Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Xiaomi Mi 9 : le véritable héritier de la philosophie OnePlus

Le Xiaomi Mi 9 a fait forte impression sur le MWC 2019 pour son excellent rapport qualité/prix... sur le papier. Qu'en est-il en vrai ? Voici notre test complet pour le découvrir.

Fiche technique

Ce test a été réalisé à partir d'un smartphone fourni par la marque.

Notre test du Xiaomi Mi 9 en vidéo

Design

Le Xiaomi Mi 9 ne mise pas sur un slider comme la gamme Mix, mais plutôt sur le fait de parfaire les lignes plus traditionnelles des smartphones actuels. Ainsi, il prend cette année l'encoche en forme de goutte afin de ne pas prendre autant d'espace qu'auparavant. Celle-ci m'apparaît un peu plus marquée que celle d'un OnePlus 6T, mais ce n'est pourtant pas le cas : l'encoche elle-même est moins épaisse, 9mm contre 13mm, et tout aussi haute, tandis que leurs bordures latérales ont exactement la même épaisseur.

Sa face avant reste plate, mais ses bords rejoignent un cadre métallique arrondi dont l'angle rejoint ensuite très bien la courbure de son dos en verre. Résultat ? Léger en main, le Xiaomi Mi 9 est aussi très agréable à la préhension. Il est un peu glissant, mais tout autant que tous ses frères ayant fait le choix de ce matériau. Il n'est par contre pas forcément très original, du moins vu de devant.

Sur le côté droit de l'appareil, on retrouve les boutons de volume et de verrouillage, placés naturellement là où le pouce se repose. Sur le haut, on retrouve le micro de réduction de bruit au côté du blaster infrarouge habituel des téléphones Xiaomi, dont l'utilité n'est pas si marquée sur le marché européen.

Petite nouveauté sur la tranche gauche : au port Dual SIM (sans support du microSD) situé en haut s'ajoute un nouveau bouton personnalisable, qui par défaut appelle à la rescousse Google Assistant. Là encore, il est positionné de manière à ce que le majeur vienne naturellement le trouver. Enfin, le bas n'accueille qu'un port USB type C au milieu de grilles haut-parleurs. Seule la grille de droite a une quelconque utilité cependant.

C'est à l'arrière que la personnalité du Xiaomi Mi 9 s'affiche un peu plus. Nous retrouvons les lignes arrondies habituelles de la marque qui, dans le coloris noir de notre exemplaire de test, profitent d'un bel effet miroir. On remarque surtout la configuration à trois capteurs photo sur le coin supérieur gauche du dos, logé dans une excroissance tout de même assez imposante. Cette dernière surplombe d'ailleurs un flash LED qui se marie, lui, parfaitement au dos. Cette excroissance fait que le Xiaomi Mi 9 est particulièrement désagréable à utiliser une fois posé à plat sur une table, puisqu'il ne cesse de gigoter au moindre appui, et qu'il est visuellement tout aussi bancal.

Classique, mais efficace. Les finitions de Xiaomi ne nous déçoivent toujours pas, mais le coloris noir n'est peut-être pas le meilleur moyen de mettre en valeur le téléphone : son coloris bleu/violet tout en stries lumineuses sera peut-être plus au goût de ceux cherchant un peu de fraîcheur. Le Xiaomi Mi 9 réussit en tout cas à être un téléphone au format certes grand, mais qui n'est pas difficile à utiliser à une main et toujours agréable.

Écran

Le Xiaomi Mi 9 profite d'une grande dalle OLED de 6,39 pouces en définition Full HD+. Il supporte le HDR10 et couvre l'espace de couleurs DCI-P3 selon Xiaomi. Comme dit précédemment, il est légèrement entrecoupé d'une encoche, en forme de goutte et donc discrète.

À vue d’œil, cette dalle paraît excellente. Son contraste est très bon, tout comme sa luminosité globale. On sent que les couleurs tirent vers le bleu, mais rien de plus que le réglage moyen constaté sur le marché. C'est en tout cas très prometteur.

De passage sous notre sonde, nous pouvons établir que la luminosité maximale est enregistrée à 448 cd/m², ce qui est plutôt bon sans être immense. Surtout, l'espace de couleurs RVB est largement couvert. La température de couleurs moyenne est relevée à 7800K par défaut, ce qui est effectivement dans la moyenne des réglages par défaut du secteur.

