protubérant et l'absence de prise jack.

écran : 7/10

Dommage que la luminosité ne soit pas plus poussée que cela ! L'écran du Xiaomi Mi A2 souffre également d'une température des couleurs trop froide que l'on ne peut pas régler dans les paramètres. Il reste néanmoins fonctionnel dans la plupart des cas et profite par ailleurs d'un très bon contraste.

logiciel : 8/10

Si quelques options supplémentaires n'auraient pas été de refus, le Mi A2 sous Android One offre une expérience utilisateur agréable et fluide. C'est tout en simplicité, mais cela suffit à être parfaitement satisfaisant. Par contre, le système occupe déjà une bonne partie du stockage sur la version 32 Go, pourtant non extensible.

caméra : 7/10

Il n'est peut-être pas bon en faible luminosité, mais le double appareil photo fait preuve d'une qualité bien plus élevée que celle attendue sur un smartphone de cette gamme de prix dès que les conditions sont clémentes. Le mode Portrait est bien sympa à utiliser également.

performances : 8/10

Les ralentissements et performances en demi-teintes sont malheureusement assez courants sur les smartphones à prix doux. Sur le Mi A2, ces défauts sont, au contraire, quasi inexistants. Rien à redire sur ce point.

autonomie : 8/10

Sans être excellente, l'autonomie est tout de même largement suffisante pour tenir plus d'une journée sans inquiétude. Oublier de recharger le téléphone la nuit ne vous mettra pas dans la mouise et c'est une garantie toujours bonne à prendre. Attention simplement à ne pas pousser le bouchon trop loin sur la lecture vidéo et sur les jeux tout en sachant que vous profitez d'une bonne marge de manœuvre.

Note finale du test 8/10
À l'instar de son devancier, le Xiaomi Mi A2 est un smartphone au très bon rapport qualité/prix. Sur certains aspects, il a clairement souffert de certains sacrifices, mais l'expérience qu'il offre dans sa globalité vaut vraiment le détour pour un tarif aussi abordable.

Du côté de la photo et des performances, il est clairement au-dessus de ses concurrents directs. Il s'en sort assez bien en autonomie et en ce qui concerne le logiciel, l'efficace simplicité offerte par Android One suffit à ravir l’utilisateur. En contrepartie, il faudra composer avec un design perfectible et amputé de la prise jack.

L'écran est un tantinet trop faible en termes de luminosité et, clairement, un espace pour la microSD aurait été fort appréciable, surtout sur la version 32 Go que nous avons testée. Mais s'il n'est pas excellent et il est diablement convaincant et c'est sans hésitation que nous vous le recommandons chaudement.
  • Points positifs
    • Belle qualité photo en journée
    • Android One et ses mises à jour
    • Bonnes performances
    • Son rapport qualité-prix
  • Points négatifs
    • Pas de prise jack
    • Luminosité d'écran trop juste
    • Pas de slot microSD
    • Des photos de nuit trop laborieuses
Contenus Sponsorisés
Read more...