Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Xiaomi en France : on fait le bilan un an après

Il y a un an, Xiaomi débarquait officiellement sur le marché français. Depuis, la branche française du constructeur chinois a déjà ouvert six boutiques physiques et a récupéré entre 7 et 8% de parts de marché sur les smartphones.

C'était le 22 mai 2018. Il y a un peu plus d'un an, Xiaomi ouvrait en grande pompe en France sa toute première boutique physique. Située boulevard de Sébastopol, dans le Ier arrondissement de Paris, celle-ci était l'une des premières ouvertures de Mi Store en Europe après un premier déploiement en Espagne. Surtout, il s'agissait pour Xiaomi de marquer les esprits pour son arrivée dans l'Hexagone avec une stratégie différente de celles de ses compatriotes Honor, Huawei, OnePlus ou Oppo.

Déjà six boutiques et une soixantaine d'employés

Après un an, quels résultats pour Xiaomi ? C'est ce que nous nous sommes demandés. Certes, les smartphones du constructeur pouvaient déjà se trouver en France, notamment grâce à l'importation des versions « global », mais c'est véritablement le 22 mai 2018 qui a marqué son arrivée sur le marché.

Et autant dire que les résultats sont là. En un an, Xiaomi a multiplié ses boutiques en Île-de-France. Après la boutique centrale, le constructeur a ouvert cinq autres points de vente en dur en région parisienne et cible toutes les zones. On trouve désormais une boutique Xiaomi dans des lieux prestigieux sur les Champs-Élysées ou à Opéra, mais également dans des centres commerciaux comme les Quatre Temps à La Défense, ou Vélizy 2. Surtout, Xiaomi a enfin prévu de s'implanter en dehors de l'Île-de-France, à Lyon plus précisément.

Interrogé, Yan Liu, country manager de Xiaomi France nous a indiqué que c'étaient actuellement 23 employé·e·s qui travaillaient au siège, répartis entre le marketing, la communication, la distribution ou le service après-vente, et entre 40 et 50 dans l'ensemble des boutiques de la marque.

Entre 7 et 8% de parts de marché en France

Les boutiques, c'est bien pour l'image, mais les ventes c'est meilleur pour la santé. Et à ce titre, Xiaomi France n'a pas à rougir. Selon une source fiable, le constructeur détenait entre 7 et 8% de parts de marché en volume en avril, en dehors du marché opérateur. Un score honorable compte tenu des 81% détenus par l'ensemble Samsung-Huawei-Apple en Europe de l'ouest. Surtout, là où Xiaomi ne semble détenir que 3% de parts de marché dans l'ensemble de l'Europe occidental, le constructeur fait bien mieux en France.

En termes de notoriété aussi, Xiaomi a frappé fort. Sur le service Google Trends -- qui permet de voir l'évolution des recherches sur un terme et de le comparer à d'autres -- le nom « Xiaomi » s'est clairement hissé devant ceux de Honor, Wiko et OnePlus.

Reste que le nom du constructeur suscite toujours moins d'intérêt que ceux de Huawei ou Samsung.

Parmi les smartphones Xiaomi ayant eu le plus gros succès en France depuis son arrivée il y a un an, le Redmi Note 7 est très largement en tête. Il est suivi par les Xiaomi Mi 9 et Mi 9 SE, mais les chiffres donnés par Yan Liu s'arrêtant à avril, difficile d'y voir plus loin. Le country manager estime que les nouveaux appareils d'entrée de gamme comme le Redmi 6A devraient damer le pion au smartphone premium de la marque en volume de vente. Rendez-vous dans un an pour le deuxième anniversaire de Xiaomi France pour faire un nouveau bilan.