Introduction

Après son Mi 8 lancé après l’été, Xiaomi a lancé une déclinaison « Pro » de son smartphone. Au programme, des composants identiques, mais un design avec une coque transparente et, surtout, un lecteur d’empreintes digitales intégré dans l’écran. De quoi permettre au Xiaomi Mi 8 Pro de faire face au OnePlus 6T ? On vous dit tout dans notre test.

Le dos du Xiaomi Mi 8 Pro

Qu’il s’agisse du format, des composants, de l’écran ou de la partie photo, le Xiaomi Mi 8 Pro est une déclinaison du Mi 8. Nous avions déjà testé en profondeur le précédent smartphone du constructeur et nous n’allons donc pas nous attarder sur les caractéristiques et performances identiques de son successeur. Ce test visera surtout à évaluer les nouveautés du Mi 8 Pro comme le design transparent ou le lecteur d’empreintes dans l’écran.

N’hésitez pas à consulter le test du Xiaomi Mi 8 pour avoir un aperçu complémentaire de ce que peut proposer le Xiaomi Mi 8 Pro.

À lire sur FrAndroid : Test du Xiaomi Mi 8 : le smartphone sans gros défauts

Fiche technique

Modèle Xiaomi Mi 8 Pro
Version de l'OS Android 8.1
Interface MIUI
Taille d'écran 6,21 pouces
Définition 2248 x 1080 pixels
Densité de pixels 402 ppp
SoC Snapdragon 845 à 2,8GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 630
Mémoire vive (RAM) 6 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go
MicroSD Non
Appareil photo (dorsal) Double capteur 12 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 20 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 5.0 + ADP + aptX + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3000 mAh
Dimensions 154,9 x 74,8 x 7,6 mm
Poids 177 grammes
Couleurs Rose, Noir, transparent
Prix 599€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Design

Le Xiaomi Mi 8 Pro est plus qu’un cousin du Xiaomi Mi 8. Il pourrait s’agir d’un faux jumeau tant les deux appareils sont proches. Au premier coup d’oeil, rien ne vient différencier les deux smartphones du constructeur chinois. Ils ont le même gabarit de 154,9×74,8×7,6 mm avec un poids quasiment identique à deux grammes près. En façade, on retrouve le même écran de 6,21 pouces avec un menton assez épais de 8 mm et surtout une encoche particulièrement large. Elle vient en effet découper 3,9 cm de l’écran sur sa hauteur et 3,1 cm sur sa partie basse.

L’encoche du Xiaomi Mi 8 Pro

Autant on pourrait comprendre que Xiaomi intègre une encoche aussi large sur le Mi 8 Explorer Edition commercialisé en Chine, en raison de la reconnaissance faciale 3D et des différents capteurs. En revanche, le Mi 8 Pro ne bénéficie pas de ces fonctionnalités et l’encoche est surtout un frein esthétique, mais également pratique comme on y reviendra dans la partie logicielle.

La prise USB du Xiaomi Mi 8 Pro est teinte en rouge

Sur la tranche inférieure, Xiaomi propose une simple prise USB-C colorée en rouge entourée par deux grilles de haut-parleur, malheureusement sans prise jack. À gauche, le constructeur a intégré un tiroir pour double carte nano-SIM. On notera cependant qu’il n’est pas possible d’étendre la mémoire avec une carte microSD. Sur la tranche droite, on retrouve la barre de réglage du volume ainsi que le bouton de mise sous tension. Particularité de la version transparente que nous avons pu tester, cette touche n’est pas noire comme les autres, mais rouge. Un détail du design plutôt plaisant et qui donne un petit cachet au smartphone.

La touche de mise sous tension est également colorée

Mais le cachet, on va surtout le retrouver avec le dos du Mi 8 Pro. S’il existe en plusieurs coloris, nous avons pu tester le modèle transparent. Et clairement, il en jette ! C’est peut-être mes souvenirs de ma toute première Game Boy avec son châssis transparent qui remontent, mais je dois bien avouer que ce design marche très bien pour moi. J’ai beau savoir que les composants visibles par transparence sont factices, qu’il ne s’agit que d’une planche de plastique, l’effet est très convaincant. Surtout, ce design transparent est une vraie originalité sur le marché des smartphones. En face, seul HTC a osé proposer ce type de coque, mais uniquement avec son HTC U12+ et son futur HTC Exodus, tous deux vendus 200 euros de plus que le Mi 8 Pro.