Par défaut, le Xiaomi Mi 9 est réglé en "contraste automatique", un mode qui vient utiliser le capteur de luminosité ambiante pour optimiser au maximum l'affichage. Cependant, vous pouvez utiliser un réglage poussant les contrastes, ou un réglage par défaut. Qui plus est, vous pouvez retoucher manuellement la température des couleurs pour retrouver un résultat plus proche du naturel.

Logiciel

Le Xiaomi Mi 9 profite d'entrée de jeu de l'interface MIUI 10.2 tournant sous Android 9.0 Pie. Il dispose également du patch de sécurité de février 2019.

Comme toujours, il faut bien rappeler que l'interface du constructeur chinois s'éloigne beaucoup de ce que propose Android de base. Ici, l'inspiration est plus à voir du côté d'iOS, mais avec une attention particulière portée sur l'interface utilisateur et ses graphismes. La personnalisation du système est très poussée, avec de nombreuses options liées au comportement général du téléphone, mais aucun tiroir d'applications n'est disponible.

Elle offre par contre tout ce que l'on attend d'une interface en 2019. Vous pouvez par exemple personnaliser l'ordre de vos boutons de navigation ou activer une navigation par geste très bonne. Le déverrouillage par reconnaissance faciale est aussi disponible. Par contre, rappelons que la technologie se base simplement sur le capteur avant : elle n'est donc pas très sécurisée.

Notez que contrairement au Xiaomi Mi Mix 3, le Xiaomi Mi 9 dispose de la certification Widevine L1. De ce fait, le smartphone pourra profiter des contenus de Netflix, Canal+ et autres services de VOD en haute définition.

Lecteur d'empreintes sous écran

Le Xiaomi Mi 9 est pourvu d'un lecteur d'empreintes sous écran. Celui-ci est à technologie optique, et est de sixième génération. Aussi, il est deux fois plus rapide que celui que l'on peut trouver sur le Huawei Mate 20 Pro ou le OnePlus 6T, à titre de comparaison. Il est placé assez bas sur le corps avant de l'appareil, mais reste dans une position qu'il est naturel d'atteindre avec son pouce une fois le smartphone en main.

Il est vraiment pratique à utiliser, et n'est jamais vraiment frustrant à l'usage. On ne regrette ainsi pas qu'il ne soit pas placé à l'arrière, ou qu'une solution de reconnaissance faciale 3D le remplace. Si vous laissez votre pouce reposer sur la zone de déverrouillage, MIUI vous permet également de glisser vers la gauche pour atteindre un scanner de QR Code, la droite pour ajouter un événement à votre agenda ou le haut pour faire une recherche rapide. L'idée n'est pas mauvaise, mais on aurait aimé pouvoir personnaliser ces trois raccourcis.

Touche IA

Comme dit dans la partie design, le Xiaomi Mi 9 s'équipe également d'un bouton supplémentaire pour pouvoir appeler l'intelligence artificielle de Google : Assistant. Le bouton fonctionne sur le même principe que celui vu sur le Mi Mix 3 : en restant appuyé sur celui-ci, vous pouvez faire votre requête à l'assistant vocal comme en vous servant d'un talkie-walkie. Relâcher le bouton lancera la recherche finale.

À l'usage, cela fonctionne très bien et rend l'utilisation de Google Assistant plus aisée. Si l'assistant ne vous plaît pas, vous êtes cependant libre de reconfigurer la touche comme vous le souhaitez selon deux utilisations : appuyer et maintenir, et double appui. Vous pouvez également choisir de le désactiver complètement. On connaît un constructeur coréen qui pourrait s'en inspirer.

Performances

Le Xiaomi Mi 9 est le premier représentant du nouveau SoC Qualcomm Snapdragon 855 auquel nous avons le droit en France. La nouvelle puce ne déçoit bien sûr absolument pas en utilisation régulière, offrant une fluidité exemplaire à l'utilisation sur des tâches simples.

En jeu, c'est une nouvelle fois une excellente surprise. Le Snapdragon 855 marque une différence de génération, et ça se ressent. Sur Fortnite, on profite du mode graphique Élevé à 60 FPS ou du mode Épique à 30 FPS au choix. Le mode 60 FPS est un absolu régal de fluidité pour un jeu de cette trempe sur smartphone, et est parfaitement stable même dans des conditions compliquées.

Même constat sur PUBG Mobile, qui se lance dans sa configuration maximale actuellement disponible sans le moindre problème. Graphismes HDR, fréquence d'image ultra, anti-aliasing activé et sans aucun ajustement graphique auto, le titre tourne à merveille. Si les 60 FPS ne sont pas forcément constamment atteints, PUBG Mobile tient une fréquence parfaitement jouable.