Seul regret, que le dos prenne autant les empreintes de doigts, visibles notamment en cas de forte luminosité. On notera enfin que le module photo, doté de deux objectifs positionnés à la verticale avec un flash au milieu, est positionné, comme d’habitude chez Xiaomi, en haut à gauche.

Écran

Concernant l’affichage, le Xiaomi Mi 8 Pro se calque complètement sur le Mi 8. On retrouve ainsi une dalle Amoled de 6,21 pouces affichant 1080×2248 pixels pour une densité de 402 pixels par pouce et un ratio de 19:9.

L’écran du Xiaomi Mi 8 Pro

À l’usage, la dalle du Mi 8 Pro est parfaitement lumineuse, avec des contrastes très profonds. Jusque là, rien que du classique pour une dalle Amoled. On notera cependant que de base, l’affichage du Mi 8 Pro paraît plutôt froid. Heureusement, le système MIUI permet de modifier la colorimétrie dans les paramètres d’affichage. Il est possible de calibrer avec trois « contrastes » différents : contraste automatique, augmenter le contraste ou par défaut. On peut également modifier la température des couleurs pour étalonner plus précisément l’écran.

L’écran du Mi 8 Pro affiche l’ensemble du spectre sRGB

Dans nos mesures, le Mi 8 Pro confirme la qualité de son écran. On a ainsi pu mesurer une luminosité maximale allant jusqu’à 661 cd/m² et un contraste effectivement infini. Pour les couleurs, notre sonde a mesuré une température à 7 700 K dans le mode « contraste automatique ». Une température bien plus froide que la lumière du soleil, à 6 500 K. Heureusement, on s’en rapproche avec le mode « par défaut », mesuré à 6 800 K.

Logiciel

Au moment où j’écris ces lignes, le smartphone de Xiaomi est proposé avec Android Oreo 8.1 et le patch de sécurité d’août 2018. On aurait apprécié une mise à jour plus récente. Pour MIUI il s’agit de la version 9.6.3.0 de l’interface maison de Xiaomi.

Profiter de toutes les fonctionnalités du Mi 8 Pro vous demandera de plonger les mains dans le cambouis. Si le lecteur d’empreintes digitales est accessible directement, il faudra néanmoins changer votre zone et paramétrer le smartphone comme étant utilisé à Hong Kong pour activer la reconnaissance faciale. Probablement une limitation due au fait que l’appareil n’est pas encore commercialisé en France au moment où l’on écrit ces lignes.

Une encoche toujours aussi mal gérée

Pour la plupart des usages, le Mi 8 Pro reprend donc le même logiciel que le Mi 8. On retrouve la même interface MIUI hautement personnalisable, à l’exception notable des boutons de navigation, qu’il n’est pas possible d’inverser. Comme sur tous les smartphones Xiaomi intégrant une encoche, on regrettera également son intégration particulièrement mal pensée. À sa gauche s’affiche l’heure. À sa droite s’affichent la batterie et les icônes de statut réseau. Et c’est tout. Les notifications ? Pas la place. Le réveil ou l’icone Bluetooth ? Pas davantage.

Je n’ai habituellement aucun souci avec les encoches sur les smartphones. J’arrive très bien à les oublier et à y voir un avantage pour ce qu’elles permettent de gagner en affichage d’écran et en bordure sur le haut du smartphone. En revanche, le choix de Xiaomi, répété sur le Mi 8, le Pocophone F1, le Redmi Note 6 Pro ou le Mi 8 Pro reste incompréhensible à mes yeux. Android fonctionne essentiellement par les notifications. Et ne pas permettre d’en afficher en haut de l’écran est une hérésie.

Un lecteur d’empreintes sous l’écran très convaincant

Après le Huawei Mate 20 Pro, le OnePlus 6T et le Oppo RX17 Pro, le Xiaomi Mi 8 Pro est le quatrième smartphone annoncé en France à intégrer un lecteur d’empreintes non plus au dos ou sous l’écran, mais directement derrière celui-ci.

Concrètement, après vous avoir demandé de paramétrer l’enregistrement de vos empreintes, vous pourrez très simplement déverrouiller votre smartphone simplement en posant votre doigt à l’emplacement indiqué par une petite animation. Le Mi 8 Pro parvient même à faire mieux que le OnePlus 6T sur ce point. Si le smartphone de OnePlus nécessite d’avoir l’icône de l’empreinte allumée, que ce soit sur l’écran de verrouillage ou en always on, pour déverrouiller avec son doigt, le Xiaomi Mi 8 Pro peut le faire à la volée, même lorsque l’écran est complètement éteint.

Le lecteur d’empreinte fonctionne même lorsque le smartphone est en veille

Le lecteur d’empreintes du Xiaomi Mi 8 Pro est intégré directement à l’écran. La lecture d’empreintes vous demandera d’appuyer relativement fortement sur l’écran, mais elle s’effectue assez rapidement, en moins d’une demie-seconde. Un laps de temps suffisamment court pour ne pas être frustrante à l’utilisation.

Comme on l’a vu précédemment, le lecteur optique d’empreintes digitales peut être utilisé en plus de la reconnaissance faciale. Celle-ci vous permet d’accéder directement au bureau du smartphone sans passer par l’écran de verrouillage lorsque vous sortez le smartphone de veille en appuyant sur le bouton de mise sous tension. Elle est là aussi particulièrement rapide, mais restera peu sécurisée, puisqu’il s’agit d’une simple reconnaissance de visage et non pas d’un scan 3D.

On peut utiliser le lecteur d’empreintes depuis l’écran de verrouillage du Mi 8 Pro

Enfin, comme sur le Pocophone F1 ou le Mi 8 premier du nom, on notera que le Xiaomi Mi 8 Pro n’est compatible qu’avec le niveau L3 du système de DRM Widevine. Concrètement, il ne sera ainsi pas possible de profiter en HD de films et séries sur certaines plateformes de sVOD comme Netflix, Molotov, Amazon Prime Video ou myCanal.

Performances

Le Xiaomi Mi 8 Pro est équipé, comme son prédécesseur, du processeur Snapdragon 845. Pour la mémoire vive, celui-ci est adossé à 6 ou 8 Go de RAM selon les versions. Dans notre cas, nous avons pu tester un modèle avec 8 Go de RAM et 128 Go de stockage.

À l’usage, le smartphone s’en sort très bien, sans surprise. L’appareil est parfaitement fluide dans la navigation comme dans les jeux, y compris sur PUBG Mobile avec les paramètres graphiques fixés au maximum.

Afin de comparer les performances du Xiaomi Mi 8 Pro à ses concurrents, nous l’avons soumis à une série de benchmarks. Nous avons choisi de le comparer au Mi 8, équipé du même processeur, mais également au OnePlus 6T, dont il est le concurrent direct, et aux Samsung Galaxy S9 et Huawei P20 Pro, désormais disponibles à des tarifs similaires, à moins de 600 euros.

 Xiaomi Mi 8 ProXiaomi Mi 8OnePlus 6TSamsung Galaxy S9Huawei P20 Pro
SoCSnapdragon 845Snapdragon 845Snapdragon 845Exynos 9810Kirin 970
AnTuTu 7.x288 613266 201297 132242 627209 894
PCMark 2.08 3218 2458 6415 4187 233
3DMark Slingshot Extreme4 3004 1624 7383 2442 874
3DMark Slingshot Extreme Graphics5 1785 1645 2573 5322 865
3DMark Slingshot Extreme Physics2 6992 4783 5212 5252 905
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)31 / 31 FPS33 / 35 FPS32 / 35 FPS26 / 28 FPS23 / 23 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)57 / 63 FPS59 / 82 FPS59 / 83 FPS57 / 73 FPS55 / 62 FPS
Lecture / écriture séquentielle694 / 201 Mo/s729 / 192 Mo/s736 / 202 Mo/s820 / 204 Mo/s826 / 196 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire35,1k / 5,9k IOPS34,5k / 5,6k IOPS35,4k / 5,6k IOPS32,8k / 5,8k IOPS38k / 40k IOPS

Logiquement, le Xiaomi Mi 8 Pro arrive à des résultats très similaires à ceux du Mi 8. On notera cependant qu’il s’en sort globalement mieux que son prédécesseur sur AnTuTu, PCMark et 3DMark. Il parvient également à des scores supérieurs à ceux du Galaxy S9 et du P20 Pro. Des résultats plutôt logiques compte tenu performances du Snapdragon 845, meilleures que celles des Exynos 9810 et Kirin 970.

En revanche, le Mi 8 Pro ne parvient pas à dépasser les excellents résultats du OnePlus 6T, qu’il s’agisse des performances graphiques ou de la puissance de calcul brute.