Sur toute la durée de nos tests, le Xiaomi Mi 9 n'a pas excessivement chauffé. Qui plus est, cette chauffe est rapidement dissipée et n'est pas gênante à l'utilisation. C'est du tout bon.

Appareil photo

Triple capteur photo arrière

Le voici : le premier triple capteur photo de Xiaomi. Le capteur principal est un 48 mégapixels à objectif ouvrant en f/1,75. Le second est un 12 mégapixels avec téléobjectif ouvrant en f/2,2. Et enfin, le troisième de 16 mégapixels est un appareil ultra grand-angle à objectif ouvrant en f/2,2.

La volonté ici est la même que sur celles des smartphones Huawei qui ont popularisé cette configuration : offrir un panel d'outils plus larges aux utilisateurs. Vous pouvez ainsi profiter d'un mode macro plus performant, d'un capteur ultra grand-angle très pratique ou d'un zoom x2 sans perte.

En plein jour, le capteur principal fait des merveilles. La restitution des couleurs naturelles est très bonne, tout comme le piqué de l'image grâce aux nombreux détails conservés. Sa petite faiblesse réside dans la plage dynamique, qui bien que plutôt bien restituée n'est pas complète : le HDR mériterait une petite amélioration.

Le capteur ultra grand-angle est ici très efficace, et réussit à retranscrire la scène sans trop de problèmes. Les couleurs ont tendance à être rendues un peu plus chaudes que sur le capteur principal, mais la distorsion engendrée par un tel objectif n'est pas trop marquée. Le résultat est vraiment convaincant.

On ne peut pas en dire autant du téléobjectif. En véritable difficulté sur les larges plages dynamiques, il a tendance à surexposer les clichés. Le niveau de détail est également peu satisfaisant, mais ça n'est pas nécessairement dramatique pour une fonctionnalité qui, admettons-le, n'est pas si populaire.

En intérieur, un léger bruit apparaît sous certaines conditions de prise de vue, qui n'est heureusement pas dérangeant. Sans cela, on sent que le Xiaomi Mi 9 opère un léger lissage de certains aplats de couleurs, lui permettant de conserver un bon piquet général au détriment souvent de la vivacité des couleurs. Les choix opérés restent tout de même pertinents et très satisfaisants.

Qui dit capteur ultra grand-angle dit également super macro. Le résultat est là encore plutôt bon.

De nuit, le capteur perd de sa superbe. Pour l'attention qu'il porte aux couleurs, qui sont au moins satisfaisantes, le niveau de détails disparaît complètement. Les images sont très bruitées, et les plages dynamiques à peine retranscrites. Le résultat n'est pas catastrophique pour autant, mais on ne pourra pas vraiment en tirer de belles photos.

Notez que le Xiaomi Mi 9 dispose bien d'un mode nuit, qui vous invite à rester immobile une fraction de seconde à la capture afin d'en améliorer les détails. C'est effectivement ce que fait le téléphone : pousser au maximum les détails et mieux analyser la luminosité de chaque élément pour en tirer une image utilisable, certes, mais peu cohérente.

Capteur photo avant

À l'avant, nous avons le droit à un unique capteur de 20 mégapixels à objectif ouvrant en f/2,0.

Le principal problème du capteur photo avant se voit surtout de jour : sa gestion du HDR est mauvaise. Ainsi, les larges plages dynamiques se retrouvent brûlées, nuisant à l'image finale. Mieux vaudra éviter les fonds lumineux. En intérieur, le résultat est très bon avec une bonne conservation des détails. On notera cependant le bruit apparaissant en fond. Enfin, de nuit, les détails se font la malle à cause d'un bruit omniprésent, mais le cliché final reste utilisable grâce à une retranscription des couleurs assez correcte.

Mode portrait

Le mode portrait est disponible aussi bien à l'avant qu'à l'arrière. Il vous est possible de régler en temps réel le niveau de flou avant et après capture pour avoir précisément l'effet voulu.

Comme toujours, l'algorithme Xiaomi est toujours très efficace sur cette question, particulièrement à l'arrière où il est supporté par le téléobjectif. Le rendu du flou par défaut est très élégant, et le détourage des sujets très efficace. À l'avant, il s'en sort également très bien malgré l'absence d'un second capteur, offrant une excellente photo.