Appareil photo

Du côté de la photo, le Xiaomi Mi 8 reprend exactement le même module arrière que le Mi 8, à savoir un double appareil photo. Le premier, de 12 mégapixels, dispose d’un objectif avec une ouverture de f/1,8, tandis que le second capteur de 12 mégapixels également, propose une ouverture de f/2,4. Le second appareil est utilisé ici comme un zoom x2, pour passer d’une focale équivalent 28 mm à une focale équivalent 56 mm.

À l’usage, on trouve donc le même constat que sur le Mi 8 et la même frustration sur certains aspects. Comme d’habitude, nous avons effectué la plupart de nos clichés en mode complètement automatique, y compris pour le HDR, sauf précision.

À gauche, l’objectif grand-angle, à droite le zoom :

En plein jour, le smartphone s’en sort très bien, avec de nombreux détails et une bonne gestion du HDR. On aura cependant tendance à regretter une exposition automatique qui fait parfois défaut comme sur la photo de l’arche, en haut de notre sélection, où nous avons dû nous y reprendre à plusieurs fois pour avoir de la lumière ailleurs que dans le ciel. Cependant, sur la photo avec le soleil, on peut voir que le smartphone peut avoir du mal à gérer les fortes sources de lumière. Un problème accru en basse luminosité.

En basse lumière ou en intérieur, c’est là que le mi 8 Pro va avoir le plus de difficultés. En intérieur, les photos semblent voilées, avec beaucoup de bruit numérique. En pleine nuit, on retrouve parfois un halo particulièrement disgracieux et très grand autour des sources de lumière.

Pour les portraits, le Mi 8 Pro s’en sort là aussi particulièrement bien, y compris en basse lumière, en intérieur. On notera cependant qu’à l’instar des iPhone ou des Galaxy S et Note, le mode portrait ne peut être activé qu’avec la longue focale et donc pas pour le grand-angle. Les photos sont nettes avec une teinte de la peau respectée. Dommage cependant que l’objectif zoom n’ouvre qu’à f/2,4, le grain de la peau étant parfois flouté.

À gauche, une photo prise avec le capteur grand-angle, à droite avec le zoom :

À gauche, une photo prise en mode portrait, à droite avec le zoom :

En selfie aussi, le Mi 8 Pro s’en sort convenablement. À condition de désactiver le mode beauté, le smartphone parvient à capturer tous les détails de la pilosité faciale et à restituer le grain de la peau sans problème, tout comme la pâleur du visage. On saluera également les bonnes performances du mode portrait qui parvient excellemment bien à découper les cheveux de l’arrière-plan flouté.

Autonomie

Alors que le Xiaomi Mi 8 profite d’une batterie de 3 400 mAh, celle du Mi 8 Pro est limitée à 3 000 mAh. À l’usage, nous avons pu utiliser le Xiaomi Mi 8 Pro pendant un peu plus de 34 heures, dont 4h30 avec l’écran allumé avant qu’il ne tombe à court de batterie. Un score plutôt moyen malgré de longues périodes de veille.

Nous avons également fait passer le Xiaomi Mi 8 Pro sur notre protocole de test d’autonomie ViSer personnalisé. C’est là que les faiblesses du smartphone se font ressentir. Si le test, qui émule une suite d’usage (navigation, vidéo, jeu, veille, appels) a pu s’exécuter à 100%, le Xiaomi Mi 8 Pro n’aura tenu que pendant 7h37 avant d’arriver à 10 % d’autonomie.

Comparé aux 10h33 du OnePlus 6T ou aux 8h56 du Xiaomi Mi 8, c’est peu dire que le score du Mi 8 Pro fait pâle figure. Il arrive en queue de notre classement, précédé uniquement du Sony Xperia XZ3.

On notera tout de même que le Mi 8 Pro est compatible avec le protocole Quick Charge 4.0 et fourni avec un bloc secteur délivrant 18W. Cependant, le bloc fourni avec le smartphone étant dans notre cas un bloc secteur anglais, nous avons dû utiliser un adaptateur universel en plus pour tester la vitesse de cette charge rapide. Dans notre cas, le smartphone est passé de 6 à 59% en 30 minutes de charge, avant d’atteindre 87% après 60 minutes. En tout, il a fallu 1h20 pour atteindre 100%.

Prix, date de sortie & alternatives

Le Xiaomi Mi 8 Pro sera disponible à partir du 10 novembre dans la boutique Mi Store du Forum des Halles, à Paris, puis chez les revendeurs en ligne. Xiaomi n’indique cependant pas de date de lancement chez les sites de e-commerce. Au lancement, une seule version du Xiaomi Mi 8 Pro sera proposée, avec le dos en verre transparent, 8 Go de RAM et 128 Go de stockage. Le smartphone sera vendue à 599 euros.

À ce tarif, le Xiaomi Mi 8 Pro fait surtout face au OnePlus 6T, vendu dans la même gamme de prix, mais également aux Galaxy S9 et Huawei P20 Pro, deux appareils hauts de gamme sortis en début d’année et désormais disponibles autour de 500 euros.

Galerie photo

Test Xiaomi Mi 8 Pro Le verdict

design
9
Le design du Xiaomi Mi 8 Pro est son véritable atout. Le modèle transparent que nous avons pu tester, même s'il ne laisse voir qu'une fausse planche de composants, est tout à fait original. On apprécie également le lecteur d'empreintes sous l'écran, très pratique. Dommage néanmoins que le smartphone prenne autant les traces de doigts.
écran
9
Le grand écran Amoled du Xiaomi Mi 8 Pro offre une belle luminosité, un excellent contraste et une colorimétrie fidèle, du moins à condition de passer dans les paramètres de calibrage. On aurait apprécié cependant une luminance un peu plus élevée encore.
logiciel
7
Qu'on aime ou qu'on déteste MIUI, l'interface de Xiaomi ne laisse pas indifférente. On apprécie notamment les nombreuses options de personnalisation. Cependant, la gestion de l'encoche chez Xiaomi reste incompréhensible, puisqu'elle ne permet d'afficher aucune notification. Dommage que MIUI 10 ne soit pas disponible au lancement.
performances
9
Grâce à son processeur Snapdragon 845, le Xiaomi Mi 8 Pro fait partie des appareils les plus performants du marché. S'il est dépassé par le OnePlus 6T dans les benchmarks, à l'usage le smartphone s'avère particulièrement fluide, aussi bien dans la navigation que dans les jeux.
caméra
8
En plein jour, le Mi 8 Pro ne posera aucun problème, à condition d'avoir la bonne exposition. Pour les portraits aussi, le smartphone s'en tire particulièrement bien, même avec l'effet bokeh activé. C'est surtout en basse lumière que l'appareil va souffrir, notamment en présence de fortes sources de lumière.
autonomie
6
C'est là le gros point faible de l'appareil. En sacrifiant la batterie de 3 400 mAh du Mi 8 pour un modèle de 3 000 mAh, Xiaomi a plombé l'autonomie de son Mi 8 Pro. Nous avons pu l'utiliser une trentaine d'heures avec un usage modéré et surtout, il s'agit d'un des appareils les moins autonomes testés cette année.
Note finale du test 7/10
Si l'on pouvait pardonner certains errements du Xiaomi Mi 8 en raison de son tarif plus attractif, c'est nettement moins le cas du Mi 8 Pro. Avec un tarif de 600 euros, il vient en effet lutter directement sur les terres du OnePlus 6T et peine à justifier les maigres évolutions apportées par rapport à son frère aîné.

Certes, le dos transparent est une bonne idée, certes le lecteur d'empreintes sous l'écran fonctionne bien, mais cela ne justifie pas pour autant une telle hausse tarifaire. MIUI a toujours un mal fou à gérer l'encoche de manière logicielle, tant et si bien qu'elle gâche clairement l'expérience. Par ailleurs, la faible batterie du smartphone se ressent à l'usage et on aurait largement préféré se passer de lecteur d'empreintes dans l'écran pour conserver ces 400 mAh qui font toute la différence. En fait, c'est ça, on aurait préféré un Xiaomi Mi 8.

Le Mi 8 Pro est une approche originale, mais est-elle nécessaire ? Pas sûr. Le Xiaomi Mi 8 est désormais disponible à moins de 400 euros tandis que le OnePlus 6T en version premier prix est à 560 euros, avec une meilleure autonomie et une gestion de l'encoche plus assurée.
  • Points positifs
    • Design très original pour le modèle transparent
    • Lecteur d'empreintes très pratique
    • Bonnes performances
    • Écran Amoled lumineux
  • Points négatifs
    • Autonomie médiocre
    • Photos moyennes en basse lumière
    • Très mauvaise gestion de l'encoche
    • (Pas de prise jack)