Vidéo

Le capteur arrière du Xiaomi Mi 9 vous permet de filmer en 4K à 60 ou 30 FPS et en 1080p à 60 ou 30 FPS. L'image est très bonne en enregistrement, tout comme la mise au point automatique, mais ce n'est pas forcément le cas de la stabilisation. Quand bien même les paramètres indiquent que celle-ci est activée, elle n'est véritablement utilisable qu'en 1080p à 30 FPS. Mieux vaudra donc toujours filmer dans cette définition : même les tremblements naturels de la main sont retranscrits en cherchant à la pousser plus loin.

Notez que vous pouvez également utiliser le capteur grand-angle du Xiaomi Mi 9 pour filmer. Auquel cas, vous aurez le choix entre 4K ou 1080p à 30 FPS. Le même souci de stabilisation se pose, mais la possibilité est bonne à prendre.

À l'avant, vous pouvez filmer en 1080p ou 720p à 30 FPS. Le micro est plutôt bon pour les amateurs de vlogging à petit prix, mais il a le même défaut qu'en photo : le HDR manque vraiment à l'appel pour rendre cette pratique viable.

À noter également qu'un ralenti à 960 FPS est disponible, qui finit par donner un fichier en 720p à 30 FPS. Le ralenti est très joli, mais comme pour tous les autres smartphones, cette fonctionnalité finira par être très rarement utilisée.

Son

Premier point notable : le Xiaomi Mi 9 ne dispose pas d'une prise jack. Un adaptateur jack vers USB type C est cependant fourni avec le téléphone, en prime d'écouteurs basiques qui ne sont hélas pas disponibles sur notre version presse et dont nous ne pouvons donc pas estimer la qualité.

Cependant, il a l'avantage d'être compatible avec le Bluetooth 5. Ainsi, il vous est possible de connecter deux appareils audio en Bluetooth profitant de la même source sonore, comme deux enceintes par exemple, qui seront donc synchronisés. Aussi, avec les appareils eux-mêmes Bluetooth 5, la portée est largement améliorée.

Le haut-parleur du Xiaomi Mi 9 est son principal point faible sur l'audio. Donnant un son mono, et uniquement orienté vers le bas, il fait pâle figure face aux autres smartphones de sa catégorie qui profitent généralement du haut-parleur d'écoute pour offrir un son stéréo et une orientation vers l'utilisateur. Malgré tout, il n'est pas non plus catastrophique : il sature peu et offre un volume satisfaisant, même si le son en lui-même manque de définition.

Réseau et communications

Le Xiaomi Mi 9 profite d'un modem compatible avec toutes les bandes réseau européennes, à savoir la 700 MHz (B28), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2100 MHz (B1) et la 2600 MHz (B7). Aucun souci d'incompatibilité donc ! Les appels passent très bien avec une bonne qualité, aussi bien pour l'appelant que l'appelé.

Pour son positionnement, il profite également d'un GPS Dual Band (L1+L5) équivalent à celui intégré aux smartphones premium, comme le Huawei Mate 20 Pro pour ne citer que lui. Le fix GPS est ainsi tout aussi bon que ses compères premium, en nous offrant autant de précision et de rapidité qu'on peut attendre d'une telle solution.

Autonomie

Le Xiaomi Mi 9 s'équipe d'une batterie de 3 300 mAh, qui sur le papier paraît tout de même un peu légère pour un appareil de la sorte.

À l'utilisation pourtant, le smartphone sait s'en tirer avec les honneurs. Il tient bien une journée complète sans trop s'essouffler avec une utilisation classique (Twitter, musique, YouTube, photos), et sait tenir quelques parties de jeux 3D gourmands sans trop tirer la langue. Malgré tout, il n'est pas non plus un marathonien : atteindre une seconde journée d'utilisation sans se sacrifier est improbable.

Au moins est-il compatible avec la recharge rapide Quick Charge 4+. Cependant, le chargeur fourni d'office est un modèle Quick Charge 3 à 18W. Ce dernier permet de recharger le téléphone de 15% à 70 % en 30 minutes, pour une recharge complète en une heure et une dizaine de minutes environ. Ça reste excellent.

Il est également compatible avec une technologie propriétaire de recharge sans fil allant à 20W, la plus rapide actuellement disponible. Pour autant, le chargeur propriétaire nécessaire n'est pas fourni et nous n'avons pas pu le tester. Fort heureusement, le téléphone peut profiter de la recharge sans fil Qi jusqu'à 10W sans le moindre problème.

Galerie photo

Prix et date de sortie

Le Xiaomi Mi 9 est d'ores et déjà disponible en France à 499,90 euros pour la version 6 Go de RAM et 64 Go de stockage, et 529,90 euros pour la version 128 Go de stockage.